jeudi 5 mai 2011

Les combattants de l'arc-en-ciel



Les combattants de l'arc-en-ciel
La première expédition de Greenpeace (Amchika, 1971)
The Greenpeace to Amchitka : an environmental Odyssey
Robert Hunter
Gallmeister, 2007
 
 
 
Pourquoi cette lecture? Un brin pour le plaisir de terrasser le catalogue de Gallmeister... "Je l'aurai". Je précise que de plus je n'ai jamais eu de SP, ayant recours aux biblis, livres voyageurs et achats. J'adore les challenges, quoi. Merci Choco!!!
 
Connaissez-vous le comité Don't make a wave, crée en 1970 à Vancouver? Sûrement pas! Mais si je vous dis Greenpeace, là, oui, cela évoque quelque chose, non?
 
"Le 15 septembre 1971, le comité Don't make a wave envoya vers Amtchika le Phyllis Cormack, un navire de quatre-vingt pieds armé pour la pêche au flétan, provisoirement baptisé Greenpeace. A son bord, douze hommes : John Cormack, le capitaine, Dave Birmingham, le chef-mécanicien, et dix éco-dingues âgés de vingt-quatre à cinquante-deux ans."
 
Amtchika, c'est au fin fond du bout des iles aléoutiennes, là où les Etats-Unis avaient prévu de faire exploser une bombe, sans se préoccuper des risques de fuite et du fait que la région soit sujette  à des séismes et contienne des volcans en activité. Quant à la faune, pauvres otaries, c'est un carnage...
 
Difficile de se remettre dans l'ambiance de l'époque, guerre du Vietnam, essais nucléaires (et tension entre Canada et Etats-Unis), mouvement hippie.
 
Robert Hunter tient le rôle de chroniqueur officiel, même si les informations circulent aussi par radio ou téléphone. Leur Odyssée est suivie par les medias : l'explosion va-t'elle avoir lieu ou sera-t'elle annulée, face aux nombreux mouvements de protestation? En fait cette chronique ne paraîtra qu'en 2004, accompagnée d'un épilogue fort intéressant, où l'auteur jette un regard objectif sur l'aventure.
 
Mais son récit garde la fraîcheur de l'action en cours, c'est plein d'autodérision, heureusement; il n'hésite pas non plus à évoquer les tensions qui se sont fait jour au sein de l'équipe. C'est un témoignage d'une équipée non sans danger (la région offre de  belles tempêtes). Evidemment c'est un peu daté, parfois très "peace and love, mec, il y a de bonnes vibes, notre mère la Terre", mais c'est passionnant à lire! C'était gonflé de se lancer à l'assaut de la puissance américaine (voir aussi l'hilarante rencontre avec les garde-côtes américains) et on sent des convictions profondes de défense de la planète. Hunter déplore le sort des populations autochtones, dont les richesses naturelles ont été pillées, et ensuite les conserveries laissées à l'abandon, les habitants abandonnés à l'aide sociale et à l'alcool.
Au point que l'un d'eux grogne "Laissons-la péter, cette maudite bombe. Ouais, mec, plus vite cette planète sera débarrassée de nous, mieux ce sera."
 
Et les "combattants de l'arc-en-ciel" [RainbowWarriors]?  Il s'agit du titre d'un recueil de légendes et prophéties indiennes. "La prédiction ancestrale qui lui donnait son titre annonçait des temps où les Indiens seraient pratiquement réduits à néant par l'Homme blanc, la forêt abattue, l'eau et les cieux empoisonnés. Alors, les Indiens recouvreraient leurs esprits et apprendraient aux blancs comment vivre en harmonie avec la planète, sans la détruire. Ils deviendraient les Combattants de l'arc-en-ciel. "
 
Je termine avec les dernières lignes écrites en 2004
"Mon angoisse et mon désespoir allaient s'avérer dénués de fondement, et le temps leur a donné tort. Le succès du voyage dépassa nos rêves les plus fous. La bombe explosa, certes, mais ce fut la dernière. Six mois après notre expédition, le programme d'essais nucléaires d'Amchitka fut définitivement suspendu. Certains spécialistes ont même soutenu que cet événement marqua le début de la fin de la guerre froide. Quoiqu'il en soit, l'héritage laissé par ce voyage, ce n'est pas seulement une bande de mecs embarqués sur un bateau de pêche; c'est une organisation, Greenpeace, que le monde entier aime ou déteste mais qui ne laisse personne indifférent."
 
Cet article a été entièrement tapé sur un ordi alimenté en électricité d'origine nucléaire à 82,1%, dixit ma dernière facture, avec dans la pièce une ampoule à filament allumée malgré la lumière du jour. Shame on me..
 
Challenge nature writing

Commenter cet article

Bruno Il y a 2 ans


tiens, ca doit être sympa à lire ca ! une lecture qui change un peu, je note !



Yv Il y a 2 ans


C'est vrai qu'à lire tes articles, on pourrait croire que tu es en cheville avec toute la maison d'édition Gallmeister, tellement tu en lis. Je ne suis pas sûr que ce titre entrera dans ma PAL,
même si je suis ce que fait greenpeace depuis longtemps.



keisha Il y a 2 ans


@ Yv


Justement je tenais à le signaler, car cela finira par être suspect... Remarque, avec Métailié, c'est la même chose côté qualité, raison pour laquelle j'accepte les envois... La liberté du
blogueur demeure dans les deux cas!


Pour en revenir au livre, qui a stagné des mois sur mon étagère, eh bien c'est une bonne surprise, du style témoignage incontournable d'une époque; et c'est passionnant à lire.



Kathel Il y a 2 ans


Hou la la, tu me rappelles que j'en suis au point mort concernant le challenge Nature writing... ce n'est pas avec ce titre que je m'y mettrai, je pense... je réfléchis encore, ça fume,
d'ailleurs !



keisha Il y a 2 ans


@ Kathel


Ce ne sont pas les titres qui manquent, nous sommes à ton service pour les idées...



Dominique Il y a 2 ans


là je crois que c'est ma limite, convaincue mais pas militante alros les groupements, le militantisme ...euh je crois que j'ai passé l'âge mais cela ne m'empêche pas d'apprécier tes billets ! je
te pardonne pour l'ampoule mais c'est parce que c'est toi



keisha Il y a 2 ans


@ Dominique


Tu sais, je ne suis pas une militante et aime bien mon confort... Mais là, c'est une plongée dans un univers un peu barge et Robert Hunter sait voir les contradictions de son action (pas de femme
dans l'équipe, on pollue pour y aller, etc...)



zarline Il y a 2 ans


Ton billet me fait penser à Le coeur est un noyau candide, surtout le côté peace and love. Même sans être une fan de Greenpeace, ce récit a l'air intéressant. Maintenant, vu la taille de ma PAL,
ce n'est pas une priorité non plus, surtout que le NW est toujours en hibernation de mon côté. J'y reviendrai...



keisha Il y a 2 ans


@ zarline


Oui, j'y ai beaucoup pensé, j'ai failli mettre un lien, mais bah... Récit intéressant, qui se lit très très vite et facilement. Une sorte d'objet littéraire un peu givré mais très intéressant..



Aifelle Il y a 2 ans


Je vais te le laisser celui-là, le sujet n'est pas glamour  Ben quoi, j'ai le droit de vouloir du glamour non
 Le dernier qui sort chez ton copain Olivier il a l'air coton, de vilaines armes biologiques et les humains qui ne
communiquent plus, brrrrrrrrrrr.



keisha Il y a 2 ans


@ Aifelle


Oliver (pas de i, sinon Juliette tape sur les doigts) fait paraître de bons NW, dont celui-ci, mais dans la collection Americana ou polar j'ai parfois du mal... Je garde quand même toute ma
raison, même si Gallmeister est écrit sur la couverture.



Hélène Il y a 2 ans


Bof, ça a beau être du gallmeister, là, pour le coup...



keisha Il y a 2 ans


@ Hélène


Au départ, cela ne m'inspirait guère non plus, et puis c'est devenu vraiment intéressant...



petitsachem Il y a 2 ans


c'est un des rares Gallmeister que je n'ai pas réussi à finir...cependant, mon homme, qui est un lecteur assermenté de la maison susdite (mais plus porté sur les récits que sur la
fiction que moi) a adoré, lui



keisha Il y a 2 ans


@ petitsachem


J'ai eu un peu de mal à accrocher au début, et puis il y a des moments grandioses, la rencontre garde-côte/bateau Greenpeace, la grosse tempête, etc... Ma foi, j'ai bien aimé!


Mais je reconnais que c'est vraiment pour les acharnés de la maison d'édition...



Choco Il y a 2 ans


Mince, il me semblait avoir laissé un com...


Bon, malgré ton avis, je ne vais pas me jeter sur sa lecture de suite...Ptet le côté essai qui me gêne ?



keisha Il y a 2 ans


@ Choco


Ben tu as failli rater mon aventure dans les mers froides ... Je l'ai lu en 24 heures, c'est vraiment à tester, n'aie
pas peur, ce n'est pas du tout un essai somnifère, c'est souvent fort drôle. Je te le renvoie un de ces jours, OK, après ton retour?



Folfaerie Il y a 2 ans


Connaissant l'histoire de Greenpeace, ce n'est pas un livre que je lirai, j'ai tout de même bien d'autres titres prioritaires. En revanche, celui sur Paul Watson m'avait fortement intéressée.
Celui-là c'est mon héros



keisha Il y a 2 ans


@ Folfaerie


Eh bien moi j'ignorais tout cela, j'ai même fouiné sur wiki pour savoir qui est Paul Watson. J'ignore même de quel
titre tu parles.


Mais j'avais quand même entendu parler d'un combat pour les baleines!



Choco Il y a 2 ans


Bon Bon d'accord, je vais t' écouter


Pour le retour, attends début juin en effet !



keisha Il y a 2 ans


@ Choco


Pas de souci, les livres voyageurs sont dans un endroit spécial, en vue, pour ne pas les oublier.



Folfaerie Il y a 2 ans


Son bouquin s'intitule Au nom des mers. Je l'ai eu d'occasion car il est épuisé hélas... Dans la même veine que Wildlife de Richard Leakey.



keisha Il y a 2 ans


@ Folfaerie


Tu es vraiment une pro du NW! Heureusement que je t'ai laissé les rênes du challenge, tu es quasi incollable. Deux titres à noter, quoi...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!