vendredi 13 mars 2015

Des voix parmi les ombres

Des voix parmi les ombres
Verliesfontein
Karel Schoeman
Phebus, 2014
Traduit de l'afrikaans par Pierre-Marie Finkelstein


En 1901, Fouriesfontain est une toute  petite ville comme bien d'autres, avec son tribunal, sa mairie, son cimetière, ses boutiques et artisans, son école, une population parlant anglais ou hollandais (voire les deux), blanche ou métisse (le quartier métis est à l'écart). Un jour d'été (en décembre) des cavaliers Boers de l'Etat libre d'Orange s'emparent de la ville pendant quelques semaines, puis en sont chassés par les troupes anglaises. Parmi les morts, Giel Fourie, un tout jeune homme ayant rejoint les Boers.

Cent ans plus tard, accompagné d'un photographe, un homme intéressé par l'histoire de la région veut s'arrêter à Fouriesfontain, mais la ville semble impossible à trouver, ensuite une fois dans ses rues il entend et voit des bribes du passé, "plutôt comme un film qui attend attend d'être coupé et monté".
"Les deux mondes, toutefois, sont bien séparés, chacun suit son cours, et de cet autre monde il n'aperçoit que des éclairs, un peu lorsqu'on entend une conversation dans une langue étrangère et que l'on reconnaît ici ou là un mot, une expression que l'on a apprise par hasard, mais sans comprendre quel est le lien qui les unit ni saisir le sens du message."

Voilà comment le lecteur découvre Fouriesfontain, dans une curieuse ambiance floue, guidé vers des événements sans ordre chronologique et des personnages pas connus. Mais émergent des figures, et ce sont Alice, la fille du magistrat écossais, Kallie, le clerc du même magistrat, et Mademoiselle Godby, la sœur du médecin, qui racontent leurs souvenirs de la guerre, souvenirs flous, imprécis, répétés parfois, se complétant ou pas, jusqu'à obtenir une vision prenante de la petite ville en 1901 et de l'ambiance avant, pendant et après les événements.

"Les divisions qui existaient après la guerre n'étaient pas nouvelles, simplement nous ne les avions pas remarquées, elles étaient masquées, un peu comme ces fissures sur un mur que l'on bouche avec du plâtre et que l'on recouvre ensuite de papier peint; les fissures demeurent. Les blessures, les rancunes, les désaccords avaient toujours été là, tout comme la peur et la méfiance - je dirais même l'angoisse, et la haine - car il y avait aussi de l'angoisse et de la haine, et la guerre n'a rien fait d'autre, en définitive, qu'arracher le papier peint et mettre à nu les fissures."

Karel Schoemann est un auteur remarquable : une langue admirable emportant son lecteur, une façon superbe de rendre les atmosphères, les hésitations, le non-dit, les tragédies, l'idée vraiment intéressante de plongée dans l'espace-temps, la lisibilité de l'histoire même si on ne connaît pas l'histoire de l'Afrique du sud, l'intemporalité et l'universalité de l'histoire, finalement.

Le moment le plus fort me restant en mémoire est celui où Mademoiselle Godby se rend auprès du magistrat Boer et qu’elle réalise que "contre ce masque souriant mes mots ne pouvaient rien, or les mots étaient tout ce que j'avais à ma disposition : des notions comme la justesse, la bienséance, l'humanité ou la justice n'avaient plus aucune valeur, il n'y avait plus de vocabulaire commun, pas de système de valeurs que nous eussions pu partager pour servir de base à un dialogue. J'étais au bord d'un abîme."

J'en ferais bien encore un coup de coeur, en tout cas c'est dans ma catégorie 'très beau roman à lire absolument'. Troisième roman que je lis, troisième choc!

Les avis de La cause littéraire, lecture écriture, le dolmen , manou,

58 commentaires:

  1. C'est noté, sans savoir si je pourrais le lire un jour .. la couverture est belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, lis de lui celui que tu trouves, c'est sûr que ce sera un beau roman... Pas besoin de connaître à fond l'histoire du pays.
      Je n'ai plus l'exemplaire sous la main, il me semble que la couverture reproduit un tableau; oui, elle est superbe!

      Supprimer
  2. Noté, tu penses bien ! et il est à biblio, youpeee!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh j'espère que cet auteur saura te conquérir!

      Supprimer
  3. J'en ai déjà lu un de cet auteur, j'avais effectivement apprécié sa puissance, tu me donnes envie de continuer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, continue! Il m'en manque un, je ne désespère pas...

      Supprimer
  4. Tout comme Aifelle : je note le nom de l'auteur au cas où, mais j'ai un programme de lecture déjà tellement chargé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet auteur a ses fans inconditionnels (je sens que tu devrais craquer)

      Supprimer
  5. Je n'ai jamais encore lu, ni même repéré cet auteur... mais tu me convaincs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha bon? Mais personne ne lit mon blogounet? (ou alors on oublie, c'est normal)

      Supprimer
    2. Heu, oui, c'est l'impression que ça donne ! ;-) On lit tellement de billets que si on ne note pas aussitôt, ça s'égare...

      Supprimer
    3. En fait il arrive souvent que je note sur le site de la bibli (très pratique) mais j'ai oublié qui en a parlé, après je dois chercher... J'ai eu plusieurs lectures comme ça récemment...

      Supprimer
  6. J'espère lire cette auteure un jour, j'apprécie beaucoup la façon dont tu la présentes, cette quête sur un passé enfoui , a tout pour me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces sud africains sont cachés comme le supérieur d'Erlendur... Mais là je suis sûre que c'est un homme!
      Les trois romans que j'ai lus m'ont vraiment vraiment plu (coup de coeur!)

      Supprimer
  7. J'ai toujours eu envie de le lire. Cet homme a été primé tant de fois, et reconnu pour son combat contre l'apartheid.
    Je vais regarder si je trouve ses livres à la biblio.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je pense que oui! Il m'en manque un, pas à la bibli, alors qu'on m'a dit que c'était le meilleur;..

      Supprimer
    2. Bonne nouvelle ! Tous ses livres, dont celui-ci sont à la biblio ;-)
      Je le réserve car te relire me donne trop envie !

      Supprimer
    3. Zut, j'ai oublié : lequel te manque-t-il ?

      Supprimer
    4. Ne lis pas tout d'un coup non plus! Tu as de la chance, en bibli, c'est sans risque si tu n'accroches pas.

      Supprimer
    5. Je n'ai pas lu En étrange pays, et découvre sur wikipedia qu'il y en a un autre, La saison des adieux.

      Supprimer
  8. Eh bien, quel enthousiasme ! Je note surtout la "langue admirable emportant son lecteur".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a l'art de raconter des histoires où il ne se passe pas grand chose, mais quelle ambiance, que de non dits subtils... L'Afrique du sud est toujours en arrière plan.

      Supprimer
  9. Un presque coup de coeur ? Je le note, dans ce cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est coup de coeur, finalement, mais je ne voulais pas abuser, les deux autres l'étaient déjà... ^_^

      Supprimer
  10. Je note, je ne connais pas l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Tu es très, très convaincante, une fois de plus ! ;-) C'est le genre de roman qui ne peut que me plaire, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois aussi. Pas un bouquin 'paillettes' mais en le lisant je m'arrêtais en pensant 'ouh là que ça me plait'.

      Supprimer
  12. Voilà qui m'intéresse énormément !!!

    RépondreSupprimer
  13. il devrait me plaire celui la. Je ne connais pas du tout l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va en bibli et emprunte n'importe quel titre de lui!

      Supprimer
  14. Noté (tentatrice !). Ce que tu en dis m'intéresse beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup cet auteur, pourtant je ne connais pas grand chose à son pays.

      Supprimer
  15. Un billet très tentant, je prends note de ce beau titre. Merci, Keisha.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En le notant, je découvre le titre original, "Fontaine de l'oubli" qui convenait très bien, apparemment.

      Supprimer
    2. Tu peux lire n'importe lequel de ses romans, d'ailleurs (je t'aide, là!)

      Supprimer
    3. Ah bon, tu connais l'afrikaans? ^_^ Le fait est qu'il y a pas mal de 'fontaines' dans ces noms de lieux. J'essaie de donner les titres d'origine, souvent bien parlants (et aussi le nom du traducteur)

      Supprimer
    4. Non, je connais pas l'afrikaans, mais un peu le néerlandais, dont il dérive. (Cherché des photos de tes chats, jolie, "la coquine" !)

      Supprimer
    5. Ou l'allemand, langue quand même assez proche.
      Ah maintenant j'ai deux chats, le petit dernier est une vraie peluche!!!

      Supprimer
  16. Difficile de passer à côté après pareil billet! Tentatrice va. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu devrais trouver cet auteur aisément en bibli?

      Supprimer
  17. Bah là mon bouclier n'aurait pas pu faire grand chose mais il est en cours de réparation (et sera renforcé^^). Je crois que cette année sera assez africaine côté lecture. Pas mal de titres dans ma LAL récente, et je viens de finir Americanah, très proche du coup de coeur, mon incontournable de l'année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu savais tous les auteurs africains que j'ai lu! Mais c'était hier, ça. Avec Schoemann, c'est à chaque fois le coup de coeur pour moi. Coetzee, ça dépend.
      Pour le Nigeria, oui, oui, je viens de démarrer Americanah, mais comme je veux prendre le temps, j'ai dû évacuer un autre roman plus facile (quoique).
      J'attends les titres de ta LAL africaine! J'espère qu'il y aura le ghanéen de chez Zulma!

      Supprimer
  18. C'est bien l'auteur de "Cette vie", (j'ai vérifié) ce choc de lecture pour moi, que je crois bien d'ailleurs avoir découvert ici ... j'ai eu un doute car je croyais que c'était une femme ... A cause du côté "Un coeur simple" de "Cette vie" (bon, tu me diras, Flaubert est bien un homme). Et voilà un commentaire qu'il est pertinent ! Tu me pardonneras, je me coltine toujours avec Levy, ça me touche les neurones ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, c'est l'auteur de Cette vie, qui m'avait vraiment emballée (et pourtant il ne se passait pas vraiment de choses dans cette vie là) et depuis j'ai continué avec Retour au pays bien-aimé (pareil, j'ai aimé!). Maintenant il en reste un autre (mais rien à la bibli)
      Tu n'as pas terminé le Levy? Parfois je me demande si je ne devrais pas en tenter un, pour voir. ^_^

      Supprimer
  19. Je ne connais quasiment rien de la littérature sud-africaine. Ton enthousiasme donne très envie d'aller y voir de plus près.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet auteur mérite le détour, et se lit facilement (pas besoin de tout connaître sur le pays...)

      Supprimer
  20. Je te lis toujours régulièrement mais Blogspot ne me permet plus de laisser des coms de chez moi. A l'école, ça fonctionne!
    Je ne connais pas ce livre mais le titre me plait bien.
    Puisque tu dis que ce livre vaut le détour, je le retiens.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu n'es pas le premier à me parler de cette barrière chez blogspot. Grrrr... Parce qu'à l'école, ce n'est pas si pratique (et à une époque mon ordi me menaçait des pires invasions si j'ouvrais un blog - pas le tien- que j'ouvrais sans problème d'un autre ordi)
      L'auteur vaut carrément le détour.
      Merci!

      Supprimer
  21. Je suis également assez ignorante en littérature sud-af, à part les Nobelisés, c'est à découvrir pour moi, noté donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Schoeman sera-t-il un jour nobélisé? ^_^ Son nom circule de temps en temps... Ma foi, il vaut bien Modiano (qui méritait le prix aussi!)

      Supprimer
    2. Un jour je dirais ecque je pense de Modiano, mais j'ai peur des gardiens du Temple ^^ Le fait est que Eric Chevillard (grandissime écrivain !!) résume bien ma pensée. L'article du Monde est payant, mais on peut le lire là : http://penseraupluriel.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/10/21/chevillard-mondiano-mondiano-chevillard-prix-nobel-sommeil-e-545092.html C'est tout à fait respectueux, tout n soulevant quelques questions :)
      Pour les nobelisables, cela fait des années que j'espère le prix en littérature pour un poète que j'adore, Adonis, mais chaque année il est pressenti, en vain !

      Supprimer
    3. J'aime beaucoup Chevillard, disons -le tout de suite. ^_^
      Je suis allée lire l'article, c'est plutôt vachard, dis donc, mais c'est vrai que Modiano a une atmosphère Modiano, avec souvenirs fugaces et balades dans Paris (imagine, moi, la provinciale! ^_^) Il a une oeuvre, alors pourquoi pas le Nobel?
      Quant à la poésie, là, joker! ^_^

      Supprimer
  22. C'est vrai que l'Histoire de l'Afrique du Sud m'est assez inconnue. Alors pourquoi pas ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas s'attendre à avoir une exposition historique de A à Z, juste une évocation, une ambiance, et ça j'aime beaucoup!

      Supprimer
  23. Je le note. Cette couverture est magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai encore oublié de chercher d'où vient cette couverture!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!