lundi 14 novembre 2016

Précis de médecine imaginaire

Précis de médecine imaginaire
Emmanuel Venet
Verdier, 2005



Marcher droit, tourner en rond, roman paru en août, m'a tellement enchantée que je poursuis avec l'auteur, avec cette fois de courts textes d'une ou deux pages, autobiographiques et médicaux, voire pianistiques ou psychiatriques, si j'ose dire, toujours bourrés d'ironie discrète et d'autodérision de bon aloi, et absolument gouleyants à savourer, à petites gorgées bien sûr.

Allez, je copie le texte intitulé Hypocondrie
"J'ai oublié comment le h de l'hypocondre s'est perdu dans la construction du néologisme, mais je reste confondu par ce qui se cache de souffrance morale sous nos plus basses côtes: la bile noire du mélancolique, le spleen sur lequel pèse à jamais un couvercle de nuages, l’excitation des dératés, et cette haute figure de la passion morbide que représente l'hypocondrie. On ne peut avoir plus d'un ami hypocondriaque sous peine de devenir fou soi-même. Pour moi ce fut Bernard Simeone, poète et traducteur, sans doute l'hypocondriaque le plus abouti que j'aie jamais rencontré. Il m'a passé des milliers de coups de téléphone à toutes les heures du jour ou de la nuit, pour m'entretenir de ses symptômes et de ses inquiétudes. Dès l'adolescence, il ne souffrait jamais de banals maux de tête mais toujours de tumeurs cérébrales. Comme il s'était documenté, il n'envisageait que des tumeurs à fort degré de malignité dans des localisations inaccessibles au chirurgien. Il a du rédiger son premier testament à l'âge de quinze ans, en écoutant du Ravel. Entre vingt et trente ans, après un bref passage en faculté de médecine, il se spécialisa dans la leucémie aiguë foudroyante, dont il avait trouvé des formes gratinées dans les traités de pathologie. Il appelait purpura fulminans un grain de beauté, se palpait les ganglions à longueur de journées, et se diagnostiquait à la moindre occasion une anémie maligne ou une aplasie médullaire. A la même époque il s'enticha de Rilke, dont la légende veut qu'il soit mort de ce mal après une piqûre de rosier. Rilke se savait atteint d'une modification mal connue des cellules du sang, mais sans doute son entourage supportait-il mal qu'il rende les armes pour une histoire de globules. Entre deux lymphomes, Bernard s'autorisait des méningites ou al tuberculose, mais ces escapades vers des maladies curables ne duraient pas. En outre, il passait tout son temps à écrire ou à lire dans son appartement, ce qui le tenait à l'écart des rosiers. A la trentaine, devenu moins romantique, il se focalisa sur la fonction digestive. C'est le triste sort de bien des hypocondries, commencées brillamment et finissant en eau de boudin. J'ai dû assurer des centaines de consultations téléphoniques pour des diarrhées bizarres, des flatulences inhabituelles ou d'inexplicables baisses d'appétit. Bernard était un érudit: après l'évocation de son intimité la plus triviale, on parlait de littérature ou de politique, et il guérissait pour une heure ou deux. Son médecin généraliste s'arrachait les cheveux.
Peu après quarante ans, Bernard s'est mis à présenter de vrais symptômes, qui l'ont guéri de son hypocondrie. Lui qui consultait pour un oui ou pour un non, il les a laissé évoluer plusieurs mois avant de donner l'alerte, sans doute par peur de déchiffrer les sinistres messages qu'ils lui adressaient: un cancer rarissime du duodénum, diagnostiqué trop tard et de toute manière peu guérissable. Bernard en est mort en moins de deux ans. Il nous a laissé, outre une oeuvre poétique inachevée, une énigme inscrite à même son corps: la maladie avait débuté sous les dernières côtes, au lieu même de son origine imaginaire."

Les avis de Cécile, charybde, claro,
Si mon billet ne vous convainc pas, allez lire ces avis...

26 commentaires:

  1. J'ai noté le précédent, celui-ci est tout aussi tentant. Ah Verdier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il reste deux minces volumes à la bibli, et après, hélas, plus rien! Toujours Verdier.

      Supprimer
  2. Un extrait édifiant, je comprends ton "à petites gorgées" ! (Pensé à Woody Allen en le lisant.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre est court, plus varié qu'on ne le penserait, et assez pince sans rire, finalement. Woody Allen? Je ne sais pas, mais la comparaison est flatteuse.

      Supprimer
  3. ah ah un lyonnais bon teint ! j'ai aimé tous ses textes depuis le début et je les ai parfois donné à lire à des étudiants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, 'ton' Lyonnais. Encore deux à la bibli, je fais durer...

      Supprimer
  4. j'avais l'impression d'avoir laissé un commentaire§ en tout cas je te le redis, j'adore ce passage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai préféré reproduire un texte entier, pour donner une idée. Mais tout est bon, je trouve!

      Supprimer
  5. J'ai lu le tourner en rond ( vraiment extra mais faut que je fasse mon article) mais rien que cet extrait je sais à qui je vais l'envoyer. J'ai une ou deux candidates à l'hypocondrie dans mes connaissances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Tourner en rond a fait mon bonheur, ce dernier aussi, forcément. Mais attention, il ne parle pas que de l'hypocondrie...

      Supprimer
  6. Je connais (un peu) l'oeuvre du poète Bernard Simeone mais je ne savais pas que... En tout cas c'est très drôle et la fin est...on se dit que finalement...^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce petit bouquin est plein de notations intéressantes, oh lis le!

      Supprimer
  7. Et le titre !!! "précis---imaginaire" ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'annonce, cela tourne autour de la médecine, mais version parfois souvenirs d'enfance ou de famille.

      Supprimer
  8. Toujours très envie de découvrir l'auteur avec Marcher droit, tourner en rond !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais bien sûr exprès d'en rajouter une couche. Il m'en reste deux à lire, après, à toi de jouer! ^_^

      Supprimer
  9. Ah oui, quand on lit un même auteur dans l'intervalle de 3 mois à peine, c'est qu'on est devenu accro à sa prose ! Bon, il faudra que j'aille voir ça de plus près.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en plus c'est court (hum, argument anti bouclier). Possibilité de rires dans le métro.

      Supprimer
  10. Courts textes, ironie et autodérision, je prends sans hésiter. J'espère le trouver sur le présentoir de la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien que vous trouverez un de ses livres, je pense que tout est bon. Et puis, Verdier!

      Supprimer
  11. j'ai lu "Cavatines" de Bernard Simeone; une errance dans Turin et des commentaires sur les quatuors de Beethoven dans cette œuvre et surtout une prose magnifique! je savais qu'il était mort jeune. l'hypocondrie ne protège pas de la maladie...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je viens juste de noter ça dans ma liste, car ce livre est à la bibli (et paru chez Verdier aussi!)

      Supprimer
  12. Molière se moquait de l'hypocondiacre pulmonaire mais il est mort de la tuberculose.
    Je connais quelqu'un atteint de cette maladie. Le pire c'est que souvent l'excès d'angoisse conduit à la maladie organique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etre angoissé ne doit pas arranger la santé, je crois.

      Supprimer
  13. J'ai cru que tu parlais du Beaujolais nouveau ^^ mais ces pages ont l'air plus savoureux que la piquette annuelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Piquette? Je ne suis pas habituée à sauter sur ce Beaujolais nouveau (même avec modération), préférant guetter quelques semaines avant l'arrivée de la bernache (peut-être pas un goût extraordinaire, mais je maintiens les traditions!)

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !