jeudi 30 décembre 2010

Face à la classe



Face à la classe
Sur quelques manières d'enseigner
Sébastien Clerc et Yves Michaud
folio actuel, 2010
 
 
 
 
  Sébastien Clerc est un jeune professeur de français et histoire géographie dans un lycée professionnel (93) et Yves Michaud un universitaire professeur de philosophie.
 
Pourquoi lire "face à la classe" alors que c'est mon quotidien depuis moult années? Masochisme? Curiosité? Empathie pour les jeunes collègues qui doivent de plus en plus se débrouiller sans formation autre que disciplinaire et théorique?
 
Pourquoi lire "face à la classe" si on n'est pas enseignant?
 
"Si ce livre est d'abord destiné aux enseignants, il a une visée plus large.
Ainsi qu'on le constate à longueur de temps en regardant la télévision, en écoutant les radios ou simplement en traversant la vie quotidienne, le manque d'attention, la légèreté de la réflexion, le zapping superficiel de sujet en sujet, la prétention de chacun à donner son avis tout en idolâtrant des experts d'autant plus précieux qu'on ne croit pas un mot de ce qu'ils vaticinent, ne sont pas propres au monde scolaire. Pour ne rien dire du manque de respect ou de la grossièreté tout court. Que l'on parle devant des managers, des étudiants, des gens de médias ou des collégiens, il est aujourd'hui quasiment aussi difficile de retenir l'attention et de transmettre autre chose que des banalités convenues et politiquement correctes. La seule différence réside peut-être dans les manifestations de la distraction."
 
Les notions d'évaluation, de classement, de respect sortent aussi du cadre strict d'une classe...
 
Chaque chapitre propose une partie plus philo et théorique (mais claire) et une partie pratique, souvent même très pratique. J'ai apprécié l'approche conceptuelle, plutôt nouvelle et roborative pour moi qui n'ai étudié la philo que pendant un an (études scientifiques obligent...) et contrairement à ce que je craignais, ai découvert ou redécouvert des pistes intéressantes dans la partie plus "sur le terrain". Évidemment tout n'est pas nouveau, certaines idées, on finit par les découvrir au fil du temps quand on enseigne, là ça peut gagner du temps, et je n'ai pas levé les yeux au ciel en pensant "mouais, je voudrais t'y voir avec celui-là ou dans cette situation là" plus de trois ou quatre fois, ce qui est déjà louable, car je craignais le pire!
 
Adepte, ni du cours magistral, ni de l'autogestion totale, l'auteur recommande de prendre les élèves tels qu'ils sont - et non tels qu'on rêverait qu'ils soient- et d'enseigner tout en respectant sa propre personnalité. Personnellement, avec moins d'un mètre soixante et moins de cinquante kilogrammes, je privilégie l'humour et le dialogue... Je serais aussi preneuse d'un stock infini de patience, merci Père Noël.
 
Chacun pourra trouver ce qui le concerne dans ce livre - voire même rien qui le concerne. Je suis dubitative face à certaines idées, mais il y a des pistes. En tout cas, à l'école, les enseignants demeurent incontournables et  ne sont pas prêts de disparaître des classes, même avec du 100% technologie, et c'est plutôt une bonne nouvelle.
Il semble que ce livre ou certaines de ses idées fassent polémique, ma foi, cela peut se discuter... 

Commenter cet article

Lystig Il y a 2 ans


tiens, cela me fait songer que j'ai un petit lire sur "les écoliers"...


je vais aller le chercher...



Aifelle Il y a 2 ans


J'ai au moins deux livres sur l'école dans ma PAL depuis une éternité. Inutile d'en ajouter un autre, aussi intéressant soit-il, j'en ai toujours d'autres à faire passer avant.



Hélène Il y a 2 ans


Me retrouver face à une classe serait pour moi un cauchemar, je ne vais donc pas me faire peur hein??



mango Il y a 2 ans


De l'humour, du dialogue, de l'empathie, c'est l'idéal pour obtenir ces minutes de silence vibrant et absolu qu'on n'oublie jamais plus quand on l'a connu ...seulement voilà, c'est à recommencer
tous les jours et il y faut une telle énergie!  Non, vraiment, c'est trop dur et pourtant un pays rate tout quand il rate son enseignement!  Apprendre à faire apprendre, ça doit
s'apprendre à tout prix! Je ne lirai pas ce livre! Ça me ferait trop mal!



Marie Il y a 2 ans


Pas tentée... pour une fois que ma pal sort indemne après une visite sur ton blog !  ;-)






Alex-Mot-à-Mots Il y a 2 ans


Un stock de patience, voilà une bonne idée cadeau.



Hathaway Il y a 2 ans


Moi j'ai bien envie de le lire... (Un jour, un petit me voyant à bout, m'a dit "Je vais t'offrir un sac à patience", il n'avait que 3 ans et j'ai trouvé cela trop mignon ! Je lui ai répondu que
c'était une excellente idée !)



Gwenaelle Il y a 2 ans


On croise souvent des profs rêvant d'un élève idéal et parfait. Ce qui ne peut être que source de frustration... Ce livre sera sans doute utile aux nouveaux maîtres qui sortiront bientôt du
cursus avec très peu voire pas du tout de pratique... Eh oui, enseigner, ça s'apprend et ce n'est pas donné à tout le monde. Y est-il aussi question de psychologie? Parce que ça compte aussi...
;-)



Lystig Il y a 2 ans


GOURMANDE!


le livre, c'est "on achève bien les écoliers"


et la patience en cadeau, ça marche aussi pour mon boulot !





BON BOUT D'AN !



Lystig Il y a 2 ans


quoi ? quoi ? pas encore vu!





arghhhhhhhhhhhh


j'y cours, j'y vole !!!!



dominique Il y a 2 ans


Ma fille enseigne depuis quatre ans, elle veut déjà changer de métier.


Je ne crois pas qu'un livre de plus change grand chose au problème. On va encore supprimer tout plein de postes l'année prochaine.



Anis Il y a 2 ans


Passionnant ! Heureusement que la réflexion ne s'arrête jamais, ça permet tout de même d'ouvrir des pistes, de tenter d'autres choses. Drôle de métier tout de même... Je fais tout juste un mètre
soixante et je t'assure que même à cette hauteur-là, il vaut mieux le dialogue et l'humour et la bonne humeur autant que possible. Un métier c'est se lever tous les matins, c'est une grosse part
de contrainte, alors autant autant y trouver du sens et de l'intérêt. L'idéal serait de n'avoir que les élèves qui ont envie d'apprendre !



Stephie Il y a 2 ans


Bof... j'ai encore le dernier Brighelli à lire. Ensuite, faudrait que j'arrête de me faire du mal avec ce type de lectures...



A_girl_from_earth Il y a 2 ans


Ça me fait penser que je n'ai toujours pas rédigé mon billet sur Princesse Soso garghh!!



Jackie Brown Il y a 2 ans


J'aime ce genre de livre mais ce n'est pas ici que je vais le trouver. Tant pis ! Je peux te demander ce que tu enseignes ?



Jackie Brown Il y a 2 ans


C'est moins chiant que la philo.  Je me souviens que l'algèbre me fascinait.



keisha Il y a 2 ans


@ Jackie Brown


La philo???  Je n'ai rien contre, j'en ai fait trop peu...


L'algèbre, oui, ou les maths tout court, une fois qu'on a pigé, c'est comme un jeu... (mais allez convaincre tous les élèves de ça...)



Jackie Brown Il y a 2 ans


Moi, c'était 8 heures par semaine. Mais vu l'intérêt, une heure par semaine aurait été de trop. Moi, je voulais faire des langues. Le reste ne m'intéressait pas du tout. Saut peut-être la chimie.
A quand un lycée "à la carte" comme aux Etats-Unis.



keisha Il y a 2 ans


@ Jackie Brown


Un lycée à la carte? Parfois je me demande si ce ne serait pas mieux... Ou alors possiblité pour l'élève de reprendre une matière une fois qu'il en aurait réalisé l'intérêt. Bref, je ne sais pas
trop!


Moi c'était dans les 8 heures de maths (et 3 heures de philo quand même, avec une prof pas très intéressante, mais j'ai bien réussi au bac quand même!)



Jackie Brown Il y a 2 ans


Oui, je vois ça. Tu as quelles classes ?



keisha Il y a 2 ans


@ Jackie Brown


Cette année 6ème et 4ème, donc en collège... La période où ils deviennent adolesccents... Sans commentaires!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!