samedi 24 janvier 2015

Trois frères

Trois frères
Three brothers
Peter Ackroyd
Philippe Rey, 2015
Traduction Bernard Turle


Pour moi Peter Ackroyd c'est Le dossier Platon (faudrait bien que je le relise pour vérifier ce bon souvenir d'avant blog) et surtout l'exceptionnelle et incontournable biographie de Dickens! J'ai donc fait confiance à son nom pour accepter ce roman (merci Anne et Arnaud et à l'éditeur)

Harry, Daniel et Samuel Hanway sont nés juste après la seconde guerre mondiale, dans un milieu populaire de Londres. Un jour leur mère disparait mystérieusement, laissant les gamins abandonnés face à un père peu présent. Harry fait son chemin dans le journalisme, Daniel devient professeur à Cambridge, et Sam... se débrouille, il finit pas travailler pour Mr Ruppta, propriétaire de logements sordides.

Les trois frères (et leur mère) se croiseront, parfois se parleront, dans un Londres où le présent se mêle au passé, lors d'épisodes pouvant frôler le fantastique (les religieuses...), cris, apparitions (rien de méchant, sinon j'aurais décroché; cela ajoute au charme du livre, et me rappelle qu'Ackroyd a justement écrit  Londres, une biographie -je la veux!). Des passages caustiques décrivant les milieux universitaires, intellectuels, politiques et journalistiques donnent du sel au récit, écrit de façon extrêmement fluide.

Le recours aux coïncidences et aux rencontres qui est un des éléments frappants du roman est évoqué à deux reprises, et, à mon avis, est un plus fort original:
"L'un des thèmes de son livre était les schémas d'association qui liaient entre eux les habitants de la ville; dans les romans londoniens, il avait découvert la préoccupation de leurs auteurs pour l'image de la capitale britannique comme un réseau tellement dense et resserré que le moindre mouvement de l'élément le plus infime envoyait des ondes de réverbération dans tout l'ensemble. Une rencontre, fruit du plus pur des hasards, pouvait avoir des répercutions terribles, alors qu'un mot mal compris était susceptible de générer une incroyable bonne fortune. Une réponse impromptue à une question posée à l'improviste pouvait provoquer la mort."
"Il est parfaitement évident que, dans la plupart des romans de Dickens, Londres devient une sorte d'univers carcéral où tous les personnages sont menottés aux murs. Si ce n'est pas une cellule, c'est un labyrinthe dans lequel rares sont ceux qui parviennent à retrouver leur chemin. Tous sont des âmes errantes.
- Mais comment, alors, analyser le recours constant à la coïncidence?
- C'est la règle de la vie citadine, n'est-ce pas? Les éléments les plus hétéroclites s'y heurtent. Parce que, voyez-vous, tout est lié."

Merci à l'éditeur et Anne et Arnaud

44 commentaires:

  1. Bon, je reviens de bib' et j'ai refait un bref bilan de ma PAL alors je ne me laisserai pas tenter ce weekend.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pffff!
      Tu sais que ma PAL n'est pas si énorme, je n'en reviens pas, j'arrive à la faire baisser...

      Supprimer
  2. Je l'ai feuilleté hier en librairie et ai pensé qu'il pourrait me plaire. Tu n'as pas l'air super-emballée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu l'histoire je pouvais m'attendre à un truc classique, tu vois, les trois frères, etc... mais il y a un petit quelque chose en plus dans le traitement du sujet ... Je l'ai lu très vite, ce n'est pas le problème, je reste un peu entre deux eaux, je sais que c'est bon, mais j'arrive mal à le dire...

      Supprimer
  3. Mouais, les coïncidences, à force, quand même, c'est pas un peu too much ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais, Jérôme, cette histoire de coïncidences et rencontres, c'est dickensien, donc intéressant (et c'est voulu). Et puis je pourrais en donner des exemples dans ma propre vie, de gens recroisés des années après...

      Supprimer
  4. je suis moins enthousiaste que toi... billet demain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue avoir été parfois un peu déconcertée, j'ai du mal à mettre la main dessus. Ce n'est pas une simple histoire de trois frères, Ackroyd a choisi d'englober cela dans une atmosphère londonienne et un parti pris 'à la Dickens'. J'ai donné des passages mais c'est un peu insaisissable, c'est vrai.

      Supprimer
  5. ton billet me donne très envie de le lire ! Et je rejoins l'auteur sur Londres, sur Dickens donc je suis fortement intéressée, mais là je suis un peu noyée sous.. les livres ! Mais je le note.
    Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le croiseras, c'est vraiment pour toi si tu veux de l'atmosphère londonienne d'hier et d'aujourd'hui...

      Supprimer
  6. Je l'avais repéré... mais il eût fallu que tu sois plus enthousiaste pour déclencher un achat ! Merci pour mon porte-monnaie, je verrai à la bibliothèque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait c'est le nom de l'auteur qui a déclenché ma lecture. Tu peux voir la bibli (tu vois, je suis raisonnable)

      Supprimer
  7. Quand il est sorti en Angleterre, les critiques semblaient surtout emballés par la description du Londres des années 60 et c'est ce qui m'avait donné envie de le lire. J'étais encore plus impatient quand j'ai vu qu'il sortait chez Philippe Rey, en traduction française.
    Maintenant, à la lecture de ton billet, j'ai l'impression de m'être fait une fausse idée de ce bouquin, que ce qu'il est vraiment risque de me décevoir et le commentaire de Clara n'est pas pour me rassurer....
    Je ne vais pas me précipiter et verrai bien si d'aventure il croise mon chemin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends le billet de clara pour voir ce qui ne va pas. Londres années 60? Je ne sais pas, pour moi c'était Londres du passé surtout 19ème siècle et de la seconde moitié du 20ème siècle. Les religieuses viendraient du passé si j'ai bien saisi... Assez vaporeux parfois comme ambiance, mais caustique aussi quant aux milieux du journalisme, de l'édition et de la politique. Déconcertant, oui. N'hésite pas s'il croise ton chemin, en bibli par exemple (ah oui, c'est très fluide à lire!)

      Supprimer
  8. je connaissais Ackroyd biographe mais pas romancier, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas? Même si j'espère lire bientôt sa biographie de Shakespeare!

      Supprimer
  9. ce ne sera pas dans mes priorités!

    RépondreSupprimer
  10. ah , enfin un que je ne vais pas mettre dans ma liste. (J'ai l'impression de courir après les rédacteurs et rédactrices-surtout rédactrices- de blogs qui tous et toutes me tentent sans cesse et la liste s'allonge!). Mais là, je suis tranquille , je ne suis pas du tout fan de Dickens alors! je passe .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'aimes pas Dickens? Je t'aime quand même. ^_^

      Supprimer
  11. Pas de tentation intenable pour moi non plus... On verra éventuellement à la bibli !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans les biblis que deviendrions nous? ^_^

      Supprimer
  12. Le recours aux coïncidences... voilà qui titille ma curiosité. Il faut dire que je viens de terminer "Hérétiques", qui leur fait également la part belle! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaah le gros Padura comme on les aime! Ici c'est bien plus court, lu assez vite. Mais je pesne que les coïncidences, tout le monde en connaît!

      Supprimer
  13. J'ai relu deux fois le passage que tu cites alors je pense qu'il ne doit pas être pour moi, je m'y perdrais vite !!!^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai surtout cité ces passages pour me souvenir de cet aspect de ma lecture, mais il y en a d'autres bien sûr.

      Supprimer
  14. Comme ma pile est déjà assez complète merci, je vais passer mon tour pour celui-ci.

    RépondreSupprimer
  15. Pus qu'à lire le billet de Clara demain pour comparer vos ressentis. Ceci dit, tu ne me parais pas très enthousiaste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de chez clara, toujours rien vu! Bah, cela viendra.

      Supprimer
  16. Ca me semble intéressant, à vous lire. Question : est-ce un gros pavé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mémoire, dans les 300 pages, fluides, agréables à lire.

      Supprimer
  17. Il est en attente. As-tu vu qu'il a sorti une biographie de Shakespeare? j'ai hâte de la lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vouiiiiiiiii! J'espère bien la lire (sa bio de Dickens est un monstre, absolument incontournable)

      Supprimer
  18. Tu es dure, pour ma vision défaillante, d'écrire en si petit. Limite si j'ai besoin d'une loupe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de le signaler! J'ai aussi des p'tits yeux fatigués.
      Pour une raison inconnue, le billet précédent (bouquins chez Ginkgo) est sorti dans des caractères plus petits, mais je t'assure que celui-ci sur Ackroyd apparaît comme d'habitude. A vérifier quand même sur un autre ordi. Noté.

      Supprimer
  19. J'ai failli l'acheter; tu me confortes dans l'idée que ce serait une bonne pioche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas s'attendre à une histoire classique, Ackroyd y a ajouté une patte personnelle qui peut déconcerter.

      Supprimer
  20. J'aime beaucoup À croyais mais Clara m'a fait douter et ce que tu dis du bouquin ne m'emballe pas plus que ça. ..Je vais attendre de le voir apparaître à la bibliothèque. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, la bibliothèque (et si tu aimes les biographies, tu as celles de Dickens et bientôt de Shakespeare, qui devraient te réjouir!)

      Supprimer
  21. J'aime beaucoup les coïncidences mais moins les intrusions du fantastique... Sais pas trop...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis aussi rétive au vrai fantastique, mais là c'est juste une petite apparition, ce n'est pas le coeur de l'histoire...

      Supprimer
  22. Gros coup de coeur pour le dossier Platon, je lirai sans doute ce titre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me promets de relire ce Dossier Platon depuis des années, histoire de vérifier le bon souvenir que j'en ai.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!