mercredi 24 janvier 2018

La patrouille du temps

Joie, excitation, quand je découvre dans la liste -papier- des récentes acquisitions de la médiathèque les quatre volumes de La patrouille du temps. J'avoue avoir un faible pour ce thème du voyage dans le temps et les charmants paradoxes y afférant. Et si vos parents ne se rencontrent pas? Et si vous alliez débarrasser le monde de certains criminels? Hélas non, les auteurs demeurent raisonnables, et précisent que le temps ne se bricole pas avant, il existe des forces contraires, etc., bref en général on retombe sur ses pattes.

Poul Anderson ne s'embête pas à tout expliquer, que ce soit à l'égard des paradoxes, et des technologies permettant ces voyages : ils existent voilà tout. Sous la direction d'êtres non humains, nos lointains lointains descendants, les patrouilleurs du temps sont censés veiller au grain, empêcher les petits malins de profiter de ces voyages pour voler des objets précieux, prendre le pouvoir ou même bricoler le temps. En cas de coups durs ils viennent à la rescousse des collègues, mais leur travail est en majorité dédié à des tâches ordinaires, paperasserie, courrier, etc. Certains voyagent juste pour étudier l'histoire, l'archéologie, les animaux...

La patrouille du temps
Poul Anderson
Livre de poche, 2015
Nouvelle traductions par C. Arcilla-Bonaz, M. Deutsch, R. Durand et B. Martin
Traduction révisée par P.P. Durastanti

Le premier volume voit le recrutement de Manse Everard, né en 1924 dans le Kansas. Cela se passe dans les années 50 (la nouvelle date de 1955) et l'on sent quand même l'ombre du McCarthysme dans l'ambiance de l'époque. C'est d'ailleurs intéressant de constater que les histoires sont écrites sur plusieurs décennies, l'on rencontre un soldat russe en Afghanistan en 1987, mais jamais le présent décrit ne dépassera 1990, date des dernières histoires du tome 4; Poul Anderson ne s'amuse pas à inventer notre avenir.

En revanche, le lecteur a de quoi voyager dans le passé à la suite de Manse et ses collègues, en Angleterre ou Italie médiévales, du temps de Cyrus, plus de 10 siècles en arrière, en Asie, Europe ou Amérique, il y a du choix. Agréable façon de s'instruire. Pour le lecteur, parce que les héros sont souvent face à des situations périlleuses, dont ils sortent parfois de justesse, ou en bricolant un peu. Bricolage interdit a priori (on ne ramène pas quelqu'un, on n'empêche pas la mort d'un proche) mais ces voyageurs ne sont pas que des machines, justement.

Les histoires ont des densités différentes, l'on peut préférer celle où l'héroïne s'attache plus que de raison au bien être d'une tribu de chasseurs cueilleurs, se demander si finalement laisser les Mongols et les Chinois coloniser l'Amérique ne serait pas mieux que ... ce qui s'est réellement passé?

J'ai noté avec un sourire que Manse Everard est un homme de goût, qui aime écoute La passion selon saint Marc, d'un certain Bach, dont la partition a dû être reconstruite de nos jours, mais quand on voyage dans le temps, pourquoi ne pas se rendre à Leipzig au 18ème siècle et enregistrer l'oeuvre en direct?

Comme les tomes 2 et 3 étaient empruntés, j'ai lu les 1 et 4, sans gêne, acceptant de connaître certaines péripéties relatées dans le tome 3, et finalement, j'ai trouvé qu'autant le 1 propose des nouvelles assez indépendantes, le 4 forme vraiment un tout, et dans la bonne suite des autres.

Je me suis amusée à retrouver la Bactriane (ou Oxiane) parcourue par Robert Byron deux millénaires plus tard!





Fort heureusement les volumes 2 et 3 sont vite rentrés au bercail.

Le tome 2 comprend deux courts romans de 170 pages chacune, et une nouvelle. De quoi se plonger dans l'atmosphère de Tyr à l'époque du roi Hiram (ami de Salomon), et l'est de l'Europe, avec les Goths (et la menace des Huns), au IVème siècle. Pour ce que j'en sais, les détails sont crédibles et raviront les amateurs de romans historiques. Dans les deux romans, le patrouilleur du temps s'investira beaucoup et humainement dans sa mission, ce qui donne du corps à l'ensemble. Pour ceux qui ne connaissent pas la série, chaque fois Anderson en rappelle brièvement les principes.




La lecture de la postface du 4 m'avait révélé (en gros) le contenu de L'année de la rançon, la seconde nouvelle du tome 4, mais cela n'a eu aucune importance. Cette fois l'on se retrouve au Pérou, avec les Conquistadors.
La première longue nouvelle (à près de 250 pages on peut parler de roman!) emmène son lecteur au premier siècle. Même si je me suis perdue dans les détails un peu longuets des guerres entre romains et populations du nord, je me suis intéressée à l'histoire, bien ficelée, et à l'empathie ressentie par une voyageuse du temps à l'égard d'un des personnages.

Finalement, si l'on ne s'attend pas à de la 'haute littérature' (même si Anderson décrit joliment les lieux , soigne son écriture, et n'hésite pas à citer des auteurs classiques), cette lecture est plaisante de bout en bout et idéale par temps pourri ou grand voyage en train.

22 commentaires:

  1. Réponses
    1. Un plaisant côté 'roman historique' cependant.

      Supprimer
  2. Aujourd'hui, pas de tentation ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en doute, mais ce n'est pas grave, avec ces lectures je me suis fait plaisir!

      Supprimer
  3. ce n'est pas ma tasse de thé mais dis moi c'est lisible à partir de quel âge pour un bon lecteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, d'ailleurs un des textes du volume 3 je crois a d'abord paru pour la jeunesse.
      Bon lecteur, d'accord, intéressé par certaines périodes historiques, mais qui aime les aventures bien racontées, avec des héros plutôt sympathiques. On va dire à partir de 12 ou 14 ans, je pense que c'est possible.

      Supprimer
  4. Et bien, pour une fois, je passe ... J'ai un mal de chien avec la SF !

    RépondreSupprimer
  5. Pas de longs voyages en train ! Par contre, le temps pourri, je connais,mais j'ai suffisamment à lire. J'essaye de ne pas en rajouter sauf gros coup de coeur !
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gros coup de coeur ... ou insertion dans le challenge? ^_^

      Supprimer
  6. C'est une série qui pourrait bien me plaire, à l'occasion. Moi aussi j'aime bien les voyages dans le temps. Tu m'en avais parlé via blog, ou FB. Ou peut-être même Goodreads !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une série sympa et plutôt 'classique', finalement.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Comme quoi blogspot a encore des progrès à faire.

      Supprimer
  8. Une lecture qui ne me tente pas, même par temps pourri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pensons aux nappes phréatiques, pour nous consoler.

      Supprimer
  9. Comme toi j'adore les voyages dans le temps, mais plus pour les paradoxes temporels ou les implications individuelles que pour l'aspect historique qui me rebute un peu. Mais comme je veux me refaire une petite culture SF à partir des classiques du genre, je pense que Poul Anderson sera incontournable. Et si c'est plaisant de bout en bout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il arrive que les héros se retrouvent dans une version parallèle, à cause d'événements hors de leur volonté, et à eux de rectifier le cours du temps.

      Supprimer
  10. Eh bien moi ça me tente bien! Je lis très peu de SF mais le côté historique me plaît

    RépondreSupprimer
  11. Les voyages dans le temps ne sont pas mes préférés : on peut les lire dans le désordre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu les 1 et 4, puis 2 et 3, sans que cela pose problème. Chaque fois l'auteur rappelle l'essentiel pour comprendre.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!