vendredi 17 février 2017

La fabrique du livre

Avant d'en dire trop (et de voir partir à toutes jambes les lecteurs) je précise que ce livre est formidable, qu'il se lit sans peine (ce n'est pas du Danièle Steel non plus), bref l'auteur n'a pas jugé utile de sortir la grosse artillerie du 'voyez comme je suis intello', qu'il est bien composé et mené, qu'il contient quelques bagarres et procès (feutrés tout de même) et aussi un meurtre non élucidé!

A attaquer au coupe papier...
La fabrique du livre
L'édition littéraire au XXe siècle
Olivier Bessard-Banquy
Presses Universitaires de Bordeaux & Du Lérot, éditeur, 2016
(ce Lérot fait ma joie, il ne m'en faut pas beaucoup, je sais)

L'auteur: un CV long comme un lundi, mais attirant comme un vendredi, à savoir professeur des universités, en charge des enseignements d'édition et d'histoire de l'imprimé au sein du pôle des métiers du livre de l'université de Bordeaux Montaigne, après dix ans dans l'édition parisienne.

Parfait donc pour nous entraîner dans 500 pages (non massicotées au départ ^_^) narrant l'histoire de l'édition française de la fin du 19ème siècle aux années 1980. (Et la suite alors? Elle existe et vous pensez bien que je vais me jeter dessus)

Il y a un bon siècle déjà se posaient les mêmes problèmes, trop d'éditeurs, trop de livres, certains sans valeur, qui se tuent les uns les autres. Faut-il privilégier la qualité, ou proposer surtout des lectures détente?
En 1938 déjà André Dinar se plaignait que radio et cinéma prennent trop de temps sur la lecture...

Ce remarquable travail est très bien documenté, archives, etc. et courriers conservés par les maisons d'édition. Je me suis amusée à découvrir sous le nom de la plupart d'icelles (Yv, oui) des messieurs (c'est très masculin ce monde) tels Gaston Gallimard, Albin Michel, Fasquelle, Flammarion, Denoël, etc.

Découvrir les tribulations de la maison Ollendorf avec les héritiers de Maupassant, d'Albin Michel avec l'indélicat Willy, ou la famille de Pierre Louys, le tout assaisonné de courriers bien écrits mais sans équivoque, est un vrai bonheur (et ça se lit comme un roman)

Et le lancement du diable au corps de Radiguet, avec entre autres "un petit clip publicitaire qui passe au cinéma avant la projection du film"?
Sans parler des prix littéraires, avec les bricolages déjà, du flair plus ou moins bon des éditeurs (le plus célèbre étant Gallimard 'ratant' Proust.

Arrive l'année 1940, et l'occupant qui met son nez dans les catalogues et les parutions, demandant la mise au pilon de certains livres, surveillant les nouveautés (allant jusqu'à chipoter pour une publication des Mémoires d'outre-tombe en pléiade). La plupart des éditeurs essaient de s'en sortir, peu en feront 'trop', mais à la fin de la guerre se tiendront des procès, où ils devront montrer leur bonne foi. Pas toujours facile.
Moins de papier, moins de parutions, moins de divertissements, les gens se jettent sur les livres, atteignant parfois de jolis prix au marché noir!
Le 13 juillet 1945, Denoël se présente devant la justice. Classement de la procédure. Mais il est abattu froidement le 2 décembre 1945, crime jamais élucidé...

Après guerre, voilà l'arrivée du poche (avec des pour et des contre), des clubs du livre (pareil, pour ou contre), les démêlés de Jean-Edern Hallier avec ses éditeurs (excédés), l'arrivée de 'petits éditeurs', Apostrophes...

J'ai découvert l'existence de l'éditeur Robert Morel, très 'années 68', absolument pas commercial, rêvé sur la collection Libertés chez JJ Pauvert...

Sans que ce monde ait été jusque là celui des bisounours, dans les années 70 j'ai eu l'impression que cela devrait plus féroce, recherche de rentabilité (sinon on coule, il faut le comprendre!), rachat de maisons en difficulté, regroupements. Et toujours les questionnements sur les lecteurs, et que leur proposer?

Pour terminer, je m'aperçois que j'ai hélas déjà laissé filer une partie de la richesse de ce livre, où chacun trouvera à se nourrir, et j'insiste sur le sérieux de l'auteur, doté d’une ironie discrète et de bon aloi, d'une plume élégante, d'un enthousiasme sobre, et dont j'ai aimé l'art des sous titres (Fisher contre Fischer, Moi Jérôme L., vingt-deux ans, typographe, Au nom du fisc, Bienvenus au club, Maison leader dans son domaine cherche à se débarrasser d'un partenaire encombrant, Trois hommes dans un bureau, Tristes classiques, etc.)

Un avis complet sur babelio

Ma participation au challenge Lire sous la contrainte avec un contrainte plutôt facile, ce qui explique que je n'y fais figurer que les 'nouvelles 'lectures.

52 commentaires:

  1. En effet, en effet, elle a l'air de se mériter cette lecture. Il faudrait que je m'achète un coupe-papiers digne de ce nom. Mais qu'il semble passionnant ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma bibli avait fait le boulot... ^_^
      Passionnant, et finalement je l'ai sans doute lu trop vite.

      Supprimer
  2. Ça semble en effet tout à fait passionnant. J'ai quelques pavés de ce genre dans ma bibliothèque ("La guerre des écrivains" par exemple, une brique passionnante) dans lesquels je grappille de temps en temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je commence à plonger dans la catégorie 070 à la bibli! Et emprunté un truc jubilatoire paru chez La fosse aux ours, avec auteurs éditeurs journalistes. Et aussi L'édition littéraire aujourd'hui. Quand j'ai un thème en tête... ^_^
      (pas de La guerre des écrivains à la bibli)

      Supprimer
  3. Oh mais moi c'est le genre de choses qui me passionnent ! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon billet ne donne qu'une idée assez pâle du contenu, j'insiste juste pour signaler son immense intérêt, et son accessibilité à tout amoureux des livres!
      J'avais d'autres livres à lire, mais là je l'ai englouti.

      Supprimer
  4. J'avais pensé l'acheter un jour ce livre et tu confirmes… (Goran http://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 29 euros, mais franchement, c'est du très bon! A voir avec sa bibli, après tout ça mérite de paraître dans leur fonds.

      Supprimer
  5. Toujours à fond ! ma PAL te dit non ! na ...

    RépondreSupprimer
  6. Je regarderai à la bibliothèque, ça me semble des plus intéressant, au moins à grappiller !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, la bibli, avec les cotes 070... Tu pourrais y trouver des pépites lisibles.

      Supprimer
  7. Ah, c'est le directeur de mémoire de mon fils à la fac de Bordeaux et il l'adore !!!! En plus il est sympathique et à l'écoute de ses étudiants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super! En tout cas tu as vu ce que je dis de son écriture et de sa présentation : parfaitement accessible, tout en restant de bon niveau et intéressant (des universitaires comme cela, on en redemande).

      Supprimer
  8. Au coupe-papier ? De quoi vraiment prendre le temps et apprécier la lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas qui, à la bibli, s'est chargé du p'tit boulot... ^_^

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Au départ ça fait peur, mais ensuite on s'aperçoit que la bête est gentille et pleine de qualités.

      Supprimer
  10. Voilà qui est très très tentant !

    RépondreSupprimer
  11. Ma bibliothèque n'a pas (pourquoi ça ne m'étonne pas ?).Il sortira peut-être en poche un jour ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu là, je ne sais pas. On ne sait jamais, après tout ^_^.
      Tu peux déposer une demande à ta bibli?

      Supprimer
  12. Ma médiathèque n'est pas mieux que celle d'Aifelle... Mais ce livre a tout pour me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A demander, on ne sait jamais (c'est une bibli, quand même! ^_^)

      Supprimer
  13. Oh c'est tellement intéressant ! C'est étrange de se rendre compte que les problématiques d'aujourd'hui sont les mêmes qu'autrefois. Pour ma part, la qualité est la plus importante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cela m'a amusée aussi, sauf que j'ai l'impression que maintenant la recherche de qualité et de durée n'est pas ce qui importe le plus (mais certains résistent, heureusement!)

      Supprimer
  14. Bon là je note direct, tu penses bien. C'est tellement passionnant le monde du livre ! J'étais prête à fuir pourtant. Ton entrée en matière me laissait entendre que tu allais essayer de me vendre du nature writing ou un truc du genre, haha ! J'adore ta bio de l'auteur ! "Long comme un lundi..." :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas pour toi je prévois ce genre de choses, peut-être même de la poésie -oui, je me porte bien- mais pour cette fois je sais que c'est complètement ce que tu dois lire. Et là je pense que pas grand monde dans tes biblis va foncer dessus! (quoique dans la mienne, il est déjà réservé, à peine revenu)

      Supprimer
  15. je le lirai c'est certain mais pas aujourd'hui étant plongée dans deux pavés (et quand je dis pavés je suis gentille) je sais que ma bibli l'achètera donc j'ai le temps

    RépondreSupprimer
  16. j'adore tes réponses à tes commentaires ! on te sens si convaincue mais voilà, on a toutes et tous pas mal livres (conseillés parfois par toi) alors tu imagines un pavé de plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfff à 500 pages ce n'est pas un pavé. Puis on peut lire un peu de temps en temps.Mais je conçois que le temps manque...^_^

      Supprimer
  17. mais si je vais le lire Promis .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ce retour^_^; oui, surtout que c'est sûr, tu vas aimer.

      Supprimer
  18. Tout à fait inconnu pour moi !
    Merci pour cette nouvelle participation à mon challenge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est récemment que je connais, aussi!

      Supprimer
  19. Ça a l'air hyper intéressant. Je ne m'y serais sûrement pas arrêtée sans ton avis, ayant peur du côté trop intello. En plus j'imagine qu'il peut se lire de façon décousue, un chapitre par ci par là ? Si c'est le cas, nul doute que je me pencherai dessus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un peu chargé la mule dans la décontraction, histoire de donner envie de lire ce livre, je l'avoue. Si l'auteur s'était révélé abscons, j'aurais vite dit au revoir!
      Bien sûr qu'on peut lire un chapitre, puis s'arrêter un peu, etc.

      Supprimer
  20. Bonjour Keisha, même si je ne le lirais pas forcément. Je suis très décidément très "roman", tu donnes très envie. A te lire que le monde du livre est sans pitié mais il faut ce qu'il faut. Je le trouverai peut-être en bibliothèque encore qu'il aura fallu qu'il soit massicoté. J'ai connu cela avec certains livres dans ma jeunesse. J'aimais découper l'ouvrage avec un coupe-papier. Merci et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A une époque on trouvait encore du non massicoté à la F***... Maintenant, oui, on devrait le voir en bibli!
      Bon dimanche!

      Supprimer
  21. "long comme un lundi, mais attirant comme un vendredi", ça j'aime beaucoup :-).N'ayant rien contre les pavés érudits mais lisibles, surtout non massicotés ( qu'ai je fais de mon coupe papier ?)je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te garantis l'érudit très lisible (sinon j'aurais fui!). Pour le coupe papier, c'est la bibli qui doit s'en être chargé...

      Supprimer
  22. A voior à la médiathèque, quand j'aurai fini La Masse Critique (en temps limité) et tut ce qe j'ai emprunté!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est nettement un livre à avoir en fond de bibliothèque, pour un prix somme toute raisonnable vu la qualité (rayon 070)

      Supprimer
  23. Non, je ne fuis pas en courant, au contraire, très tentée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que c'est passionnant d'en savoir plus sur ce qui s'est passé (et continue à se passer)...

      Supprimer
  24. Voilà un sujet très intéressant, pour prendre un peu de recul par rapport au "marché du livre" d'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant de voir l'évolution dans ce domaine, même si certains questionnements demeurent là.

      Supprimer
  25. Comme beaucoup d'autres, je trouve ça très tentant :)

    RépondreSupprimer
  26. Je m'en porterai volontiers acquéreur, quitte à rogner des pages...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela est très franco-français (voire parisien) même si Denoël est d'origine belge (et il y a un autre venant du Danemark)
      Hautement recommandable pour les amateurs de livres, forcément!

      Supprimer

Bon, peut-être votre commentaire n'apparaîtra-t-il pas? Passez à Anonyme, ça marche très bien, j'en fais autant avec quelques blogs, sans trop comprendre le pourquoi du comment du 'bug'. Merci !