mercredi 21 août 2013

La veuve Barnaby

La veuve Barnaby
The Widow Barnaby
Frances Trollope
Archipoche, 2013
(dans "poche" il y a prix doux)



Dans la famille Trollope, on connaît Anthony, le fils, Joanna, d'une branche plus éloignée, et maintenant, Frances, la mère! Née en 1780 en Angleterre, sa vie aventureuse la mènera en Amérique, elle en reviendra bien déçue, et à la cinquantaine se mettra à l'écriture de romans (il faut bien vivre); elle meurt à Florence en 1863.

Se faire courtiser par les beaux militaires dans une petite ville de garnison anglaise au tout début du 19ème siècle se révèle un hobby plaisant, mais à 30 ans la belle Martha n'est toujours pas mariée, tandis que sa soeur laisse une petite Agnès Willoughby après son décès et le départ du mari au bout du monde. Une tante excentrique mais avisée a bien payé une éducation correcte à Agnès, mais la crainte qu'elle ne ressemble à l'horrible Martha l'a dissuadée de plus s'en occuper.

Voilà donc la jeune Agnès, 16 ans, sous la responsabilité de Martha, qui entre temps est devenue l'épouse puis la veuve de Monsieur Barnaby. Son héritière aussi, et elle se sent pousser des ailes, à elle la belle vie dans les stations chic, et un remariage à la clé lui siérait fort.

Égocentrique, vulgaire, manipulatrice, menteuse, maltraitant quasiment Agnès, cette veuve Barnaby mérite le détour! La jeune Agnès en est bien sûr l'exact contraire. Alors que la veuve Barnaby n'attirera que des escrocs, des pleutres ou des menteurs, Agnès se fera remarquer de jeunes gens de la bonne société.

Les lecteurs attentifs auront déjà remarqué dans ma présentation quelques relents austéniens de bon augure. Frances Trollope s'amuse visiblement...

Évidemment cette veuve Barnaby est un peu forcée, mais quel plaisir de la voir évoluer, même si le cœur se serre à la pensée des conséquences pour Agnès. Après moult péripéties, tout se terminera bien, pas de crainte là-dessus. Mais le lecteur aura appris comment se tenir dans cette société très codifiée, où le maître mot est distinction, qualité nécessaire mais pas suffisante pour mener au mariage, l'argent ayant son importance.

Emportée par la plume caustique de l'auteur, j'avoue m'être régalée.

Il semblerait que ce soit le premier volume d'une trilogie (écrite dans les années 1839-1855), les deux autres intitulés
  • The Widow Married; A Sequel to the Widow Barnaby (La veuve remariée)
  • The Widow Wedded; or The Adventures of the Barnabys in America (La veuve en Amérique)
Un peu plus de 600 pages, donc encore une participation au challenge de Brize!

44 commentaires:

  1. et voilà ma première tentation de la journée...
    bonne journée Keisha, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Facile à trouver, distrayant, un autre siècle...
      Belle journée à toi!

      Supprimer
  2. Je ne suis pas plus tentée que ça, ouf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai du mal à lutter contre les nouveautés plus fraîches... ^_^ Dommage, je me suis régalée.

      Supprimer
  3. Ca a l'air bien, mais je vais me contenter de ton billet, tu ne m'en veux pas, j'espère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, je comprends qu'il y a tant d'autres romans à lire! Mais un jour, peut être?

      Supprimer
  4. C'est Tatie Daniele !!!! Je note le prénom de la dame

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas trop Tatie Danièle; en fait elle a entre 30 et 40 ans, et fort belle (sous son maquillage). Mais comme on dit, quand le méchant est bon, le roman est bon aussi...

      Supprimer
  5. Comme Aifelle, je ne suis pas trop tentée... et ça me convient assez ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les temps sont durs, pour l'offre de lecture, il faut sélectionner, je m'en doute!

      Supprimer
  6. Réponses
    1. J'espère que tu vas plonger avec le même bonheur dans cette atmosphère victorienne (attention il faut un peu de temps pour que ça se mette en place, mais c'est nécessaire)

      Supprimer
  7. Je ne savais pas que la mère écrivait aussi!

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai pas encore fait connaissance avec Trollope, et vu tout le bien dont tu en penses, je pense à coté de quelque chose. J'ai un retard monstre en littérature british, pas eu l'occasion de faire des études de lettres, je le note dans mes Must Read just après Gaskell, galanterie oblige!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas fait non plus d'études de lettres ^_^. Mais ai un amour immodéré pour ces classiques anglais depuis bien des années...
      Attention: cette Frances est la mère d'Anthony! Si en plus il y a des familles, tiens, comme les Brontë...

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Tu parles! Allez, fais toi plaisir...

      Supprimer
  10. Pas mon truc le roman victorien. Tu ne me tenteras pas avec ce titre-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, d'accord, mais la méchante est vraiment réussie et réjouissante...

      Supprimer
  11. Voilà qui me tente énormement ! vite, la Kindle...

    RépondreSupprimer
  12. Voilà c'est fait :) Merci Keisha !

    RépondreSupprimer
  13. Ok c'est compulsif... mais vaut mieux ça que les bonbons ou la clope, hein?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement! Surtout que je sais que les classiques sont gratuits, alors autant en profiter...

      Supprimer
  14. Bon, côté classique, faut que je me recentre sur DonQ là.:) Et normalement j'ai un Mark Twain avant en LC avec Loo. Mais bon, je vais pas aller trop l'exciter là-dessus si elle l'a oublié parce que bon, euh, on est déjà quasi en septembre quoi. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DonQ, oui, on se fixera une date (plus tard)
      Mark Twain, ouh là j'en ai lu, c'est parfois un humour particulier. Mais je ne vais pas lui en parler... ^_^
      Pour cette veuve Barnaby, elle pourrait te plaire, et regarde juste au dessus, Une Comète l'a engrangé dans sa liseuse...

      Supprimer
  15. Ah, ces anglaises, elles ont une sacrée plume. Je me ferai une joie de lire ce livre.

    RépondreSupprimer
  16. Je ne connais pas du tout cette famille Trollope, et comme j'adore les vieilles anglaises et les romans victoriens et (dans les romans) les bons méchants, je note à mon tour ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui ci est vraiment agréable à lire, pas de considérations politiques, de descriptions, etc... direct au but!

      Supprimer
  17. J'ai déjà quelques titres de ce genre dans ma PAL, et ce n'est pas ce qui me fait envie en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'accorde qu'il faut le bon moment, mais tu verras, c'est bien agréable à découvrir.

      Supprimer
  18. J'avais déjà son livre sur les Américains sur mon Kindle. J'ai ajouté celui-ci. Septembre sera mon mois anglais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anglais, et victorien!
      Oui, j'ai lu qu'elle avait vécu en Amérique, en était revenue et avait écrit sur les Américains (pas que du bien, d'ailleurs)
      Remarque, Dickens non plus n'avait pas que des louanges à leur égard (voir Nicholas Nickleby par exemple)

      Supprimer
  19. Ah, ces Trollope, ils ont le gène de l'écriture, on dirait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des familles comme ça... y compris dans le monde musical.

      Supprimer
  20. Elle a l'air d'être un personnage à part, cette veuve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un excellent personnage, parfois méchant, parfois ridicule ou à plaindre...

      Supprimer
  21. Réponses
    1. Réjouissant, et en poche : que demande le peuple?

      Supprimer
  22. Je ne connaissais pas Frances. Un livre à lire donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement! (tous ces pavés victoriens sont en poche...). Avec Frances Trollope, on galope, on ne s'ennuie pas.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!