lundi 2 novembre 2015

La patience des buffles sous la pluie



La patience des buffles sous la pluie
David Thomas
Poche, 2011
151 pages

Mais pourquoi Hélène aime-t-elle tant ce livre? La curiosité n'étant pas trop un défaut chez un lecteur, j'ai emprunté d'un seul geste les trois livres de l'auteur m'attendant sur le rayon de la bibliothèque (et en ai lu deux).

Des textes, d'une ou deux pages pour la majorité, écrits à la première personne, soit des soliloques, soit s'adressant à d'autres. Des hommes et des femmes, on va dire comme tout le monde (quoique parfois un poil décalés). C'est souvent drôle, gare à la chute parfois, cela touche juste. Tragi-comique et tendresse, second degré.

Le mieux est de reproduire quelques textes
Recommandé
"Quand je l'ai rencontrée, j'étais tellement heureux que je me suis écrit une longue lettre dans laquelle j'ai raconté tout mon bonheur dans les moindres détails, je n'ai rien oublié, tout ce qu'on a vécu, tout ce que j'éprouvais, tout ce que je pensais, tout ce qu'elle disait, tout, même les choses les plus insignifiantes. Ensuite je me suis envoyé la lettre en recommandé avec accusé de réception,  et quand je l'ai reçue, je l'ai rangée dans un coin. Quelques années plus tard, on était toujours ensemble et, franchement, c'était plus pareil. On avait tous les deux changé, on s'aimait plus du tout de la même façon, notre amour était beaucoup plus sourd, enfoui, tellement enfoui que c'était à se demander si on s'aimait encore. A tel point que j'ai pensé à me barrer. Alors j'ai décacheté la lettre. Ça m'a suffi pour me convaincre de rester."

Certains sont plus longs, tels celui plutôt tragique du type drôle, et celui du lecteur dont la bibliothèque consacrée aux œuvres d'un auteur devient trop petite, et ...

Un dernier
16 22 4 minutes
"Trois fois par semaine je vais prendre ma femme dans le centre ville en rentrant du boulot. Elle sort plus tôt que moi et elle en profite toujours pour voir ses copines ou faire des courses. Ma femme n'est jamais arrivée une seule fois à l'heure  à ces rendez-vous. A chaque fois, elle me fait poireauter entre six et quinze minutes. J'ai fait le calcul., depuis que nous sommes ensemble, j'ai attendu ma femme 16 224 minutes; Un soir je suis arrivé au rendez-vous pile à l'heure, comme à mon habitude, et comme c'était à prévoir, elle n'était pas là. Alors je suis parti. Je suis rentré onze jours, six heures et vingt-quatre minutes plus tard. On est quittes."

D'autres avis : biblioblog, asphodèle,

Juste après j'ai embrayé avec
Je n'ai pas fini de regarder le monde
Albin Michel, 2012

Avec toujours le même principe, encore souvent comme pour l'autre recueil autour de la vie d'un couple, vu par l'un ou l'autre, et tellement bien vu! Parfois un écrivain se glisse, par exemple l'ex trader achetant lui-même ses livres et obtenant contre son gré un nouveau tirage. (Un franc succès). Un dialogue (si l'on peut dire!) avec Logorrhée où Madame saoule son pauvre compagnon, qui use d'un moyen radical pour obtenir quelques secondes de silence.

Ces textes sont de petites perles, exactement du bon gabarit, incisives. Première phrase imparable, parcours sans faute, chute inattendue.
Quant à Je n'ai pas fini de regarder le monde, ce court texte est une petite merveille.

Un dernier pour la route
Portes
"Ma femme a une curieuse manie, elle ne peut pas s'empêcher de claquer les portes. Elle ne crie pas, elle claque les portes. C'est sa façon à elle de clore une conversation quand nous ne sommes pas d'accord. Et notre fille a hérité de ce petit travers maternel, y ajoutant, c'est sans doute pour apporter sa touche personnelle, des hurlements à se fermer les yeux. Alors un jour, fatigué de cette agressivité, muette pour ma femme mais extrêmement sonore pour ma fille, j'ai profité qu’elles soient sorties quelques heures pour démonter toutes les portes de la maison et les descendre à la cave que j'ai refermée avec un cadenas en acier et laiton de 50 mm dont la clé pend à mon cou. Depuis, j'ai la sensation d'avoir une nouvelle famille."

Encore le Challenge Lire sous la contrainte

38 commentaires:

  1. J'aurais parié que tu aurais déjà lu le premier .. un auteur déjà croisé sur d'autres blogs, je surligne.

    RépondreSupprimer
  2. Tu me convaincrais presque de lire des nouvelles... mais j'ai du mal : tu les lis toutes à la suite ? Dans ce cas comment faire pour profiter de chacune ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement court, sont-ce encore des nouvelles? (je m'interroge). Je ne pense pas avoir tout lu à la suite sans m'arrêter, je devais avoir une autre lecture en parallèle. Mais je crains quand même ne pas en avoir profité à fond. Mais c'est addictif!

      Supprimer
  3. J'ai lu il y longtemps la patience des buffles, mais je n'ai pas continué de lire David Thomas et pourtant j'avais bien aimé cet humour désespéré,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, j'ai lu un second volume de petits textes, mais j'ai laissé de côté le roman emprunté, point ne faut tout enchaîner non plus.

      Supprimer
  4. les nouvelles, j'adore et il a l'air assez drôle - je le connais via d'autres blogs. Bon là j'ai une PàL à baisser et vu mon dernier craquage ... bref je m'égare ! Je le note quand même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je l'avais noté dans une LAL mentale, et en passant dans un coin de la bibli, je tombe dessus! J'ai fait exprès de reproduire quelques textes in extenso, parmi le plus courts bien sûr.

      Supprimer
    2. Oui, ça m'arrive beaucoup en ce moment, de "tomber" sur des livres en bibli et de revenir avec tout autre chose ! Mais c'est super et je vais l'inscrire dans ma LAL 2016 ;-)

      Supprimer
    3. Hier en me baladant à la bibli j'ai noté plein d'auteurs 'à lire' parce que je dépassais le quota (et en plus je n'ai pas le temps de tout lire) pour d'autres fois... Après la bibli balade en librairie (et craquage)

      Supprimer
  5. j'ai déjà croisé l'écrivain mais jamais les buffles

    RépondreSupprimer
  6. J'avais trouvé ce livre jubilatoire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que cet auteur avait des fans!

      Supprimer
  7. j'ai adoré ! je ne savais pas qu'il y avait une suite , j'aime sa façon de dire les choses et c'est Hélène aussi qui me l'avait fait rencontrer le livre pas le buffle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fan! Hélène a aussi frappé fort.
      Ce n'est pas une suite, l'auteur devait avoir envie de produire encore des petits textes.

      Supprimer
  8. Drôle de titre. Je ne connais ni l'auteur ni ce livre.
    Merci pour ta participation à mon challenge et pour ta fidélité.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf, tu as trouvé mon lien! ^_^
      Je te recommande l'un de ces courts livres qui se lisent très bien!
      Bonne semaine, et, on ne sait jamais, peut être un autre titre d'ici la fin du challenge actuel.

      Supprimer
  9. ah tu as aimé ! Je suis ravie ! David Thomas reste mon chouchou forever !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu auras compris que ton avis fut primordial!!! Oui, j'ai aimé!

      Supprimer
  10. Beaucoup aimé "la patience des buffles" ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu vois, il y en a d'autres à lire!

      Supprimer
  11. J'adore cet auteur...! J'ai tout acheté de lui, je me les garde sous le coude pour les coups de mou... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me reste un roman à lire. Belle découverte!

      Supprimer
  12. Je suis comme Hélène, j'adore cet écrivain. Tellement difficile cet art du texte court et percutant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très fort! Jamais on n'est lassé, il se renouvelle.

      Supprimer
  13. Et bam, un livre pour le challenge ! ;-) Bon, sympathique en effet ces petits textes. Je ne me les note pas en urgence mais je retiens, pour des envies de picorer frais.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été épatée par son imagination, on ne se lasse pas de ces petits textes...

      Supprimer
  14. 2 titres à noter dans un même billet, tu exagères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meuh non, c'est court et vraiment sympa à lire! David Thomas est très fort pour poser une ambiance en deux lignes et évoquer un univers en deux pages.

      Supprimer
  15. Je suis conquise, c'est drôle et juste, j'adore l'extrait du milieu (sur l'homme qui attend sa femme). Chouette (je regrette juste le format court)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai copié que des courts, certains dépassent une page, quand même!
      Je pense que ça pourrait bien te plaire (et à Monsieur)

      Supprimer
  16. C'est drôle ! Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une découverte grâce aux blogs, et je relaie...

      Supprimer
  17. Des fois, on se demande où les auteurs (ou les éditeurs...) trouvent des idées de titres pareils ! Sinon, je passe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage de passer...
      Pour les titres, il s'agit du titre d'une des (nombreuses) petites 'nouvelles', mais pourquoi ce choix, là mystère!

      Supprimer
  18. Je l'avais vu chez Hélène moi aussi, mais je croyais que c'était une histoire zen de buffles asiatiques qui attendaient que la pluie tombe ... Un drôle de mélange .... j'avais du lire sa note un soir de grand vent neuronal ... je le note, l'humour, je l'aime bien triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les buffles ne prennent que deux trois pages... Tu as vu les extraits qui te donnent une idée du tout. Bien sûr, à découvrir!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!