lundi 16 mai 2016

Snjor

Snjor
Snjoblida, 2010
Ragnar Jonasson
La Martinière, 2016
Traduit de la version anglaise, d'après l'islandais, par Philippe Reilly



Alors voilà un nouveau polar venu d'Islande? Cette fois tout se déroule à Siglufjördur, tout au nord, dans une petite ville où tout le monde se connaît, où l'on ne ferme pas ses portes à clé, et reliée  au reste du pays par un tunnel creusé dans la montagne.
Ari Thor est un tout jeune flic dont c'est le premier poste, on lui assure que là-bas il ne se passe jamais rien. Pas de chance, une chute mortelle dans un escalier et une femme retrouvée dans la neige, ça fait beaucoup pour un coin tranquille...

Comme je suis sympa, je ne vais pas donner les noms des personnages, que j'ai fini par un peu confondre. De plus, l'histoire (qui serait peut-être le début d'une série?) se déroule en plein hiver, et, désolée, je n'ai pas ressenti le froid, le vent, ni même la neige; quant à la nuit polaire si prégnante chez Olivier Truc, là, non.
RAS sur l'écriture, sans trop de relief à mon goût. Efficace quand même. Des détails sur le passé et le présent des personnages arrivent sans que le besoin s'en fasse sentir. J'aurais aimé les découvrir autrement. Vers la fin Ari Thor relie des événements, fait des découvertes, mais le lecteur n'est pas mis au courant, ensuite Ari Thor va tout seul le soir chez un suspect sans prévenir personne. Voyons, ça ne se fait plus dans les polars, ces trucs là!!!
Finalement, la fin un poil déconcertante se révèle intéressante! J'ajouterai pour être honnête que j'ai englouti le roman en une journée et ne me suis pas ennuyée.

Gwen a mieux aimé que moi
https://en.wikipedia.org/wiki/Siglufj%C3%B6r%C3%B0ur

48 commentaires:

  1. Je sens qu'il va falloir que je me fasse ma propre opinion !

    RépondreSupprimer
  2. tiens je publie un billet sur un polar islandais le même jour :-) Bizarrement celui-ci, jamais entendu et ton avis me laisse dubitative !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais voir ça!
      Dans ce polar, c'est tranquille, mais quand même on ne le lâche pas, et on est loin de Reikjavik, ça change.

      Supprimer
  3. Pas grave, je ne suis pas très "polar" de toute façon. Mais il y a un truc qui m'interpelle dans ton billet : "Traduit de la version anglaise, d'après l'islandais, par Philippe Reilly". C'est un procédé pour le moins cavalier, il me semble. J'espère que le traducteur anglais a respecté le texte au plus près parce que sinon, je ne te raconte pas ce que doit donner la traduction de la traduction... (peut-être est-ce la cause de ta déception face à la platitude du style?) J'ignore si c'est une façon de faire courante, mais moi, quand je vois ça, j'ai tendance à fuir d'office.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais oui, je voulais aussi en parler (et je suis d'accord, ça explique sans doute le manque de relief de l'écriture, ni bien ni mal, ça se lit, mais voilà, quoi) et j'ai oublié (!)
      Le roman Opération Napoléeon d'Indridason avait lui aussi été traduite de l'anglais pour les lecteurs français, mais Indridason avait revu la version anglaise, quand même. J'avais noté "Traduit à la demande de l'auteur à partir de l'édition anglaise"
      Pourtant il existe des traducteurs de l'islandais (Eric Boury) mais peuvent-ils tout faire?
      Comme toi je n'aime pas trop, car déjà UNE traduction ça implique transformation, alors deux...

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Voilou. Une toute petite ville isolée, ça change des capitales...

      Supprimer
  5. En voila un qui ne passera pas par moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concentre toi plutôt sur McBain et d'autres bons vieux américains...

      Supprimer
  6. Il tient la route, mais n'est pas exempt de défauts (de jeunesse on va dire...), c'est vrai. Je n'avais pas fait attention à cette histoire de traduction. Effectivement, ça peut expliquer le côté un peu plat du style!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, de jeunesse. En tout cas on ne s'ennuie pas, c'est déjà ça. Le début d'une série, peut-être, car la fin ne semble pas la fin?
      Pour la traduction, oui, ce serait une raison possible je pense.

      Supprimer
  7. le resumé me tentais bien, mais je vais passer mon tour car une histoire en hivers où tu en ressent pas le froid, très peu pour moi ! faut vraiment que je me tourne vers Olivier Truc, et enfin découvrir les polars du nord !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olivier Truc (le premier) là oui j'ai ressenti l'obscurité! Et dans Le lagon noir d'Indridason, l'ambiance islandaise était prégnante.

      Supprimer
  8. Je l'avais repéré, mais cette traduction de l'islandais en anglais puis en français me laisse dubitative... Peut-être à la bibliothèque...

    RépondreSupprimer
  9. Amusant ! Malgré tout ses défauts, on dirait que tu as aimé. Je pense plutôt regarder la série polar nordique sur arte...où il parle de mythologie scandinave. Bizarrement ces polars nordiques pourrait se passer n'importe où..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fallait quand même un coin où les gens ont confiance et ne ferment pas leurs portes...
      Je ne grimpe pas aux murs, mais je ne l'ai pas lâché avant la fin.

      Supprimer
  10. Hahaha ! "Voyons, ça ne se fait plus dans les polars, ces trucs là!!!" Instant "hyène hilare" en te lisant. Moi je suis dans de la SF russe où je n'arrête pas de me dire, "mais c'est bien sûr", "forcément !"...:-) Bon, je passe pour ce polar mais ça tombe bien, mon programme lecture 2016 est déjà très chargé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (tu n'as encore rien prévu pour 2017? ^_^)(quand je pense que côté spectacles j'en suis déjà à programmer 2016/2017...)
      Bon, je me moque, mais au moins il n'y avait pas vraiment de temps morts, et ça se lit plaisamment.

      Supprimer
  11. j'ai failli l'acheter et puis j'ai décidé d'attendre je crois que je vais m'abstenir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu changes d'avis... je ne compte pas le relire, tu sais...

      Supprimer
  12. Ah! Les noms Islandais à rallonges ...
    Que du bonheur 😩

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment à rallonges, mais se terminant tous ou presque pareil... Leifur; Hrolfur; Ulfur... (et je ne mets pas les traits sur les voyelles)

      Supprimer
  13. Je ne suis pas dans ma période polar, et j'avoue que je ne suis pas très attirée par les polars du Nord (allergique aux noms à rallonge peut-être... ou plus probablement au froid :P )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les noms qui se ressemblent (pour des yeux français) c'est empoisonnant. Je n'ai pas ressenti de froid, c'est bien le problème...

      Supprimer
  14. Pourquoi pas, je me ferai une idée de ce nouveau polar scandinave !

    RépondreSupprimer
  15. Je vais plutôt me concentrer sur le polar d'O. Truc qui attend dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais oui, tu me rappelles que je dois lire le deuxième, là!

      Supprimer
  16. un bon moment à lire ton billet et tous les commentaires ça me confirme dans l'idée que je ne le lirai pas . J'aime beaucoup ta remarque sur la traduction, c'est déjà compliqué d'une langué à l'autre mais si tout passe par "l'anglais globish" on va s'ennuyer ferme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande aussi si on n'a pas un peu lissé l'écriture à un moment donné?

      Supprimer
  17. Tu te rattrapes sur la fin, parce que sinon, on sent bien que tu as connu mieux en matière de grands froids nordiques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement Indridason est meilleur, mais on va donner sa chance au p'tit jeune!

      Supprimer
  18. Euh... avec tout ce que j'ai ramené de St Malo, même si j'ai lu ton billet avec intérêt car j'adore des polars venus du froid, je passe mon tour ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tu as craqué? Dur dur, la vie. ^_^

      Supprimer
  19. Ca a l'air assez convenu tout de même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez tranquillou, même si ça ne fait pas de mal parfois.

      Supprimer
  20. Ah en effet, ton avis est plus froid que celui de Gwen (mais c'est normal, on est très au nord...) (ok je sors)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu as raison, il fallait la faire, celle là! ^_^

      Supprimer
  21. Bof...! J'espère avoir plus de chance avec le polar norvégien qui vient d'arriver dans ma boite aux lettres: un certain Ingmar Johnsrud et son premier roman... à suivre donc !

    RépondreSupprimer
  22. Et bien dis donc, cela fait quelques temps que je ne note plus de livres chez toi, tes avis ne m'y invitent guère... C'est pas plus mal. J'ai tout Erwan Larher à lire, moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah j'ai des périodes sympas pour les PAL, heureusement! Profite, en général ça ne dure pas!
      Erwan L., oui, bonnes lectures!!!

      Supprimer
  23. Je vais passer mon tour. En plus je n'ai vraiment pas envie de neige, de vent et de froid en ce moment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh on ne les ressent pas vraiment, et c'est ça le problème!

      Supprimer
  24. Bonsoir Keisha, je me demandais ce que valais ce roman en tête de gondole dans certaines librairies: à lire peut-être mais sans urgence. Merci. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sympa mais pas de quoi grimper aux murs.

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !