vendredi 17 mai 2013

Les fiancées d'Odessa

Les fiancées d'Odessa
Moonlight in Odessa
Janet Skeslien Charles
Liana Levi, 2012
Traduit par Adelaïde Pralon


"Aux échecs, c'est chacun pour soi. Il faut à la fois construire les pièges et les éviter. Une des clefs de la victoire est la force mentale. Et l'esprit de sacrifice. A Odessa, la vie ressemblait à une partie d'échecs. Attaques. Ripostes. Feintes. Lire dans le jeu de son adversaire et garder toujours un temps d'avance sur lui."

Daria est jeune, jolie, intelligente, elle a réussi de bonnes études... mais à Odessa, c'est sa connaissance de la langue anglaise qui lui a donné du travail, d'abord dans une entreprise où elle fait merveille, mais doit éviter les approches de son patron,  puis dans une organisation de rencontres entre américains et ukrainiennes.

Vlad, un jeune loup de la mafia d'Odessa lui court après, et son cœur bat un peu plus vite. Même si les hommes ukrainiens sont souvent  paresseux, alcooliques et violents...
"Pourquoi refuser de sortir avec un beau jeune homme?
- Tu veux dire le roi de l'excroquerie, un chef de la mafia et sûrement aussi un assassin?
- Personne n'est parfait. Au moins, il ne fume pas."

Daria est très attachée à sa grand mère, qui est pourtant la première à l'encourager à filer aux Etats-Unis, quitte à épouser pour cela un américain. La seconde partie du roman verra Daria là-bas, mais le rêve s'écroulera-t-il?

Américaine vivant à Paris, l'auteur a vécu deux ans à Odessa, et l'on sent qu’elle connaît bien cette ville, les problèmes de ses habitants dans leur vie quotidienne, coupures d'électricité, chômage, corruption à tous niveaux, mais aussi leur amour pour leur ville. De nombreux détails permettent de se faire une bonne idée de la vie là-bas, sans avoir l'air de lire un guide! Beaucoup d'humour, parfois grinçant ou désespéré, et de l'émotion. On suit Daria dans sa recherche du bonheur, ses questionnements. Le thème des mariages arrangés pourrait être glauque, mais il est traité avec finesse et réalisme.
La découverte des États-Unis vue par une jeune Ukrainienne sous le charme est amusante, l'auteur croque avec justesse l'ambiance d'une petite ville paumée.

Au final, un roman qui se dévore, et pas si léger qu'on ne pourrait le croire.

L'avis d'Aifelle (merciii) et de kathel,
Les avis chez Babelio

50 commentaires:

  1. On t'incite au voyage juste au-dessus ? Ils auraient pu te proposer un séjour à Odessa pour être raccord hi hi .. Bon tu as vu que je parle de la sortie poche de cet excellent roman, je le redis, qui n'a pas eu assez d'écho sur la blogosphère, allez réveillez-vous les lectrices !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces messages anonymes en anglais deviennent une plaie, mais je résiste, je ne mets pas de code pour les commentaires, car je râle assez quand j'en trouve ailleurs. Je songe à une solution...
      Bref, sache que je suis déjà allée à Odessa (si!). Oui, un excellent roman, et on est raccord pour en parler. Il est en poche!

      Supprimer
  2. Je vous ai lu toutes les deux, merci pour vos billets. Vous m'avez convaincue je m'y met...Natalie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Nathalie!
      Oui, c'est le moment, le livre est en poche! Bonne lecture.

      Supprimer
  3. Très vraie cette réflexion sur le jeu d'échecs. Éprouvant si l'on joue pour gagner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que l'on peut jouer aux échecs pour le plaisir de monter les stratégies, et d'apprendre, espérant gagner une autre fois?

      Supprimer
  4. tentatrice !!!!En plus il est en poche !!!!

    RépondreSupprimer
  5. J'adore la couverture, en tout cas. Noté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore comment est celle du poche, mais oui, elle est à remarquer!

      Supprimer
  6. Comme il vient de sortir en poche, je crois que je vais finir par me laisser tenter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, double motif pour craquer...

      Supprimer
  7. je m'incline (vous êtes de bonnes ambassadrices toutes les deux), surtout s'il est en poche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aifelle, moi, et le poche, ça fait des arguments de poids, oui.

      Supprimer
  8. Ton billet me tente; je le note !

    RépondreSupprimer
  9. Les couvertures chez Liana Lévi sont toujours décalées j'aime bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais te jeter sur les romans de Iain Levison...

      Supprimer
  10. j'ai bcp aimé, un roman original et plein de fraîcheur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt étonnant, mêlant humour et sérieux. Pas du tout rose bonbon...

      Supprimer
  11. Tu as raison de le faire remarquer, le thème du mariage pour pouvoir émigrer est très bien traité, pas de façon trop tranchée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de subtilité et de sensibilité pour traiter ce thème un peu casse cou, oui.

      Supprimer
  12. Une manière d'en savoir un peu plus sur cette ville et ce pays si peu connu, même si la seconde partie se passe aux USA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ambiance d'Odessa est à mon avis bien rendue...

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Tiens donc, il est en poche, n'hésite pas!

      Supprimer
  14. Il me fait de l'oeil depuis un moment et en plus, j'apprends qu'il est en poche ? Noté bien sûr !

    RépondreSupprimer
  15. La couverture a un peu un effet repoussoir sur moi, mais ton billet est bien tentant... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'occupe pas de la couverture (elle est bien, quand même?) et fonce!

      Supprimer
  16. j'en avais déjà entendu du bien, je crois que je vais le noter également!

    RépondreSupprimer
  17. Il me plairait bien, ce livre, je crois! Surtout s'il est en Poche!

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Keisha, j'ai bien noté ce roman chez Aifelle. Ce sera une de mes lecture de l'été, j'espère. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en poche, pas cher, vite dans le sac! Bon week end prolongé (sous la pluie?)

      Supprimer
  19. Pourquoi pas ? Mais là j'ai un retard monstre dans tout. Une semaine sans lire, quasi ! Du coup, DonQ est à la traîne de nouveau. Faut que je rattrape ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demandais bien où tu étais? ^_^ Mais je sais que tu peux être bien occupée. Pour DQ, ne t'inquiète pas, juin est long, je t'attends.

      Supprimer
    2. Coucou,
      la couverture ne donne pas envie du tout de découvrir ce livre ...
      Ton avis et le thème me plaisent plus.
      Bon lundi de Pentecôte !

      Supprimer
    3. Pour ma part, j'ai découvert en priorité l'avis d'une blogueuse! Suis moi...
      Pourri ici, chez toi je suppose aussi?

      Supprimer
    4. Je te suivrais ;-)
      Ici temps pourri de chez pourri et surtout pas chaud et très humide ... Vivement que le beau temps revienne !
      Bon WE

      Supprimer
    5. Aïe, à voir les dates des commentaires, je m'aperçois que la météo demeure calamiteuse...

      Supprimer
  20. Je me demandais ce qu'il pouvait donner. Me voilà avec un avis plutôt positif !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aifelle et Kathel sont aussi très contentes de leur lecture.

      Supprimer
  21. Ah il me fait de l'oeil depuis longtemps, celui-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant qu'il est en poche, aucun souci!

      Supprimer
  22. J'aurais eu peur des clichés, avec cette couverture... mais si tu dis que c'est bien... pourquoi pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus nuancé qu'on ne l'aurait craint, et puis il y a de l'humour, une bonne écriture. Les autres ont aussi aimé!

      Supprimer
  23. UN billet bien convaincant, qui comporte assez de mots clé pour me donner bien envie de lire le roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue ne pas trop connaître tes mots-clés? Mais même si, je n'abuserais pas, tu sais.
      Oui, ce roman a tout pour te plaire!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!