lundi 11 mars 2013

Pike / Le tireur (Gallmeister, le retour)

Pike
Benjamin Whitmer
Gallmeister, 2012
Traduit par Jacques Mailhos




Pike est un ancien dealeur, toxicomane, mais reste violent (et armé). Il apprend la mort de sa fille Sarah qu'il n'avait plus vue depuis qu'elle avait six ans et se voit chargé de Wendy, douze ans, plutôt à cran (et Monster, son chaton). Sarah était prostituée et toxicomane et est morte dans des conditions sordides qu'il veut élucider complètement. Avec lui, Rory, un jeune boxeur au passé traumatisant.
Sur leur chemin, se retrouve Derrick Krieger, un flic "brutal et véreux", compromis entre autres dans la mort d'un gamin noir qui s'enfuyait, et semblant connaître la fillette et pas mal de détails sur la mort de Sarah.
Pike et Derrick finiront par se retrouver, un seul en sortira vivant.

Âmes sensibles, attention! C'est 100% noir. Les épisodes violents se succèdent, personne ne sort intact, non que l'auteur s'appesantisse sur les détails (les évoquer, ça suffit largement) , ça cogne, ça tire, la plupart du temps sans réfléchir plus avant. On plonge dans des milieux de paumés, de sans espoir, de cabossés par la vie.
Ce côté brut de décoffrage a fini par m'empêcher de m'attacher à l'histoire, qui se déroule en laissant derrière elle un bon lot de cadavres (Pike, Wendy et le chaton s'en tirent, en gros). Mais c'est un roman découpé au millimètre, sans un gramme de graisse inutile, hallucinant, noir (oui, je l'ai dit) et superbement écrit. A vous de voir, vous êtes prévenus.

Les avis de Pierre Faverolle, JM Laherrère, petitsachem,

Le tireur
Glendon Swarthout
Gallmeister, totem, 2012

Souvent au cours de ma lecture je pensais "ouh là que je comprends que ce roman a été adapté au cinéma", "ouh là que je vois bien John Wayne dans ce rôle" et bien sûr "ouh là quel livre!"

Si j'écris le mot western, certains lecteurs vont fuir - et ils auront tort. Restez, restez, et oyez l'histoire de J.B. Books, tireur redoutable et redouté arrivant ce 22 janvier 1901 dans la ville d'El Paso (Texas). Stoppez les harmonicas, l'heure est grave.

Books n'est pas un type sympathique, mais il force le respect. Que vient-il faire à El Paso? Mourir. Un médecin lui annonce qu'il est atteint d'un cancer, qu'il n'en a plus pour longtemps, et mourra dans d'affreuses souffrances. Les vautours (humains) rodent autour de lui et dans la chambre louée où quasiment tout le roman va se dérouler, défile tout un lot de personnages intéressés. Seule sa logeuse gardera une attitude digne.

J'ai (forcément) aimé ce roman, les duels verbaux,  l'atmosphère de cette ville de l'ouest, les articles de l'unique journal que lit Books, et bien évidemment la fin d'anthologie, dans le saloon!

Books doit réaliser qu'une période se termine, le monde qu'il a connu va disparaître. "On est en 1901. Les jours anciens sont morts et enterrés et vos ne le savez même pas. Vous pensez que cette ville est juste un endroit comme les autres où faire régner une terreur de tous les enfers. (...) Bien sûr qu'on encore des saloons, des filles et des tables de jeu, mais on a aussi l'eau courante, le gaz, l'électricité et une salle d'opéra, on aura un tramway électrique d'ici l'année prochaine et on parle même de paver les rues. On a tué le dernier crotale dans El Paso Steet il y a deux ans, dans un terrain vague. La First National Bank s'est installée ici.On a eu la visite du Président des États Unis hier sur la grand place. Bon sang, on peut même se faire livrer de la glace sur le pas de la porte!(...) Où est votre place dans cette marche du progrès? Nulle part. Votre place est au musée. Pour être plus précis, Books, vous appartenez à une autre époque, complètement révolue."

"Il tenait un revolver encore chaud dans la main, sentait la morsure de la fumée dans ses narines et le goût de la mort sur la langue. Le cœur haut dans sa gorge, le danger derrière lui - et puis la sueur soudaine et le néant, et la sensation douce et fraîche d'être né."

Les avis de JérômeHélène, actu du noir,

44 commentaires:

  1. J'ai adoré ces deux romans. Du tout bon, du Gallmeister, quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà. Gallmeister, on a tout dit (et pourquoi je me fatigue à écrire des billets, suffirait que je donne le titre, l'auteur, et l'éditeur, tiens ^_^)

      Supprimer
  2. Ah! Pike...mais quel roman incroyable. Je n'ai pas encore pris le temps de lire "Le Tireur", et là, comment dire: tu m'as ferré!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le coup de poing, oh oui!
      Le tireur est aussi à lire absolument...

      Supprimer
  3. Pike me tente bien. Si je ne l'ai toujours pas lu à l'heure qu'il est, c'est que j'ai un peu peur qu'il ressemble à Le diable, tout le temps que j'ai beaucoup aimé. Alors, je laisse un peu décanter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pike : il ne me semble pas avoir jamais lu un truc aussi noir de chez noir... Mais tu survivras, comme moi (bien obligé!)

      Supprimer
  4. Je peux lire le premier si le chaton s'en sort !
    Trêve de plaisanterie, j'ai déjà des gallmeister à sortir de ma PAL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore heureux que le chaton (une petite chose hargneuse et griffante) s'en tire.
      Bon, on attend tes Gallmeister!

      Supprimer
  5. Pike je l'ai vu en librairie bien sûr et noté. Le noir profond ne me fait pas peur et depuis quelques temps je lis à nouveau des polars après une grosse interruption

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es prévenue! Pas un seul carré de ciel bleu! Mais ce roman ne se lâche pas...

      Supprimer
  6. Le deuxième me plairait davantage, il me rappelle un peu Les frères Sisters... Tu ne l'as pas lu ? (mais ce n'est pas chez Gallmeister !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble avoir noté dans un coin de cervelle ces frères Sister...
      Le tireur est une perfection dans son genre...

      Supprimer
  7. J'avais repéré "Pike" mais pas du tout le 2ème. Je ne suis pas très western (sauf ceux de Sergio Leone !) mais ton billet est fort alléchant. Décidément, les éditions Gallmeister ne publient que du bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un western sans grands espaces et sans villages abandonnés et sans indiens... Tout se passe quasiment dans une chambre! Et beaucoup de psychologie (bon, OK, ça tire un peu quand même)

      Supprimer
  8. trop de polars pour moi !
    mais j'aime bien lire les billets sur le genre
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tireur a tous les atouts d'un "simple" roman, il pourrait te plaire.

      Supprimer
  9. Mais où est le côté Nature Writing, dans le premier ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas classé en nature writing, Gallmeister a aussi Americana et Noir, ,je crois.
      Mais tu crois que ça m'arrête? ^_^

      Supprimer
  10. tiens du gallmeister...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça tombe grave aujourd'hui. Tu craques?

      Supprimer
  11. (pétard des guettes, je peux te laisser des comms, mais depuis le bureau... ça craint !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me disais aussi, Lystig, le retour! (ta daaaam!) (mais chez alex mots à mots je ne peux lui en laisser de mon ordi, va comprendre)

      Supprimer
  12. a mesure que je lisais ton avis sur Pike, je me disais que ce n'était pas pour moi, qui pourtant aime bien les romans noirs; Mais là, cela semblait un brin too much. je note par contre le second titre, parce que les westerns c'est bien :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les deux sont différents, et très bien. Ceci étant, si tu veux du un peu moins sombre (quoique...) tu as le second...

      Supprimer
  13. Gallmeister, j'apprécie de plus en plus !!!! Tes 2 lectures me donnent envie même si le 1er roman est un peu trop noir ;-) Je prend note des 2 on verra bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, tout dépend des disponibilités : le premier, dès que je l'ai vu à la bibli, j'ai sauté dessus, le second, je l'avais repéré et donc acheté en librairie, c'est un poche.

      Supprimer
  14. Une LC des Frères Sister ?^^ (en réponse à un de tes com')
    Bon, je finis déjà le Spoutnik, je tente le Hiaasen, et on verra après, DonQ passe en priorité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les frères Sister, tu parles! Mais tant que ce n'est pas en bibli, c'est non!
      Aaah le Hiaasen... Et comme je parie que tu en as plein en bibli... Tu verras, complètement dément!
      Ensuite, oui, faudra penser à notre hidalgo!

      Supprimer
  15. Merci pour le lien, en effet, un roman noir superbe dans sa noirceur. Moi aussi, je l'ai dit ! Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle écriture! Heureusement, elle entraine et fait passer mieux la noirceur totale.

      Supprimer
  16. Le premier, sûrement pas pour moi en ce moment! Quant au western, je les aime tant filmés, pourquoi n'en ai-je jamais lus encore?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention, western particulier, sans grands espaces, indiens et tutti quanti. Presque un huis clos. Mais il y a la bagarre dans le saloon à la fin!

      Supprimer
  17. Un polar sans doute trop noir pour moi (même si le chaton s'en sort :-)) et quant au Tireur, j'ai été un poil moins enthousiaste que toi on dirait.

    Attention, bientôt un Gallmeister sur mon blog (mais toi tu l'as déjà lu !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais ce tireur est bourré de qualités romanesques!
      Je parie que c'est Wilderness? Suspense?

      Supprimer
  18. Ouh là si tu sors le lasso comment veux-tu que je résiste ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de lasso... Mais des réflexions sur la vie, tout ça, et une belle bagarre finale au saloon, que veux-tu de plus, ^_^

      Supprimer
  19. Je note le Glendon Swarthout. Depuis le temps que je souhaite découvrir le genre western (bien la peine d'habiter dans le Colorado), mais je n'avais noté que Louis L'Amour. Il me suffisait de venir faire un tour sur ton blog, quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, quoi... Tu as lu Lonesone Dove aussi je l'espère?

      Supprimer
    2. Non, pas encore. De McMurtry, je n'ai noté que All my friends are going to be strangers. Je crois qu'il y en a un autre quelque part, mais ma LAL étant éparpillée sur divers cahiers et carnets, je n'arrive pas à remettre la main dessus. J'ajoute Lonesome Dove alors.

      Supprimer
    3. J'adore McMurtry... Cela n'a l'air de rien au départ, puis c'est très addictif.
      Ma LAL aussi est assez éclaté (plus celle uniquement dans ma tête, donc volatile...)

      Supprimer
  20. Oh, très envie de tester ce Gallmeister totem ! On est rarement déçu avec un Gallmeister...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement! Et heureusement, car je les empile un peu sur mes étagères, ces Totem...

      Supprimer
  21. Je note "Pike" pour ce commentaire : "Âmes sensibles, attention! C'est 100% noir" :)

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!