vendredi 12 juin 2015

Les Hauts de Hurle-Vent

Les Hauts de Hurle-Vent
Wuthering Heights
Emily Brontë
Le livre de poche, 2009
Traduction de Frédéric Delebecque


Le problème avec les romans célèbres, c'est qu'on a l'impression de déjà connaître l'histoire. Oui, les landes battues par le vent, l'amour romantique entre Heathcliff et Catherine, la vengeance de l'amoureux déçu, voilà ce que j'en connaissais, et sans doute le soupçon d'un côté 'too much' me tenait à l'écart de cette lecture incontournable. Grâce au mois anglais, j'ai enfin lu Wuthering heights (PAL -1). Comme je suppose que la plupart connaissent déjà ce roman ou en ont amplement entendu parler, je ne raconterai pas l'histoire plus avant (on la trouve sans problème sur le net)

Alors?
Première impression : mais c'est passionnant! Cela se lit sans efforts, tout de suite on est plongé dans l'histoire, dans l'ambiance... L'écriture (je me fie à une traduction assez ancienne) est fluide.

Deuxième impression : excellente construction. En 1801 (donc avant l'époque d'Emily Brontë), Mr Lockwood vient de louer une propriété appartenant à Heathcliff, proche de quelques miles de la sienne. Reçu comme un chien lors d'une simple visite là-bas, et impressionné par l'ambiance y régnant, il interroge au retour sa femme de charge, Hélène Dean, en service dans les deux maisons depuis longtemps. Bavarde et observatrice, elle est la narratrice principale du roman (mis à part une lettre d'Isabelle et un compte rendu d'une servante) et jamais l'on ne s'y perd. J'ai scruté les détails, sa présence est avérée clairement, et elle raconte ce qu'elle a vu et entendu, le lecteur ne connaîtra pas autrement les pensées, paroles et actions des personnages. Frustrant mais rigoureux.
Helene est la soeur de lait de Hindley, donc née en 1757, et à quatorze ans elle était semble-t-il déjà au service de la famille Eanshaw. Vu tout ce à quoi elle assiste et le temps passé à raconter l'histoire à Lockwood, on peut se demander quand elle se repose, mais bref.

Troisième impression : fatiguant. Tous ces personnages brutaux, vociférant, disputant, se chamaillant, s'injuriant, voire se battant quasi perpétuellement mettent les nerfs à rude épreuve. Les héros n'écoutent que rarement les conseils prodigués par Helene Dean ou les quelques adultes plus terre à terre, et tombent ainsi dans des situations tragiques, contribuant ainsi volontairement à leur propre malheur. J'ai fini par les regarder s'agiter ainsi sans trop m'y attacher (oui, jetez moi des pierres), et à me désintéresser presque totalement de leur sort. Cruels, fantasques, coléreux, puérils, égocentriques, nerveux, méchants, j'en passe, ils le sont quasiment tous.

Et là je me rends compte que mon billet va tomber dans l'agacement. Ressaisis-toi! Tu as un chef d'oeuvre de la littérature, et après tout des personnages peu sympathiques peuvent donner un roman génial! Mais hélas je ne suis pas sensible aux ambiances de lande désolée, orage, revenants, cimetières hantés et quand Heathcliff va jusqu'à découvrir le visage de sa bien-aimée Catherine au cimetière (des années après l'enterrement), j'ai du mal.

Quatrième impression : celle de huit clos (ah bon, mais les sorties sur la lande où on est trempé, refuse de changer de vêtements et attrape la crève, hein?)(quand Catherine va passer sa convalescence chez les Linton, 'elle et son mari prirent tous deux la fièvre et moururent à peu de jours d'intervalle.')(rapide!)
Donc huis clos en ce sens que tout se déroule dans deux propriétés (et la lande), sans oublier le cimetière. Rien au village, peu de personnages finalement, quasiment tous cousins et se mariant ensemble, donnant les mêmes prénoms (on a deux Catherine) ou alors le nom en prénom (Linton); on comprend qu'existe dans ce volume un fort pratique tableau généalogique.

Cinquième impression : de bonnes idées inattendues
Emily Brontë a choisi de faire mourir l'une de ses héroïnes au milieu du roman (très fort!)(je pense que tout le monde le sait déjà, donc je ne spoile pas, ou, comme disent les québécois, je ne divulgâche pas)(depuis que j'ai appris ce mot chez grominou, je ne m'en lasse pas), laissant la voie libre à une vengeance implacable et une autre histoire en miroir, près de vingt ans après.

La fin du roman voit un changement d'atmosphère, perceptible dans le climat printanier et le jardin fleuri. Enfin un peu d'espoir de vie calme pour les survivants, après la disparition (rapide!) de Heathcliff. Mais la dernière scène nous ramène au cimetière... Heureusement, car on frôlait le trop sucré.

Quand on ne plonge pas à corps perdu dans un roman (mais qu'on ne peut le lâcher, attention!), on est sensible à des détails. L'âge des protagonistes par exemple. Autre époque, soit. Mais se rappeler que Catherine vit moins de vingt ans, donc elle n'avait guère que quinze seize ans au moment de ses amours compliquées avec Heathcliff (qui fuit durant trois ans sans même chercher à éclaircir quoi que ce soit, se fiant à des paroles qui ne lui étaient pas destinées)(et revient sans qu'on sache comment il s'est transformé et a acquis quelque fortune).
Emily Brontë ne le dit pas, mais Catherine est enceinte lors de sa grande scène d'hystérie:
"Elle s'agita tellement que son égarement fébrile devient de la folie et qu'elle se mit à déchirer l'oreiller avec ses dents; puis, se dressant toute brûlante, elle voulut que j'ouvrisse la fenêtre. Nous étions au cœur de l'hiver"

Autres détails:
Page 326, fin chapitre 27, Helene Dean est enfermée à clé, demande en vain à être relâchée, 'je frappai du poing sur le battant, je secouai le loquet avec rage'. Deux trois heures plus tard, on lui apporte à manger 'Ouvrez la porte.-  J'obéis vivement.' (alors, enfermée ou pas?)

De nombreux avis, en particulier chez lecture/écriture
Existe en livre audio (sylire)
Et un cinquième pour le mois anglais

80 commentaires:

  1. Oh ! Oh ! On se lance dans la critique détaillée et pointue ? J'aime beaucoup ce nouvel angle.... A suivre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, rien de pointu! Je n'ai même pas parlé des influences, du frère Branwell alcoolique et tout ça... Curieux : j'ai dévoré ce bouquin, jamais eu l'envie d'abandonner, mais j'ai fini comme observatrice détachée.
      Si une autre lecture le justifie, oui, je peux récidiver, je m'amuse beaucoup en fait.

      Supprimer
  2. Je l'avais mis à mon programme également mais ce que tu en dis me décourage vaguement. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, c'est à lire absolument, c'est juste mes impressions, et cela se lit absolument très très bien, pas question d'abandonner. N'hésite pas. Et on pourra en causer. ^_^

      Supprimer
  3. J'en garde un bon souvenir mais mon préféré des soeurs reste "Jane Eyre" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu Jane Eyre (en VO) mais il y a bien trop longtemps...

      Supprimer
  4. pour moi ça a été la cata quand je l'ai relu avec mon club de lecture , j'avoue ... De l'enthousiasme avec lequel je l'avais découvert vers l'âge de quinze ans n'a subsisté qu'un intérêt moyen pour toute cette geste emplie, comme tu le dis , de gesticulations limites hystériques....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quinze ans est l'âge des héroïnes, justement. Je l'ai lu à un âge bien plus mûr, et n'ai guère pu m'attacher aux personnages. C'est bien que tu aies deux impressions différentes, selon ton âge à la lecture.

      Supprimer
  5. Relu ? Pas relu ? Voilà que je ne sais plus .... En tout cas "Jane Eyre", c'est sûr et passionnant ! Vu la vitesse à laquelle tu dévores le mois anglais, tu ne devrais pas tarder à y arriver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai démarré le mois anglais en avance, j'avais déjà des lectures prêtes avant même de savoir que je participais. Je vais essayer de n'avoir que des billets sur des romans anglais...

      Supprimer
  6. je l'ai lu il y a des siècles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et alors? Tu n'as pas l'air plus enthousiaste que ça!

      Supprimer
  7. Je l'ai lu l'an passé pour le mois anglais et mon ressenti était assez proche du tien :
    http://www.sylire.com/article-les-hauts-de-hurlevent-emily-bronte-audio-123931797.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement le mois anglais l'a fait sortir de la PAL!

      Supprimer
  8. Que d'impressions diverses et variées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à cela qu'on reconnaît les grands livres?

      Supprimer
  9. Ah ah, j'aime bien quand tu pointes du doigt les incohérences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela arrive quand je ne suis pas prise à 100% par l'histoire, sinon je suis bon public et ne vois rien...

      Supprimer
  10. quant à moi je me suis ennuyée en relisant Jane Eyre l'an passé: trop romantique à mon goût à présent! j'essaierai de reprendre celui-ci également. Tant pis si je suis déçue, ce sont des expériences à faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, ce sont des romans à lire et relire. Pour Jane Eyre, cela remonte à 20 ans je pense. Peut être qu'en prenant de l'âge (^_^) nous sommes moins romantiques?

      Supprimer
  11. Oh c'est drôle j'en échangeais l'autre jour - j'ai lu et relu Jane Eyre et ça passe à tous les âges, j'ai l'impression que pour Heatcliff et Catherine c'est différent. Je souhaitais justement le relire et je trouve ça drôle que tu aies fait pareil ! Bon moi ça ne sera pas dans le mois anglais (mais en anglais, mes bouquins de fac toujours là!) - je vais voir le film adapté du roman de Thomas Hardy ce week-end, donc ça sera mon mois anglais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais je ne l'avais jamais lu (alors que j'en ai lu de Charlotte)(et même Jane Eyre en VO). Ah ce film, j'ai envie de relire Loin de la foule déchaînée, mais ça attendra, mon mois anglais est bouclé semble-t-il.

      Supprimer
  12. Pfffiou je crois que je l'ai pas relu depuis mes 20 ans, donc depuis l'an dernier ^^ bon, un peu plus en réalité (le temps, ce truc cruel et sans coeur..)
    bref un joli joli souvenir, il me reste le vert de la couverture en poche, la lande et le vent !
    Sinon, oui oui oui je te rejoins sur le côté épuisant des personnages ! En y repensant, je me suis souvent dit qu'une bonne paire de claques suivie d'une petite discussion aurait été une bonne chose. Mais il n'y aurait plus eu de roman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien des événements aurait été différents en se posant un peu sans foncer... Dans le roman il y a des claques d'ailleurs, Catherine gifle son futur mari. Qui n'en est pas gêné.

      Supprimer
  13. Je l'ai lu à l'adolescence et relu récemment. J'avais peur de retrouver un roman très sucré mais j'ai été étonnée de la noirceur, de la violence des personnages et à aucun moment je n'ai pensé que c'était trop sucré. Et j'ai autant adoré ma deuxième lecture que la première.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de sucré là-dedans! Je craignais les grandes envolées lyriques genre Roméo et Juliette, je t'aime et tout ça, mais niet!

      Supprimer
  14. Problème avec les grands classiques on se sent tout bizarre quand on adhère pas à 100%
    C'est un roman que j'ai adoré à l'adolescence et que j'ai fait lire à mes filles qui ont craqué aussi mais aujourd'hui je l'ai en livre audio et l'écoute me pose un peu problème et un peu pour les mêmes raisons que toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais dû le lire plus jeune, c'est sûr. Je ne dissuade personne de le lire, c'est de qualité, mais ça passe moins bien quand on est, disons, plus chargé d'années.

      Supprimer
  15. ah Catherine et Heathcliff ....oui j'ai adoré évidemment et aussi Jane Eyre , mais je n'ai pas trop envie de les relire, je suis trop jalouse de mes émois de 16 ans.... je suis subjuguée par l’énergie des sœurs Bronte. En France on a une George Sand qui mène une vie de tous les diables et qui laisse "la petite fadette" et "la mare au diable" à la postérité! pour moi le summum de la niaiserie .. même à 16 ans j'ai préféré les landes et les amours tumultueuses des héros et héroïnes des sœurs Bronte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr, à 16 ans, l'âge des personnages, cela doit être différent...
      Mais George Sand n'a pas écrit que ces gentilles histoires de terroir, tu sais! Je vux lire sa correspondance, qu'on dit épatante, et figure toi que j'ai excellent souvenir de La comtesse de Rudolstadt, garanti hors Berry.

      Supprimer
  16. Ah, ah, ton billet m'a fait sourire... lu et relu ce roman qui a figuré longtemps parmi mes préférés, et que j'ai même disséqué en 3ème année de fac. J'étais amoureuse d'heathcliff quand j'avais une vingtaine d'années. Relu pour l'université l'année dernière, je me suis dit que le ténébreux Heathcliff, je l'aurai volontiers étranglé moi-même :-)) Du coup, j'aime bien ce qu'en a fait Jasper Fforde :-))
    Bref, il y a quelques classiques comme ça où il ne faut pas rater le coche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, pas moyen de revenir en arrière... ^_^
      Jasper Fforde? J'ai lu les premiers, mais il y a si longtemps, faut que je relise, tiens.

      Supprimer
  17. Jamais lu. J'avouerai même que, quand j'étais gamine, je me souviens d'une version roman-photo qui traînait dans un magazine féminin à la maison : des personnages échevelés, sombres, et rien que l'orthographe du nom d'Heathcliff qui me faisait rêver...

    RépondreSupprimer
  18. Je l'ai lu lorsque j'étais ado et j'avais adoré. Mais j'en garde assez peu de souvenirs finalement. Je le relirai probablement un jour, peut-être pour le mois anglais de l'année prochaine ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, l'année prochaine, ce serait bien d'avoir les impressions nouvelles...

      Supprimer
    2. J'oubliais : je ne connaissais pas "divulgâcher" mais j'adore !!!

      Supprimer
    3. J'aime tellement que je l'ai mis en réserve et en parle ailleurs!!!

      Supprimer
  19. lu quand j'étais au collège. impressionnant à l'époque, je n'en garde que de très vagues souvenirs. A relire donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être une impression différente alors? Au collège je ne lisais pas ces livres, hélas...

      Supprimer
  20. Jamais lu, il me semble avoir vu le film, il y a longtemps et c'est aussi le titre d'une magnifique chanson de Kate Bush, l'une de mes préférées (bon, en fait, je les aime toutes)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela fait partie du patrimoine, bien sûr, mais j'avoue être ignare en chanteuses contemporaines...

      Supprimer
  21. Ah moi j'ai adoré ces atmosphères sauvages, violentes et lugubres. C'est le ton de l'époque (un brin gothique) et puis on se laisse tout de même prendre. Longtemps après il vous trotte dans la tête. Nous n'avons pas eu des femmes-de-lettres de cette force en France à la même époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se laisse prendre, oui, d'ailleurs je n'ai pas décroché! Je ne lirais pas que cela, mais j'avoue être ravie de l'avoir lu. Pour les françaises, je ne vois pas, non. George Sand, c'était différent.

      Supprimer
  22. En fait, j'hésite toujours entre Kate Bush et Pat Benatar. D'un point de vue musical, il y a un peu plus d'énergie dans l’interprétation de Benatar qui éclipse la divine création de la Kate de la grande époque.Bref, USA vainqueur face à la Grande Bretagne.Pourtant ce romantisme ne pouvait être que so british. Ha la la cruel dilemme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous laisse discuter, là je décroche totalement! Mais votre passion pour ces chanteuses (Yv et toi) est rafraîchissante!

      Supprimer
  23. Je l'ai lu il y a trèèès longtemps, mais je me souviens que j'avais été déçue, alors que j'avais adoré Jane Eyre. Je ne sais plus pour quoi, encore que ton paragraphe "troisième impression" m'a rappelé justement un certain agacement à la lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant tu étais jeune (tu comprends ce que je veux dire) alors ces histoires auraient dû t'emporter, non? Moi j'ai lu ça, trop rassise pour m'emballer à fond pour ces amours...

      Supprimer
  24. Tu me donnes donc très envie de le relire !! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est courant, avec les classiques anglais. Fais toi plaisir!

      Supprimer
  25. Wouf ! Que voilà un billet fort complet dont j'aime beaucoup comment tu égrènes tes impressions. Je l'ai lu il y a trop longtemps pour m'en souvenir dans les détails, pourtant j'ai dû le lire deux fois, c'était à l'époque de la fac, et j'en garde un souvenir de puissance narrative qui m'avait beaucoup enthousiasmée. Je me demande ce que ça ferait de le lire maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La puissance narrative est toujours là, ne t'inquiète pas. Oui, ce serait intéressant d'avoir des impressions de maintenant...
      Pour ma part, j'ai préféré m'étaler sur des impressions. Peut-être l'ai-je abordé en manquant un poil de romantisme? ^_^

      Supprimer
  26. Je l'ai lu il y a des années, mais à lire ton billet, je retrouve tout à fait mes sensations : wow, puis ennui et agacement devant tous des "rebondissements" qui n'en finissent plus. De loin pas un souvenir impérissable même si je n'avais pas détesté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même à avoir lu une fois dans sa vie, non? ^_^

      Supprimer
  27. Quand je pense qu'on a longtemps présenté cette histoire comme une histoire d'amour romantique ! C'est d'une noirceur et d'une violence !
    Tu as vu la version d'Andrea Arnold ? Superbe ! Mais si tu dis que tu n'es pas sensible aux ambiances de lande désolée, tu seras peut-être un poil déçue.
    "Divulgâcher" , je retiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense en rester là pour les landes pluvieuses...^_^
      Absolument pas romantique, ou alors si les sentiments exacerbés sont du romantisme?

      Supprimer
    2. Oui, je pensais "romantique" comme "je t'aime, tu m'aimes, on s'aime...", cul-cul-la-praline, quoi ! ;)

      Supprimer
    3. Ce n'est pas du tout cul cul la praline (^_^) mais un peu plus de calme m'aurait séduite.

      Supprimer
  28. Merci pour votre blogue. Je n’ai pas encore lu ce roman, mais je suis heureuse de constater que je ne suis pas la seule qui prend encore le temps de lire. Bien entendu, les gouts sont personnels. Un ami m’a fait remarquer qu’une nouvelle écrivaine québécoise venait de publier un roman. Nauranéüs, le messager des Ancêtres. J’ai envie de classer cette histoire entre le roman d’aventures et le fantastique. Je me suis laissé tenter et j’ai acheté la version numérique. En deux mots : captivant et énigmatique. Pour un premier roman, l’histoire est très intéressante et le texte bien conçut. Je voulais toujours savoir ce qui allait arriver au tournant du prochain chapitre. Il n’y a pas de violence explicite, ce qui représente pour moi un atout majeur. Pour un prix abordable, j’ai passé un excellent moment en compagnie de Jennifer Saint-Cleerc et de ses aventures. Un bon roman à lire cet été. Encore une fois, merci de prendre de votre temps pour mettre votre blogue à jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les blogueurs sont souvent des lecteurs voraces... mais qui manquent de temps pour tout lire! Merci de votre passage.

      Supprimer
  29. héhé pas mal cette incongruité ;) J'ai beaucoup aimé ce classique, je pense qu'il faudrait que je le relise parce que j'ai l'impression d'avoir oublié pas mal de choses depuis ma lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à lire -et à relire, si on veut. Ah ces classiques!!!^_^

      Supprimer
  30. J'avais découvert les Brontë avec ce roman. Etant ado, je l'avais adoré. Et puis, je l'ai relu il n'y a pas si longtemps, et j'ai eu un regard un peu plus critique. Il reste bon, aucun doute la dessus. Mais, comme toi, la tempête perpétuelle dans laquelle les personnages évoluent, sans jamais trouver un peu de repos, m'a fatiguée.

    Cela étant dit, ça reste un grand moment de lecture, à découvrir absolument. Et beaucoup plus sombre que les romans des autres sœurs. Chacune a sa plume, même si on retrouve certaines similarités, c'est assez amusant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, il faut lire ces soeurs Brontë, et en particulier ces Hauts de Hurle Vent assez étonnants quand même... Un grand talent d'écriture, c'est sûr.

      Supprimer
  31. Je l'ai lu il y a quelques mois et j'ai complètement adoré ! lecture addictive pour moi. J'ai complètement adhéré à la lande sauvage moi Il m'a fallu juste un temps d'adaptation avec le prénom Catherine de plusieurs personnages. Un livre que je relirai surement quand je me le serai trouvé dans une belle édition, car la mienne date un peu beaucoup et est écrite dans une police minuscule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon édition est un livre de poche aux petits caractères aussi. Pas sûr que j'investisse dans du plus joli.^_^
      En revanche mon exemplaire de Jane Eyre (en VO) est dans une très jolie collection british!

      Supprimer
  32. Tss tss tss, c'est un livre culte de mon adolescence ça madame, pas toucher !!!
    Bon, cela dit, je le relirai aujourd'hui, va savoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre culte de mon adolescence, c'est le comte de MC, comme quoi. Je l'ai relu récemment, et ça passe encore très très bien...
      Hélas, je n'ai pas si Les Hauts à un âge suffisamment tendre! ^_^

      Supprimer
  33. Comme j'ai aimé ce roman quand je l'ai lu.... Oh la la, vous me donnez une furieuse envie de le relire, ainsi que les autres romans des soeurs Brontë. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces soeurs sont vraiment à connaître, et quelle vie en plus!!!

      Supprimer
  34. Je ne sais plus si je l'ai lu. Si c'est le cas, il y a très très longtemps...!!!
    Bon vendredi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de monde l'a lu étant jeune, ou alors vu le film. C'est tellement connu qu'on ne sait plus, en effet.^_^

      Supprimer
  35. Très beau billet. Tu expliques très bien l'essence de ce livre. Le hic est que moi j'ai bloqué sur le côté "fatigant". :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été ravie de découvrir que toi et Suzanne avez été encore plus radicales que moi sur ce roman!!!

      Supprimer
  36. Une auteure à découvrir aussi serait la nouvelle romancière québécoise qui a écrit Nauraneus. Ce genre de livre sent le best seller à plein nez. Moi j'ai lu la version kindle. Je vous le conseille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas je n'ai pas de liseuse et plein de livres à lire, déjà...

      Supprimer
  37. C'est marrant (tu vas voir, tu vas te rouler par terre), je l'ai justement relu il y a qqles mois (alors tu te marres non?!). Et bien pour ma part il entre dans la catégorie 'les livres que je n'aurai pas du relire'. Adoré et lu à maintes reprises à l'adolescence il m'est quelque peu tombé des mains 15 ans plus tard, même si je reste amoureuse du titre (inexplicable mais j'adore), de cette lande austère et d'Heathcliff (bon ok c'est un peu l'effet Ralph Fiennes)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'amuse aussi parce que récemment j'ai vu deux billets de blogueuses qui ont abandonné (je n'ai pas été aussi radicale, et n'ai pas pensé à stopper l'affaire). Peut être aurais-je dû le lire étant plus jeune? Tu as bien fait de le découvrir adolescente, même si la relecture fut moins enthousiaste (mais c'est une grand roman, non?)
      Il existe cependant des livres qui plaisent autant à chaque lecture, et sans aller jusqu'à Proust et les gens comme ça, pour moi Le comte de monte Cristo, lu et relu à tout âge, ça fonctionne!

      Supprimer
  38. Ahlàlà honte sur moi, je n'étais pas revenue chez toi depuis une éternité et n'avais pas vu ton avis sur ce livre !!
    Je me rattrape donc, et vois que tu as des impressions assez mitigées, ce qui me rassure. Il n'y a pas que moi qui les trouve un peu glauques et violents ^^. A très bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va dire un peu agité tout ça, mais je ne regrette absolument pas cette lecture! ^_^

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!