mardi 29 avril 2014

Il faut tuer Lewis Winter

Il faut tuer Lewis Winter
The necessary death of Lewis Winter
Malcolm Mackay
Livre de poche, 2014
Traduction de Fanchita Gonzalez battle


Calum MacLean est tueur à gages free-lance. Ses employeurs dans le milieu de Glasgow savent que c'est un bon professionnel. Sa mission cette fois : tuer Lewis Winter, petit dealer de drogue.
"Le premier pas est facile. On trouve ou habite la cible et on suit chacun de ses mouvements. Si on la connaît bien, alors on peut sauter une bonne partie de cette étape. Beaucoup finissent par tuer ceux qu'ils connaissent le mieux. Avec qui ils ont travaillé, qu'ils ont côtoyé souvent dans le métier,. Ils ont pu partager des soirées avec eux. Ils peuvent même être amis. Mais ils le font parce que c'est leur travail. Les victimes le savent, tout comme les agresseurs. Si vous ne faites pas ce métier les yeux grands ouverts, quelqu'un ou quelque chose vous les ouvrira bientôt. On apprend vite comment ça marche. On file sa cible pour connaître ses habitudes. Tout le monde en a. Parfois désordonnées, parfois minimes dans une vie chaotique. Mais c'est grâce à elles qu'on atteint son but."
Dans ce petit roman plutôt soufflant à la froideur clinique, pas de sentimentalisme, mais des faits, et les pensées des différents personnages (pas seulement Calum, et ce d'un paragraphe à l'autre parfois). Un découpage et une concision efficaces, pour un aperçu crédible de ce monde (sans pitié) avec ses truands, ses policiers ripoux ou non, ses enjeux souterrains. Vraiment pas mal du tout. Une suite existe...

Merci kathel.
 En parlent : BMR et MAM, Val,

28 commentaires:

  1. Juste après "les nœuds d'acier", je ne suis pas prête à replonger dans un monde sans pitié. Il me faut du temps ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon avis c'est plus "cérébral"... Pas de détails gore ou de pression insoutenable.

      Supprimer
  2. je le commence après avoir mon livre en cours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu, je l'ai lu rapidement, j'espère que tu aimeras!

      Supprimer
  3. J'arrive de FB... je croyais que c'était une autre histoire, j'ai confondu avec un autre livre ! Je vais quand même le noter pour Glasgow.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne veux pas te tromper : cela pourrait se passer n'importe où, pas forcément à Glasgow...

      Supprimer
  4. je n'arrive pas à m'intéresser aux tueurs professionnels, je me sens toujours plus du côté des flics :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, ne t'inquiète pas, surtout que le flic chargé de l'enquête est professionnel, sympathique, intelligent, et ce serait bien de le retrouver dans les prochains tomes...
      J'ai trouvé la victime, pourtant dealer et petite crapule, quasiment sympathique en looseur...
      Un comble, que les personnages les plus improbables soient intéressants pour le lecteur!

      Supprimer
  5. Si je tombe dessus pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela peut arriver, il semble que la série arrive en poche petit à petit.

      Supprimer
  6. L'intrigue de ce curieux polar est assez minimaliste et n'est pas de celle qu'on retient. Non, c'est le style de l'auteur, Malcom MacKay, qui fait toute la saveur originale de ce petit bouquin. On décortique le fonctionnement de chacun dans le dispositif et sa position dans l'organisation de la pègre de Glasgow. C'est à la fois très sinistre et très amusant.
    Un de nos coups de cœur (cœur glacé mais coup de cœur quand même !) de 2013.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce polar est le premier d'une trilogie, j'ignore si la suite est aussi réussie. En effet, on retient surtout l'écriture qui glace... J'ai fortement aimé cette découverte.

      Supprimer
  7. J'adore le nom de la traductrice !! Bon, pas trop en mode polar en ce moment, surtout type ripoux, dealers & co, je piétine à nouveau dans mes lectures (mais je devrais finir le Eschbach demain, ouf)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien aussi ^_^, d'ailleurs je donne en général le nom des traducteurs, qui font un chouette boulot.
      Aaah ta SF qui virait un peu à l'Harlequin! J'attends le billet...

      Supprimer
  8. Un peu trop froid je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Glaçant, oui, mais bluffant quand même (et c'est court)

      Supprimer
  9. Il était en pré sélection au jury Elle, les jurées avaient été moins enthousiastes que toi, je vais donc revoir mon point de vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez particulier et original, il est possible que cela ait désarçonné les jurées...

      Supprimer
  10. Tentée ! Depuis "Léon", j'aime beaucoup les histoires de tueurs à gage. C'est peut-être malsain, mais ça me fascine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me plais! ^_^
      Pas de détails gore non plus, ici.

      Supprimer
  11. Il va falloir que je tâte de ce genre vu du côté malfrats. Malsain ? J'essaierai d'abord pour en juger mais je suis sceptique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le héros est tueur à gages, mais l'on connaît aussi les pensées des policiers, leur fonctionnement, etc... C'est en poche.

      Supprimer
  12. Je l'ai lu pour le Prix Elle mais je n'ai pas été conquise, contrairement au cercle Télérama.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est entre le roman classique et le polar, je pense. Plus le ton, oui, c'est un peu hors les clous. Mais j'ai aimé.

      Supprimer
  13. Lu aussi grâce à Kathel, et j'ai bien aimé l'écriture. Je ne pensais pas m'attacher à un tueur à gages... et bien, voilà, c'est fait ! ;)
    J'essaie d'écrire le billet - et tous les autres qui traînent depuis des lustres - pendant les vacances, pas le temps avant. Allez, on y croit !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y aura une suite...
      Pas facile d'écrire le billet, en fait; dire "j'ai aimé", ça ne suffit pas en général.
      Courage!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!