mercredi 9 mars 2016

Elles sont parties pour le nord

Elles sont parties pour le nord
Patrick Lecomte
Preludes, LGF, 2016


Ce roman est tombé dans ma boîte un début d'après-midi ensoleillé de février (si, il y en a eu) au moment même où le cri grinçant des grues cendrées parvenait à mes oreilles. Ni une ni deux, je fonce sur mes jumelles (toujours prêtes, je suis une veinarde qui peut observer la nature de chez elle) et constate qu'elles tourbillonnent mais tendent à former leur V. Plein nord-est, oui, mais sans hâte, d'ailleurs depuis il fait un temps à ne pas mettre une rémige dehors.
Si vous habitez sous leur couloir de migration, guettez-les, il suffit d'un peu de soleil (un hiver très froid, je me souviens les avoir entendues passer une nuit de mars, sans doute devaient-elles rattraper le retard)
article ici
Bref, on n'est pas là pour parler des grues cendrées, mais des grues blanches d'Amérique. Mais cela peut expliquer pourquoi Elles sont parties pour le nord était dans mon créneau de lecture.

Le roman démarre au début du 20ème siècle et s'intéresse à Wilma, une jeune fille  partageant avec son père une cabane (au Canada) et la rude vie de trappeur. Le roman de Selma Lagerlöf, Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, la passionne et du jour où elle rencontre Akka, une grue blanche volant au dessus d'elle, elle n'a de cesse d'en connaître plus sur cet animal, et finalement elle vouera sa vie à sa sauvegarde et sa protection.

Voici la bête en plein vol
https://en.wikipedia.org/wiki/Whooping_crane
Alors mon avis?
Il s'agit d'un roman, mais plein de détails sonnent bien, la vie de trappeur, la débâcle, la rencontre avec le vieil ours, les parades des grues, leur atterrissage -en marais, le dur chemin vers leur sauvetage. Dans la réalité, la sécheresse diminue ses zones de prédilection, et on atteint environ quelques centaines d'individus d'une espèce encore en danger.

Pour celles et ceux qui ne sont pas attirés par les non fictions pures et dures sur les faucons pèlerins ou les ours polaires, ce roman est une façon intelligente et agréable de combler des lacunes. Il me semble aussi qu'un jeune intéressé par ces sujets peut en tirer profit. L'écriture est simple, il y a une histoire, l'on suit Wilma sur son chemin, aucune difficulté là-dedans.

Pour ceux qui ont l'habitude de s'enthousiasmer sur des pages de descriptions de vols de faucons et n'ont jamais assez de détails sur des bestioles sympathiques traquées par des méchants prédateurs (quoique prédateurs eux-mêmes, c'est la vie, Bernadette), le format roman passe moins bien. Allez, je dirais que je me suis parfois ennuyée (mais je sortais de Rêves arctiques, 450 pages avec description de différentes sortes de glaces sur plusieurs pages et description de la fourrure de l'ours polaire, autant dire que la barre était très haute). Mais je reconnais le bien fondé du choix de l'auteur, qui ainsi pourra toucher plus de lecteurs sur un sujet vraiment intéressant.

J'y trouve aussi une paraphrase d'une chouette citation de Ian Mac Millan, spécialiste du condor de Californie, "il faut sauver les grues blanches, 'non parce que nous avons besoin d'elles, mais parce que nous avons besoin des qualités humaines qui serviront à les sauver et nous permettront de nous sauver nous-mêmes.'"

Comme j'ai reçu un exemplaire supplémentaire, n'hésitez pas, je vous l'envoie!

34 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pourquoi pas? Je ne t'ai pas convaincue, mais demeure persuadée que ce roman a un public!

      Supprimer
  2. Je l'ai reçu aussi. Je pense que j'accrocherai. Je suis moins spécialiste que toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas dire du mal d'un livre qui parle de protection des oiseaux et de la vie sauvage, quand même! J'ai essayé de faire la part des choses (si tu voyais la partie 'nature' de ma bibli personnelle, j'ai en gros tout le 'lourd' incontournable)(plus les emprunts bibli, j'ai ratissé les éditeurs).

      Supprimer
  3. ah celui là je l'ai noté hier, tant pis si je m'ennuie un peu tu comprends bien que le sujet m'intéresse et puis en poche je ne cours pas un gros risque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça te plaira, il y a plein de notations 'nature'.

      Supprimer
  4. Pas certain que ce soit pour moi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce pourrait être pour ta plus grande?

      Supprimer
  5. Je ne suis pas sûre d'avoir envie de te suivre sur cet envol-là, surtout que tu avoues un peu d'ennui ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh j'ai été franche, mais tu sais, avec tout ce que j'ai lu, il me faut du super consistant! Mais tu pourrais être le bon public!

      Supprimer
  6. Cela me plait bien, je viens de traiter le cours des migrations avec les sarcelles, j'aurais pu prendre les grues mais l'an prochain je ne travaillerai plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu enseignes la biologie? A la retraite ou pas, en savoir plus sur ces volatiles n'est pas gênant. Toujours aussi fascinantes (et leur cri est affreux, ça!)

      Supprimer
  7. Que dire encore après la si belle conclusion de Ian Mc Millan ?
    Vous parlez d'ouvrages pointus sur les oiseaux : je ne suis pas un expert mais suis abonné à une revue Aves, qui s'adresse à des spécialistes. C'est fou : prenons le tichodrome échelette, oiseau très rare chez nous. Un article signale un mâle à Liège dans l'hiver 2013-14 sur les bâtiments de la ville, puis observé une dernière en mars 2014 près de chez moi par des riverains. Il y a des gens qui passent leur temps à s'occuper ainsi d'ornithologie, de manière très rigoureuse, c'est impressionnant ! Et rassurant d'un côté.
    Je ne lis pas cette revue en détail, vous vous en doutez, mais je la soutiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ils les photographient, les signalent, les baguent parfois. Par chez moi on surveille les nids des faucons pèlerins, qui ont choisi une centrale nucléaire pour s'installer (il y a la hauteur, la tranquillité, et de quoi se nourrir dans le coin)
      Je m'intéresse en général à tout plein de plantes et animaux, mais sans être expert! Plutôt car je sens vrai ce que McMillan a si bien exprimé!

      Supprimer
  8. je sais que ce n'est pas pour moi, je ne vous suis pas à propos des livres sur la nature ... sauf quand vous êtres complètement séduites, je vous dois, vous les "Dames Natures" de très belles découvertes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement là ce n'est pas hyper pointu, c'est bien documenté mais romancé.

      Supprimer
  9. Bon nature mais le sujet ne me désintéresse pas pour le coup. Si tu n'avais pas émis quelques bémols, j'aurais pu me laisser prendre (quoique pas en 2016 sûrement^^). Et je me souviens que tu m'avais parlé des grues cendrées.:-) C'est vrai que la nature est fascinante quand même, mais bon, je suis assez sensible aux animaux (moins aux plantes et paysages).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le passage des oies, c'est quand elles veulent, alors je les rate. Il faut un beau soleil, et que je sois dehors...
      Je sais, il te faut plutôt un animal, si possible un mammifère (pas de limaces)^_^ Je gratte le sujet.

      Supprimer
  10. Question oies, j'en reste à Nils Olgersson ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord! (jamais lu d'ailleurs... mais le roman en raconte un peu)

      Supprimer
  11. Si vous écrivez sur Google le nom de Patrick Lecomte associé au nom de Chouette Chevêche, vous tomberez sur d'autres publications..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de l'information! La LPO, mais oui, et la chouette c'est vraiment aussi un oiseau à mieux connaître.

      Supprimer
  12. Cela m'émeut toujours de voir et d'entendre passer les bandes d'oiseaux migrateurs, le grand V des oies... Je me suis offert des jumelles pour mieux observer les oiseaux de mes fenêtres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, on réagit pareil, là on sent le vrai sauvage, si rare dans nos vies calibrées, quelques mystères, le voyage...

      Supprimer
  13. Un roman qui pourrait m'intéresser mais ma PAL vient encore de grossir d'une dizaine de kg, pardon, de livres, et je n'en rajoute plus. Plus? Jusqu'à quand?
    Bon vendredi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une dizaine? Il va falloir sévir! ^_^
      Bonne lecture!

      Supprimer
  14. pareil, il est arrivé chez moi et je dois le lire très bientôt aussi j'ai lu ton avis en diagonale ! à voir à voir ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être connais-tu les régions traversées par ces grues? En tout cas la migration des oiseaux c'est toujours fascinant. Je suis aussi les vanneaux huppés, dans les champs à période donnée.

      Supprimer
  15. Pas trop pour moi à priori les grues ... Mais tu en parles bien. Alors, un de ces jours, si je tombe dessus, j'y jetterai un œil! Une Comète

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement l'histoire permet de faire 'passer' les grues pour ceux qui ne sont pas accros au départ...

      Supprimer
  16. Merci pour ce post : je note le titre et vais espérer que ma médiathèque l'achète.

    RépondreSupprimer
  17. Je l'ai reçu aussi mais ton billet me fait peur (les longues description...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pas du tout! Justement l'auteur s'adapte aux lecteurs n'aimant pas trop les longues descriptions!
      Pour les vieux routards comme moi, justement, ça manquait! ^_^

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !