lundi 2 décembre 2013

Rome en un jour

Rome en un jour
Maria Pourchet
Gallimard, 2013



Célébrer aux beaux jours l'anniversaire de Paul, né en février, a au moins un avantage, c'est que la  fête peut se tenir dehors, sur la terrasse d'un hôtel parisien. L'inconvénient, c'est que Paul ne pense plus à cela, et lorsque Marguerite, qui a tout organisé à son insu, désire le conduire hors de leur appartement, Paul n'est pas d'accord, préférant les documentaires animaliers et le match de rugby proposés par la télévision ce soir là... Le couple, qui n'allait déjà pas très bien, va exploser en vol!

Pendant ce temps, sur la terrasse, l'on attend Paul et Marguerite, l'on boit (trop), l'on drague, l'on casse du sucre sur le dos des absents.

Après   Avancer   j'attendais avec impatience le nouveau roman de Maria Pourchet. Quelques billets déçus m'avaient fait craindre le pire, mais si je ne me suis pas autant amusée (cependant quand même suffisamment!), c'est normal car finalement tout est plutôt triste voire pathétique. L'impression de gâchis, de vacuité. Mais aussi la peinture d'une certaine société, où l'on n'arrive pas à communiquer, ou si rarement.

L'on passe de l'appartement à la terrasse, dans une comédie urbaine caustique, qui donnerait bien, tiens, une jolie adaptation théâtrale. Maria Pourchet maîtrise bien sa narration, au moyen d'une écriture acérée, vivante,  parfois familière. Elle a le sens de la formule, "Son incapacité à dire du mal des gens le rendant suspect, on avait cessé de l'intégrer à un débat dont l'enjeu était de toujours mieux connaître les absents." De réjouissants morceaux, tels la conversation des voisines d'immeuble de Paul et Marguerite ou la dispute sur fond de commentaires rugbystiques.

J'ai donc aimé cette lecture. (Prête à la discussion! ^_^)

Les avis de Malika,clara, luocine, stendhal syndrome,

Un passage marrant hors contexte:
"Le magnétisme dégagé par des chatons en vidéo basse définition agit même sur les individus les plus sensés, suscitant des comportements regrettables (glapissements, répétition compulsive du visionnage, emploi d'adjectifs prohibés tels que 'chou' et 'craquant') qui portent gravement atteinte à la dignité de leurs auteurs. Il ne s'agit pas d'un communiqué de l'OMS, mais de la triste vérité. Que quelque chose soit petit, fourré, avec de grands yeux, et voilà, fin de la civilisation."

54 commentaires:

  1. J'avais abandonné l'idée de le lire après les avis plutôt négatifs .. tu me redonnes de l'espoir. J'avais tellement aimé "avancer" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu ne seras pas déçue, donne lui le bon moment!

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Honnêtement, je pense que c'est ton "créneau" de lecture.

      Supprimer
  3. je crois que je vais l'ajouter dans les "peut-être"!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai vu Avancer l'autre jour à la média et pas pris... Je commencerai par-là lors d'une prochaine descente!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avancer a suscité des avis plus homogènes.

      Supprimer
  5. Les courts extraits entre guillemets donnent réellement envie de se plonger dans ce roman caustique....

    RépondreSupprimer
  6. Une très bonne lecture pour moi aussi! Déjà, j'avais bien aimé "Avancer"... Il me paraît regrettable qu'on ne parle pas plus de Maria Pourchet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas trouvé ton billet (s'il est déjà paru) , plutôt des avis déçus...
      Maria Pourchet mérite amplement qu'on s'intéresse à ses écrits, j'ai bien l'intention de la "suivre".

      Supprimer
  7. je passe, ce n'est pas mon style de livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clair et définitif! J'ai donné deux citations, donc tu peux juger en connaissance de cause. Pas de souci (nous avons bien assez de goûts communs par ailleurs)

      Supprimer
  8. tu le sais, j'ai découvert cette auteure avec ce roman , et je n'ai pas aimé.
    Je lui reconnais de l'esprit mais à quoi ça sert de le mettre au service de gens aussi nuls.
    Il me reste une impression de tristesse et de dégoût , et hélas de facilité . C'est très facile de créer des personnalités aussi vides et de s'en moquer ensuite , et en plus dire ensuite , oui oui j'en connais des comme ça. Évidemment un trait ou un autre est pus ou moins vrai mais moi c'est sur l'auteur que je m’interroge , pourquoi elle s'intéresse à ses gens là sans se donner le mal de découvrir où se trouve leur part d'humanité.
    Luocine
    PS je me souviens d'un roman que tu détestes et qui décrit les vieux dans une petite ville de province , moi il m'avait amusé car j'ai reconnu les gens que je fréquente , et je suppose que tu es loin de ce monde . Pour ce roman c'est moi qui suis loin de ce monde qui ne me donne pas envie de le fréquenter et son roman tombe à plat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman que je déteste et qui décrit les vieux dans une petite ville de province? Et ce ne serait pas à cause de l'écriture que j'ai lâché l'affaire? Redonne moi le titre, là je ne me souviens plus...
      Les vieux en petite ville de province, je connais, ce sont mes voisins (que j'aime), les gens en maison de retraite (visitée durant des années) ou en hôpital long séjour (là aussi visité 3 ans). C'est donc bien plus mon monde que ces bobos parisiens.
      Dans mon billet je parle de triste, pathétique. L'auteur est allée sous leur vernis superficiel pour mettre à jour leur personnalité. Vide? Non, je ne crois pas. Paumés, sans doute. Je ne connais absolument pas ces milieux là. L'auteur, sans doute que si. Mais quand même certains types de personnages se retrouvent partout, non?
      Dans son premier roman, l'héroïne est assez futile et plus agaçante, à mon avis.

      Supprimer
    2. je comprends que tu ne t'en souviennes pas... c'est Jérôme qui avait détesté les "autotamponneuses"
      mais je ne voulais pas dire que tu ne connaissais pas le s"vieux" de province, je voulais dire qu'on sourit plus facilement de l'esprit quand on croit reconnaître un trait de caractère de gens qu'on fréquente ? Habitant à Dinard je connais bien le milieu des retraités qui ne vivent que pour le golf, le bridge et qui se jugent à la sortie de la messe, avec des propos manquant pour le moins de charité chrétienne. Et Jérôme , qui avait détesté me semblait bien loin de ce monde et du coup pour lui rien ne peut lui plaire dans ce roman là.
      Et je me suis permis un parallèle un peu rapide , quand on connaît le milieu "bobo" parisien ,"Rome en un jour" doit plaire pour au moins cette raison , c'est que ces bobo parisiens sont très agaçants.
      Évidemment ma remarque tombe à plat pour toi et semble t'accuser de mépriser la province
      j'en suis désolée
      et j'espère m'être mieux fait comprendre
      Luocine

      Supprimer
    3. Avancer se déroulait aussi dans un milieu assez privilégié (l'héroïne aurait bien eu besoin d'un coup de pied quelque part...), et à Paris. Les bobos, je ne connais pas, j'habite une toute petite ville, mais on en entend parler par les livres, les films, la BD (Bienvenue à Boboland par exemple).
      Avec les romans ou récits comme ceux de Marie-Hélène Lafon sur le fin fond du Cantal, je suis assez en phase car ça je connais mieux, surtout qu'on sent l'empathie de l'auteur.
      Merci d'être passée, finalement je n'ai pas lu Les autotamponneuses.

      Supprimer
  9. Moi aussi, comme je ne connais pas l'auteure, je note Avancer d'abord.
    Bonne journée Keisha.

    RépondreSupprimer
  10. Ton billet me donne envie de le découvrir.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai lu quelques pages et cela ne m'a pas tentée du tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez particulier comme style, c'est cette originalité que j'aime.

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Hé bien, le moins que l'on puisse dire, c'est que les avis sont tranchés. Pourtant son premier n'avait pas divisé ainsi. ^_^

      Supprimer
  13. Je ne te cache pas que je crois que ton billet est le premier vraiment positif que je lis (bien que tu ne sois pas complètement enthousiaste non plus). Perso, je sature des histoires de couples...donc je passe mon tour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que de l'histoire de couple, mais un bon bout quand même...
      Les avis que je cite en lien sont quasiment tous négatifs, mais de plus positifs pourraient survenir... En tout cas, pas d'unanimité.

      Supprimer
  14. il démarre bien mais ensuite on tombe dans la caricature et les clichés... hélas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage dommage... Mais elle a une voix intéressante, non, cette Maria Pourchet?

      Supprimer
  15. il ne me tentait pas trop mais ton avis (et d'autres) me motivent...un peu :-)

    RépondreSupprimer
  16. Bof, pas tellement tentée par ces gens qui parlent dans le dos des autres. Ca me rappelle trop des gens que je ne veux plus fréquenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est (hélas ) la vraie vie, oui... Et le seul qui ne clabaude pas est laissé à l'écart...

      Supprimer
  17. Je tenterais le coup si je le trouve à la médiathèque mais sans en faire une priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tester en bibli est parfait! (vivent les biblis! ^_^)

      Supprimer
  18. C'est un sujet qui me parle, tiens. Je ne la connaissais pas du tout, mais je suis curieuse. Et puisque je n'ai pas lu d'autres avis, me voilà partante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu lis le titre que tu veux, selon les disponibilités.

      Supprimer
  19. Aaah, une Française qui a trouvé tes faveurs.;-) A tenter visiblement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus en plus inquiétant, ces auteurs français contemporains qui me plaisent... ^_^ Mais la liste est longue de ceux qui ne m'attirent pas (chuuut!)

      Supprimer
  20. On dirait que c'est une auteur à découvrir ! J'adore ta citation, bien sûr !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins son écriture est fort personnelle, pour ce que j'en sais.

      Supprimer
  21. Jamais entendu parler de l'auteure et je lis des avis assez différents, ce qui m'inciterait plutôt à la découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essaie celui-ci ou son précédent, Avancer, et teste en bibli. Zéro risque.

      Supprimer
  22. J'ai également passée un bon moment avec ce roman, et je serais très curieuse de lire Avancer si pour toi il est encore meilleur !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit à petit les billets positifs devraient arriver... Oui, Avancer est à lire!

      Supprimer
  23. L'extrait est excellent et vérifiable ;0) Quand à ce que tu dis sur ce roman et le théâtre, c'est tout à fait juste, on verrait très bien la transposition en pièce de théatre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au théâtre, avec la scène coupée en deux, et chaque partie éclairée tour à tour? Mmmmh, je vois bien ça...

      Supprimer
  24. Tiens, tu as aimé !!! Ca change tout... il devient lisible alors... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh attends, je crois que d'autres ont aimé, mais les avis négatifs sont là aussi! Le mieux serait que tu tentes le coup toi-même (en bibli)

      Supprimer
  25. Je commencerais peut-être par lire Avancer...

    RépondreSupprimer
  26. Y aurait il une saveur genre Bacri Jaoui dans ce roman ? Si oui, bien tentée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géraldine, j'ai toujours dit que tu étais douée et devrais chercher à bosser dans le culturel! Oui, absolument, tu as mis le doigt dessus (j'adore leurs films)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!