mardi 16 juin 2009

La fille du colonel



La fille du colonel
Richard Aldington

Actes Sud, 1989















"Emma Woodhouse, belle, intelligente, riche (...) semblait réunir sur sa tête les meilleurs dons de l'existence..."

Stop! Rembobinez!

Reprenons:


C'est à première vue l'histoire pas du tout glamour de Georgie Smithers, fille du colonel Smithers. Elle a vingt six ans, n'est ni belle, ni riche ni particulièrement intelligente. Elle mène à Cleeve une vie pas du tout épanouissante dans sa famille appartenant à la bourgeoisie appauvrie, dont elle accepte "les règles, coutumes et préjugés sans étonnements ni commentaires. Cas d 'adaptation facile au milieu. Elle était de celles qui font les bonnes épouses et les bonnes mères, car, dans ces rôles, elle n'eût jamais réclamé plus que son dû - autrement dit plus que les préjugés de sa classe reconnaissaient lui être dû."

Mais nous sommes juste après la première guerre mondiale et "la génération de Georgie est en déficit d'un million d'hommes. Point de mari pour elle dans sa classe."

Maladroitement, timidement, Georgie va tout de même tenter de changer son destin tout tracé...

Pourquoi ai-je aimé ce livre?

C'est pour Richard Aldington l'occasion de faire une présentation au vitriol de cette micro-société villageoise avec son chatelain local, ses "intellectuels", sa bourgeoisie, son petit industriel et ses ouvriers. Il faut faire connaissance de Mrs Eastcourt, l'abominable commère à la langue de fiel, du Docteur Mc Call et de Purfleet ("ce bavard sentimental qui s'écoutait parler") qui tire à boulets rouges sur l'Empire britannique (ou ce qu'il en reste).
Il n'épargne vraiment personne, même pas les riches londoniens dépravés ou la prostituée officieuse locale.
Cependant le regard qu'il porte sur Georgie est plein de sympathie. Georgie qui ose contredire ses parents, qui défend la petite bonne enceinte et l'aide à se marier. Georgie coincée entre son éducation et ses aspirations...

On est loin du style retenu et  feutré de mes romancières anglaises chouchous. Là les tea parties de l'après midi peuvent évoluer en des flirts plus poussés. Aldington dézingue à tout va et seule Georgie échappe à peu près à son humour dévastateur.

"Figurez vous que, l'autre jour, une petite fille du village m'a regardée passer sans me faire la révérence! Vous pensez si je l'ai réprimandée!" Là c'est Alvina, mère de Georgie, qui parle.

Un auteur et un roman qui m'étaient absolument inconnus, et que je suis ravie d'avoir découverts.

Commenter cet article

VILLA MARRAKECH Il y a 4 ans
Ho dommage ! Je découvre ton blog ce matin. Je le garde sous le coude peut-être reviendras-tu un jour et je pourrais faire plus ample connaissance avec toi.

Appartement Marrakech
Cachou Il y a 4 ans
Ça, quand même, c'est de l'intro qui sait retenir l'attention!!!

Il me tente bien celui-là (et parce que je suis OBLIGEE de la faire, celle-ci: ah, on revient à ses premières amours en édition enfin ^_^)!
emiLie Il y a 4 ans
Tu donnes bien envie de le lire, en plus j'aime beaucoup ce thème en général.
The Bursar Il y a 4 ans
Je suis d'accord avec Cachou c'est de l'introduction mais après ta description m'a plus fait penser à Fanny Price.

ça a l'air d'être un livre sympa, j'aime bien la question de l'éclatement de la bonne société anglaise après la première guerre mondiale.
Edelwe Il y a 4 ans
Je ne connais pas mais je note immédiatement!
Manu Il y a 4 ans
Connaissais pas du tout. Ca a l'air pas mal mais je ne le note pas en priorité. Trop à lire ;-)
A_girl_from_earth Il y a 4 ans
Idem que ci-dessus!;) N'empêche, très tentée, je garde quand même sous le coude!
Dominique Il y a 4 ans
je ne connais pas cet auteur mais ton billet est très attirant et je retiens cette référence
Restling Il y a 4 ans
"Présentation au vitriol", allez hop je note !
didouchka Il y a 4 ans
Voilà qui me tente bien, pour avoir un autre regard que Jane Austen sur la gentry britannique.
Ca me fait penser à Thackeray, cette plume trempée dans le vitriol et l'humour grinçant.
Géraldine Il y a 4 ans
Et pst, keisha, tu t'es trompée en début de billet. manifestement, c'est de moi dont tu parles... et mon nom, c'est géraldine ! lol !!!
Gio Il y a 4 ans
J'aime bien les sociétés passées au vitriol, je note !
Géraldine Il y a 4 ans
Eh non, je n'ai pas encore lu un seul livre de Jane Austen !
Isil Il y a 4 ans
Inconnu au bataillon mais noté désormais. Et pas seulement pour ton intro.
Marie Il y a 4 ans
Je ne sais pas... je note, à voir... ;-)
keisha Il y a 4 ans


@ Marie
Pas sûr qu'il soit facile à trouver, je n'en avais jamais entendu parler; j'aime bien ces découvertes totales.



Theoma Il y a 4 ans
Alors là je dis oui deux fois, c'est noté !
keisha Il y a 4 ans


@ TheomaLe fait est que c'est plaisant et que ça change de lecture.



Thaïs Il y a 4 ans
Ca a l'air sympa. Je n'en ai pas entendu parler.BOn WE !
keisha Il y a 4 ans


@ Thaïs
C'est un livre que j'ai bien apprécié!!! Merci de ton passage, ô Thaïs bien occupée... Bon week end.



liliba Il y a 4 ans
Ca me plait assez, je note !
keisha Il y a 4 ans

@ Liliba
Un livre inattendu, qui m'a plu!


chiffonnette Il y a 4 ans
Jamais entendu parler mais je note! C'est le genre de roman que j'adore!
keisha Il y a 4 ans


@ Chiffonnette
J'aime beaucoup les romanciers anglais, et là je suis tout de suite rentrée dans l'histoire!



GeishaNellie Il y a 4 ans
Ce livre me tente bien, cela fait longtemps que je n'en ai pas lu dans ce genre.
keisha Il y a 4 ans


@ GeishaNellie
Oh, un livre bien caustique comme on les aime de temps en temps...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!