vendredi 26 février 2016

Rêves arctiques

Rêves arctiques
Artic Dreams, Imagination and Desire in a Northern Landscape, 1986
Barry Lopez
Gallmeister, 2014
National book Award en 1986
Traduction Dominique Letellier


Un Gallmeister comme je les aime, bien dodu, bien dense, avec plein de nature à l'intérieur. Dites, M'sieur Gallmeister, vous pourriez pas en fournir plus? Le noir (et je ne parle pas que du chocolat) c'est bien, l'éco terrorisme (Abbey for ever) c'est incontournable, Lonesome Dove et ses 1200 pages remplies de cow boys, c'est carrément trop court, mais... 450 pages sans un poil de fiction, destinées à "fournir au lecteur un (...) aperçu de la biologie, de l'écologie, de l'archéologie, de l'ethnographie et de l'histoire de l'Arctique", c'est le kif total!

Et je ne suis pas seule, maintenant je le sais. "Du haut d'une falaise, par un temps ensoleillé et venteux de la fin juin, il est facile de se laisser aller à des spéculations concernant l'obscur narval. (L'impression familière de dilatation, de profonde allégresse, que produisent ce genre de temps et l'occasion de voir des animaux, est résumée en un seul mot esquimau : quviannikumut, 'se sentir profondément heureux'.)

Une petite carte de la répartition des populations.  En plus cela donne une bonne idée des coins où l'auteur va nous entraîner à sa suite. Couvrez-vous, c'est parti!
Membres de l'Inuit Circumpolar Conférence
Par Kmusser — self-made using Digital Chart of the World data., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2724026
En plus des rencontres avec les habitants et la connaissance de leur milieu naturel, des chapitres sont consacrés au boeuf musqué (qui supporte tranquillement le vent, la neige, par - 40 degrés), au narval (des animaux fabuleusement adaptés à ces régions là) et bien sûr, l'ours!
Cet animal est incroyable! (note : calme toi, pas trop de points d'exclamation). On a essayé de le photographier sur la banquise à l'infrarouge, mais la bête était trop bien isolée pour apparaître. Les seules traces visibles étaient les empreintes restant chaudes quelques minutes après son passage . Les ours polaires se débarrassent du trop-plein de chaleur de leur corps par les paumes de leurs pattes (oui! En plus il trouve le moyen d'avoir trop chaud!)(oui, je sais, pour les points d'exclamation)
Excellent chasseur, même s'il rate quand même quelques proies (heureusement pour les phoques). Les âmes sensibles ne regarderont pas la fin de la vidéo. Bien observer au début, l'ours se roule dans la neige, "excellent absorbeur d'humidité."

https://www.youtube.com/watch?v=0mgnf6t9VEc

"Les ours polaires sont conçus durant les trois semaines d’œstrus de la femelle, entre avril et mai, mais les ovules fécondés ne s'implantent dans la cavité utérine que beaucoup plus tard"

Maintenant, les mauvaises nouvelles : le plus grand danger qui le menace, écrivait Lopez en 1986, "n'est plus la chasse, mais le développement industriel et ce qu'il amène avec lui." (...) Empoisonnement de l'environnement. Femelles dérangées par le développement de corridors de transport et expérimentations sismiques destinées à découvrir les gisements de minerais et de pétrole. Et puis les influences sur populations de phoques.
Trente ans plus tard, je crois qu'il faut ajouter le réchauffement climatique.

Naturellement Barry Lopez sait aussi partager son admiration et son respect pour les populations rencontrées, leur culture, leur art et l'utilisation extraordinairement adaptée du produit de leur chasse (en dehors de la nourriture) pour par exemple les habitations, les traîneaux, les vêtements.
"Les Esquimaux saisissent très vite l'essence de n'importe quel problème mécanique et y apportent une solution.""Comme quelqu'un le fit remarquer un jour, ils sont très malins, ces hommes souriants qui ne connaissent ni les poches, ni les chapeaux, ni la roue."

"Sur l'île Saint-Laurent, un chasseur yup'ik m'a dit un jour que ce que les Esquimaux traditionnels redoutent le plus chez nous, c'est l'ampleur et la profondeur des modifications que nous sommes en mesure d'imposer à ce pays, et le fait que nous pouvons facilement procéder à certains de ces changements par le truchement de l'électronique, depuis une ville lointaine. Les Esquimaux, qui considèrent parfois qu'ils ne sont pas entièrement détachés du monde animal, voient en nous des êtres dont la séparation d'avec ce monde pourrait bien être trop complète. Ils nous appellent, avec un mélange d’incrédulité et d'appréhension, les 'gens qui changent la nature'."

Pour ne pas allonger, je passe le chapitre sur la glace, tellement variable et multiforme, donnant une faible idée des conditions de déplacement dans la région, et des dangers, et ajoute que, de façon logique, Barry Lopez raconte longuement l'aventure de la découverte de l'Arctique par les Européens, celle du pôle et du passage par le nord. Une grande épopée souvent mue par l'intérêt ou la recherche de la gloire, mais ponctuée de son lot de tragédies.

Présentation de l'auteur par Gallmeister
Barry Lopez est né en 1945 et a grandi dans le Sud de la Californie et à New York. Il vit depuis 1968 au milieu des arbres dans l’Oregon, et voyage très souvent dans des lieux reculés de la planète, où il s’adonne aussi à la photographie. Dans ses ouvrages de non-fiction, il s’intéresse aux relations qu’entretiennent la culture des hommes et les traits des paysages. En fiction, il soulève des questions liées à l’intime, à l’éthique et à l’identité. En plus de quarante ans de carrière d’écrivain, il a reçu nombre de distinctions, dont celles de l’Académie américaine des arts et des lettres, de la fondation Guggenheim, de la National Science Foundation, et en 2004, il a été élu membre de l’Explorers Club.

52 commentaires:

  1. Quelle belle tentation, ce livre ! J'adore cette maison d'édition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, et encore plus dans le récits comme celui-ci. N'hésitez pas!

      Supprimer
  2. Je ne suis pas sûre que cette lecture soit pour moi. Ce n'est pas trop .. ennuyeux. Je sais que tu vas me répondre non, mais donne-moi une bonne raison ! (avec exclamation ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus il y a plein de pages, il a fallu une semaine bien pluvieuse pour terrasser la bête (mais avec plaisir)
      Ennuyeux, non, si on aime ce type de lecture (^_^), on en apprend plein en des tas de domaines. L'auteur a aussi un bon contact avec la nature, il raconte un peu ses expériences dans le coin.
      Et puis le mot quviannikumut c'est le mien maintenant! je l'ai encore ressenti hier, ce bonheur, en observant (à la jumelle) les grues cendrées profiter d'un beau soleil pour continuer leur migration...
      Pour terminer, vois avec ta bibli...

      Supprimer
  3. J'ai vraiment hâte de le sortir de ma PAL, ta chronique donne terriblement envie de le lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue qu'il est resté plus d'un an et demi dans ma PAL... Il faut s'y lancer! C'est un incontournable du genre.

      Supprimer
  4. ah ça c'est un excellent livre qui finalement n'a pas vraiment vieilli hormis que le réchauffement climatique s'est invité dans la danse
    j'avais fait un petit billet pour annoncer sa réédition car c'était vraiment une bonne nouvelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais plus trop où j'avais vu un billet dessus... Ce livre a trente ans, mais il reste une référence (et oui, je pense que ça ne s'est pas trop arrangé pour les ours)
      J'ai retrouvé ton billet!
      http://asautsetagambades.hautetfort.com/archive/2014/07/08/bonne-nouvelle-5406713.html
      Alors, tu le relis, ce livre? ^_^

      Supprimer
  5. Je croyais que c'était un roman mais non, donc évidemment Keisha a foncé et réussi à nous donner envie - j'ai vu The Revenant (le tournage a eu lieu en Alaska) et la nature, bref tout ce que j'aime. Dis-donc c'est nouveau ce super logo coup de coeur ? Je ne me souviens plus l'avoir lu or je te suis fidèle depuis un bout de temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'abuse pas du logo, mais c'est peut être la troisième fois que je l'utilise, la dernière fois pour le Schoeman, donc assez récent (ça en jette, je sais ^_^)(avant c'était un chaton sur un coussin rouge en forme de cœur...)
      Bref, Gallmeister. Ce livre -même sans histoire (quoique, la découverte de ces régions...)est habilement conçu, alternant les époques, les informations et les déplacements et réflexions de l'auteur.

      Supprimer
  6. Oh la la, celui-là n'est pas pour moi ! Je reste dans le Maine avec ses meurtriers bien plus proches de moi que les Esquimaux et les ours (que je respecte cependant bien sûr) :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On les respecte d'autant plus qu'ils vivent dans des coins pas très attirants a priori (mais l'ours et autres animaux sont parfaitement adaptés à ce climat!)(et les Esquimaux ont des leçons à donner, si on les écoute...)
      Mon problème c'est que si j'adore ces trucs nature writing, j'aime aussi les mystères policiers pas trop gore...

      Supprimer
  7. Sans connaître le mot, j'ai déjà éprouvé le quviannikumut, au Québec, en particulier!! Mais pas la peine d'aller loin en regardant le chaton de ma petite-fille! Alors ce Gallmeister, il me faut le lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as compris, il y a plein d'occasions, à nous de les saisir (occasions souvent liées à la nature). J'aime qu'un mot spécial existe dans une langue!
      Un Gallmeister dodu, mais qui mérite lecture.

      Supprimer
  8. Je suis tellement séduite que je vais dès demain l'acheter !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce que j'en sais, il n'est pas paru en poche, mais il te fera de l'usage.

      Supprimer
  9. Ton enthousiasme fait plaisir à lire mais... je ne suis pas sûre de kiffer autant que toi ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, l'ours blanc (et ses copains de banquise), c'est un animal incroyable... D'un autre côté, peu d'action. Mais tu affrontes la nature sauvage, comme dans le film avec l'autre, là. ^_^

      Supprimer
  10. Réponses
    1. Complètement totalement(j'ai mis une carte, mais le livre en propose d'autres)

      Supprimer
  11. un livre paru il y a 30 ans et dont on parle avec autant d'enthousiasme! il n'y a que dans la blogosphère qu'on voit ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute... ou alors quand même certains critiques ou bibliothécaires?

      Supprimer
  12. Barry Lopez est une institution à lui tout seul, et avec son bouquin sur les oups, celui-là est mon préféré. Je n'ai pas écrit de billet lors de la réédition par Gallmeister (moi j'ai "l'original") mais ça mériterait une relecture, tiens...
    En tout cas, super contente que ce soit un coup de coeur pour toi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien vu le livre dont tu avais parlé; tu m'affoles avec les bouquins que tu possèdes, garde les précieusement ceux là!
      Une relecture, tiens, oui?

      Supprimer
  13. Connais-tu "Passer par le Nord", écrit par Erik Orsenna et Isabelle Autissier ? Il y est question d'Arctique et de conquêtes de nouvelles routes maritimes.
    De mon côté, je note ce Gallmeister...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne connais pas ce livre (les auteurs, si!) et ça me parait une bonne lecture pour continuer. Merci encore des idées lecture. ^_^

      Supprimer
  14. Ahahaha ! Alors là si on ne comprend pas que c'est le méga coup de coeur, il faudra que tu rajoutes encore plus de points d'exclamation ! J'adore ton premier paragraphe ! Bon sinon comme tu sais, la nature et moi, plus les urgences PAL, mais bon, là ton cri du coeur est irrésistible. Et puis ça reste un dépaysement et un voyage dans des contrées où j'ai peu posé les yeux, avec des animaux, dont les ours polaires... Ouais, difficile à contourner quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bouquin sur la nature n'est pas un coup de cœur garanti, tu sais (là j'en lis un où je rame).
      Quand même, les ours polaires, c'est quelque chose...

      Supprimer
  15. Je vois beaucoup de lectures Gallmeister sur les blogs. Le nom me fait songer à un ancien nazi recyclé dans l'édition des auteurs US... Je plaisante, ceci dit depuis le glacial "Sukwan Island" de D Vann, rien lu de chez eux.
    C'est bizarre j'ai un peu de mal à aller vers les livres de ce genre, je suis attiré par les films, plus "vivants".
    Il suffirait de faire le pas, de plus celui-ci traite (très bien, si je vous l:is) d'un sujet qui m'importe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a actuellement un challenge, mais je ne l'ai pas attendu pour dévorer les parutions de cette maison (même si je suis moins friande de polars noirs, et plus de récits nature et écologie), d'où le nombre de lectures actuelles.
      Je suis d'accord, un film est plus visuel, forcément, et avec ces livres on doit d'avoir se représenter le paysage dans sa tête (au risque de tomber à côté) mais tant pis. Pour les films, il en existe de fort bien faits, et pas forcément avec des animaux exotiques (j'en ai vu sur la loutre, par exemple)

      Supprimer
  16. J'ai lu l'enquête de l'écrivain suèdoise, Bea Uusma, consacrée au voyage au Pôle Nord, en ballon de l'ingénieur André, à la fin du XIXeme siècle. Elle a été
    traduite en finnois. Peut-être est-ce disponible en francais?

    Nadine N.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains que non, une recherche sur son nom ne donne que des pages en finnois, c'est de mauvais augure... Mais il doit bien exister des équivalents?

      Supprimer
  17. Je crois que je vais surtout retenir le mot esquimau! C'est l'essentiel, non? Bon, d'accord, je note le livre dans un coin de ma mémoire, et s'il croise mon chemin, promis je l'ouvre et je le lis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est assez costaud, entre 400 et 500 pages, et pas écrit trop gros. De plus j'allais souvent voir les cartes, ça m'aide. Mais au final, belle lecture.

      Supprimer
  18. Il figure au catalogue d'une de mes bibliothèques dans sa première édition française (Albin Michel, 1987), donc c'est parfait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une réédition, sans doute nouvelle traduction, mais le texte doit garder son intérêt, c'est sûr!

      Supprimer
  19. Réponses
    1. Oh ça, pour rêver, oui... (bien au chaud)

      Supprimer
  20. Une aventure glaciale en somme :) je note pour le cas où l'hiver me manquerait l'été prochain ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'il n'y fait pas chaud (sauf pour l'ours, qui lui a trop chaud paraît-il)
      Ce matin petite gelée quand même!

      Supprimer
  21. Et bien dis donc, quel enthousiasme ! Moi aussi j'aime les parutions de Gallmeister, et pourtant je me suis heurtée à un titre que je n'ai pas aimé dernièrement... Mais je n'en dis rien de plus parce que Jérôme avait adoré !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, j'ai même eu des abandons chez Gallmeister! ^_^

      Supprimer
  22. Rien que le titre me fait kiffer ! Je réalise que je n'ai pas lu de Gallmeister depuis des lustres... Mais bon, on ne peut pas être partout ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne lis plus tellement systématiquement les nouvelles parutions...Mais la bonne nouvelle avec le succès (mérité) c'est qu'on les trouve plus aisément en bibliothèque. J'en ai visé deux ou trois, plus ceux dans la PAL, ça suffira!

      Supprimer
  23. voilà qui me tente au plus haut poi,t, j'aime l'arctique c'est plus fort que moi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me suivre! Il semble que ce soit un bouquin de référence.

      Supprimer
  24. il est dans ma Pal grâce (à cause?) de toi ! reste plus qu'à trouver le moment de l'en sortir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, il est resté plus d'un an et demi dans ma PAL... Ne m'imite pas!

      Supprimer
  25. Je n'arrive plus trop à suivre les parutions de Gallmeister, il y en a beaucoup maintenant ! Mais je me souviens que c'est en lisant ton blog que j'ai découvert le nature writing :)
    Celui-ci me tente beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui ci n'est pas récent et traînait dans ma PAL. Mais je ne lis pas tous les Gallmeister (romans), certains 'noir' sont vraiment trop 'noir'!
      Mais pour les documents nature, là je craque!

      Supprimer
  26. Chez Gallmeister ils font vraiment de beaux livres!
    Un autre à côté duquel je ne peux pas passer...
    Plus il fait froid mieux c'est! :D))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas récent, mais toujours d'actualité, surtout que maintenant les passages maritimes vont être accessibles quelques mois de l'année, et en plus dans ces coins là il y a pétrole et métaux rares...
      Heureusement que tu aimes le froid! ^_^ Perso ça me va aussi, le problème serait le manque de soleil l'hiver...

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!