lundi 13 avril 2015

Iénisseï

Ienisseï
Christian Garcin
Verdier, 2014



Entre Verdier et moi, l'histoire d'amour continue (et si quelqu'un peut me rappeler sur quel blog j'ai vu ce livre, vite inscrit dans ma LAL?).

Christian Garcin est un auteur français né en 1959 à Marseille, dont la bibliographique se révèle attirante ('La neige gelée ne permettait que de tout petits pas', quel titre magnifique!).


Deux ans plus tôt l'auteur avait descendu le cours de la Lena et le voici récidivant avec l'Ienisseï (plus de 400 kilomètres). Le débit étant trop faible à Krasnoïarsk, il embarque à Ienisseïsk, au delà du confluent avec l'Angara. Il évoque les "gigantesques et hallucinants projets staliniens d'inversion du cours des fleuves orientés sud-nord, sous prétexte que leurs millions de mètres cubes se jetaient stérilement dans l'Arctique et ne servaient à personne". Pauvreté, abandon, chômage, rien de bien gai dans cette région où l'on envoyait au Goulag.
"Violemment jaune et tragiquement schizophrène : c'est ainsi que m'apparut Norilsk lorsque j'y entrai en juillet 2012." "La ville ,je le savais, était une ville du Goulag." Une des dix villes les plus polluées de la planète(cuivre, nickel, dioxyde de soufre)
Credit: darkroastedblend.com

A ce tableau forcément pas exhaustif sur ce coin de Sibérie, mais si parlant, l'auteur ajoute deux chapitres sur la Biélorussie, pays mal connu, n'est-ce pas?, dont il dresse un portrait fascinant, du présent et aussi du passé.

Tout m'a plu dans ce court livre (90 pages), une belle écriture, des informations intéressantes, et une certaine façon de considérer le voyage
"On aimerait parfois lever le pied. Traverser l'Atlantique en porte-conteneurs, la Russie en transsibérien, ou descendre les 2000 kilomètres d'un fleuve sur un bateau de passagers."

Les avis de biblioblog, la cause littéraire,

30 commentaires:

  1. Noté ! le problème chez Verdier c'est que quasiment tout est tentant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris! Mais il y a rarement des centaines de pages, heureusement.

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais lu cet auteur, pas sûre d'être très tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'avais jamais lu non plus, et j'ignore comment il a atterri dans ma LAL. Mais je suis ravie!

      Supprimer
  3. Par paresse je n'ai pas fait de billet et puis j'écris tellement souvent sur la Russie que j'ai peu de lasser, mais ce petit livre m'a enchanté comme tu peux t'en douter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pile poil le genre de livres qu'on trouve chez toi, mais j'ai fouillé, tu n'en as pas parlé, alors qui? Pas grave, l'essentiel est que la rencontre fut belle.

      Supprimer
  4. je note d'abord le nom de l'auteur que je ne connais pas! Très tentée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sujet (surtout la Biélorussie) plutôt rare. Je me suis laissé conduire par la main...

      Supprimer
  5. Je suis très tentée, merci, M'dame ! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. C'est sûr que les villes du Goulag ne font pas vraiment rêver ! Je connais le Ienisseï, du temps où je faisais encore des mots fléchés, c'est un grand classique avec l'Ob !!! ^^ Je ne sais pas si ce livre me tenterait mais tu en parles si bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai traversé ces fleuves, forcément, lors de mon périple dans le Transsibérien, mais peut être dormais-je à ce moment...
      Si, c'est un excellent bouquin (et court)

      Supprimer
  7. C'est dans mes cordes, et a priori ça ne devrait pas trop mettre ma PAL en péril.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un mince volume, extrêmement intéressant et bien écrit.

      Supprimer
  8. Je me trompe où il a des accents assez désespérés ce livre quand même ? Il parle quand même d'un espace assez déshérité non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un coin qui a connu les camps du Goulag et connaît pollution, chômage, etc, oui, ce n'est pas le top, mais des gens continuent à y vivre. Norilsk compte plus de 170 000 habitants quand même. Sans doute bien oubliés de Moscou...

      Supprimer
  9. Quand ça parle de Russie, je suis toujours au rendez vous. C'est un pays qui me fascine et j'aime en apprendre plus dessus (le positif comme le négatif). En plus, ce n'est pas bien, mais le fait que ce soit un court texte me motive bien :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sibérie et Biélorussie, en effet, on en parle peu. Le plus aussi (en dehors de la minceur ^_^) c'est que c'est bien écrit.

      Supprimer
  10. Un bel éditeur, je viens d'en acheter un chez Verdier sur les conseils d'un ami, d'un russe, au nom imprononçable, Sigismund Krzyzanowski (je ne suis pas sûr de l'orthographe...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les russes aux noms compliqués -pour nous-, je fais du copié collé, mais il me semble que c'est correct!

      Supprimer
  11. Biélorussie ou Bélarus. Je croyais que c'était une nouvelle mode d'employer le second plutôt que le premier, un calque de l'anglais. Ienisseï, ça me rappelle les cours de géo au collège.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pris le nom utilisé dans le livre.
      Mais sur le site de l'ambasade de France, j'ai trouvé
      "En français, le nom du pays a connu plusieurs variantes : appelé Russie blanche ou Ruthénie blanche dans les Atlas du début du XXe siècle, puis Biélorussie pendant toute la période soviétique, le pays indépendant à partir de 1991 est souvent nommé Bélarus dans les documents officiels.
      La dénomination officielle onusienne en français est République de Bélarus (proposée par le gouvernement biélorusse lui-même), adaptation française de la transcription approximative de Беларусь. En revanche, la Commission nationale de toponymie (française), les ministres français des Affaires étrangères et de l’Éducation nationale, l’Académie française, l’Institut géographique national (IGN) et la Commission de toponymie du Québec recommandent l’usage du terme Biélorussie."
      On n'a pas vraiment tranché, on dirait.

      Supprimer
    2. Oui, j'avais lu que les autorités du pays préféraient Bélarus. Alors...

      Supprimer
    3. Alors mieux vaut utiliser Belarus, selon leur désir.

      Supprimer
  12. Dis donc, c'est beaucoup plus attrayant à mes yeux que les bidules de Sylvain "je me la joue aventurier" Tesson ! Je note ! (ENCORE !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur prend le bateau comme tout le monde... Pas d'aventures particulières personnelles. Pas médiatisé. ^_^
      Mais je lirais bien le dernier de Tesson, pour voir.

      Supprimer
  13. je note, je suis en partance pour l'Asie centrale ce n'est pas très loin ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends l'Asie centrale que tu promets!!! ^_^

      Supprimer
  14. Bonjour Keisha, je note ce genre d'ouvrage: court et documenté, tout ce que j'aime. Cela me rappellera mes jeunes années où j'étudiais la géographie russe. Je rêve de prendre un jour le Transsibérien pour aller d'ouest en est. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est court, mais l'ambiance est finement restituée.
      Tu sais que j'ai pris le Transsibérien, avec passage en Mongolie et stop à Pékin... Un rêve réalisé!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!