lundi 10 septembre 2012

La fille du capitaine

La fille du capitaine
Alexandre Pouchkine
Bibliothèque Lattès, 1990


Pouchkine (Moscou, 1799- Saint-Petersbourg, 1837, dont j'ai aperçu le portrait à la galerie Tretiakov, les demeures dans ces deux villes, des statues par ci par là, et même son lycée à Tsarkoie Selo, renommé Pouchkine), m'a poursuivie durant mon voyage, et il n'est que normal que je présente un de ses romans. Court, le roman, si! Cela change agréablement des pavés de ses collègues ... (J'exagère, je me relirais bien Guerre et paix, tiens)
Au moment de sa fin prématurée lors d'un duel, il était considéré comme le plus grand écrivain russe. Lire une biographie de Pouchkine devrait d'ailleurs être passionnant, vu sa vie !


Alors, le roman?
A moins de vingt ans, le jeune Piotr Andreitch rêve de connaître la vie de fêtes de Saint-Petersbourg, hélas il sera envoyé en garnison dans un coin perdu près d'Orenbourg (trèèèès loin de Moscou, sur le fleuve Oural), accompagné d'un vieux serviteur fidèle, Savéliitch. Bien sûr cette garnison est sous les ordres d'un capitaine, et une jolie idylle va se nouer entre Piotr et Macha, la fille du capitaine... Amours contrariées, dans un contexte de guerres avec les Cosaques, de duels, de rebondissements, et aussi de cruautés dans cet empire tsariste, où les criminels étaient punis sévèrement. Tout se terminera bien pour nos tourtereaux, grâce à une rencontre dans le jardin impérial de Tsarkoïe Selo (et j'utilise une photo de vacances!)
Au travers d'une belle histoire d'amour pure et romantique, se dévoile aussi toute une ambiance russe fin 18ème siècle, où l'autorité du tsar tout puissant pouvait (déjà!) être remise en question par des révoltés, la vie humaine n'avait guère de prix, et les classes sociales étaient rigides. J'ai aussi savouré les proverbes et formules de politesse ou honorifiques désuètes qui émaillent les conversations.

Les avis de L'animal lecteur

Je termine avec quelques photos prises dans un musée de plein air, où sont présentés des bâtiments anciens, qui peuvent donner une idée de ce que connaissaient nos héros.
isba ancienne

traineau

chaussures tressées

isba plus vaste

40 commentaires:

  1. Je suis de retour :-D
    Mais je passe, les Russes et moi, ce n'est pas la passion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Américains sont plus sûrs!
      Oui, tu es de retour, et je te signale que je suis avec vous pour la lecture commune Tribulations d'un précaire. Un auteur qui ne déçoit pas.

      Supprimer
  2. J'ai mis un moment à capter que c'était tes photos de vacances :-) ta lecture ne devait en avoir que plus de sel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai plein de photos, je les utilise... Mais rien avec de la neige, dommage, car dans le roman on peut circuler en traineau sous tempête de neige...

      Supprimer
  3. Alors toi aussi tu as passé un été russe, je n'ai pas fait le voyage mais j'ai lu très très russe ça compense !

    A travers son roman il faisait allusion aussi aux révoltes locales qu'il ne pouvait pas approuver ouvertement.
    je l'ai écouté récemment ce roman et j'ai passé un excellent moment et j'ai dans ma besace une biographie à lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai complètement découvert ces histoires de révoltes! Une ambiance bien cruelle et inégalitaire, déjà un bon siècle avant la révolution.
      Une bio de Pouchkine? je verrai ça. Zweig en aurait fait quelque chose, d'une vie pareille!

      Supprimer
  4. Cela fait un moment que je n'ai pas lu de roman russe, tu me tentes, tiens... Quant aux musées de plein air, je ne m'en lasse pas, je peux t'en recommander à Oslo ou Stockholm si tu vas un jour par là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman russe court et assez romantique, ça change.
      Le principe des musées en plein air a l'air répandu, j'en ai visité au fin fond du Montana. Rien d'antérieur au 19ème siècle, bien sûr...

      Supprimer
  5. J'avais lu sa nouvelle fantastique, la dame de pique, mais j'ai entendu beaucoup de bien de la fille du capitaine... Il fait partie des classiques que je veux lire. Tu as de la chance, ça t'évoque des souvenirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un classique à découvrir, fort agréable et intéressant. C'est bien mené.

      Supprimer
  6. Je l'ai dans ma PAL depuis des années. J'avais même déjà débuté ma lecture, pour la laisser tomber au moment où il arrive dans la garnison. Pourtant, j'avais bien aimé le début. Tu me donnes envie de le ressortir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela se lit très vite, allez, retourne dans cette Russie un peu sauvage...

      Supprimer
  7. Moi qui adore la littérature russe, je n'ai jamais mis les pieds là-bas, ta petite série de reportage donne bien envie. La campagne autour de Moscou notamment, me dit bien.

    Sinon, <3 pour Pouchkine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joindre des images me paraissait bien...^_^
      Une découverte pour moi, ce Pouchkine!

      Supprimer
  8. Il me semblait l'avoir lu, mais ce que tu en dis ne me rappelle rien!Pouchkine est davantage connu pour ses poèmes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est l'auteur (entre autres) de Boris Godounov (tragédie historique) et Eugène Oneguine, roman en vers (sûrement coton à traduire!) qui ont été mis en opéras. Bref, ses œuvres sont fort diverses!Je découvre (merci wikipedia) un Mozart et Salieri qui aurait inspiré à Formann une partie de son film Amadeus.^_^

      Supprimer
  9. C'est un vrai bonheur d'accompagner ses voyages de lectures appropriés, ça donne encore plus de réel à ce que l'on voit... Bon, le roman ne me tente pas trop mais continue de nous régaler de tes photos de vacances :0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue avoir lu ce petit roman après mon voyage! Durant le voyage je lisais complètement autre chose!

      Supprimer
  10. C'est très agréable de lire ton billet, illustré par tes photos. Un roman à découvrir pour moi... Un jour, peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela permet d'élargir les horizons du blog...

      Supprimer
  11. Jamais lu d'auteurs russes (j'ai un peu honte quand même), je préfère de loin la littérature américaine même si je ne sais pas vraiment pourquoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l suffit de parcourir mon blog (celui ci et l'ancien) pour sentir que mon cœur littéraire bat plutôt côté ouest... mais je me suis rattrapée en lisant Anna Karénine et Guerre et paix assez tard, mais avec plaisir.
      Sinon, oui, je te comprends, on ne peut vraiment pas tout lire, mais un petit essai ne fait pas de mal (j'avoue ne pas pouvoir lire un roman de Dostoievsky en entier, c'est grave ^_^)

      Supprimer
  12. J'ai cru voir quelque chose qui m'était adressé en filigrane mais je dois me tromper ! lol En tout cas, très belles photos qui illustrent ton billet, le jardin impérial en particulier, wowow ! Il ne me déplairait pas ce livre je pense, en plus Pouchkine fait aussi parti des auteurs que j'aimerais lire un jour (un peu comme Nikos K. lol).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes considérations sur les pavés tolstoiens et autres étaient générales! Mais c'est sûr qu'un joli roman de taille réduite, avec peu de personnages, ça convient bien aussi à la découverte des auteurs russes.

      Supprimer
  13. c'est un récit que j'aime! Il m'a beaucoup marquée la première fois que je l'ai lu. je me souviens très bien encore de cette fameuse tempête de neige au milieu de nulle part. C'est superbe. J'aime les grands classiques russes, en fait, Dostoïevski en tête!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai beaucoup aimé ce roman qui met parfaitement dans l'ambiance, en peu de pages, avec des personnages bien campés.
      Euh, j'ai du mal avec Dostoievsky, Tolstoi me convient mieux. Mais ne chipotons pas, quelle belle littérature!

      Supprimer
  14. En lisant en voyageant, tout est dit ... Bravo.
    J'ai lu ce roman de Pouchkine il y a quelques temps et beaucoup aimé. Mais de l'agrémenter ainsi par la découverte des lieux, alors là ce doit être un grand bonheur.
    Merci pour ce billet, qui donne envie de continuer à lire Pouchkine et de découvrir la Russie.
    fran6

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une occasion de ressortir quelques photos récentes...
      J'aimerais bien voyager plus "en vrai", mais le faire au travers des livres est déjà une belle aventure.

      Supprimer
  15. Aifelle m'avait tenu au courant, même aux USA je le savais déjà ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle organisation! De toute façon je me doutais bien que tu serais d'accord pour renforcer l'équipe. Surtout j'avais déjà lu deux romans de Levinson, et n'attendais qu'un coup de pouce pour continuer à le lire!

      Supprimer
  16. A part "La dame de Pique", je n'ai rien lu de Pouchkine. Je ne connaissais pas ce roman... Mais je ne sais pas si c'est l'air du temps, j'ai emprunté l'autre jour à la bibliothèque "Un roman français" d'Andreï Makine... L'heure est à la Russie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, oui, La dame de Pique... Je pourrais me lancer plus dans la littérature russe.
      L'air du temps : parfois coïncidences et hasards, dans la vie d'un lecteur!

      Supprimer
  17. On aurait envie de voir tomber la neige auprès d'un bon feu dans cette isba, plus glamour que dans une barre à St Denis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout de suite les exemples extrêmes! ^_^ Les tempêtes de neige, c'est bien... mais à l'abri, en effet!

      Supprimer
  18. Ah oui je l'avais lu l'année dernière mais je n'en avais pas fait de chronique car j'avais laissé passer trop de temps entre le temps de lecture et le temps de l'écritue du billet... ça m'arrive parfois ;-) Mais j'avais bien aimé cette lecture. Ton reportage photos est vraiment extra !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un fort joli roman, ramassé, mais avec l'essentiel!

      Supprimer
  19. Merci pour cette belle présentation, billet et photos. Le livre est tentant et j'ai beaucoup aimé le traineau. Les chaussures sont belles aussi pour le travail artisanal mais je ne suis pas sure d'être à l'aise dedans. Pour ce qui est de Guerre et Paix, je suis partante pour la lecture commune(hihi !) je l'ai sous le coude mais je manque un peu de motivation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit de chaussures traditionnelles, je ne pense pas qu'on les porte en dehors de moments "folkloriques".
      Oui, lis cette Fille du capitaine. Pour Guerre et paix, je l'ai lu il y a deux ans (mon billet http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-guerre-et-paix-48970956.html) , j'espère te donner envie, mais honnêtement j'ai prévu Don Quichotte en 2013 et là ça fait du pavé quand même!

      Supprimer
  20. Deux ans c'est pas si éloigné. Je pensais que c'était plus ancien. Et bien je te laisse avec Don Quichotte et je me continue de me chercher la motivation pour Guerre et Paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, ma découverte de la littérature russe est récente! Je t'encourage vivement à lire cette grande œuvre de Tolstoï!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!