mercredi 11 janvier 2017

Les cris de l'innocente

Les cris de l'innocente
The screaming of the innocent, 2002
Unity Dow
Actes Sud, actes noirs, 2006
Traduit par Céline Schwaller


Unity Dow est botswanaise, a été juge à la cour suprême de son pays, et a écrit des romans, dont celui-ci, qui n'est d’ailleurs pas qu'un polar!

Alors prêts à partir pour le Botswana? Plus particulièrement dans le delta de l'Okavango? Pas pour du tourisme, mais pour mieux connaître la réalité de la vie villageoise.

Nous sommes en 1999. Amantle effectue son service national (obligatoire) dans un dispensaire de brousse. Elle désire devenir médecin, mais en attendant elle s'investit bien, y compris quand les deux infirmières tire au flanc lui demandent de ranger un débarras. Voilà qu'elle met la main sur un carton contenant des vêtements ensanglantés, remettant à la lumière une histoire de disparition de fillette dans le village cinq ans auparavant. La police avait conclu à une attaque de lion, les villageois à l'étouffement d'une affaire de meurtre rituel. La tenace Amantle va faire bouger ses amis dévoués, et des personnages haut placés (mais là, contre leur gré)

Je m'attendais à une enquête policière classique, mais, pour mon grand bonheur, j'ai eu l'impression de vivre au Botswana.
Un long et passionnant chapitre, par exemple, raconte l'enfance de la petite Amantle, dernière née et première de la famille à aller à l'école. Villageois et citadins sont aussi enclins à des croyances les poussant à la violence, et hélas le pays n'échappe pas à d'autres maux, tels la corruption... Le lecteur peut s'émouvoir, mais aussi s'amuser (en dépit du sujet). Passionnant de bout en bout.

Apprécions la fréquente ironie du texte (ce Disanka est un des meurtriers, on le sait au départ)
"A tous les égards, donc, M. Disanka était un honnête homme. Il possédait des commerces florissants, une bonne épouse, une bonne maîtresse qui savait élever seule ses enfants, de bons enfants légitimes, et de bonnes ex-maîtresses qui savaient élever seules leurs enfants et qui étaient à l'occasion disponibles pour rompre la monotonie de l'épouse et de la maîtresse actuelle. Après tout, les gens ne disaient-ils pas souvent qu'un homme ne pouvait se nourrir uniquement de porridge."

"Je ne vis pas passer la nuit dans la brousse, avec des hyènes qui hurlent et des éléphants qui font trembler le sol! Et puis il y a des lions, par ici!" (citation spéciale pour Fanja)

Lire le monde chez Tête de lecture

36 commentaires:

  1. Une belle découverte, alors ! Ton enthousiasme est communicatif.

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Inconnu aussi! Et j'ai appris plein de choses...

      Supprimer
  3. Oh mais c'est très tentant :-) je le note, l'Afrique n'est pas le continent qui m'inspire le plus mais là...

    RépondreSupprimer
  4. Déjà Ma Ramotswe m'avait donné envie d'aller au Botswana, ton billet confirme mes envies, mais le prix d'avion.....

    RépondreSupprimer
  5. ah mais me donnes envie là ! merci je le note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore si ce roman se trouve aisément (pour ma part, en bourse aux livres)

      Supprimer
  6. oups le commentaire a disparu
    je disais donc que j'ai du mal avec les polars en ce moment alors j'accumule les titres pour le jour où

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est franchement pas vraiment un polar, on connaît depuis le début presque tous les coupables, mais la plongée dans le Botswana rural et urbain est très intéressant.

      Supprimer
  7. Une lecture dépaysante on dirait. Si en plus ce n'est pas qu'un polar...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une jeune morte (ou plutôt, disparue) , mais plutôt l'occasion de découvrir le pays et ses quelques dysfontionnements.

      Supprimer
  8. Encore une tentation.... Trop dure la vie.

    RépondreSupprimer
  9. Contrairement à Dominique, je suis plutôt dans une période polar alors je note. Et j'ai bien compris que l'intérêt était dans la description du pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me connais, les purs polars sans fond intéressant, j'évite. Là c'est du bon.

      Supprimer
  10. Je suis prête à partir pour le Botswana !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais aussi, et pas qu'en lecture...

      Supprimer
  11. La couverture n'est pas franchement attirante, mais je note pour le Botswana... et le côté "policier sans l'être"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les couvertures noir actes sud pourraient être plus chouettes, c'est sûr.

      Supprimer
  12. Je m'embarquerais volontiers en te lisant !

    RépondreSupprimer
  13. C'est pas bientôt fini en cette période de rentrée littéraire bis de participer à l'agrandissement non progressif de la LAL ou PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais ce n'est pas une nouveauté! Les bons livres restent bons.

      Supprimer
  14. Je trouve que les polars d'Actes Sud Noirs ont souvent le mérite de nous plonger totalement dans le pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai peu lu, ce doit être le deuxième, mais pour celui ci j'ai tendance à penser que oui, ô combien!

      Supprimer
  15. Ahaha j'ai bien repéré le clin d'oeil ! Un polar (et pas que) non nordique dans la collection Actes noires, ça se note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela peut s'arranger si tu veux le lire.

      Supprimer
  16. Comme tu l'écrivais, difficile à trouver. Mais c'est noté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment bien (et traduit de l'anglais, alors on ne sait jamais...)

      Supprimer
  17. Je ne peux que le noter, il a l'air d'avoir de nombreux atouts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bonne surprise, car je me méfie de cette collection...

      Supprimer
  18. C'est dommage, il n'est pas en poche... mais je note quand même ce titre, j'aime beaucoup les polars africains qui sont hélas peu nombreux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai acheté à 50 centimes en bourse aux livres! On ne sait jamais, tu peux le trouver?

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !