dimanche 14 février 2016

En étrange pays

En étrange pays
Another Country
Karel Schoeman
Phébus Libretto, 2014
Traduit (de l'anglais cette fois) par Jean Guiloineau
Illustration : Rob Woods, Madonna of Australie, 2006



Karel Schoeman et moi, c'est une belle histoire d'amour qui dure; j'ai hélas maintenant lu tout ce qui est traduit (Retour au pays bien-aimé    Cette vie  Des voix parmi les ombres   La saison des adieux) et il n'y a que de l'excellent (objectivité proche de zéro, mais baste). Si un jour Galéa lance 'l'auteur pépite', je l'y inscris derechef!

Au 19ème siècle, la région de Bloemfontein, dans les terres assez élevées, au climat chaud l'été et froid l'hiver, mais relativement sec, était recommandée aux malades des poumons originaires de l'Europe. A tort ou à raison, peu importe, l'autre alternative étant la Suisse (ou rester mourir chez soi). En 1877 (date devinée grâce à un événement extérieur) y arrive donc, dans l'espoir d'améliorer sa santé, un hollandais plutôt aisé et d'âge mûr. Après des semaines d'un voyage épuisant, il s'installe dans une vie calme, ponctuée de visites dans la communauté hollandaise ou allemande, l'anglaise restant un peu à l'écart. Versluis pense n'être là que de passage; chaleur, poussière et lumière, merveilleusement ressentis, lui pèsent un peu. Les sympathiques mais bruyants Hirsch le prennent sous leur aile,  sa logeuse Mme Van der Vliet le couve trop, mais il est surtout attiré par les Scheffler, lui pasteur en interrogation, elle, infirme, aux propos directs et déconcertants.

Dans ce portrait d'une Afrique du sud de première ou seconde génération d'immigrants, les noirs demeurent en arrière plan, juste serviteurs ou ouvriers agricoles. Le rapport à leur 'nouvelle' patrie est variable, ceux nés en Allemagne, par exemple, continuent à célébrer l'anniversaire du Kaiser, Versluis ressent le changement dans le parler du hollandais, l'on est à une époque charnière, juste avant la guerre des Boers. Quelle langue parler dans cette communauté issue de plusieurs pays européens? Adèle Schaeffler suggère en passant "une langue qui appartienne à ce pays, comme celle des Noirs ou celle des fermiers." Doit-on garder des liens forts avec la patrie d'origine ou devenir totalement attaché à un nouveau pays? La question se pose, les réponses sont différentes selon les personnages. (page 194)

L'un des plus beaux moments du roman est la soirée où père et fils Schaeffler jouent du Mozart, pas franchement parfaitement, mais Versluis expérimente que " le temps et l'espace avaient cessé d'exister; les rues désertes de la ville; l'étendue solitaire du veld à la lueur des étoiles; la maison qui attendait avec ses meubles recouverts de housses: tout cela avait disparu dans l'obscurité, au-delà du cercle de la lampe et de la musique qui les enserrait, lui et les autres, tous ensemble."
"Une grande oeuvre d'art ne garde-t-elle pas la même valeur dans tous les temps et dans tous les lieux?"

Les personnages sont connus finement juste par l'observation de leurs gestes et paroles, vus par Versluis, parfois comiques, tels les Hirsch et les Van der Vliet et leur maisonnée, souvent déconcertants pour lui, l'étranger. Comme dans les autres romans de Schoeman, l'extérieur est peu présent, pas expliqué en tout cas, le lecteur est englobé derechef dans un monde à la fois étrange et familier. Ecriture fluide, superbe, précise. Ami lecteur, si tu es encore là, tu sais déjà que ce n'est pas un roman trépidant, mais sache qu'on ne s'y ennuie pas, à condition de prendre son rythme. Il y est question finalement de l'essentiel, la vie, puis la mort.

"Nous sommes tous en train de mourir, si vous y réfléchissez bien, monsieur Versluis; mais il y a différentes cadences, vous avez sans doute assez vécu et vous connaissez sans doute la réalité du monde pour le savoir. Il y a des étapes d'abandon et d'acceptation, et on n'en atteint aucune sans lutter. Accepter l’apparition de la mort; accepter le principe selon lequel on doit mourir aussi; accepter sa propre mort alors qu'elle s'approche - chacune de ces étapes constitue une nouvelle crise, et arrive finalement le moment de mourir, alors la crise de mort est peut-être la plus facile. Mourir n'est vraiment pas difficile, ajouta-t-il pensivement en refemrant sa sacoche. Mais accepter l'idée qu'on va mourir, cela implique une lutte, parfois même une lutte qui dure toute la vie."

Je sais, j'ai bien cassé l'ambiance, mais quel merveilleux roman, à lire absolument!

Vue sur l'artère menant vers l'église réformée hollandaise à deux clochers de Bloemfontein vers 1900
« Bloemfontein, from the South - c1900 » par Creswicke, Louis. — South Africa and the Transvaal War. Vol. 1. Edinburgh: T.C. & E.C. Jack, 1900. Between pp 24 - 25.. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bloemfontein,_from_the_South_-_c1900.JPG#/media/File:Bloemfontein,_from_the_South_-_c1900.JPG

60 commentaires:

  1. Tiens! Très intriguant... Je ne connais pas Karel Schoeman, mais j'ai très envie de le découvrir. Tu me conseilles un roman plus qu'un autre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux blogueuses ont lu deux autres titres, et sont enthousiastes, alors je crois que finalement tout est bon! Cela sera selon le titre que tu trouveras.Je les ai tous lus et tous aimés.

      Supprimer
  2. Je me demande si je n'ai pas lu "retour au pays bien aimé", ça me dit quelque chose, mais sans plus. Je vais voir s'il y a quelque chose à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, j'ai un peu tendance à mélanger les titres, mais pas les histoires. Voir à ta bibli, mais attends un peu, car en poche c'est écrit assez petit quand même.Note, en tout cas.

      Supprimer
  3. En te lisant, je pense que comme moi tu trouves difficile de transmettre ce qui te plait chez cet auteur. Je crois que ce n'est pas tant l'histoire (et dans nos billets, on aime raconter un livre, le résumer), mais plus une ambiance et surtout une écriture et une façon de raconter. Et ça, ça n'est pas facile à décrire...
    En tout cas, me voilà fan moi aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En étrange pays a peut être plus une histoire de A à Z comme on a l'habitude, mais pfff comme c'est bien retranscrit, ces sensations...
      Bien sûr, inscris cet auteur à ton programme de lecture, tranquillement.

      Supprimer
  4. Quand je vois le nom de cet auteur, je pense à toi... il faudrait que je me décide à le lire, enfin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raté une LC qui t'aurait peut-être donné l'énergie pour t'y lancer? Ne t'inquiète pas non plus, je l'ai lu sur plusieurs années, maintenant hélas j'ai terminé.

      Supprimer
    2. Je rejoins Kathel, je l'ai vu chez toi il y a déjà deux ans, noté son nom, ces livres sont à la bibli.. bref, il faut que je me lance !

      Supprimer
    3. Tu n'as aucune excuse, alors, si c'est à la bibli. ^_^ (et comme ça tu as une excuse pour t'y rendre)

      Supprimer
  5. J'ai noté cet auteur depuis un moment déjà, grâce à toi bien sûr, et là je comprends bien qu'il faut absolument que je le lise !!! Allez, je le remonte en tête de liste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie d'avoir appris que mes co-lectrices de l'auteur sont sous le charme (sauf une, mais elle a aimé quand même)

      Supprimer
  6. je les ai tous lu mais la plupart avant blog comme toi et je partage ton enthousiasme il faut que je fasse des billets de ces livres mais il faudrait pour cela que je les relise ils sont tous magnifiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah tu comprends que je me sens un peu triste de les avoir tous lus... Alors, oui, relire, vas-y!

      Supprimer
  7. Pas de rythme trépidant dans le seul que j'ai lu de cette auteure pour l'instant, "cette vie", mais une atmosphère unique, tu as bien raison d'en faire une pépite ! Là, j'adore le titre, en plus,il donne envie de plonger dedans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhaa, si on va trop vite, on les a tous lus, et après, hein? ^_^

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Yep! Que tous ces avis m'ont fait plaisir!

      Supprimer
  9. je connais pas du tout Karel Schoeman, il va falloir que je me penche sérieusement sur la question :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là oui, ça urge...Ses romans sont de pures merveilles...

      Supprimer
  10. j'ai lu Cette vie, et Retour au pays bien-aimé, que j'ai chroniqués. Celui là aussi, je m'en souviens ( mais c'était avant le blog) ; il a un style exceptionnel, une grande puissance d'évocation. Eh, oui, il est surtout question de la mort proche, mais c'est tellement fort qu'on en redemande!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me comprends, alors! ^_^ Avec ce sujet, la mort, il faut aborder le roman dans un bon état d'esprit, mais en fait on en ressort revigoré.

      Supprimer
  11. Je ne connaissais pas du tout cet auteur... qui est donc à découvrir !

    RépondreSupprimer
  12. Je crois que celui-ci me tente encore plus que celui que je viens de finir pour cette LC. Mais il n'était pas disponible à la bibli. Du coup, j'ai posé une réservation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai terminé par ce titre, avec l'impression d'avoir son meilleur, mais bon, comme c'est le dernier lu, peut-être est-ce une impression faussée? ^_^

      Supprimer
  13. Un auteur que je relirai peut-être, maintenant que je sais à quoi m'attendre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que ça puisse surprendre, rien de trépidant, des sensations merveilleuses décrites. peut-être En étrange pays est-il plus proche d'un roman à narration classique? Quoique.

      Supprimer
  14. voilà donc un auteur à découvrir , je te fais confiance même si comme tu le dis ton degré d'objectivité égal zéro, ou peut-être je te fais confiance grâce à ce degré d'objectivité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, mes co-lectrices de LC ne m'ont pas jeté d'injures, bien au contraire, elles ont l'air ravies et prêtes à récidiver!

      Supprimer
  15. Je ne suis pas au rendez-vous aujourd'hui mais j'ai bon espoir de découvrir cet auteur bientôt car Retour au pays bien aimé a rejoint ma table de nuit il y a quelques jours. Etant plongée dans le Brink, je ferai par contre peut-être une petite pause avant de reprendre mes lectures sud-africaines...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A Girl parle fortement de ce Retour au pays bien aimé, ça devrait te donner de l'élan!
      Ah le Brink, oui, mais chut jusqu'au jour J!

      Supprimer
  16. J'avais hésité à lire celui-là mais je ne regrette vraiment pas mon choix final. Par contre, je le lirai certainement prochainement. Une LC m'aurait certainement aidée à le caser assez vite mais j'ai quand même Proust à ne pas perdre de vue.;-) En tout cas, très très belle découverte Karel Schoeman. J'aime son écriture, sa façon de raconter et les thématiques qu'il explore me parlent énormément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, un par an, c'est en gros la dose que j'ai choisie, et c'est parfait pour savourer...
      Proust, oui. Moi j'en suis (je devrais être) au volume suivant, je ne peux relire encore celui que tu as prévu, mais je veux bien jouer les pom pom girls.

      Supprimer
  17. N'en jetez plus, je suis convaincue, je vais le lire cet auteur :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en plus on ne s'est pas concertées, ni pour le choix du roman, ni pour les avis... ^_^

      Supprimer
  18. Je ne connais pas cet auteur , mais ce coup de coeur est plus que tentant...
    L'équation Libretto/Keisha est irrésistible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, cet auteur est vraiment à connaître... Libretto/keisha ou pas!

      Supprimer
  19. Un auteur à découvrir, très bel extrait pour conclure ce billet, merci Keisha.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de choses pour se nourrir, dans ce roman, mais j'ai été surtout frappée par ce rapport avec sa mort inéluctable. Très très beau, vraiment.

      Supprimer
  20. Je ne lis pas tous les commentaires car il y en a beaucoup; mais je suis super contente de ton article. Je ne connais pas cet auteur!! et pourtant j'ai lu beaucoup d'écrivains de l'ADS ou des romans qui se passent dans ce pays. Je le note sans faute dans mon carnet et j'irai le chercher à la biblio. Dans ton coup de cœur j'ai l'impression qu'il y a tout ce que j'attends d'un bon roman. Enfin à voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TOUS ses romans sont bien, pas d'affolement pour un titre si tu n'as pas celui que je présente cette fois.
      Oui, on a une histoire profonde ET qui se laisse bien lire.

      Supprimer
  21. je suis toujours là !! Si on ne s'y ennuie pas pourquoi pas, car le sujet et le contexte semblent intéressants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas d'ennui, je préviens juste qu'on est dans les sujets sérieux mais incontournables, et quand c'est évoqué ainsi, quel bonheur!

      Supprimer
  22. Cassé l'ambiance? Non, tu n'as rien cassé du tout! Au contraire tu m'as donné envie de le lire. En plus c'est un auteur que je ne connais pas. A noter, donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as de la chance, avec cet auteur à découvrir!

      Supprimer
  23. Keisha, tu m'as convaincue ! Je viens de regarder le site de ma médiathèque, ils en ont pas mal, tu me conseilles lequel pour commencer ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha, la bonne question (et tu as de la chance avec ta bibli). Mais ils sont TOUS très bien!!!

      Supprimer
  24. Si c'est un coup de coeur, je note ! En plus, l'Afrique du Sud ne fait pas partie de mes destinations littéraires habituelles donc je pense que ce sera une bonne façon de faire connaissance avec ce pays...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Schoeman n'a pas pour habitude de détailler l'arrière plan historique, mais il est un auteur incontournable!

      Supprimer
  25. En lisant votre enthousiasme, je retiens cet auteur au nom flamand (un schoenmaker est un cordonnier en Belgique néerlandophone) car le très aride JM Coetzee de "Au coeur de ce pays" (roman en Afrique du sud) m'avait laissé sur une note mitigée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Versluis, le héros, arrive en direct de Hollande, il fréquente une communauté établie depuis une ou deux générations (hollandais, allemands- peu anglais, assez à part dans ce roman). Je crois qu'il parles ces trois langues, peu ou prou. Il voit déjà le hollandais parlé évoluer.
      Son nom se prononce sk, j'ai vu ça sur internet.
      Je recommande fortement Schoeman et ses thématiques plutôt universelles. Coetzee et Elisabeth Costello m'avaient laissé un bon souvenir. Quant à Brink, j'en parle bientôt.

      Supprimer
    2. Le "schoe" se dit SKHOU avec une aspiration. Le néerlandais est une langue horrible à parler et à entendre, mais un wallon n'est pas bon juge en cette matière...
      ;-)

      Côté Afrique du Sud, j'attends Brink alors et devrais sans doute m'intéresser à costello, depuis le temps... Mais j'en manque.

      Supprimer
    3. Je ne peux rien dire, les médias français ont récemment été à la peine avec la prononciation de certains quartiers bruxellois.^_^
      Récemment j'ai lu un roman de N Gordimer, plutôt une bonne expérience.

      Supprimer
    4. Nadine Gordimer, je cherchais ce nom-là. Tania l'a conseillée déjà. Voilà un bel éventail sud-africain, merci, à bientôt.

      Supprimer
    5. Ceux de July, très bien. Bonne fin de semaine!

      Supprimer
  26. Ah mais je connais ! Peut-être grâce à toi d'ailleurs,parce que je ne me rappelle pas autrement cet auteur bizarrement, bref j'ai lu Retour au Pays Bien-Aimé, et me suis promis d'en lire d'autre de lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a fait une lecture commune de l'auteur, et les autres ont aimé! Franchement, je t'assure, tu dois en lire d'autres de lui.

      Supprimer
  27. Keisha, ça y est je viens de le finir ce roman : MAGNIFIQUE !! Merci de me l'avoir fait découvrir... J'enchaîne avec "des voix parmi les ombres".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiiiiiiiiiiiiii! T'es ma coupine for ever! ^_^
      Oh mais ne va pas trop vite, je te signale que tous ne sont pas traduits, et après y'en aura plus à lire!

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !