mardi 30 septembre 2014

Au pays du long nuage blanc (Happy Birthday, Mister Juliet)

Au pays du long nuage blanc
Journal
Wellington, août 2003 -janvier 2004
Charles Juliet
P.O.L., 2005 (mais je choisis la couverture folio)


Il ne peut échapper aux visiteurs du blog de Flo que Charles Juliet est un auteur qui lui est très cher, et désirant lui rendre hommage à l'occasion de ses 80 ans (aujourd'hui!) elle a proposé (ici) de lire un de ses ouvrages. Grâce à elle j'ai mieux découvert cet auteur et je vous présente un volume du journal un peu particulier puisqu'il a été écrit lors d'un séjour de l'auteur en Nouvelle-Zélande.

Rencontres avec des personnalités, des écrivains, des artistes, mais aussi contacts improvisés: Charles Juliet se montre toujours extrêmement curieux de tout, faisant montre d'une grande empathie. Son regard sur ce pays, ses paysages, son histoire (maoris et émigration fort variée), sa culture, est intéressant à découvrir mais l'on ne trouvera pas là un guide de voyage exhaustif (j'ai été surprise des conséquences des séismes passés à Wellington!)

"CJ en vacances", disait Flo en réponse à un des mes commentaires, oui (il a même réussi à rater un avion) mais aussi toujours le Charles Juliet en réflexion sur son travail d'écriture, sa connaissance de lui même et des autres. Un journal un peu différent, certes, mais où l'on retrouve bien - et avec le même plaisir-  l'auteur fidèle à lui-même (et ce n'est pas qu'une formule).

Quelques passages :

Le 30 septembre il écrit "Jour anniversaire de ma naissance. Bonne occasion pour voir rapidement à ce stade de mon existence.
Je peux constater que je suis clair, serein, que je sais mieux vivre.(trop long à citer, hélas) Je continue donc de creuser mon sillon, mais sans plus me soucier de ce qui poussera ou non sur la terre retournée.
Deux autres choses sont à noter : bien que pas mal d'années soient derrière moi, je ne suis nullement blasé. Je continue d'aller au-devant de la vie avec la même fraîcheur, le même plaisir à recevoir ce qu'elle m'offre que lorsque j'étais jeune. Serait-ce dû pour une part à cette naïveté que parfois on me reproche? Je ne sais. Le certain, c'est que je me réjouis de n'être pas la proie de ce désenchantement, de cette maussaderie qui gagne ceux qui sont au décours de leur vie."
"Il faut aussi ajouter que mon paysage intérieur change. Je commence à prendre conscience que je n'ai plus tellement d'années devant moi."
"(page 63)

"Au début de mon parcours, pendant plusieurs années, j'ai vécu en retrait du monde et dans une grande concentration. Mais je me suis rendu compte un jour qu'à vivre trop resserré sur soi-même, on finit par s'appauvrir. (...) Mon intérêt pour le rugby et le sport en général est une de ces fenêtres que je maintiens ouvertes sur le monde extérieur." (p 23)

"Ce que je dévoile de mon activité intérieure, mon lecteur peut le retrouver en lui. Je me repose donc sur cette idée que nous avons tous deux beaucoup en commun, et que je n'ai pas à redouter ce qu'il pensera de moi."(page 147)

Je voudrais tout noter! page 163 encore sa façon de travailler, page 187 ses questions aux écrivains, "avez-vous contribué à offrir à l'homme des mots qui le vitalisent, adoucissent sa solitude, lui permettent de se révéler à lui-même?"

Bien sûr, je vais continuer à découvrir les écrits de Charles Juliet, particulièrement ses Journaux. En attendant: Bon anniversaire!
Un avis, et ceux d'Aifelle,

Autres participantes à cette journée anniversaire (leurs billets) : Maryline, Flo, kroustik, Litterauteurs,

42 commentaires:

  1. Un peu différent, mais toujours le même en effet, dépaysement en plus. 80 ans .. je n'en reviens pas, ça fait plaisir de voir qu'il a gagné en sérénité depuis ses premiers journaux. http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2009/02/06/12393403.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (j'ajoute le lien vers ton billet)
      Tu imagines, j'ai démarré ses journaux par le I (la claque), puis le VII (heureusement baptisé Apaisement)

      Supprimer
  2. Je suis passée à côté de cette lecture... mais cela ne m'empêche pas de lire cet auteur que j'aime beaucoup. Je suis de près ses journaux (j'en ai lu quatre) et j'attends avec grande impatiente la sortie du dernier en poche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai donc aucun conseil à te donner!!! ^_^ Bonne lecture!

      Supprimer
  3. Je n'ai encore jamais lu cet auteur, tu me conseillerais lequel de ses livres... en connaissant un peu mes goûts ? ;-) A priori comme ça, je serais plus tentée par l'introspection en Nouvelle-Zélande que par l'introspection tout court...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce Journal en Nouvelle Zélande est un peu à part. Pour les conseils, je ne sais pas trop, Apaisement peut être, le dernier (quoique j'ai survécu à mon démarrage foudroyant par le Journal I, là tu es prévenue, c'est noir de chez noir). Il a une écriture faussement simple, pas de chichis, mais c'est ciselé, il trouve le moyen de me faire lire les poèmes qui lui viennent en cours de Journal, et j'aime ses rencontres, son désir de creuser son oeuvre. Introspection, oui, mais dirigée vers l'autre, quelque part (je ne sais comment m'exprimer), mais passés les Journaux I et II, plutôt.
      Attends Flo, j'espère qu'elle va arriver, où es-tu, Flo?, elle devrait donner les conseils!
      Ah mais j'y songe, lis Lambeaux, comme ça tu en sauras plus sur CJ, histoire d'aborder mieux les Journaux...

      Supprimer
  4. Lambeaux c'est redoutablement beau et pas difficile du tout. C'est ce qu'il a pu retracer de l'existence de ses deux mères , biologique et adoptive. Un texte sublime.
    Hélas hélas j'avais acheté Journal tome 6 et je n'ai pas eu le temps de le lire pour le jour j ( comme Juliet,lol)
    Mais bon anniversaire Monsieur Juliet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lambeaux (qui, à tort, me faisait peur) est à lire absolument!
      Le 6 c'est bien Lumières d'automne? Je le possède, dédicacé par l'auteur, et là, faites gaffe, je ne le prête pas. ^_^
      Tu peux le lire même hors anniversaire, tu sais.^_^

      Supprimer
  5. Vous appréciez beaucoup cet auteur, moi aussi. Je l'avais emprunté le mois passé et malheureusement j'ai donné la priorité à des titres qui m'ont un peu déçu. J'ai dû le rapporter.
    Les extraits me le font regretter, il n'est pas trop tard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est absolument pas trop tard! Bonne lecture à vous.

      Supprimer
  6. Voilà un drôle de hasard car un ami proche m'a offert ce livre ! je ne l'avais pas encore entamé. les extraits que tu donnes me poussent à réparer ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est assez court, donc tu peux le lire sans tarder!

      Supprimer
  7. J'ai noté ton lien pour le billet de "ce soir".

    Oui, c'est toujours le même dans ce journal mais c'est aussi un autre. Il m'avait semblé plus relax que d'habitude.

    Ta citation de la page 147 ...

    Merci pour ta participation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tellement dans ses pensées et observations des autres qu'il a raté l'avion du retour, ça j'adore! La citation? Hé oui, elle est bien, non?
      Je voulais lire le Journal 6 aussi, mais je le tiens en réserve...

      Supprimer
    2. Elle est plus que "bien" ; c'est pour cela que de nombreuses personnes peuvent le lire et l'apprécier tout en étant très différentes de lui a priori (génération, origine sociale, sexe, etc.)

      Arrêtez de me parler du Journal VI ou je vais finir par l'emprunter pour la 3ème fois à la biblio ! :D

      Supprimer
    3. Une citation qui reflète sa modestie et son accessibilité. Parmi ses fans, oui, que de différences (et c'est remarquable).
      Le Journal VI a peut être le plus beau titre de la série, non? ^_^

      Supprimer
    4. J'ai quand même l'impression qu'il a plus de lectrices que de lecteurs mais c'est juste un sentiment et je n'en tire aucune conclusion d'ailleurs (bravo pour la pertinence de la remarque ;D)

      J'adore le titre du Journal VI ! Il annonce "Apaisement" finalement. Mais j'avais démarré avec le V et je trouve que ce titre, "L'autre faim", est sacrément parlant aussi.

      Supprimer
    5. Tu sais, j'ai juste lu le I (no comment ^_^) et une partie du II, le VII et celui-ci, non numéroté. Je poursuis mon petit bonhomme de chemin...
      L'autre faim, pas mal, oui, mais comme je ne l'ai pas lu, je ne peux voir savoir pourquoi ce titre.

      Supprimer
  8. Un auteur que je ne connais que de nom mais tes extraits me parlent beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il fera partie de ton équipe d'incontournables!

      Supprimer
  9. encore un auteur que je ne connais pas et qui me donne envie !
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aah Charles Juliet a ses fans enthousiastes! Rejoins-les... ^_^

      Supprimer
  10. Rhaaaa ! Un auteur que je brûle d'envie de découvrir depuis que je l'ai vu chez Aifelle, je crois que je ne pas pouvoir lui échapper en 2015 (même avant) !!! Ton billet fait drôlement envie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec Lambeaux, ou un Journal, ou ses entretiens avec des artistes, tu as de quoi trouver chaussure à ton pied.

      Supprimer
  11. Intéressant mais dans dans mon air du temps. Plus tard quand je serai devenu serein...

    RépondreSupprimer
  12. Bien vendu mais là mon bouclier anti-PAL est en forme !;-)

    RépondreSupprimer
  13. Charles Juliet est un être fondamental.

    RépondreSupprimer
  14. je ne connais pas encore cet auteur. Il faudra réparer cette laceune!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a tout pour te plaire! Un beau parcours de vie et d'oeuvre.

      Supprimer
  15. Comme toi je prévois de lire ses journaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Demande à Flo par lequel commencer (lis plutôt d'abord Lambeaux, d'ailleurs)
      J'ai fait tout le contraire, lu Lambeaux après le Journal I (à la grande horreur de Flo, je l'ai rassurée, je m'en suis tirée avec l'envie de continuer mes lectures)
      Bon, tu fais comme tu veux, tu es une grande fille. Surtout que l'homme, apaisé, a 80 ans donc il a réussi à survivre!

      Supprimer
  16. Ses journaux et ses différents essais se dégustent lentement, un peu comme Quignard ce sont des auteurs que l'on ne quitte jamais une fois rencontrés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déguster est le mot. Il m'en reste encore à découvrir, quel bonheur!

      Supprimer
  17. Comme toi quand je le lis je voudrais "tout noter" ;) Merci pour tes citations, elles m'interpellent. Je ne connaissais pas du tout ce titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un joli titre, pour un Journal un peu à part (mais quand même le même auteur)

      Supprimer
  18. J'avoue ne pas connaître cet auteur..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux lire Lambeaux, par exemple, je pense que ça te plairait (une lecture forte!) Flo a su me convaincre de lire ses Journaux.

      Supprimer
  19. Cela me tente : pour CJ et le sujet abordé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas? Je voulais un CJ complètement au bout du monde...

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!