lundi 9 décembre 2013

Compagnie K

Compagnie K
Company K, 1933
William March
Gallmeister, 2013
Collection Americana
Traduit par Stéphanie Levet



"La compagnie K a engagé les hostilités le 12 décembre 1917 à 22 h 15 à Verdun (France)et a cessé le combat le 11 novembre 1918 au matin près de Bourmont". Mais sous les chiffres, se cache une réalité pétrie d'humanité, laide ou belle.

Paru en 1933, ce roman, basé sur l'expérience de William March au cours de la première guerre mondiale, est composé de courtes vignettes titrées du nom d'un combattant, soldat ou gradé. La préparation à l'envoi sur le champ de bataille jusqu'à la fin des hostilités et la période suivant le retour dans les foyers se dessinent petit à petit. Héros, lâches, petits chefs, chanceux, petits malins, fortes gueules, râleurs, tous sont là. Quelques allemands, quelques français.

De ce livre écrit sans fioritures et effets de manche, surgit souvent l'émotion. Le moment le plus fort, évoqué au début et à la fin dans ses conséquences à long terme, est raconté en plein milieu, à savoir l'exécution des prisonniers allemands.

Faut il ajouter que Compagnie K est à lire absolument?

L'auteur en 1918
On en parle : Le bruit des livres Tête de lecture, La cause littéraire,In cold blog ( avec tout plein de passages...)

42 commentaires:

  1. Il est déjà noté ouf ! mais j'attendrai un peu, ces temps-ci j'ai eu ma dose de morts et d'horreurs pour un moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'hésitais un peu à cause de ça, surtout après le Lemaître; mais ça passe bien, tu sais, et quand je l'ai vu à la bibli qui m'attendait, je n'ai pas pu dire non. ^_^
      Pfff, on se lève tôt chez toi aussi.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. A lire sans crainte (et comme disait ICB je crois, mais pourquoi avoir tant attendu pour le traduire?)

      Supprimer
  3. Comme Aifelle, je l'ai noté mais je vais attendre un peu... Pas trop un livre à lire pendantt les fêtes, surtout quand on a son grand fiston en permission à la maison! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En permission? Il est dans l'armée? ^_^
      Un Gallmeister reste bon, même si tu attends 2014.

      Supprimer
  4. Je le note aussi mais je reste pour le moment sur la belle impression du Lemaitre évidemment. Il tourne beaucoup dans la famille en ce moment :) Ce qui est très rare!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lemaître est bien parti j'espère pour un gros succès auprès des lecteurs de tous genres. Mais n'oublie pas Compagnie K.

      Supprimer
  5. On le voit partout et il séduit ! Moi qui suis en plein visionnage de Downton Abbey, je suis dans le sujet (en plus romanesque bien sûr)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce Downtown Abbey, tsst, connais pas (juste le nom)(ces séries british sont à voir, je le sais)

      Supprimer
  6. Ca a l'air dur, mais fort comme lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des moments plus détente quand même, mais vu le thème, il y a de durs moments, forcément. On ne fait pas dans le pathos, tu sais, mais dans la sobriété (efficace)

      Supprimer
  7. Un roman qu'il était décidément temps de traduire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être l’anniversaire de cette guerre a accéléré le processus (on ne va pas s'en plaindre)

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Tu as raison! C'est un livre très fort, même si au début on ne s'en rend pas compte.

      Supprimer
  9. Et oui, je sais, je sais, il est à lire... j'y pense !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas la liste est longue (mais ce livre est court)

      Supprimer
  10. Même si ce n'est guère joyeux je pense le lire pendant les fêtes car les chapitres courts se prêtent bien à une lecture un peu hachée : petits enfants obligent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris! De toute façon mieux vaut ne pas trop en lire d'affilée.

      Supprimer
  11. Il était beau gosse l'auteur !:) Je l'ai noté mais pas trop envie de lire sur la guerre 14 en ce moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal oui, et portant bien l’uniforme (il a ramassé plein de décorations aussi, il n'a pas fait que de la figuration)

      Supprimer
  12. Je viens de me l'acheter... un indispensable pour ma liste de lectures 14-18 ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as une liste 14-18, il est incontournable!

      Supprimer
  13. On en parle beaucoup en effet, je le vois partout, même dans mes bib', mais ce ne sera pas pour tout de suite.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand il sera moins emprunté? Il est court de toute façon, et la guerre, c'est jusqu'en 1918, tu as des années...

      Supprimer
  14. Dire qu'il est sur mon bureau, que je ne l'ai pas encore ouvert et que je vais devoir le rendre bientôt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bientôt bientôt ou pas trop? Tu as le temps de le lire!

      Supprimer
  15. Je prends note de tous les récits de la première guerre. Je ne sais pas pourquoi, mais la guerre des tranchées, cette boucherie, loin des guerres qu'on fait dans un fauteuil (les vraies ou les jeux), garde un accent de vérité, d'horreur et d'absurde qui dépasse, dans mon esprit,toutes les autres.
    Je le lirai absolument.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! On ne parle pas assez de ce livre sur les blogs, qui a attendu des décennies avant d'être traduit.

      Supprimer
  16. Bonjour Keisha, je compte bien le lire dès que possible. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  17. Je n'étais pas très tentée au départ mais à force de lire toutes ces éloges ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au départ je ne comptais pas le lire, et puis comme il était à la bibli, j'ai décidé de tenter, aucun risque. Bien m'en a pris...

      Supprimer
  18. Je rectifie "tous ces éloges" !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah au clavier ça part plus vite que son ombre... ^_^

      Supprimer
  19. Réponses
    1. Yes! Il le mérite (bientôt Noël, tiens...)

      Supprimer
  20. Bah! qu'est-ce qui m'arrive? je n'ai pas accroché... même pas fini (la fatigue on va dire). J'ai bien aimé les récits qui se recoupent mais, non, j'en ai lu des bouts puis les ai oubliés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le découpage peut désarçonner, puis on retrouve des gens. Dommage que tu n'aies pas terminé, c'est court, et puis le retour à la maison est chouette aussi à découvrir...

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!