lundi 16 décembre 2013

Etrangers

Étrangers
Anita Brookner
Fayard, 2010
Traduction de Françoise du Sorbier


Née en 1928, Anita Brookner écrit des romans plutôt feutrés, intimistes, sans événements trop palpitants, aux héros sans beaucoup de peps. Pourtant une fois entré dans son univers l'on est frappé par son analyse subtile et pris dans les rets de son écriture classique et élégante. Il y a une quinzaine d'années je la lisais quasi systématiquement, puis je l'ai oubliée pour des produits plus brillants extérieurement, et voilà l'occasion de la mettre un peu en avant. Découvrez un de ses romans, celui-ci ou un autre, selon les disponibilités. Elle a reçu le Booker Prize pour Hôtel du lac, et je me souviens du pathétique de Regardez-moi.

Après une carrière tranquille dans une banque, Paul Sturgis, soixante-douze ans, coule des jours de retraite tranquilles, se sentant parfois "spectateur de sa propre vie". Il possède un appartement, ne semble pas avoir de problèmes financiers ou de santé, et sa famille se réduit à une cousine par alliance visitée un dimanche après-midi de temps en temps. Il rêve de la maison de son enfance, et d'un projet de s'installer en hôtel à Paris.
Lors d'un voyage à Venise, il fait connaissance de Vicky, plus jeune que lui, et qui reste mystérieuse et insaisissable, avec ses allées et venues permanentes chez des amis. Une femme au sujet de laquelle il est rapidement conscient de reconnaître qu' "elle n'était pas son genre".
A peu près au même moment, il retrouve Sarah, qu'il a aimée il y a des années, mais l'a quitté en lui déclarant "Tu es trop gentil!". Remarque jamais oubliée, mais qu'y faire? Paul Sturgis se sait petit-bourgeois, ennuyeux, poli, correct. Sarah a vieilli, sa santé est chancelante. Pas question d'évoquer le sujet, mais les deux savent ce qui les attendent à plus ou moins court terme, ayant atteint "un âge auquel l'avenir ne renfermait plus qu'une certitude."
Paul hésite sur l'orientation à donner à sa vie, solitude ou pas? "Sans doute irait-il la voir en France, si l'invitation était renouvelée, mais pour l'instant, il savait qu'il serait mieux seul, ou en compagnie de ces étrangers qui étaient à leur insu les habitants de sa vie quotidienne."

Vous l'aurez compris, tout ça peut paraître ennuyeux et plombant, mais je n'ai pas eu envie de lâcher cette histoire avant la fin, plutôt positive d'ailleurs.

Les avis de enfinlivre,

38 commentaires:

  1. J'en ai lu plusieurs d'elle il y a longtemps, mais lesquels ? Elle faisait partie des auteurs dont je lisais systématiquement les parutions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons la même expérience... A lire les titres, j'en reconnais pas mal...

      Supprimer
  2. Je ne connais pas cette auteure...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en parle peu sur les blogs. Mais elle a une œuvre, c'est sûr, très subtile, sans effets, donc pas trop trop attractive. Mais (voir commentaire d'Aifelle) je pense qu'elle a ses lecteurs. Je voulais lui donner un petit coup de projecteur (mérité)

      Supprimer
  3. C'est vrai que le résumé n'est pas des plus gai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis que cela ne donne pas vraiment envie, c'est sûr! ^_^ Mais on ne lâche pas, c'est tellement british comme ambiance, tellement en demi-teinte...

      Supprimer
  4. A ben non alors, j'etais convaincu jusqu'au commentaire parlant d'ambiance british ;-).Bon c'est bientot noel alors alourdissons la Pal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est dans le retenu... Faut savoir lire entre les lignes. Superbement écrit et senti.

      Supprimer
  5. J'ai lu cette auteure une fois, je n'ai pas eu envie de recommencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout, mais alors pas du tout palpitant, je te l'accorde! Mais elle mérite d'être essayée (si j'ose dire)

      Supprimer
  6. Ouh là, je crois que je vais faire l'impasse parce que ça ne m'inspire pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut pas être trop dépressif, je sais. Mais une fois de temps en temps, c'est une lecture intelligente et subtile.

      Supprimer
  7. Elle fait partie de ma vieille LAL mais je n'ai jamais sauté le pas. Je l'y conserve, on verra bien quand je trouverai un créneau.;-) (pour l'instant, bloquée avec DonQ. Chuis au chapitre 56 (si je lis bien LVI), c'est quelle page ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande qui n'est pas dans ta LAL... ^_^
      LXI? PLus que 130 pages, dans ma version! Youpee...

      Supprimer
  8. une auteure que je n'ai pas lu récemment mais dont je garde un excellent souvenir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aifelle, toi et moi sommes visiblement dans les mêmes créneaux temporels.^_^

      Supprimer
  9. Il y a énormément de professeurs de littérature écrivains, dans le monde anglo-saxon surtout. Il vaut mieux que ce soit des enseignants que des critiques, finalement (même si les uns et les autres devraient savoir ce qu'il convient de ne pas faire pour bien faire).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par exemple David Lodge, que je lis avec plaisir, dans ses romans comme ses essais.

      Supprimer
  10. J'aime bien les ambiances british, je me laisserais bien tenter par l'un des titres que tu proposes, pour voir...
    Pour l'instant je suis avec Jack Rosemblum rêve en anglais, et je m'amuse bien ;-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah Jack Rosenblum! Ensuite j'ai lu son autre roman. Pas mal du tout, ces romans là.

      Supprimer
  11. Autourde moi on a souvent parlé d'Anita Brookneri. Il faut vraiment que je m'y arrête mais ce que tu en écris me refroidit un peu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est feutré, intimiste, tristounet parfois, mais driantrement bien étudié et senti. Essaie un titre!

      Supprimer
  12. Une lecture intelligente et subtile, anglo-saxonne de surcroit, ça a tout pour me plaire... Je ne connais pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en parle peu, elle n'est plus toute jeune, dis donc, mais c'est solide (et pas frou frou du tout)

      Supprimer
  13. je crois que j'en ai lu un il y a une éternité !! Tu me la remets en mémoire (et cette collection chez fayard est une mine !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fayard, oui, il y a des pépites, les Barbara Pym par exemple...

      Supprimer
  14. J'ai très envie de le lire car comme toi, j'aime beaucoup le travail d'Anita Brookner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je savais bien qu'il y aurait des gens qui apprécient! ^_^

      Supprimer
  15. Je n'avais pas été séduite par Hôtel du lac, donc pas tellement envie de recommencer.

    RépondreSupprimer
  16. Encore une que je ne connaissais pas. Il faudrait que je sorte un peu de mes auteurs américains. Je note ce nom.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les auteurs américains sont très bien (!) et j'aime aussi les anglais. Ce blog ne s'éparpille pas assez, je l'avoue (mais je me soigne)

      Supprimer
  17. c'est sympa de redonner vie à un auteur qu'on a beaucoup aimé et qu'on lit un peu moins. Je ne la connais pas mais je vais noter son nom , je suis certaine de la trouver dans ma médiathèque
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'idée est aussi de partager, dans un blog. J'espère qu’elle sera à ta bibli, pour ma part je l'avais découverte dans une bibli au fin fond d'ailleurs...

      Supprimer
  18. J'avais lu de bonnes critiques sur dans les journaux anglophones mais tu sembles quelque peu sceptique. J'avais bien aimé son "Hôtel du lac".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas sceptique! C'est de grande qualité. Juste que ce n'est pas follement gai, comme ambiance... J'ai lu Hôtel du lac, c'est sûr, mais sans trop de souvenir précis, car j'en ai vraiment lu plusieurs, et il y a longtemps.

      Supprimer
  19. Désolée pour ma naïveté mais je ne connais pas le Booker Prize. Quant à ce genre d'histoire j'aime assez quand il y a de la teneur ce qui semble être le cas à te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un prix anglais je crois, qui fait de bons choix (ce qui n'est pas toujours le cas des prix français, mais je manque d'objectivité sur ce coup là ^_^)
      Bien sûr qu'il y a de la teneur (et l'écriture), solitude, vieillissement, pas très fun, mais bon, c'est quand même la vie!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!