mardi 27 décembre 2016

Du vent

Du vent
Xavier Hanotte
Belfond, 2016


Le billet de Yv m'avait convaincue, surtout que je gardais un excellent souvenir de Ours toujours, du même Hanotte. L'Irrégulière a confirmé mon intuition.

Tout d'abord je ne peux qu'admirer le travail du concepteur de la couverture, absolument raccord avec le contenu, et sans trop en dire.

Tout en occupant un travail de correcteur dans une administration bruxelloise, Jérôme Walque écrit des romans, du solide, pas forcément dans l'air du temps. Mais il est doté d'un vieil ami, Jérémie, à qui il ne peut refuser de l'aide. Alors tout en poursuivant son projet de biographie romancée de Marcus Aemilius Lepidus (dit Lepide), membre d'un triumvirat romain avec Antoine et Octave, il se lance -sous la signature de Jérémie- dans l'écriture d'un roman différent, où le lieutenant Bénédicte Gardier tombe dans un guet-apens et se retrouve expertement ficelée.

L'on pourrait penser qu'un roman contenant des romans en cours d'écriture n'a rien de nouveau (tout en restant une bonne idée), sauf qu'avec l'arrivée d'un couple de petits escrocs mystérieux et d'un non moins étrange policier, l'affaire se corse, les narrations se répondent, et le pauvre Jérôme (et le lecteur) se trouve embringué dans une folle histoire.

Dire que voilà un roman bien ficelé serait un poil attendu, mais demeure la vérité. Je me suis follement amusée avec les aventures de Jérôme et Bénédicte, l'histoire de Lépide demeurant d'un classicisme moins débridé, forcément, et méditation sur le pouvoir et la vie.

Allez, des extraits

"Je ris.
'Le pouvoir, Octave, c'est du vent!'
Il ferme les yeux, pose sa tête en sueur sur un coussin de brocart.
' Le vent, Lépide, souffle où il veut.'
D'un geste las, il me congédie.
Le triumvirat a vécu.
Devant la tente, je respire enfin. Le poids qui m'écrasait les épaules depuis si longtemps s'est envolé. Il me semble voir un aigle tournoyer très haut, là-bas, dans le soleil."

"Selon lui [Jérémie], tout écrivain digne de ce nom devait suivre sa pente naturelle et sacrifier la sécurité au profit de l'audace créatrice. Au lieu de peaufiner en amateur, avec une maniaquerie de miniaturiste, ses gros romans tellement étrangers à l'air du temps, pourquoi Jérôme ne se lançait-il pas dans la grande foire d'empoigne du monde littéraire, où vie quotidienne et écriture se mêlaient dans une exaltante étreinte?
De son côté, Jérôme s'attristait de voir Jérémie donner aux imprimeurs une succession de produits semi-finis, de plus en plus ressemblants sinon redondants, en tout cas bien inférieurs à ce dont il le pensait capable - même si, en son for intérieur, il lui arrivait de douter que son ami pût encore concocter autre chose que les bluettes sentimentales dont il s'était fait, sous son vrai nom, le fournisseur patenté et satisfait."

28 commentaires:

  1. Un auteur que je n'ai jamais lu, à réparer un jour ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien qu'il y aura un mois belge (avril?); j'ai déjà prévu des romans à lire!

      Supprimer
  2. Bonjour Keisha, pourquoi pas? En tout cas, la couverture est sympa. Je serais curieuse de découvrir ce qui arrive à Bénédicte. J'en profite pour te souhaiter un bon réveillon de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais il faut le découvrir!!!
      Belles fêtes à toi aussi!

      Supprimer
  3. Je n'ai pas pensé à la blague du roman bien ficelé ! J'ai honte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, c'est une blagounette à deux balles, ça. ^_^

      Supprimer
  4. Auteur inconnu et je n'ai même pas vu passer ce roman. Ce que tu en dis intrigue, forcément :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as vu, les deux autres blogs en disent du bien!
      Tu devrais être intéressée par ces thèmes auteur/écriture/édition...

      Supprimer
  5. jamais lu moi non plus et tu sembles avoir passé un bon moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais tellement aimé Ours toujours que j'ai fait confiance totale aux deux autres blogueurs. Je pense que tu aimerais beaucoup (il y a des passages très 'littérature classique' avec un personnage, Lépide, finement rendu, et ses interrogations sont belles et intelligentes)

      Supprimer
  6. Pour moi, Hanotte reste l'auteur de Derrière la colline alors j'ai du mal à l'imaginer dans un autre registre susceptible de me parler. Pourtant on dirait bien qu'il y excelle. A creuser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, je sais qu'il écrit des romans plus sombres, policiers et ou historiques, mais jamais été tentée... Alors que Ours toujours et maintenant ce Du vent, c'est que du bonheur et , je le sais, dans ton créneau. ^_^

      Supprimer
  7. Une divine surprise et découverte pour moi. Je relirai sûrement l'auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille fortement Ours toujours. Les autres, pas lus.

      Supprimer
  8. Un auteur que je n'ai encore jamais lu... J'avais noté, je crois, un roman sur la première guerre mondiale, je vais ajouter celui-ci à ma liste pour la bibliothèque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, j'ai peur de me lancer dans ceux sur la première guerre mondiale. A tort sans doute.

      Supprimer
  9. je n'en avais pas entendu parler! Et je compte sur toi pour me raconter le pays du sourire, je n'ai pas pris de place pour ce spectacle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon roman!
      Le pays du sourire, je vais essayer de résumer mes impressions, pour l'instant je n'ai lu aucun compte rendu.

      Supprimer
  10. Argh, j'avais tellement détesté "Derrière la colline" (coucou A Girl ! ;-) ) que je n'ai pas du tout envie de retenter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, les deux que j'ai lus sont garantis sans guerre mondiale, sans vraie enquête policière, mais avec humour, fantaisie, intelligence, et j'ai adoré!

      Supprimer
  11. pas envie ! je passe mon chemin ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que je regrette, car c'est vraiment bien! (OK, pas américain ^_^)

      Supprimer
  12. L'avais déjà repéré sur les sites cités. A voir...

    RépondreSupprimer
  13. "Ours toujours" m'avait plu, depuis je n'ai plus lu du spirituel Xhanotte. J'irai volontiers vers celui-ci et le thème m'intéresse.
    Merci.
    Une bonne fin d'année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de la même veine, en encore plus original! Et puis une balade bruxelloise (entre autres) ne se refuse pas. ^_^
      Bonne fin d'année!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!