jeudi 20 septembre 2018

Arcadie

Arcadie
Emmanuelle Bayamack-Tam
P.O.L., 2018


Heureusement que Sans Connivence en a parlé, sinon je n'aurais pas eu l'idée de noter cette lecture. Éditeur aux choix intéressants, mais auteur complètement inconnue, et pas beaucoup d'avis sur les blogs (Cunéipage, avec une vidéo de l'auteur! a quand même bien enfoncé le clou, déjà quasiment rendu à la tête)

Quand elle a six ans, les parents de Farah s'installent dans une communauté près de la frontière italienne, en pleine nature, et en zone blanche; loin des ondes nocives pour la mère de Farah. Fuyant les pollutions électromagnétiques ou pollutions tout court, dans un univers dirigé par Arcady (gourou?) et accueillant pas mal de cas médicaux ou sociétaux. La cuisinière Fiorentina a dû se plier au végétarisme, mais n'a pas plié face aux vegans. Une enfance sans portable, sans internet, mais pas sans école, puisque Farah et les autres enfants fréquentent l'école de la ville voisine. Une enfance à connaître les arbres, les fleurs, les champignons, les étoiles. Une ambiance assez peace and love, calme, sans contraintes, où chacun est libre d'aimer qui il veut comme il veut, à condition de ne rien imposer à l'autre. Farah est subjuguée par Arcady, qui refuse de la toucher avant qu'elle ne soit assez âgée.

Une grand-mère mannequin et une mère très belle n'ont pas empêché Farah d'avoir un physique assez médiocre, pas très féminin, et ça ne va pas s'arranger à la puberté, la gamine tournant franchement vers le masculin, en s'arrêtant entre deux.

Un jour un visiteur met Arcady en défaut et Farah ne le supporte pas. Forcément, ce 'paradis' ne pouvait durer?

J'ai dévoré ce roman, tellement original, sur une sorte d'utopie rendue crédible. Les questionnements de Farah sur son identité, et surtout l'écriture précise et belle, sans oublier l'humour et l'émotion, m'ont emportée sans trop réfléchir. Un roman riche par ses questionnements, cependant.

42 commentaires:

  1. J'hésite devant ce roman, mais il se peut que ton avis me décide pour de bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A lire le commentaire de cathulu ci-dessous, je crains que tu ne sois cuite! (et (re)lis les avis de cuné et sans connivence...)

      Supprimer
  2. Je suis en train de le dévorer ! D'emblée, j'ai été ferrée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu sans trop en savoir, et quelle surprise! Je relirai l'auteur car son écriture m'a beaucoup plu.

      Supprimer
  3. je passe je passe, les romans français me tombent des mains en général donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi, sauf exceptions (et là c'en est une, donc...)

      Supprimer
  4. Comme Aifelle, curieuse sans me décider, je me demandais comment le sujet allait être traité. Et puis maintenant, tentée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais comme moi, tente en bibli, aucun risque.

      Supprimer
  5. J'ai tellement aimé son dernier roman, "Les garçons de l'été", l'an dernier (paru sous son pseudo), que j'ai hâte de découvrir celui-ci qui m'a l'air aussi dérangent par bien des aspects qu'il traite.
    Apparemment, il a aussi beaucoup plu aux jurys des prochains prix littéraires car son nom revient quasiment dans chacune des listes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a un pseudo? En tout cas j'ai noté son nom, elle me plait bien cette auteur.
      Oui, dérangeant, c'est sûr! ^_^
      Pour les prix, elle a été repérée, pas étonnant... Après, on verra.

      Supprimer
  6. J'ai l'impression qu'il y a eu un bug au moment où j'ai publié mon commentaire... Si jamais c'était le cas, je reviendrais t'en (re)dire un mot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, eh bien ça ne sera pas nécessaire puisque de bug, il n'y en eût point ;-)

      Supprimer
    2. Tout va bien, tu es là, j'ai répondu. N'hésite pas à lire ce roman.

      Supprimer
  7. Original, fort, drôle, mais aussi visiblement très intense et beau... Je dirai pourquoi pas . (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
  8. cependant... ? Il manque la fin de la dernière phrase de ton billet, du coup je me demande si tu allais parler d'un éventuel bémol ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il manque le point. En fait j'ai supprimé la dernière phrase (où je parlais de l'usage du verlan par Farah une fois sortie de la communauté et fréquentant les boîtes et les jeunes de son âge. Pour moi ça n'ajoutait rien au roman, d'autant plus que Farah s'exprimait comme nous tous depuis le début - et déplorait que son amoureuse utilise un peu trop le mot 'trop')

      Supprimer
  9. Je n'ai encore jamais lu cette auteure ni sous son nom, ni sous celui de Rebecca Lighieri, mais je suis tentée... aïe aïe la lectrice est faible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah voilà le pseudo!!! Je t’assure que ça se lit d'un coup d'un seul!

      Supprimer
  10. Je me laisserais bien tenter aussi, car le thème m'intrigue... Un monde sans portables, sans wifi, sans pollution, c'est plaisant mais cela rappelle aussi le temps des Hippies dans le Larzac et la menace d'une dictature vegan???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gardarem lou? ^_^ Depuis, les choses ont bien changé, et refuser le smartphone et l'ordi est de plus en plus compliqué.
      Disons que les vegans n'ont pas gagné la partie, et on soupçonne la cuisinière de mitonner de la viande pour elle...
      N'hésite pas à découvrir ce roman si tu le vois.

      Supprimer
  11. Hmm tiens, pourquoi pas ? Ça semble faire partie de ces petites curiosités françaises qui valent le détour et POL est assez bon là-dedans (sauf exception, ça dépend des auteurs...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec POL ça vaut le coup de tenter, je suis d'accord (j'en ai un sous le coude dans mes brouillons ^_^)

      Supprimer
  12. Je dois dire que je suis assez allergique aux gourous et crains souvent que les utopies aient des revers bien cruels...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, d'ailleurs les zones blanches existeront-elles dans le futur?
      Mais le roman est plus subtil.

      Supprimer
  13. Tu en dis juste assez pour me titiller.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'allais pas tout raconter, non? ^_^

      Supprimer
  14. tiens tiens un roman français ! à noter donc mais on verra mon rythme de lecture se ralentit en ce moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un roman français, tout arrive!!! ^_^

      Supprimer
  15. Il est sur ma PAL et j'ai hâte de le découvrir ce roman ! tu enfonces le clou !!

    RépondreSupprimer
  16. Jeune auteure, elle écrit aussi des romans noirs sous pseudonyme.
    On n'en a pas trop parlé et c'est souvent ce qui me tente, lorsque l'un(e) ou l'autre tient à le souligner. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ignorais, mais en tout cas elle mérite attention, cette auteur.
      Il existe des blogs dont les avis m'interpellent souvent, alors je tente, sans risque grâce à la bibliothèque, et voilà. Et puis l'éditeur POL prend souvent des risques.

      Supprimer
  17. Tiens, il ne me tentait pas du tout mais tu as réussi à aiguiser ma curiosité ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chic alors! Ce sont d'autres blogs qui m'ont fait franchir le pas, je ne regrette rien. C'est bien, cette chaîne d'avis...

      Supprimer
  18. C'est drôle mais je viens de finir un roman POL (de Camille Laurens)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un éditeur intéressant (récemment disparu)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!