vendredi 4 juillet 2014

Au bout des comédies

Au bout des comédies
Michel Jullien
Verdier, 2011



En abordant chacune de ces courtes chroniques, le lecteur se demande à quelle époque, en quel lieu, au cours de quelle  épopée, avec quel personnage il va bien pouvoir se retrouver. Délicieusement déstabilisant, mais Michel Jullien, confiant dans l'agilité de son lecteur, lui offre cependant quelques prises où se raccrocher.

De l'Antiquité (Ovide exilé, deux sportifs de Crotone) à notre époque (conquête du pôle sud, Kathleen Ferier) en passant par le grand incendie de Londres ou un voyage de Vasco de Gama, chaque fois ce sont des destins particuliers, exposés dans une langue drue, précise, rythmée, usant d'un vocabulaire souvent inusité ou décalé dont le lecteur exigeant fera son miel.

Aucun marque-page inséré au cours de ma lecture, tellement je savais que tout passage pris au hasard allait bien convenir:
Autoportrait de Poussin au Bristish Museum
Il a enfilé un méchant hoqueton dont la dernière rangée de boutons ballotte à vide sur le pan gauche. Le col fripé, rebiquant, s'avachit au droit d'une chemise largement échancrée, découvrant l'avant-poste d'un torse à crin. Par dessus la tête, un calot de peintre, un bonnet de nuit, on ne sait trop - une embarcation renversée, un soufflé-, tout à fait de travers, plié, ourlé, s'affaisse comme un fromage mou. Pour le reste, une barbe frisottée par l'essor de la négligence, une moustache, comme n'importe quel malade peut en porter après plusieurs jours de couche, des mèches en bataille surgies du calot, vivaces contre les joues, une pleine encoiffade. On ne voit pas ses mains. c'est une représentation en manchot, cadrée serré, sur l'essentiel."

Après Esquisse d'un pendu, Michel Jullien m'offre un autre joli coup de coeur!

En parlent : Culture chronique,

18 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je compte récidiver avec des souvenirs d'enfance! N'hésite pas à découvrir l'auteur.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Je ne pouvais pas tout citer, hélas, mais il y a des passages absolument extraordinaires (ah Scott au pôle sud!)

      Supprimer
  3. C'est noté, de chez Verdier, ça ne peut être mauvais de toute façon ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, on commence à avoir de ces raisonnements... Ce n'est pas la première fois que je lis "à cause de" ou "grâce à " la couverture Verdier...

      Supprimer
  4. Cela semble original... pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait confiance à l'éditeur et à l'auteur, et j'ai bien fait!

      Supprimer
  5. Réponses
    1. N'est ce pas? J'aurais pu choisir n'importe où dans le livre!

      Supprimer
  6. Drôlement tentant ce billet, je note l'auteur que je ne connais pas :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai connu grâce aux billets sur Esquisse d'un pendu.

      Supprimer
  7. Intriguant comme billet ! je note, au cas où !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bouquin qui sort des sentiers battus...

      Supprimer
  8. Je dois avouer que je n'arrive pas à me faire une opinion. Peut-être parce que je n'ai pas une culture très poussée en théâtre. A essayer peut-être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas du théâtre, mais des textes sur des faits ou personnages historiques.

      Supprimer
  9. Auteur inconnu, son petit nom est désormais inscrit dans mon carnet (à spirales)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes deux lectures de lui ont fait tilt! Merci.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!