jeudi 30 octobre 2014

Duane est dépressif

Duane est dépressif
Duane's depressed
Larry McMurtry
Sonatine, 2013
Traduit par Sophie Aslanides



Pour ceux qui ne connaissent pas encore Larry McMurtry, sachez qu'il est scénariste, libraire indépendant au Texas et auteur de plein de bons bouquins hautement recommandables, dont Lonesome Dove qui a fait chavirer le cœur de moult lectrices, et d'une série se déroulant au Texas, La dernière séance, Texasville, et maintenant Duane est dépressif, roman qui peut se lire indépendamment.

Un beau jour, Duane gare son pick-up et décide de se déplacer à pied. Ce genre de décision, aux Etats-Unis, et en particulier à Thalia, Texas, ça ne passe pas inaperçu et suscite de l'incompréhension. Pour Karla, son épouse depuis quarante ans, c'est sûr, il est dépressif. Mais pourquoi?

"J'ai parcouru des millions de kilomètres en pick-up et, pourtant, je n'ai jamais vraiment vu le monde, je n'ai vu que les pick-up."
"Il ne voulait pas être joignable. Cela faisait trop longtemps qu'il l'était. Maintenant, tout ce qu'il désirait, c'était rester assis et penser; et ne pas être pressé, quand il pensait.Toute sa vie il avait fait ce qu'on attendait de lui, mais ce temps-là était révolu. Il voulait définir ses propres priorités et les mettre en action. Devrait-il d'abord se rendre en Egypte?"

Au début il passe presque tout son temps dans une cabane qu'il possède, à quelques kilomètres de la ville. Puis l'achat d'une bicyclette lui permet d'élargir son périmètre de déplacement. Il cultive son jardin, discute, fait des rencontres, lit Thoreau ("Il avait l'impression d'être précisément l'homme que Thoreau décrivait, aliéné par son travail." (et tout A La recherche du temps perdu!)... Rêvons : et si d'autres imitaient Duane?
Ce gros roman se lit absolument sans souci, ce n'est pas du tout déprimant, plutôt souvent drôle même. J'ai vraiment beaucoup aimé!

Un post sur facebook avait attiré l'attention sur la traduction et j'avais un peu peur avant de démarrer, mais rien n'a pu altérer mon plaisir et j'ai pu ignorer quelques raideurs dans certaines phrases, c'est vrai, et des passages un peu étranges à première lecture, tels "elle savourait son canapé, bien au sec dans sa maison et sur lequel elle était confortablement installée."Il marchait avec autant de facilité et de tonicité que ses premiers jours de randonneur."
Avis : ledevoir, et idem sur les traductions.

60 commentaires:

  1. Je n'ai encore jamais rien lu de cet auteur... Je commencerai plutôt par Lonesome dove, quand j'aurai envie de western. C'est à dire, pas maintenant : je viens de rendre à la bibli L'homme du verger sans le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'homme du verger n'est pas tellement un western pur et dur (je l'ai rendu, en ayant lu une centaine de pages, un peu lent). Avec McMurtry, tu as le choix!

      Supprimer
  2. Les deux exemples de "raideurs dans certaines phrases" sont plutôt décourageants. S'ils sont trop nombreux ça frôle l'illisible, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces deux-là m'ont sauté au nez, sans doute y en-a-t-il d'autres, mais, honnêtement, mon plaisir de lecture et ma compréhension du texte n'ont pas souffert.

      Supprimer
  3. Tu sais que les éditions Gallmeister ne voulaient pas publier ce dernier volet car elles le trouvaient nettement inférieur aux autres. En lisant ton billet, je n'ai pas l'impression que c'est ce que tu as ressenti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai entendu parler de cette histoire de volet moins bon et donc paru ailleurs que chez Gallmeister (mais traduit quand même par une habituée de chez Gallmeister). Personnellement, je l'ai trouvé excellent.

      Supprimer
  4. çà a l'air sympa :-) le style d'histoire que j'apprécie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela se lit tout seul, tragi comique et bien vu : j'aime!

      Supprimer
  5. Je fais partie des lectrices dont le cœur a chaviré à la lecture de "Lonesome Dove". Bon, visiblement Angustus n'est pas de retour mais j'avais beaucoup aimé aussi "La dernière séance", mais je n'ai pas lu "Texas ville", dont on dit qu'il est moins bon. "Duane est dépressif" en est la suite ? (même une suite "indépendante", parce que j'aime bien lire dans l'ordre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha, ton petit coeur a craqué? J'ignore s'il y a eu une suite, en tout cas pas traduite.
      Bon, Texasville est un peu déconcertant, il se passe 20 ans après La dernière séance. Tu peux te faire ton idée, j'ai aimé aussi. Duane est dépressif, c'est encore vingt ans plus tard...

      Supprimer
  6. Comme Le Bouquineur, je trouve tes exemples de "traduction" plutôt décourageants... De toute façon, il me reste encore Texasville avant d'attaquer (éventuellement) celui-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'envie presque d'avoir encore à découvrir ces deux bouquins... (tu as lu Lonesome dove, j'espère!!!)

      Supprimer
  7. aïe aïe la traduction, ça vaut la peine à ce propos de lire l'article chez Assouline qui explique que parfois les traducteurs reçoivent le livre par morceaux à quelques semaines de l'impression ce qui rend leur travail très problématique
    vrai que tes deux exemples font un peu tiquer car là le problème c'est la langue française !!!
    Ceci dit un roman de marcheur je pense que je vais me laisser faire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hésité à parler de la traduction, mais comme la traductrice travaille avec Gallmeister, elle fait du bon travail. Peut-être ne lui a-t-on pas laissé beaucoup de temps, en effet. De toute façon, pour avoir une fois essayé de traduire clairement un texte anglais, j'ai réalisé combien c'est difficile, l'anglais ayant des subtilités et des façons ramassées et économiques de dire les choses...
      Marcheur, oui, et je trouve sa découverte de Thoreau fort rafraîchissante. Un bon roman, j'espère que tu le découvriras...

      Supprimer
  8. Comme je n'ai rien lu de cet auteur, je commencerai plutôt par Lonesome Dove pour faire sa connaissance.

    RépondreSupprimer
  9. Pareil que ICB, les exemples de traduction sont un peu décourageants. Du coup, je risque de me rabattre sur la vo. Mais Texasville qui est déjà dans ma PAL devrait passer en priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, la VO est là! (mais traduire l'anglais est parfois difficile, à moins d'être lourd). Je n'en veux pas du tout à la traductrice, je signale juste.

      Supprimer
  10. Jamais lu non plus, mais on ne sait jamais... une série western n'est pas du tout exclue un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais craquer pour Lonesome Dove!

      Supprimer
  11. Bien mais sans plus on dirait quand même. J'avais repéré ce titre mais devant les centaines de tentation, on fait le tri.;-) Aaah sinon j'ai trouvé le Sans voix que tu as lu récemment, en VO dans ma bib'. Emprunté donc, j'espère que j'aurai le temps de le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans voix, ça décape!
      (des centaines de tentations?)

      Supprimer
  12. Au vu de la construction des deux phrases que vous citez, je trouve qu'il faudrait botter le derrière du traducteur. Je constate de plus en plus souvent ce genre d'approximation avec la langue française dans des traductions. Je serais moins souple que vous à cet égard et mon plaisir gâché de voir la légèreté avec laquelle on fait des livres de nos jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit d'une traductrice, rencontrée sur le stand Gallmeister pour qui elle fait aussi des traductions. Je lui pardonne donc beaucoup, de plus on ne sait pas dans quelles conditions elle a dû rendre sa copie...
      Mais dommage quand même pour McMurtry.

      Supprimer
  13. Bonjour Keisha, ce roman se trouve dans une de mes nombreuses pal et il m'attend (j'espère pas trop longtemps...) Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  14. Ouch, ils ont utilisé google translate ou quoi ? L'idée de départ est très chouette sinon, pourquoi pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fois pour aller plus vite j'ai utilisé Google translate, quitte à corriger ensuite, et ai patouillé lamentablement : l'anglais est redoutable!

      Supprimer
  15. j ai lonesome dove à côté de mon lit , j'ai commencé plusieurs fois et un autre livre a croisé ma route , je vais y retourner . Ah le bonheur de lire dans la langue d'origine, hélas pour moi qui ne lit que le français.
    PSje lis toujours ton blog mais quand je n'ai que ma tablette, je ne peux pas mette de commentaire , Hélas , il semble que je fasse une erreur mais je ne vois pas laquelle et c'est valable pour tous les blogs "blogpost"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les livres sont des vilains...^_^
      Je peux lire en anglais, en fait, j'ai aussi une PAL en VO à la maison (soupirs...)
      Peut être faut-il changer le "profil" pour commenter? Mais ne t'inquiète pas!

      Supprimer
  16. J'aime l'idée qu'un Américain sorte de son pick up et marche et la traduction de ton premier extrait me fait rire, ça a un nom sûrement le fait de jouer sur les deux sens d'un mot dans une même phrase ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les américains et leurs pick up, c'est quelque chose ... Belle idée d'imaginer que l'un d'eux veuille s'en passer totalement!
      Oui, cela a sûrement un nom, cela me fait penser à des exemples pris dans la littérature française (et des auteurs connus!) Évidemment, là maintenant j'ai oublié les exemples et le nom... Tiens, si tu veux, sauter sur son scooter et sur l'occasion...

      Supprimer
  17. Autant j'adhère à l'idée du livre, je trouve ça génial qu'un type qui refuse le tout-automobile soit considéré comme dépressif, tout ton billet est tentant, mais Keisha, les deux extraits que tu mets à la fin sont quand même hautement rédhibitoire, synthétiquement parlant c'est quand même contestable et ça pique les yeux quand même...non ?!
    C'est de ce livre où l'auteur avait les larmes aux yeux parce que le traducteur avait pris des libertés qu'il s'agit où je confonds avec un autre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, je le répète, mon plaisir de lecture n'a absolument pas été atteint par ces quelques fêlures (il n'y en a pas tant que ça, j'ai relu quand ça survenait, et quand même compris). N'hésite pas à le lire, il le mérite, tu penses bien que moi aussi je n'ai pas résisté à cette histoire d'américain qui refuse le pick up et vit différemment!
      Sinon, je ne sais pas répondre à ta question, dommage... ^_^

      Supprimer
  18. Partagée, évidemment, du fait de tes exemples de traduction (et c'est bien joli de défendre la traductrice mais comment ce type de phrases peut passer le comité de relecture avant publication ? D'autant plus que ça ne fait la pub de personne :-/ Cependant, je note l'auteur, n'ayant pas encore lu ses oeuvres. J'avoue que allant tout le temps à pied et vivant en Europe où c'est encore considéré comme faisant partie des choses normales :p, ce n'est pas le côté abandon de 4x4 qui m'attire, plutôt le rapport avec Thoreau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement en Europe, découvrir une ville à pied (ou randonner en campagne) , ça va. Remarque, New York ou San Francisco à pied, ça va aussi. Il semblerait que laisser sa voiture pour faire quelques kilomètres dans une petite ville, ce soit moins fréquent là-bas.
      Thoreau : il y a aussi une cabane dans l'histoire, et pas loin de sa ville...
      Pour la traduction, je ne sais pas, les délais étaient-ils courts?

      Supprimer
  19. Tu n'as pas l'air convoi,nu par la traduction, finalement. Mais bon, il m'arrive de savourer mon canapé, aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellemment dit! J'ai pris grand plaisir à lire ce livre...

      Supprimer
  20. J'ai lu l'article de Louis Hamelin et les commentaires qui suivaient. Il y a vraiment à boire et à manger dans son article, mais il m'a bien fait rire avec sa "langue franchouillarde".
    Quant à Larry McMurtry, All My Friends m'avait déçue. Je n'ai pas encore lu les titres que tu m'avais recommandés. Mais ça viendra un jour.
    Je comprends qu'un Américain ait envie de délaisser son pick-up. Je les trouve monstrueux ces véhicules. Sinon, on n'a pas le choix. Les trottoirs sont rares ici et puis, les boîtes à lettres sont parfois très loin ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure toi que cet All my friends m'est tombé des mains, et pourtant j'aime l'auteur! Ceux que j'ai lus et que je cite, en revanche, tu peux y aller!
      En France on commence à en voir beaucoup, de ces trucs immenses prenant une place de parking et demie... Et puis on a encore des trottoirs (s'ils en sont pas garés dessus, tiens! ^_^)

      Supprimer
  21. Est-ce que par hasard Duane voyagerait ? Ou est-ce encore une trouvaille de ta génialissime bibliothèque qui me pousserait presque à déménager par chez toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma bibli n'a rien trouvé toute seule, je lui ai suggéré l'achat (eh oui, j'ose). Donc le livre ne m'appartient pas, hélas. Vraiment, là-bas dans ta grande ville, il n'y est pas? Ou attendre le poche. Ou demander à Sonatine?
      Mais n'hésite pas à demander, actuellement Sous les couvertures voyage.

      Supprimer
  22. Depuis le temps que je veux lire "La dernière séance". Je note celui-là pour plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es en retard, mais comme il me souvient que tu avais aimé Lonesome Dove, cette trilogie devrait te plaire...

      Supprimer
  23. ça m'embête, ces problèmes de traduction... ça avait gâché ma lecture du "maitre des illusions" de Donna Tartt
    ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons bon... Je n'ai lu que Le chardonneret, et le traducteur n'est pas le même. Certaines traductions m'agacent aussi (pour Duane, je suis plutôt amusée), et encore plus dans un roman français(donc non traduit!) que j'ai lu, avec ce qui me paraît des fautes : avoir à faire au lieu de avoir affaire, etc... Je milite aussi pour l'arrêt de "ces dernières trois années"... au lieu de "ces trois dernières années"

      Supprimer
  24. Parfois les traductions donnent des choses étranges. J'avais lu un livre islandais traduit par un islandais maîtrisant normalement le français, et cela donnait des phrases à la construction étonnante. Un sacré métier la traduction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un métier fascinant... Je te conseille Comment j'ai appris à lire (dernière partie) et Le poisson et le bananier
      http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/search/label/traduction

      Supprimer
  25. Je découvre ton blog et j'aime beaucoup !

    J'adore Lonesome Dove et Larry Mc Murtry, je viens de t'écrire un commentaire et hop un bug ! Zut alors !
    Juste pour te dire que l'histoire est bien plausible pour avoir vécu aux USA et bien connaître le Texas. Sans voiture, tu es mort !
    Ni trottoir, ni bus, nada !
    (je vivais entre autres au Montana)

    Sinon pour la traduction, je compatis. J'ai fait des études en ce sens, et l'exercice est périlleux. En majorité, je les trouve pourtant assez bons mais une fois j'ai du abandonner une lecture tellement c'était mauvais!

    Je souffre surtout devant ma télé ou au cinéma, car le pire ce sont les sous-titres, même si je m'en passe, j'ai parfois l’œil qui traine et là, on voit de tout, ils ne traduisent pas tout, loupent le second degré et pire font des contre-sens .. bref je préfère ne pas t'embêter avec ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue!
      Blogspot avale parfois les commentaires, grrr, ça me le fait aussi.
      Si je mets la main sur la suite de Lonesome Dove (je peux lire l'anglais), je signe!
      On peut en gros marcher à New York ou San Francisco, mais à Los Angeles, pas question je crois. Ce n'est pas vraiment un pays de piétons, mais la France va finir par imiter ? Et puis ça dépend du contexte, moi qui suis très marcheuse, en Afrique je prenais la voiture pour quelques centaines de mètres...
      Pour la traduction : un chouette métier, très difficile, le sujet me passionne. L'anglais semble une langue à raccourcis subtils difficiles à traduire. Pour les films je préfère les sous titres (mon niveau ne me permet pas de m'en passer) mais on perd vraiment beaucoup, c'est sûr (Woody Allen en VF, plus jamais ça! ^_^)
      (le Montana, argh, quelle chance, là il y a de l'espace!)

      Supprimer
    2. Oui, j'ai remis ça cet été avec un road trip dans l'Ouest, j'adore leurs grands espaces. En fait, dans de nombreuses villes, il n'y a même pas de trottoirs. Donc ils passent leur temps en voiture ou en bus, et marchent peu. Vu le problème de l'obésité, un maire d'une ville en Floride a décidé d'installer des trottoirs afin que les gens marchent ! ça parait ubuesque mais quand je vivais au Montana, j'avais pas trop le choix (j'étais à plus de 13 km de la ville).

      Mais bon, pour la marche, il y a les randonnées dans les parcs, et là y a de quoi faire !

      Oui, la traduction c'est passionnant car ça permet aussi de mieux appréhender leur façon de penser (l'anglais est plus dans l'action, le français à l'inverse dans le passif). J'ai étudié longtemps le russe et ils ne disent pas "j'ai une voiture" mais "chez moi il y a une voiture" - et on y retrouve la problématique de la propriété personnelle au temps du communisme !
      Bon je m'en vais lire tes anciens billets ;-)

      Supprimer
    3. J'ai juste traversé le Montana (en voiture, donc), il y a de l'espace, mais c'est sûr que comme dans les petites villes de France, il faut prendre un véhicule pour aller dans la ville voisine... Les états unis (et ses habitants!) me fascinent. Pour les parcs, j'ai bien sûr vu l'ouest (j'adorerais y retourner) et suis allée deux fois dans le Yellowstone (encore plus beau la deuxième fois, d'ailleurs). Le Glacier National Park est chouette aussi, j'y ai connu une météo hivernale en plein juillet.
      L'anglais me semble plus"ramassé". J'ai acheté La poésie du gérondif (paru récemment, pas encore lu) et je sens que je vais me régaler.
      Récemment j'ai encore "senti" une erreur de traduction avec le paradoxe de Zeno, désolée, en français c'est Zénon. Les malheureux traducteurs doivent vraiment tout savoir dans tous les domaines... ^_^

      Supprimer
  26. Je suis en pays de connaissance avec Duane. Tu te souviens que tu nous as proposé une énigme du samedi avec Texasville.
    J'ai une amie traductrice, ce qui me permet de me rendre compte des difficultés du métier. Il requiert, outre une maîtrise parfaite de la langue, précision, culture et une très bonne connaissance de la civilisation concernée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais mis la barre un peu haut, je me souviens. ^_^
      Tu as parfaitement raison pour la traduction, je disais dans le commentaire précédent avoir repéré un Paradoxe de Zeno dans un texte français traduit de l'anglais. Il faut tout connaître quand on traduit!

      Supprimer
  27. En fait, dépressif, c'est l'étiquette que lui mettent sur le dos ceux qui ne le comprennent pas, non ?
    Mais il n'a pas l'air de l'être vraiment, à lire ce résumé je le trouverais plutôt lucide :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien compris! Il devient lucide, prend des décisions et s'y tient. Il ne se sent pas du tout déprimé, au contraire.

      Supprimer
  28. Réponses
    1. Le sujet est inattendu et traité de façon inattendue aussi.

      Supprimer
  29. Je viens de finir la suite, c'est très très sexe. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha? Bizarre, ce n'est pas le genre de l'auteur d'ordinaire!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!