vendredi 1 janvier 2010

La trêve



La trêve
Primo Levi

Grasset, Les cahiers rouges, 1988

















Ayant déjà lu Si c'est un homme au début de l'année, j'ai suivi les conseils de lecture de Stéphie, Aifelle et Denis et choisi ce document qui commence là où Si c'est un homme s'arrêtait, à la libération du camp de Buna-Monowitz (tout près d'Auschwitz) par l'armée russe en février 1945.

La libération des camps de concentration n'était hélas pas la fin des épreuves, la mort était encore présente, la guerre continuait ailleurs...
Les survivants de l'infirmerie sont pris en charge bien sûr, mais ballottés de lieu en lieu. Primo Levi est malade, affamé, frigorifié.
"Nous avions espéré un voyage bref et sûr, vers un camp équipé pour nous recevoir, vers un succédané acceptable de nos foyers; et cet espoir faisait partie d'un espoir bien plus grand, l'espoir en un monde droit et juste, miraculeusement rétabli sur des fondements naturels après une éternité de bouleversements, d'erreurs et de massacres, après le temps de notre longue patience. C'était un espoir naïf, comme tous ceux qui reposent sur une distinction trop nette entre le bien et le mal, entre le passé et l'avenir : mais nous, nous en tirions la force de vivre. " (...)
" La liberté, l'improbable, l'impossible liberté, si éloignée d'Auschwitz que nous ne la voyions qu'en rêve, était arrivée : mais elle ne nous avait pas menés à la Terre Promise. Elle était autour de nous, mais sous la forme d'une plaine inexorable et déserte. De nouvelles épreuves nous attendaient, de nouvelles peines, de nouvelles faims, de nouveaux froids, de nouvelles peurs."

Primo Levi raconte aussi au moyen de nombreuses anecdotes très vivantes les menus détails quotidiens de leur vie dans de nouveaux camps, les contacts avec les polonais, les russes.

Et arrive (enfin!) la fin de la guerre. l'espoir d'être rapatriés en Italie augment, un convoi démarre vers Odessa... Mais il repart vers le nord et l'attente continue pour des centaines d'hommes, femmes et enfants (mais tous ne venaient pas de camps de concentration)

"Mais les Russes, à la différence des Allemands, ne possédaient que dans une faible mesure le goût des distinctions et des classifications. Quelques jours plus tard, nous étions tous en route vers le nord, vers un but imprécis, de toute façon vers un nouvel exil. Italiens-Roumains et Italiens-italiens, tous dans les mêmes wagons de marchandises, tous le coeur serré, tous livrés à l'indéchiffrable bureaucratie soviétique, puissante, obscure et gigantesque, non point malveillante envers nous, mais soupçonneuse, négligente, ignorante, contradictoire et, dans les faits, aveugle comme une force de la nature."
"L'administration russe s'occupait si peu du camp qu'on aurait douté de son existence : mais elle devait bien exister puisqu'on mangeait tous les jours. En d'autres termes, c'était une bonne administration."

Et c'est seulement à l'automne qu'un convoi les emmène vers l'Italie, via la Roumanie, la Hongrie, l'Autriche, l'Allemagne ...

"En errant dans les rues de Munich pleines de ruines, (...) j'avais l'impression de me promener au milieu de débiteurs insolvables, comme si chacun me devait quelque chose et refusait de me payer. (...) Il me semblait que chacun d'eux aurait dû nous interroger, déchiffrer notre identité sur notre visage et écouter humblement notre récit. Mais personne ne nous regardait dans les yeux, personne n'acceptait le débat; ils étaient sourds, aveugles, muets, retranchés dans leurs ruines comme dans une forteresse d'oubli volontaire..."

Et finalement c'est l'Italie!
"Nous étions partis six cent cinquante, nous revenions trois. Que n'avions-nous perdu pendant ces vingt mois? Qu'allions-nous retrouver chez nous? Quelle partie de nous mêmes avait été usée, consumée? Retournions-nous plus riches ou plus pauvres, plus forts ou plus vains? Nous n'en savions rien (...). Nous sentions couler dans nos veines, mêlé à notre sang exténué, le poison d'Auschwitz. (...) Nous nous sentions vieux de plusieurs siècles (...) Les mois que nous venions de passer à vagabonder aux confins de la civilisation nous apparaissaient maintenant, en dépit de leur rudesse, comme une trêve, une parenthèse de disponibilité infinie."


Primo Levi garde le style sobre de Si c'est un homme pour nous narrer ses aventures tragiques et parfois comiques, il a le don de décrire ces hommes qu'il a rencontrés ou suivis. Il rend bien aussi  l'impression d'un immense déplacement de population et de destruction dans les parties de l'Europe qu'il parcourt. C'est bourré d'énergie, d'envie de vivre, de se débrouiller, de s'en tirer. Il faut vraiment découvrir tous les épisodes parfois incroyables de cette véritable odyssée.

Mais on sent aussi que cette expérience pèsera toujours sur lui. Même dès cette époque il ressent déjà quelle sera sans doute la difficulté de la partager.

Est-il nécessaire de préciser que ce livre, lui aussi, doit absolument être lu?

Lu dans le cadre du Blogoclubhttp://idata.over-blog.com/0/52/50/60/essai/blogoclub.jpg
Les avis sur Si c'est un homme et d'autres auteurs italiens chez Sylire
En savoir plus sur l'auteur chez Sybilline.

Commenter cet article

Aifelle Il y a 3 ans

J'ai été aussi bousculée par ce texte que par "si c'était un homme". Autant j'avais déjà beaucoup lu sur les camps, autant j'ignorais ce qui s'était passé juste après pour un certaine nombre de
survivants. C'est un témoignage précieux.


Mango Il y a 3 ans

Je ne savais pas qu'il y avait une suite! Je l'ai signalé dans mon billet du jour avec un lien vers toi. Quelle lecture nécessaire mais difficile pour un jour de fête! J'ai peiné car je ne l'avais
pas fini!


Marie Il y a 3 ans

Je note mais j'attendrai d'avoir digéré Si c'est un homme pour lire cet autre témoignage...


Marie Il y a 3 ans

En tous cas, je te souhaite une bien belle année 2010 : beaucoup de bonheur, de santé, d'amour, d'amitié et de livres bien sûr !!!


Manu Il y a 3 ans

J'ignorais que la route avait encore été si longue une fois libéré ... Je le lirai, mais comme tu le conseilles, je vais laisser passer du temps.


Gio Il y a 3 ans

Je ne connaissais pas celui-ci... il vaut la peine d'être lu pour avoir une vision complète de l'histoire



Meilleurs voeux, plein de lectures et de voyages!


dominique Il y a 3 ans

J'avais lu Si c'est un homme ainsi que Rescapés et naufragés et un recueil de nouvelles le Système périodique. Je n'ai pas réussi à me procurer un autre livre de lui, celui-là paraît
remarquable!
C'est un auteur incontournable et vous avez bien fait de le lire dans le cadre du blogoclub!
En dépit de tout son courage il s'est suicidé...


Mélopée Il y a 3 ans

Je ne le connaissais pas celui-ci mais si le style est aussi percutant que dans "Si c'est un homme" je pense qu'il pourrait me plaire !

Bien belle année à toi Keisha !


Soie Il y a 3 ans

La libération des camps, alors qu'elle annonçait la liberté tant attendue, a été sources de nouvelles épreuves. J'en ai etendu parler mais je n'ai encore rien lu à ce sujet. Je note soigneusement
ton titre.
Bonne journée Keisha, et bonne année.


cathe Il y a 3 ans

Je l'ai aussi mis de côté pour le lire...


Constance Il y a 3 ans

Je te souhaite une bonne énnée 2010. Je vois que tu as commencé par une lecture forte. Il va falloir que je me décide à ouvrir Si c'est un homme. Je t'avoue qu'il m'effraie un peu.


Celsmoon Il y a 3 ans

J'ai été indisciplinée pour cette lecture mais je viens te souhaiter une belle année !!!!


Karine :) Il y a 3 ans

Je me demandais si la suite valait le coup, vu que c'est très éprouvant comme lecture. Mais je pense que tu m'as convaincue.


Jumy Il y a 3 ans

C'est vrai qu'on parle souvent des difficultés pendant mais on ne pense pas à l'après qui a aussi été terrible. Je note cette suite, j'ai vraiment envie de poursuivre pour essayer de
"comprendre".
Bonne année à toi et plein de bonnes choses pour 2010.


Titine Il y a 3 ans

J'avais repoussé la lecture de "Si c'est un homme" que j'ai trouvé admirable, j'espère ne pas attendre autant pour lire "La trêve".


morue la fée Il y a 3 ans

cela fait longtemps que je n'avais pas posté chez toi mais je ne raterais pas l'occasion de te souhaiter plein de bonnes et de belles choses pour cette nouvelle année... et notamment de belles
découvertes de lecture


Leiloona Il y a 3 ans

On me l'avait conseillé quand j'avais lu "Enclave" au mois de novembre. Je l'ai noté et je le lirai sans faute. :)


denis Il y a 3 ans

en effet il faut aussi lire ce livre
et à présent que tu as lu ces deux-là, va vers la biographie de Levi si tu le désires
bonne année
Denis


denis Il y a 3 ans

c'est ce que j'ai fait pour ma part


Paradoxale Il y a 3 ans

J'ai lu Si c'est un homme, mais je ne savais pas qu'il y avait une suite. J'avais été bouleversée par ce témoignage, très dur, mais nécessaire. Je pense que je lirai La trêve...


Theoma Il y a 3 ans

Je vois que tu démarres bien l'année. Allez... un de plus de noté ;-)


Cynthia Il y a 3 ans

J'ai vu la pièce qui m'avait pas mal secouée! Je vais encore attendre un peu avant de le lire ;)


Cynthia Il y a 3 ans

Imagine un homme nu seul sur scène caché derrière une vitre translucide.
En fond sonore, un bruit de train...
Plongé dans le noir durant 2 heures, le public l'écoute.
Non, je ne suis pas encore prête à "revivre" ça de tout de suite ;)


Nina Il y a 3 ans

C'est la 1ère fois que je lis cet auteur et je crois que je vais continuer l'aventure avec ce titre "la trêve". Je te souhaite une bonne année 2010 avec beaucoup de belles rencontres autour des
livres.


Maeve Il y a 3 ans

Je pense que je ne me suis jamais totalement remise de la lecture de Si c'est un homme il y a des années....
Je ne sais pas si tu as lu Jorge Semprun ? C'est tout aussi bouleversant.


sylire Il y a 3 ans

C'est vraiment bien que tu aies présénté la trève, qui complète la lecture commune. Nous sommes plusieurs à vouloir lire cette suite.


Maeve Il y a 3 ans

Oui, c'est ça, "L'écriture ou la vie". Mais faut avoir le moral, je te le dis même si tu t'en doutes !


Alex-Mot-a-Mots Il y a 3 ans

Tu as choisi de lire un autre Primo Levi, quel courage. Je ne l'ai pas eu, j'ai préféré quelques chose de plus léger.


morue la fée Il y a 3 ans

tu m'as invitée à revenir... soit... tu es donc taguée ^^


Restling Il y a 3 ans

Je le note ainsi que Si c'était un homme, mais pour plus tard...


Choco Il y a 3 ans

Punaise ! entre Si c'est un homme et La trêve, les blogueurs commencent l'année sur des notes optimistes... :)


Neph Il y a 3 ans

Se remettre sur les rails après une telle expérience de vie doit être absolument terrible. J'hésite à le lire, mais ça me paraît nécessaire puisque j'ai lu Si C'Est Un Homme l'an dernier...


Stephie Il y a 3 ans

Je suis contente que tu l'aies découvert. C'est un moment dont on parle peu et encore une lourde épreuve pour ceux qui ont survécu.


Thaïs Il y a 3 ans

je crois que je vais le lire mais pas maintenant. En tous cas tu en parles bien


Alcapone Il y a 3 ans

Bonjour, je viens de terminer "Si c’est un homme" et ton commentaire m’a bien donné envie de lire la Trêve... Cette lecture m’a littéralement bouleversée et par curiosité, je suis allée voir les
avis des autres bloggers. C’est comme ça que j’ai découvert ton blog...


pimprenelle Il y a 3 ans

J'ai lu Si c'est un homme il y a quelques années, et j'en garde le souvenir d'une lecture poignante. Je ne savais pas qu'il y avait une suite, je vais m'y intéresser de plus près je pense!


Liberty Valence Il y a 3 ans

Le génocide, comme la seconde guerre mondiale sont quasiment les seules périodes historiques ayant jamais incitées le réfractaire que je suis à l'étude ou l'intérêt. Un monument érigé à la gloire
de l'horreur,que nous devrions tous avoir visité.Si c'est un homme de Lévi, m'avait saisi par son objectivisation dans le traitemnt du sujet. Le lecteur ne peut que platement suivre, pas à pas, la
description sans fioriture d'un enfer sans concession. J'avoue que je ne connaissais pas son pendant. Merci pour cette info. Je profite de mon passage pour te transmettre mes meilleurs voeux, même
si la gravité du sujet ne s'y prète guère!


Suzanne Il y a 3 ans

je n'ai pas encore lu Si c'est un homme mais je me promets bien d'ajouter ce titre aussi. Merci Keisha et bon 2010.


Nanne Il y a 3 ans

Billet pour le moins émouvant dans lequel tu t'attaches surtout à cette errance des rescapés à travers l'Europe centrale, Keisha ! Mais "La Trêve" est aussi un récit d'espoir, celui de se savoir en
vie, d'avoir survécu au pire, à l'enfer, à l'horreur concentrationnaire. Ces hommes et ces femmes ne souhaitaient qu'une chose, reprendre le fil normal de leur existence, rentrer chez eux. Primo
Levi nous montre aussi une armée soviétique un peu dépassée par ce qu'elle a découvert et ne sachant pas comment gérer cette situation singulière ! En bref, un roman picaresque à lire et à faire
lire absolument pour connaître "l'après" libération.


Kloe Il y a 3 ans

Je ne savais pas qu'il existait une suite ! "Oh mon dieu" ! ! !
Grâce à toi je sens que je vais devoir encore me retarder un peu dans mes lectures pour la fac, mais je suis obligée de lire ce livre !
Merci pour cette info extraordinaire en tout cas :)


keisha Il y a 3 ans


@ Kloe
Ah! Si c'est un homme est un grand livre, et la suite est fort intéressante. Bonnes lectures!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!