vendredi 1 juillet 2016

Ultime partie

Ultime partie
Marc Dugain
Gallimard, 2016



Il n'était pas question de rater la lecture du dernier tome de la trilogie (je copie mes avis sur les deux premiers, L'emprise et Quinquennat (parus en poche) pensant su'ils ne contiennent pas trop de spoilers.

Mais voilà le problème : ne lire qu'Ultime partie serait dommage (bien que les rappels nécessaires aux p'tits nouveaux et aux anciens à mémoire courte soient habilement insérés) et je suis bien consciente qu'à imposer TROIS romans d'un coup, ça va hurler!

Dugain possède une écriture ciselée, dégraissée. Les chapitres courts s'intéressent aux différents protagonistes. Je ne dirai pas que se plonger dans les magouilles politico-économiques et les coups fourrés des barbouzes soit ma tasse de thé quotidienne, mais c'est tellement passionnant ici! Dugain arrive à donner à tous une touche d'humanité (pour certains, elle est très très cachée, j'avoue) et, ouf pour le lecteur sensible, à tirer d'affaire les personnages désireux de ne pas (ou plus) se salir les mains. Beaucoup de dynamisme dans la narration. Des problèmes éthiques finement exposés (hé oui, le tout noir tout blanc, pas toujours possible dans la vraie vie!). Tout citoyen peut s'y retrouver.

"Le pays aimait les rentrées. Rentrée politique, rentrée scolaire, rentrée sociale, rentrée littéraire, chaque année, un brouhaha artificiel entretenait l'illusion de la nouveauté, du renouveau, de la renaissance dans un conformisme cadenassé. Il faut dire que si la France aimait les rentrées fracassantes, elle aimait aussi les sorties discrètes qui s'effectuaient en sifflet à partir de début mai, à la faveur des jours fériés et d'une architecture calendaire qui relevait, dans sa conception des ponts, d'un mélange habile de génies civil et religieux."

Les avis de motspourmots,


L'emprise 
"Pourquoi vos parents vous ont-ils appelée Lorraine?
-J'imagine qu'ils ont réalisé qu'Alsace c'est un peu dur à porter pour une fille.
-Et votre nom de famille, K., ça vient d'où?
- Je ne sais pas. Un nom breton qui a perdu ses lettres."

Philippe Launay est favori dans les sondages, qui le donnent gagnant à de futures primaires, et au second tour face au président sortant ou l'extrême droite. Son adversaire du même parti aimerait bien mettre la main sur quelques casseroles, Launay, lui, essaie d'avoir un tour d'avance, histoire de garder la main dans le jeu.
Blandine Habber, ancienne présidente du groupe Arlena, "fleuron de l'industrie nucléaire française", est en rapports avec un ingénieur syndicaliste du groupe, lequel disparaît mystérieusement;
Corti, directeur de la Direction centrale du renseignement intérieur, corse et amateur de nourritures roboratives, essaie de tout savoir sur tout, sans se laisser embobiner, et envoie Lorraine mener une enquête à la fois sur la disparition du syndicaliste et celle d'un voilier.

Par pitié, ne fuyez pas dès que vous  aurez lu les expressions "politique","services de renseignements", "groupe industriel". Ce bouquin se lit comme un thriller américain (un compliment) dont il possède l'efficacité tout en offrant une écriture de bon niveau.Souvent cynique, mais laissant une petite part à des moments plus tendres, il donne souvent l'impression au lecteur d'être une petite souris dans les chambres ou antichambres du pouvoir, et je n'ai pu m'empêcher de tenter de mettre une tête sur des noms fictifs, en vain la plupart du temps car Dugain se garde de donner trop de détails. Mais tous les rebondissements et les faits demeurent bien crédibles.

"Afin de financer des campagnes électorales avec des sommes prélevées sur des travaux d'adduction d'eau, d'assainissement, de chauffage collectif, de traitement des ordures ménagères, de transports scolaires et urbains, ils avaient corrompu un bon nombre d'élus locaux de tout bord et à tous les étages de la représentation territoriale, ce qui leur valait d'être craints sous couvert de respect et d'estime."

J'ai bien aimé aussi les petites remarques au détour d'une phrase
"Il n'avait pas atteint l'âge où l'on parle du temps pour engager une conversation."

Quinquennat
Comme je le disais pour l'Emprise, ce roman parle de ce qui ne m'attire guère: la politique (et ses coups fourrés), les services secrets (et ses coups en douce), et les magouilles financières... Lecture détente, non?

Encore une fois, je l'avoue : je-n'ai-pas-lâché-ce-bouquin. Fascinée par la crédibilité de l'histoire où résonnent en écho des faits actuels, agacée de ne pouvoir poser un nom sur certains (et pourtant!), écœurée du cynisme de quelques politiques/journalistes/hommes d'affaires, soulagée de l'honnêteté et la ténacité de certains quand même, tendue à cause du danger menaçant ces derniers, épatée par une construction tout en  suspense, jubilant à la lecture de bien des passages, riant même parfois (jaune).

L'histoire? Launay est élu président de la République, suite à un 'sursaut républicain', face au candidat du Mouvement patriote. L'élimination de trois islamistes entre les deux tours a pu aider aussi...Mais chut!

Conseillé par une de ses proches collaboratrices, Launay prévoit d'organiser un référendum menant à une réforme constitutionnelle qui pourrait avoir de réels effets positifs, et aussi de rendre moins dangereux pour son avenir politique le Mouvement patriote et ses adversaires (dont certains dans son propre gouvernement).

Je suis d'accord, tout cela peut paraître assez peu attractif, mais croyez-moi, il y aurait encore beaucoup à dire, avec moult personnages et filouteries.  D'ailleurs je signale que ce fameux référendum sera repoussé à un troisième tome, qui je l'espère donnera enfin la réponse à quelques questions. Je souhaite que Monsieur Dugain y travaille sans relâche!

Quelques passages:
"En deux semaines, une nuée de collaborateurs de l'ancien régime allaient céder leur place à d'autres. (...) Les diplômes ont remplacé la naissance au bémol près que les titulaires des diplômes sont nés pour la plupart dans les mêmes milieux." (...)Bref, tout ce qui crée l'inertie française paraissait sur le point de se renouveler selon une version nationale du jeu de la chaise musicale, où l'on compte autant de chaises que de gens qui tournent autour."
"D'une beauté évidente, elle évoluait au milieu de la quarantaine sans inquiétude pour la suite."
"Les gens n'existent plus que par le bruit qu'ils font. (...) Le bruit généré par un individu est égal à la moyenne entre son QI et sa position sociale."

Question : les deux tomes sont-ils indépendants? Je pense que c'est comme chez Bello, on peut parfaitement suivre le II sans avoir lu le I puisque l'auteur y insère tous les éléments permettant de suivre, mais ce serait dommage de se priver du I.

34 commentaires:

  1. Dis donc, tu sais être convaincante! Du coup, ma curiosité est piquée et je note "L'Emprise."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant plus que tu devrais le trouver facilement!

      Supprimer
  2. Pareil ! surtout que j'aime beaucoup le style de Dugain ! et ton enthousiasme est communiquant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te voilà partie pour une trilogie (tranquillement quand même!)

      Supprimer
  3. Je l'avoue, "l'emprise" m'avait pu convaincue, trop en prise, justement, pour moi, avec l'actualité, l'aspect petite souris dont tu parles m'avait bien plu, cependant, il manque un certain recul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je ne sais pas si la suite est pour toi... On s'attache cependant aux personnages, qu'on a envie de suivre...

      Supprimer
  4. j'en suis restée au premier tome sans être convaincue alors je passe pour aujourd'hui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage, mais il y a tant à lire, c'est vrai.

      Supprimer
  5. D'accord à 100% : ce serait dommage de se priver de la lecture des trois, d'autant que les 2 premiers sont disponibles en Folio, qu'ils ne sont pas très longs (250 pages en moyenne chacun soit au total, à peine un livre de Jonathan Franzen).
    C'est passionnant et addictif et, chose appréciable, l'intérêt de faiblit pas contrairement à certains "multi-tomes" qui ont du mal à tenir la distance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dirait que ça colle bien à l'actualité d'un tome à l'autre... Et tu as raison, ce n'est pas vraiment long. Je les ai lus au fur et à mesure de la parution, et c'était parfait comme rythme!

      Supprimer
  6. Tu es gourmande quand-même parce qu'essayer de nous convaincre de lire trois romans en un seul billet, c'est un peu présomptueux. ;-)
    Je ne savais pas du tout que c'était une trilogie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai découvert à la fin du premier (mais j'ai survécu) et fait confiance à Dugain pour ne pas laisser l'histoire en route!

      Supprimer
  7. Un auteur que je DOIS lire un jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai démarré avec Avenue des géants!

      Supprimer
  8. Bonjour Keisha, il faut que lise les trois romans (dans l'ordre). Les deux premiers sont notés depuis un moment. Dugain a un bon sens de la narration. Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que cette série te plairait beaucoup!

      Supprimer
  9. Je me dis pourquoi pas, même si le thème ne m'est pas familier. J'avais lu un dugain que j'avais bien aimé, ca me permettra de découvrir davantage cet auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En général, c'est un auteur qui plait bien. A juste titre.

      Supprimer
  10. Tu me grondes si j'ose te dire que je n'ai jamais lu Marc Dugain ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'oserai pas (en dépit du fait que je suis certaine que tu aimerais cette trilogie) car 1) il y a tant à lire! 2) j'ai commencé à le lire fort tardivement...

      Supprimer
  11. J'ai lu le premier et même si j'aime son écriture, je n'ai pas eu envie de continuer, je préfère cet auteur dans un autre registre, comme dans Avenue des géants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord d'accord... C'est sûr qu'on se lance dans du bien proche de nous, là.

      Supprimer
  12. Ben, comme Yv, j'ai jamais lu Marc Dugain... pfff, encore un qui reste à lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te réponds comme à Yv, alors? ^_^

      Supprimer
  13. Oh ça fait un moment que je ne me suis pas penchée sur Dugain que j'aime beaucoup, et j'avais déjà noté les 2 premiers volumes de cette trilogie. Mais quand vais-je pouvoir le caser, quand ?

    RépondreSupprimer
  14. Tu lis trop vite... (je crois que je te l'ai déjà dit), je suis absente moins d'une semaine et j'ai déjà 3 ou 4 billets de retard, je garde ta liste pour faire des cadeaux à mes amies qui adorent les polars

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les deux premiers de la trilogie ont été lus il y a un bout; ce ne sont pas des polars, même s'il y a du suspense, cela colle plutôt à l'actualité très très récente (voire l'anticiper)

      Supprimer
  15. Je ne me serais pas spontanément tournée vers ce roman, mais tu en parles si bien et puis s'il y a cette "touche d'humanité" en plus...
    Mais d'abord il me faudra attaquer le premier! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le premier (en poche!)
      Même si je me demande si retrouver en filigrane quelques événements français assez récents n'ajoute pas au plaisir de la lecture.

      Supprimer
  16. Oui, je hurle ! 3 romans !!!! Mais en même temps, les reportages TV que j'ai vu sur cette trilogie m'ont bien donné envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais vu ces reportages télé, tu penses bien! Tu peux tenter le premier.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!