jeudi 9 octobre 2014

Notre quelque part

Notre quelque part
Tail of the Blue Bird
Nii Ayikwei Parkes
Zulma, 2014
Traduction de Sika Fakambi


A découvrir absolument.


Écoutons d'abord le vieux Yao Poku, chasseur d'un village au fin fond de la forêt ghanéenne...
"On se ne plaint pas. Il fait bon vivre au village. La concession de notre chef n'est pas loin et nous pouvons lui demander audience pour toutes sortes d'affaires. Il n'y a que douze familles dans le village, et nous n'avons pas d’embêtements. Sauf avec Kofi Atta."

"Nous étions à notre quelque part quand ils sont arrivés. D'abord la fille avec ses yeux qui ne voulaient pas rester en place. Hmm, puisque tu es là, laisse moi te raconter. Les ancêtres disent que la vérité est courte mais, sεbi, si l'histoire est mauvaise, alors même la vérité va s'étaler comme un crapaud écrasé par une voiture sur une de ces routes qu'ils sont en train de construire."

La fille pénètre dans la case de Kofi Atta, où elle découvre des restes peu ragoûtants.
"Elle portait une façon de jupe petit petit là. Et ça montrait toutes ses cuisses, sεbi, mais les jambes de la fille étaient comme les pattes de devant de l'enfant de l'antilope -maaaigre seulement! (C'est plus tard que j'ai appris qu’elle était la chérie d'un certain ministre. Hmm. Ce monde est très étonnant.) Son chauffeur portait kaki de haut en bas comme les colons d'en temps d'avant, et il voulait la calmer, mais la fille secouait la tête et il voulait la calmer, mais la fille secouait sa tête et elle criait seulement. Après un peu ,elle a repris force et elle a commencé à courir vers une voiture claire façon qui était au bord de la route. Et le chauffeur poursuivait son derrière comme la poussière. "

Sans cette fille et ses connaissances haut placées, les villageois auraient certainement réglé l'affaire à leur façon, mais voilà, maintenant la police doit intervenir, et faire appel à Kayo Odamtten, jeune médecin légiste fraîchement revenu d'Angleterre, qui végète un peu dans un laboratoire d'analyses, et doit être convaincu (manu militari!) de se rendre au village.

Une fois là, après une hilarante séance genre "Les Experts" dans la case de Kofi Atta, Kayo se laisse prendre au vin de palme (un peu arrangé), aux palabres dans la buvette locale autour de bons petits plats locaux et aux histoires racontées par les villageois...

Au delà de l'histoire policière dont la conclusion laisse le lecteur dans la réflexion, il faut lire ce chouette roman pour l'ambiance de la grande ville d'Accra, grouillante et quelque peu corrompue, et surtout la vie dans ce village traditionnel, où finalement il fait bon vivre traditionnellement, relié au monde par la radio seulement. Pour avoir traîné mes sandales dans ces coins là, je confirme avoir retrouvé des détails vrais. Ne serait-ce que le conseil d'aller d'abord saluer le chef du village et de ne pas brusquer la litanie des salutations...

Quant à la traduction, bravo! Une partie de la narration est visiblement en anglais plus classique, mais la saveur de la langue, surtout celle de Yao Poku, est excellemment préservée par l'utilisation du français de Côte d'Ivoire (la "go", par exemple, ces façons de traîner sur les syllabes, etc...).

Les avis de Hélène,

44 commentaires:

  1. J'ai ajouté ce livre à ma LAL après avoir vu la photo de sa traductrice (elle ressemble beaucoup à une de mes amies). J'ai téléchargé le lexique sur le site de Zulma, mais je lirai certainement ce livre en anglais (mais il faudra que je lise un jour la traduction). Tiens ! Je le réserve tout de suite à la bibliothèque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (la honte, je ne suis pas allée voir la photo, euh c'est une dame... ah oui, une Béninoise -vive le Bénin!- et elle a été primée pour sa traduction - à juste titre)
      Je ne suis même pas allée voir le lexique, cela n'a pas entravé ma lecture (et le plaisir)

      Supprimer
  2. Je ne sais pas trop s'il me plairait .. j'hésite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le vois, tente l'aventure, cela change vraiment des lectures habituelles...

      Supprimer
  3. Je l'ai noté depuis que je l'ai vu mis en avant chez un de mes libraires... (mais que j'avais acheté autre chose) bref, il est noté, et je le lirai, c'est sûr !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chic, chic : bonne lecture (et tente les biblis, en fait, il est dans mes deux biblis)(bon signe)

      Supprimer
  4. Très tentant ! Je note le titre de ce livre, j'aime ce mélange des langues et cette façon de parler. Les éditions Zulma font vraiment un chouette travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du grand art, en effet! Cette rentrée chez Zulma est riche, j'ai déjà deux autres titres notés.

      Supprimer
  5. Hors du commun n'est ce pas ? J'ai beaucoup aimé !

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. Bonne lecture alors (sans trop trop tarder je vous l'espère)

      Supprimer
  7. La littérature africaine contemporaine m’intéresse beaucoup, et le travail de Zulma, aussi, et ce que tu en dis ... Encore plus ! Je note, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bonne surprise (mais Zulma plus l'Afrique actuelle, ça mérite le détour)

      Supprimer
  8. En tout cas tu le défends, et tu es c'est vrai une voyageuse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je constate aussi que cette vision de l'Afrique de l'intérieur sonne juste.

      Supprimer
  9. Ce livre ne me dit pas grand-chose mais bon, je ne connais pas.
    Bon vendredi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est tout récent récent!
      Bon week end!

      Supprimer
  10. Il a tout ce qu'il faut pour me plaire celui-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris, j'espère le voir bientôt sur ton blog.

      Supprimer
  11. Aha ! Là oui je note. Tiens, côté Zulma, je suis dans Epépé en ce moment. J'adore !! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaaaaaaaaah Epépé une grande expérience de lecture! j'attends ton avis.
      Quant au Ghanéen , n'hésite pas (et ça fait un pays de plus!)

      Supprimer
  12. Comme cette collection est très jolie je crois que je vais me l'offrir au lieu de la chercher à la bibliothèque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zulma et ses couvertures colorées... ^_^

      Supprimer
  13. Tout pareil que Jérôme ! Il a tout pour me tenter ce livre-là :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, un peu de voyage ne peut faire de mal!

      Supprimer
  14. Punaise, trois fois que je lis ton billet, et je ne comprends pas. La fille tombe sur un cadavre c'est ça?
    Bon peu importe, parce que globalement, ça me plait ce que tu en dis, donc je note (j'aime quand on restitue des ambiances)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la fille (qui poursuivait un oiseau, si j'ai bien compris) tombe sur un truc bizarre dans la case, sort en criant, et c'est le début des événements. Après tout, peu importe, tu as raison, question ambiance on y est vraiment...

      Supprimer
  15. impossible d'accrocher aux romans sur l'Afrique, même les meilleurs n'arrivent pas à m'intéresser dommage dommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même un roman drôle garanti sans guerre, famine ou autre?

      Supprimer
  16. Zulma en général j'aime ! Mais les romans africains j'ai plus de mal... comme Dominique. Et pourtant, tu en parles tellement bien que je suis tentée d'essayer encore !!! Ah quelle tentatrice tu fais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est en vraie pleine Afrique, OK, mais certaines réflexions peuvent s'appliquer à notre coin connu.

      Supprimer
  17. On me l'a déjà doublement et fortement conseillé, tu en rajoutes une couche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, je devine le nom des tentateurs, ou bien ? (là mes habitudes de langues africaines remontent, cet "ou bien" est pile poil dans le ton)

      Supprimer
  18. Notre quelque part, le titre en lui-même est déjà un bon roman. Ce qui étonne est 'aspect «phonétique» de la langue de Côte d'Ivoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En Côte d'Ivoire on parle pas mal de langues, et aussi un français fort correct, avec parfois (volontairement ou non) des habitudes telles qu'allonger les syllabes. Exemple :" il a couru jusqu'ààààà" ou "il a parlé jusqu'à fatigué". Il existait quand j'y étais des journaux satiriques écrits dans cette langue savoureuse. Aya de Yopougon est une série (bande dessinée) qui en donne un bon exemple. Mais, je le répète, pour ce que j'en sais, les gens ne parlent pas tout le temps ainsi.

      Supprimer
  19. Bon, évidemment je suis tentée surtout si cela se passe au Ghana et à Accra. Après, le côté policier africain me chiffonne un peu; j'accroche moyen au genre "policier rigolo et naïf". Ton billet et ce que tu dis de la traduction me rassure un peu. On verra bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le côté polar n'est franchement pas le principal, je pense que tu sera d'accord avec moi (lis le!). J'ai adoré me balader à Accra, et dans ce village. Non, non, pas de naïveté et de gros sabots.

      Supprimer
  20. le thème ne me tentais pas vraiment, mais tu donnes très envie!

    RépondreSupprimer
  21. Comme Eimelle, le thème, plus ou moins... mais pour la traduction ,je ne dis pas non!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis régalée avec ce roman!!! Tu devrais toi aussi aimer cette langue savoureuse.

      Supprimer
  22. Quel extraordinaire polar : exotique et réjouissant ! (Dame Armande qui a opéré sa mue et s'est métamorphosée en Albertine)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais je vois qu'on a encore des goûts communs! Ce polar mérite de faire une jolie carrière, mais les lecteurs sont parfois frileux.
      Je vais voir ta mue en héroïne proustienne...

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!