mercredi 19 juillet 2017

Ronce-Rose

Ronce-Rose
Eric Chevillard
Les éditions de Minuit, 2017

Ronce-Rose est une petite fille dont le lecteur lit le journal de bord au fur et à mesure.
"J'ai repris ma marche dans la ville, comme si je sortais de mon carnet pour continuer l'histoire en vrai, debout dans une phrase nouvelle qui va je ne sais où et que je ne pourrai écrire que quand je serai arrivée au bout."

Elle vit avec Mâchefer (son père, sans doute), lequel se livre à des activités mystérieuses (pour elle) avec son ami Bruce. Un jour Mâchefer ne revient pas, elle part à sa recherche. Son univers se réduisait à peu, Scorbella la très vieille dame, et un voisin unijambiste, maintenant elle va explorer le monde.

"Quand je marche derrière lui [le voisin]c'est la jambe droite qui lui manque mais quand on se croise, c'est la gauche. Je ne m'en étonne plus. Je pense qu'il a plus de pouvoirs que Scorbella pour danser comme ça d'un pied sur l'autre avec une seule jambe. Ou alors il alterne pour reposer celle qui porte tout son poids, peut-être.
J'aimerais bien savoir comment ça lui est arrivé. (...) Mâchefer me déconseille de le lui demander. Ce serait indiscret, d'après lui. Et si je lui parle alors de la jambe qu'il a encore? Mâchefer hoche la tête pour dire non plus. Pourtant là, je ne vois pas ce qu'il y aurait d'indiscret puisqu'il l'exhibe, franchement, s'il se vexe pour ça! Quand je le rencontre en tout cas, je fais bien attention à ne regarder que la jambe qu'il a encore pour ne pas le mettre mal à l'aise.
En même temps, je sais comment c'est fait, une jambe qu'on a encore, assez vite ça ne m'intéresse plus de la regarder et quand mes yeux se détournent d'elle, inévitablement je tombe dans le trou d'à côté, le trou de la jambe qui manque, je perds pied dedans moi aussi."

Sur 140 pages se déroule la quête de la petite, pleine de fraîcheur et d'imagination, à vue d'enfant, mais toujours claire pour l'adulte lecteur qui, lui, en sait plus. Poétique, tragique, avec ce petit décalage déjà aimé dans l'Autofictif du même auteur.

"Ce n'est pas tellement le problème du jambon, j'ai encore de l'avenir, la truie qui cherche ses neuf petits en couinant comme une truie qui a perdu ses neuf petits les trouvera dans notre congélateur. Ils sont en tranches, je préfère la prévenir. Je ne sais pas comment ça se passe, en cas de découverte brutale, si domine vraiment la joie des retrouvailles."

Bon, c'est Chevillard, vous l'aurez compris... Je me lirais bien un autre Autofictif, maintenant...

34 commentaires:

  1. Ok... j'ai peut-être bu trop de rosé.. .mais je ne suis pas certaine de tout bien comprendre!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, un peu de rosé, ce n'est pas mauvais pour aborder Chevillard et son univers décalé.

      Supprimer
  2. Auteur toujours pas lu .. je sais, je sais, je devrais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est particulier, mais ça vaut le coup d'essayer, soit un roman, soit un Autofictif.

      Supprimer
  3. Je l'ai noté, mais je me contenterai de l'Autofictif que j'ai lu, pour le moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'autofictif peut se lire par miettes, alors que là c'est un roman qu'il vaut mieux lire d'un coup.

      Supprimer
  4. je lisais son Autofictif en ligne, mais je ne suis pas allée plus loin, pourtant je suis très attirée! le roman que tu viens de lire me paraît très bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'autofictif, en ligne pour le plus récent, c'est une bonne idée. Là c'est le deuxième roman que je lis, c'est spécial, mais j'aime bien.

      Supprimer
  5. Il est sur ma liste d'été celui-là, j'aime beaucoup cet univers un peu décalé.

    RépondreSupprimer
  6. moi j en'ai bu que du thé, j'ai relu deux fois ton billet et? !!! je ne comprends rien , mais alors rien du tout. Sauf que ça te plaît et c'est déjà beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait on est dans un monde assez foutraque, comme un conte, et vu par une enfant... Oui, ça me plait, je l'ai lu sans trop en savoir, c'est le mieux.

      Supprimer
  7. Je crois que j'avais déjà entendu ce titre quelque part, et tout de suite j'avais fais le lien avec le conte. Je le note dans ma wish list !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore si c'est un conte par ailleurs, en tout cas avec Chevillard ça pourrait bien! je te recommande l'auteur (et j'ai repéré ton blog) (tes?)

      Supprimer
  8. heureusement qu'il y a des adeptes parce que moi je passe mon chemin en courant

    Et oui oui oui j'ai regardé les Durrell !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En courant? Essaie l'Autofictif?
      Ah les Durrell! J'espère que c'était aussi bien que les livres (quelle merveille cette série de récits)

      Supprimer
  9. Pas très attiré par ce livre, moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que c'est spécial (mais court, donc essayer est sans risque)

      Supprimer
  10. J'avais bien aimé autofictif mais pas sure de lire celui-là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là c'est un roman, alors que l'Autofictif peut se lire petit à petit... Sans doute plus facile de démarrer par là.

      Supprimer
  11. Ah Chevillard ! Auteur chouchou à une époque (le décalé et moi... mais t me connais bien^^). Ça fait longtemps que je ne l'ai pas lu (PAL, LAL...). Je le reprendrais bien avec celui-ci. J'aime bien les extraits et la thématique de ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doute bien que tu as repéré l'individu. ^_^
      J'essaie d'en lire de temps en temps, cela fait du bien.

      Supprimer
  12. Un auteur que j'apprécie. Me voilà tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est son dernier roman (et pas un pavé!)

      Supprimer
  13. Je n'ai lu qu'un roman de Chevillard alors que j'aime beaucoup ce qu'il fait. Je note ce titre, ça m'a l'air pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as aussi tous les Autofictifs (en toute bonne bibliothèque!^_^)

      Supprimer
  14. Réponses
    1. C'est spécial, mais court et entraînant... Faut rentrer dans l'univers. De l'humour, alors ça va!

      Supprimer
  15. J'ose à peine franchir le pas... Certains crient au génie, d'autres parlent d'imposture... Il faut, je crois, que je me fasse moi-même mon avis! Merci pour ton article!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression qu'avec Chevillard, ça passe ou ça casse. Je précise que par ailleurs il critique les autres dans Le Monde et n'est pas forcément laudateur, mais cette partie de son activité, je ne m'y plonge pas.
      Bref, je reconnais que parfois dans L'Autifictif certaines pensées peuvent laisser du côté de la route, mais globalement j'aime beaucoup ce qu'il écrit, un poil décalé et barré comme j'aime, sans exclure un bon regard vigilant. A essayer!

      Supprimer
  16. J'ai un peu perdu de vue Chevillard ces derniers mois, Autofictif y compris. Je suppose que ce volume est à l'image des citations de ses deux petites filles sur le blog, craquant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais votre prédilection pour l'éditeur! Chevillard, c'est parfait, à petites doses bien sûr (ce n'est pas une critique négative)

      Supprimer
  17. Chevillard, je ne prends pas tout, mais quand je prends, qu'est ce que c'est bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas? Et c'est chouette de savoir qu'il en reste pour plus tard...

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!