lundi 2 mai 2016

Le reste de leur vie

Le reste de leur vie
Jean-Paul Didierlaurent
Au diable vauvert, 2016


Les écrits de Jean-Paul Didierlaurent, c'est comme le bon vin, ça gagne à laisser maturer; ce nouvel opus m'a paru encore plus gouleyant. D'emblée, l'on sait où l'on va, le héros et l'héroïne vont se rencontrer (et plus si affinités) mais reste à savoir quand, comment, pourquoi. En attendant, c'est du bonheur de rencontrer les personnages secondaires navigant autour d'eux, à savoir une brochette de personnes âgées chez qui travaille Manelle, aide à domicile, et la grand mère d'Ambroise, thanatopracteur. Si. L'auteur remercie d'ailleurs l'ami exerçant cette profession méconnue. D'où des passages réalistes bien décrits et un poil d'émotion quand même. Faut le faire!
Revenons aux vivants, qui même s'ils roulent parfois en corbillard ne méprisent pas les nourritures terrestres.

"Pour la vieille femme, le genre humain était composé de deux groupes bien distincts  : les gens qui aimaient le kouign-amann et les autres."
"C'est que ça ne se digère pas n'importe comment, un far. Il y a des temps à respecter, des paliers de décompression stomacale à suivre. La nature a parfois tendance à se rebeller face à une telle intrusion."

Gros plaisir de lecture pour ce roman sans vrais méchants, mais avec des gentils à qui la vie ne sourit pas toujours.

Je termine avec la liste de certaines activités de Manelle - pas prévues du tout dans son planning officiel:
"Lire tous les soirs à haute voix des extraits du dernier Marc Levy à Annie Vaucquelin au moment du coucher pour l'aider à s'endormir;
Gérer le compte en actions de Pierre Ancelin;
Passer une heure à classer les photos de la famille Perron;
Boire un café en papotant;
Manger une part de tarte ou une tranche de cake en papotant;
Regarder et commenter les images des Feux de l'amour à Jeannine Poirier qui n'y voit plus;
Jouer au scrabble avec Ghislaine de Montfaucon;
Préparer tous les vendredis soir son Negroni() à la veuve Dierstein et trinquer avec elle;
Déposer chaque matin une bise sur les joues râpeuses de Samuel Dinsky."

(J'ai fouillé sur internet pour cette histoire de carte d'identité qui me turlupine mais pas trouvé grand chose.)

46 commentaires:

  1. Je n'ai rien lu de lui, pas eu l'opportunité ; si je le vois à la bibliothèque j'essaierai ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci vient de sortir et ma foi, il est très bien!

      Supprimer
  2. mouais, pas pour moi je pense, j'avais peu aimé Le Liseur du 06h27

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il est meilleur que Le liseur (enfin, c'est mon avis)

      Supprimer
  3. je viens de lire sur un blog un billet sur les livres qui font du bien, j'ai l'impression que celui là en fait partie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, catégorie feel good, et en plus y'a du soleil!

      Supprimer
  4. Je ne suis pas d'accord concernant la digestion du far :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses bien que j'ai fait exprès de relever les clins d’œil aux spécialités bretonnes (un poil reconstituantes quand même, non?)(et tu sais, pour l'auteur, il y a des pruneaux!)

      Supprimer
  5. Peut-être un peu trop feel good pour moi. A voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre deux trucs bien gore, hum? Surtout, tu as vu le métier du héros? ^_^

      Supprimer
  6. je ne comprends pas l'histoire de la carte d'identité et la bretonne que je suis t'en veut un peu de confondre "far" et "kouign-aman" . J'aimerais vraiment lire ce livre je sens qu'il va me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais ni l'auteur ni moi-même ne confondons! Il s'agit de deux passages différents. De plus j'ai eu vent des discussions sur le far, avec ou sans pruneaux. Là aussi il y a deux clans.^_^
      Oui, excellent roman (tu penses bien que j'en garde sous le coude!)

      Supprimer
    2. Ca existe le far sans pruneaux ?

      Supprimer
    3. J'en ai mangé chez un couple 100% breton (et même finistérien), il paraît que les puristes le font sans pruneaux...

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Un planning absolument pas permis, en fait, mais elle a décidé d'écouter son cœur! Quoique je me demande si elle arrive à arrêter le travail, dans ces conditions... (une question d'organisation?)

      Supprimer
  8. Comme Luocine, c'est quoi cette allusion à la carte d'identité ??? et sinon, far et kouign-aman sont bien deux desserts différents ;-) Oui, même la Nantaise ne peut s'empêcher de réagir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun problème avec les desserts, ce sont deux passages distincts! La carte d'identité, je ne peux en dire plus, j'attends un autre lecteur pour en discuter, alors ça me sert de pense-bête... ^_^

      Supprimer
  9. Zut oublié de parler du livre, j'avais lu le liseur du 6h27 - très feel good, ça se lit vite, comme un bonbon sucré et ça s'oublie un peu vite, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Feel good ici aussi, mais meilleur que Le liseur, à mon avis.

      Supprimer
  10. Toujours pas lu cet auteur mais son roman précédent m'attend, yapluka ! ;-)

    RépondreSupprimer
  11. J'ai beaucoup aimé cette lecture aussi. Et la découverte de ce métier de thanatopracteur est amenée avec beaucoup de finesse. Une belle réussite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était pas évident d'intéresser à ce métier, et de faire comprendre la délicatesse de ceux qui le pratiquent...
      Bon, on en causera...

      Supprimer
  12. A découvrir et à te lire, cela me semble une bonne nouvelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bon roman, feel good faut le savoir, mais pourquoi s'en priver?

      Supprimer
  13. Le côté petits plaisirs simples de la vie, façon Delerme, m'irrite un peu, je dois dire. Je ne suis pas du tout tentée par les écrits de cet auteur...
    Et sinon, quelque chose me trouble dans cette chronique. Je ne suis pas bretonne, mais on est bien d'accord que le kouign-amann et le far n'ont rien à voir ?! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, on n'est pas chez Delerm, du tout pas!!!
      Non, ils n'ont rien à voir, les deux citations sont d'ailleurs bien distinctes (mais les deux sont bons, tu sais)

      Supprimer
  14. Feel good mais qui semble avoir plus de corps que les habituels, en tout cas la thématique autour des personnes âgées et de la réalité de leur vie méritent d'être un peu explorée. Pourquoi toujours des trentenaires en mal d'amour et tout le toutim.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoiqu'il y ait aussi des trentenaires là-dedans. Je craignais un peu le multi générationnel comme c'est un peu la mode, mais non, c'est vraiment sympa (et puis, thanatopracteur, quel métier!)

      Supprimer
  15. Sauf à ne faire que cela (lire), il m'est difficile de suivre tous les auteurs que vous proposez sur ce blog. Mais ce sera bien utile de revenir ici fouiner si je me retrouve avec un(e) de ces inconnu(e)s en revenant de la bibliothèque...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman ne résiste pas à une journée pluvieuse, vous savez... De plus je lis vite.

      Supprimer
  16. Comme j'ai détesté le liseur du machin là ! Une purge :( dire que là je suis pas pressée pressée. Et cet opus me fait penser à du sous Delerm (et j'aime déjà pas Delerm)
    Bref, je le lirai certainement, histoire de me conforter dans mon idée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est que j'adore ton commentaire!!!^_^ C'est feel good, oui, mais bien fait. Delerm me tombe des mains maintenant, ce qui n'est pas le cas de ce nouveau romancier.

      Supprimer
  17. Je n'ai lu de cet auteur qu'un recueil de nouvelles qui ne m'a pas vraiment emballée. Je devrai tenter un autre titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être celui-ci? Sinon, pas grave...

      Supprimer
  18. Je viens de lire "le liseur de 6h27" mais j'ai détesté, donc je vais m'arrêter là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve celui-ci meilleur, sans pistes abandonnées.

      Supprimer
  19. Bonjour Keisha, ce roman me paraît en effet très bien. Il faut que je le lise. Et il en faut, des thanatopracteurs. C'est un métier comme un autre. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas ce roman m'a convaincue de leur utilité! j'en ai appris sur leur 'art'.
      Bon week end!

      Supprimer
  20. Pas lu "Le liseur" encore ! Je vais peut-être me laisser tenter par celui-ci en premier :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est une bonne idée!

      Supprimer
  21. je ne connaissais pas du tout, mais c'est bien tentant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vient de sortir et franchement a tout pour plaire!

      Supprimer
  22. j'avais bien aimé le liseur... vais dénicher celui-ci. Merci pour cette critique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du passage! (j'adore ce pseudo)
      J'ai trouvé ce dernier roman encore meilleur.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!