lundi 16 mars 2015

Shakespeare

Shakespeare
Shakespeare, The Biography, 2005
Peter Ackroyd
Philippe Rey, Fugues, 2015
Traduit par Bernard Turle







Un mot sur la couverture : Au dos de ce tableau connu sous le nom de Portrait Grafton figure l'inscription W+S. "Quant à la possibilité qu'il représente Shakespeare, on parlerait de vœu pieux... si l'on ne remarquait une ressemblance étonnante avec la gravure qui représente Shakespeare âgé dans le Premier Folio. La bouche et la mâchoire, l'arête du nez, les yeux en amande, tout y est. L'expression est identique, aussi. (...) On a prétendu que (...). Cependant (...) . En tout cas, l'hypothèse est enthousiasmante."

Après celle de Bill Bryson, voici (encore? ^_^) une biographie de Shakespeare, mais face à un tel homme, quantité ne nuit pas. Cette fois 700 pages écrites assez petit (mais agréables à lire, et découpées en multiples chapitres) apprennent (ou rappellent) quasiment tout au lecteur. Le passage cité précédemment est un exemple parmi de nombreux du regard d'Ackroyd sur les sources et documents : les citer, les discuter, peser le pour et le contre, ne pas toujours conclure mais si oui, avec bon sens.
En effet des zones d'ombre demeurent parfois sur la localisation exacte de Shakespeare au cours de sa vie (Stratford? Londres?) , ses motivations, ses opinions religieuses (catholique caché ou pas?) et même ses œuvres (écrites seul? en commun?)
Quoiqu'il en soit, Ackroyd fait montre d'une admiration sans bornes pour le génie de Shakespeare, tout en mettant l'accent sur son pragmatisme au cours de sa vie. Vie relativement longue pour l'époque (52 ans). Dans ce copieux volume (et pour 13,40€!) le lecteur sera plongé dans la vie quotidienne au tournant des 16ème et 17ème siècle, dans la campagne anglaise, et à Londres, où sévit régulièrement la peste. Il partagera le quotidien d'acteurs (Shakespeare était aussi acteur) de l'époque, attachés à un haut personnage, voire au roi. Shakespeare écrivait rapidement, souvent utilisant des sources qu'il transformait, et reprenait ses pièces au fil du temps; contrairement à ce qui se passe aujourd'hui, elles n'étaient pas imprimées au fur et à mesure sous son nom, on les jouait, voilà. Le physique ou le talent d'un comédien pouvait amener une mise en scène précise. Les théâtres n'étaient pas toujours couverts, les spectateurs s'y pressaient (ils pouvaient manger, ou être sur la scène même).

Bien évidemment cette biographie est un incontournable (celle de Dickens par Ackroyd était déjà assez monumentale) et comme je l'ai lue avant et après avoir assisté à une représentation de Henri VI (enfin, la moitié, mais ça faisait déjà 8 heures) elle a pris tout son sel. Oui, Shakespeare, c'est un mélange de comédie burlesque, de tragédie, on monologue pas mal ... Pour Henri VI, mon grand étonnement (et plaisir de me raccrocher enfin à du connu) fut de découvrir qu'une partie se déroule en France, avec du Jeanne d'Arc inside! (elle meurt pareil). Grâce au talent des comédiens et à la mise en scène, ne rien connaître de la royauté anglaise n'était pas gênant et les heures sont passées comme un rêve.

Notez que la pièce sera jouée le 20 juin à Rouen (oui, oui, tu sais que c'est à toi que je m'adresse!)

Merci à l'éditeur : du poche à prix correct, une présentation fort soignée, pour des textes de référence, que demande le peuple?

56 commentaires:

  1. Une pièce de 8 heures ?? 700 pages écrites petit ? je prends mes jambes à mon cou ... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu quoque mi fili? Bon, j'avoue que si ça se lit très bien, cela prend du temps, même pour une vorace comme moi. Mais ça en vaut la peine.
      Quant à Rouen, en fait, on m'a signalé hier qu'il s'agit de la version complète, donc 18 heures (haha!) entractes compris.

      Supprimer
  2. Comme ça, c'est hyper tentant, mais je suis tentée de rejoindre Aifelle ... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut le lire par petits chapitres, sans perdre le fil...

      Supprimer
  3. J'ai acheté (en septembre dernier, déjà...) "Will le Magnifique" de Stephen Greenblatt. Le problème, c'est qu'avant de lire cette biographie, je me dis que je ferais bien de regarder TOUTES les pièces du coffret "Tragédies, volume 1" et "Comédies, volume 1" que j'ai reçu à Noël... mais voilà : le temps passe, je ne regarde pas les pièces et je ne lis pas la bio. C'est où le distributeur de temps supplémentaire ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas de réponse! ^_^
      Bon, tu as sûrement assez de connaissances sur le sujet pour lire la bio même sans avoir vu les pièces, avec un peu de chance ça te donnera envie? Tu as quand même de super cadeaux de Noël! ^_^
      Je compte moi aussi lire Will le Magnifique, qui va arriver à la bibli (enfin! ) mais j'attendrai un peu entre deux biographies quand même...

      Supprimer
  4. Petite remarque en passant, je ne suis pas certaine de lire cette biographie un jour, même si le personnage me passionne .... Mais si la représentation dont tu parles est celle créée par "La picola familia", alors je ne peux que la conseiller et oui, les heures passent vite ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaaah enfin quelqu'un qui me comprend! Oui, c'est ce spectacle là, et j'ai déjà noté la date de la seconde partie, en décembre...

      Supprimer
  5. Je suis super tentée mais je vais attendre des vacances tranquilles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut un peu de temps, c'est vrai.

      Supprimer
  6. 700 pages de biographie, ce n'est pas pour moi ! ;-) même si c'est le grand William...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quoi! Celle sur Dickens faisait 1200 pages, c'était autre chose, non? Un grand moment de lecture, d'ailleurs.

      Supprimer
  7. Quelle passion en lisant ce billet ! C'est vrai que la vie de Shakespeare a toujours fasciné grand nombre (avec ces périodes où il disparait).
    Je trouve les deux portraits très ressemblant - c'est assez troublant de le voir si jeune ;-)
    Je dois m'attaquer à mes livres sur Salinger (cet été) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pendant quelques années on ne sait pas trop où il est; on est fin 16ème siècle, il n'était pas connu, aucune raison qu'il laisse de multiples traces, non plus. Ses relations avec sa famille (femme et enfants) restent aussi un peu floues.
      J'ai aimé que l'éditeur choisisse un portrait moins connu (OK, ledit portrait est aussi controversé!)(mais ça m'amuse de jouer au jeu des ressemblances)

      Supprimer
    2. Je te comprends - ça ne fait que rajouter au mystère entourant cet homme; petite question : la biblio décrit-elle aussi l'Angleterre à cette époque ? La cour, est. ? car ça me tenterait bien un de ces jours (j'ai envie de lire plus de livres à teneur historique...)
      J'ai lu ses pièces à la fac (en anglais), et j'aime beaucoup.

      Supprimer
    3. Les premiers chapitres décrivant parfaitement la vie à la campagne et à Stratford à l'époque, le sujet revient d'ailleurs de façon récurrente quand Shakespeare s'occupe de ses affaires là-bas (procès, héritages). La vie des acteurs, des auteurs, des troupes, est bien évoquée aussi, mais pas vraiment la cour, en fait. Si tu connais ses pièces, il te faut bien sûr une biographie! ^_^

      Supprimer
  8. Après les deux bio que j'ai lu je vais peut être m'arrêter là mais je trouve que c'est sympa de trouver ça en poche euh par contre en anglais c'est pas cool :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me reste celle de Greenblatt, fraîchement prévue à la bibli. Et pourquoi parles-tu d'anglais? Celle d'Ackroyd est en français, fort bien traduite d'ailleurs.

      Supprimer
  9. Tu n'as pas tenu toute la représentation ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meuh si, et tellement facilement que ça m'étonne. Mais c'était découpé en tranches de 1 h 45, entrecoupées de trois entractes, le deuxième entracte d'une heure permettant de se restaurer (boissons fournies! vin avec modération, of course)

      Supprimer
    2. Cette version est géniale, elle propulse dans un autre espace temps, celui du temps où l'on mangeait au théâtre celui du temps où le théâtre, étant la seule distraction possible, était une distraction.

      Supprimer
    3. Je n'ai pas l'impression que les représentations duraient si longtemps du temps de Shakespeare (là on a regroupé des pièces, je crois), mais manger, être tassé, ça c'est sûr. Plus les pickpockets.
      Mon expérience était plus confortable, et on a mangé dans les endroits dédiés, pas dans la salle. ^_^ Mais l'expérience est vraiment à vivre, je veux la seconde partie, en décembre!

      Supprimer
  10. Ah mais je veux mon neveu ! De fait, j'ai cet ouvrage, en anglais, quelque part dans l'appart, mais je ne sais plus,juré, je l'avais entamé mais me suis endormie dessus (définitivement, je préfère lire en français...)
    Il faudrait que je la retrouve et que je l'échange contre la traduction...
    Pour Henri VI, je n'ai jamais eu l'occasion de la voir jouée, mais ça me tenterais vraiment. Ici, à Paris, j'ai vu Roméo et Juliette, Titus Andronicus, le songe d'une nuit d'été, Richard III, je crois que c'est tout. Le grand Will est chouette à lire, mais il donne sa pleine mesure sur scène !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, en anglais, cela doit être, non pas ardu, mais longuet. En français c'est aussi bien!
      Pour Henri VI, tu demandes, tu as : http://www.theatre-odeon.eu/fr/2014-2015/spectacles/henry-vi
      Cours y vite!

      Supprimer
  11. Je pensais que tu l'avais déjà lu. Celle-là et celle de dickens, il faut que je les lise ! (je suis en train de lire le mystète d'ewin drood, qui a réveillé ma diskensmania !).Avec 700 pages, elle doit être plus complète que celle de Bryson que j'ai lue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dickens, oui (un grand grand moment! ^_^) mais celle ci, non; elle vient de paraître en poche. Celle de Bryson est très bien, en 200 pages il en dit pas mal, et puis, c'est Bryson et son ton inimitable.
      J'ai bien abandonné ce pauvre Charlie... Il me reste quelques romans à la bibli!

      Supprimer
  12. Il me reste 60 pages et je suis tout à fait d'accord, ce livre est indispensable pour tous les fans de Shakespeare ou les profs de littérature anglaise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es dans les deux catégories, je suppose? ^_^ Je n'ai connu une baisse de régime qu'au moment des Sonnets, que je ne connais pas.

      Supprimer
  13. Pas assez fan de Shakespeare pour me pencher sur 700 pages écrites assez petit (retour du bouclier - c'est du solide ^^). Mais je n'ai pas oublié celui de Bill Bryson (naaan je n'oublie jaaaaamais) (faut juste que je secoue la LAL ^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis Bryson c'est 200 pages (et puis c'est Bryson ^_^)

      Supprimer
  14. Moi qui adore Shakespeare, je vais la lire. Elle doit être à la bibliothèque.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'elle y est, peut être en grand format d'ailleurs. Merci du passage!

      Supprimer
  15. J'ai la biographie de Londres du même auteur. Pour le moment, je me contente d'admirer la couverture quand je passe devant. 848 pages. Alors, Shakespeare...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien lire cette biographie de Londres, évidemment... 848 pages? P'tite joueuse, celle sur Dickens faisait 1200 pages... (et 2,180 kg, j'ai pesé)

      Supprimer
    2. Petite joueuse... Attends, je ne l'ai pas encore lue ! Je l'ai juste achetée parce que la couverture me plaisait. Dickens ou Shakespeare, je prendrai (éventuellement) à la bibliothèque.

      Supprimer
    3. Je te fais confiance! Un jour ou l'autre je tomberai aussi dedans (848 pages quand même, finalement... ^_^)

      Supprimer
  16. Je le lirai sûrement! :) Je trouve ça très intéressant de lire des autobiographies, en ce moment j'en ai trois qui m'attendent ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout que c'est très accessible!
      J'ai encore une bio de Shakespeare à lire (mais j'attendrai un peu) et toujours le projet de lire des biographies écrites par Zweig (celle de Balzac m'avait terriblement plu)

      Supprimer
  17. Il me le faut, mais pas tout de suite, j'ai encore un projet de voyage qui va m'emporter en Asie Centrale et je pense que mes lectures seront orinetées vers la route de la soie, as-tu des titres à proposer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaaaaaah la route de la soie, mon voyage 2009! Mais en rapatriant mes billets de blog, les photos n'ont pas suivi (je les ai quand même sur CD)
      Il existe des bouquins sur des marcheurs ayant parcouru la route de la soie, par exemple Par les sentiers de la soie, de Philippe Valery (transboreal) et, plus connu, Bernard Ollivier, chez Phoebus je crois. Il doit bien exister aussi des récits plus anciens (j'en ai vu un à la bibli en y fouinant).

      Supprimer
  18. Je ne lis pas beaucoup de biographie mais il est certains grands hommes qui méritent qu'on s'attarde sur la leur, Shakespeare évidemment !

    RépondreSupprimer
  19. Oui! une somme sur Shakespeare que je n'ai jamais lu en entier! Il faudrait peut-être m'y remettre, on ne cale pas chaque fois.
    Comme on sait si peu de choses sur le dramaturge, Ackroyd a le mérite de faire une lecture très pointue de son oeuvre afin d'y trouver des renseignement sur l'homme et surtout sur la société et la classe à laquelle il appartenait. C'est évidemment une démarche intelligente!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est absolument pas lourd et intellectuel (tu me comprends) tout en étant pointu comme tu dis. J'ai aimé qu'il ne se lance pas dans de grandes dissertations et fasse preuve de bon sens tout en faisant part d'autres pistes; au lecteur de voir.

      Supprimer
  20. Est ce que c'est celle de 2005, parce que j'en ai une en point seuil de 2008 qui me semble etre la même ? C'était dans mes souvenirs, la sommes absolue sur Will.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu je viens de relire ton en tete, c'est celle de 2005 donc elle etait dejà sortie en poche avant.Ce qui ne change rien au fait que c'est le graal pour l'instant.

      Supprimer
    2. 2005 c'est en VO, ensuite pour la VF en grand ou petit format, je ne sais pas, ah oui ça existe en Points, 2008. Hé bien voilà, tu l'as déjà lue, bravo!

      Supprimer
    3. On s'y perd dans ces sorties et ces éditeurs. Il demeure que c'est une belle biographie. Je pense lire aussi celle de Greenblatt, mais pas tout de suite.

      Supprimer
  21. Le théâtre est une autre de mes passions et la vie des comédiens de l'époque, et les pièces de Shakespeare m'intéressent au plus haut point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement ce livre aborde longuement la vie de la troupe où travaillait Shakespeare, c'est un côté que j'ai découvert et aimé.

      Supprimer
  22. J'ai bien envie de découvrir des auteurs via des biographies, du coup je note, et pour Shakespeare et pour Dickens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée, en effet. Pour Shakespeare ce n'est pas trop grave de ne pas trop connaître son oeuvre, pour Dickens, mieux valait avoir déjà lu quelques romans car Ackroyd racontait plus leur contenu (et l'inspiration, etc, ce qui était fabuleusement intéressant).

      Supprimer
  23. Quand tu penses que je l'ai chez moi et que je ne l'ai toujours pas lue...pffff

    RépondreSupprimer
  24. Je crois que Val l'a lu cette bio et j'en entends parler depuis un moment, qu'en bien évidemment. Pourtant 700 pages de bio, il faut tenir le lecteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, on en a parlé sur Facebook (moi j'adore quand on parle d'une bio de Shakespeare sur Facebook, ça prouve que tout dépend de l'usage qu'on en fait) (je poste aussi des photos de chat ^_^)
      700 pages, oui, mais c'est Shakespeare (et Ackroyd)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!