vendredi 15 avril 2016

La peine capitale

La peine capitale
La pena maxima
Santiago Roncagliolo
Métailié, 2016
Traduit par François Gaudry


1978. Coupe du monde de football en Argentine, alors sous la dictature de Videla. Vous ne vous intéressez pas au football? Vous êtes ignorants en histoire récente de l'Amérique du sud? Ce n'est pas grave, puisque justement le héros du roman, Félix Chacaltana Saldivar, doit bien être le seul péruvien à ne pas s'intéresser à cette coupe et à ignorer les exactions commises en Argentine. Alors, comme lui au fil du roman, apprenez que les rugissements des spectateurs après un but couvrent très bien le bruit d'un coup de feu, et que la dictature argentine n'hésitait pas à enlever, torturer, etc.

Au Pérou, on est à quelques jours d'élections permettant d'espérer la passation de pouvoir des militaires aux civils.
Mais notre héros, lui, est assistant-archiviste; très méticuleux, il lui faut du rangement bien fait et actuellement un papier sur son bureau le gêne, où le classer? Il n'a guère d'humour, vit avec sa mère qui l'étouffe, l'obligeant à aller quotidiennement à la messe et traitant de tous les noms la jolie Cecilia que Félix aimerait épouser. Carrément. Pour l'instant il ne l'a pas encore embrassée, mais c'est en projet.

Sa réputation, c'est celle d'un gars qui ne ferait de mal à personne. "Félix Chacaltana Saldivar ne perdait jamais la tête. De sa bouche ne sortait jamais un mot grossier ou un ton arrogant. Il était incapable de se disputer avec personne." Mais après l'assassinat d'un de ses amis, il enquête et le voilà, lui le patriote vénérant le droit chemin, la patrie et les gouvernants, fréquentant des 'subversifs', des espions, mettant les pieds partout tel un Candide, passant au travers des mailles de divers filets.

A la fin, il sera moins innocent. Une sorte d'anti-héros que l'auteur réussit à rendre sympathique, c'est fort! Tout en rappelant l'épouvantable dictature argentine.

Un passage très éclairant sur la personnalité de Félix et bourré d'ironie. Quel talent!
"Pour faire patienter les visiteurs, on y avait déposé un exemplaire du journal officiel El Peruano, avec son supplément du bulletin officiel de l'Etat. C'était sa lecture favorite.
Il passa une heure à parcourir normes et règlements en vigueur. Et même quelques minutes à lire les nouvelles du journal : () Tous les articles célébraient les mérites du glorieux gouvernement des Forces armées. Chacaltana appréciait ce journal parce qu'il était positif. Même s'il devait admettre que, ces dernières années, c'était le cas de tous les journaux. Avec l'arrivée de la démocratie, les Péruviens allaient sûrement perdre ce dernier havre de paix."

Les avis d'Electra,

42 commentaires:

  1. Je ne pense avoir encore lu d'auteur péruvien. Alors peut-être pas pour le football mais pour l'arrivée de la démocratie au Pérou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (voyons voyons, et Vargas Llosa?)
      Le football est la toile de fond, admirablement utilisé d'ailleurs. On n'a pas besoin non plus de connaître le contexte historique, mais j'ai aimé en apprendre un peu.

      Supprimer
  2. Tout à fait le genre de polar susceptible de me plaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est 100 % ce que j'aime! Personnages bien vus, de l'humour, un poil de suspense, un bon fond historique.

      Supprimer
  3. Je le note, même si j'en ai un peu assez de toutes les exactions de toutes les dictatures de la planète ! Le plus dur est de constater que ça ne s'arrange pas de par le monde ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le héros se promène là-dedans un peu à côté de la plaque. Il finit par comprendre, oui.
      Je te le recommande chaudement, ce roman!

      Supprimer
  4. Encore un polar sympathique dont on a envie de noter le titre... Je ne l'ai pas encore vu chez mon libraire celui-ci. J'ai peur d'y retourner après tout ce que j'ai lu sur les blogs des copinautes ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vient de sortir, si tu es patiente il sera en poche ou guette les biblis? Mais vraiment ça se lit tout seul, du vrai bonheur!

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup ce que tu nous dévoiles du caractère de ce personnage,ton billet est très tentateur . Merci Keisha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment très fin, j'adore lire entre les lignes.

      Supprimer
  6. Woaw, ça donne drôlement envie alors que sans ton billet, je pense que je l'aurais zappé à cause de la couverture qui ne m'attire pas vraiment.
    Le personnage me fait un peu penser à ma dernière lecture, Vie et oeuvre de Constantin Erod de Donadille, en moins sombre probablement.
    Bref à voir lors de ma prochaine sortie en librairie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne m'occupe pas de la couverture. J'ai juste lu la quatrième de couverture et fait confiance à l'éditeur! Je ne connais pas le livre dont tu parles, je verrai ça dans ton billet!

      Supprimer
  7. hello ! nos chroniques se ressemblent : on a adoré toutes les deux et le personnage est vraiment atypique ! l'histoire (la grande, la petite, la coupe du monde) tout y est ! Avril Rouge est dispo dans une bibli.. fermée pour travaux jusqu'en septembre .. snif snif !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez moi c'est pire : rien de rien à la bibli number one, et à la bibli number two. Mais possibilité de le faire venir (et ça a l'air violent, comme te le disait Jean Marc).
      En tout cas, celui-ci a tout pour me plaire, le fond historique est parfait, et le héros niais et attachant, faut le faire!

      Supprimer
  8. Bonsoir Keisha, j'ai repéré ce roman il y a peu de temps. Merci pour ce bilet, je le note. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  9. Ce nom me disait quelque chose... Mais oui, j'ai déjà lu un de ses romans, mais pas côté polar (exprès), et j'avais beaucoup aimé. J'étais prête d'ailleurs pour les polars après coup. C'était en 2012. Ah ? Euh, oups .;-) Bon, sinon j'ai un autre roman pour le challenge contrainte, et péruvien. Assez contente de ma trouvaille.:-P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux foncer sur ce titre là, oh que ça va te plaire!
      Ha bon, un péruvien, qui? quel titre? Faut que je pense au challenge aussi...

      Supprimer
    2. Fernando Ampuero - le titre c'est "Taxi Driver sans Robert de Niro".:-) J'ai 3 titres pour cette session pour l'instant, gnark gnark, avec Metro 2033 et La Fille du train.

      Supprimer
    3. La fille du train, ça ne me dit rien de le lire, un peu trop ce que je n'aime pas dans les bouquins suspense... Metro 2033, rien sous la main. Ampuero: non plus.
      Ah mais je réalise que j'ai lu récemment Le petit train de la brousse (que je voulais coupler avec Ebène)

      Supprimer
    4. Alors là, chapeau pour le marabout d'ficelle. Quel rapport entre le Pérou et Philippe de Baleine ou le Kapuszinski. Bien que l'Afrique lie les deux dernier il n'y a aucun suspens dans les deux.y a un private joke ?

      Supprimer
    5. On commence par le Pérou (là, tu suis), qui mène à un roman avec un moyen de transport dans le titre, d'où le train de la brousse, et l'Afrique, et Ebène que je devais lire en avril (un jour un jour). En fait, oui, il y a ce fameux challenge Lire sous la contrainte, avec cette fois un moyen de déplacement dans le titre.Pas de private joke, juste un challenge dont le sujet varie...

      Supprimer
  10. C'est bien qu'il soit à nouveau traduit cet auteur. Il est aussi journaliste, on a eu notamment une très bonne bio/histoire d'Abimael Guzman et du sentier lumineux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avril rouge a l'air plus violent et parle du sentier lumineux (remarque, dans un roman de Vargas Llosa avec Lituma, il y avait aussi ce sentier, et ça fait froid dans le dos)

      Supprimer
  11. Ma foi, me voilà accrochée moi aussi .... J'aime beaucoup le ton de l'extrait que tu nous donnes.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne pense pas le lire. Mais en effet, cette toile de fond est intéressante.

    RépondreSupprimer
  13. thème et contexte intéressants, je prends note. Et un auteur que je ne connais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je découvre aussi l'auteur, et j'aime ce roman!

      Supprimer
  14. Auteur inconnu, jamais lu, pourquoi pas. (Succinct, non ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'ai pensé quand j'ai choisi cette lecture : et mon instinct était bon!
      (oui, succinct ^_^)

      Supprimer
  15. Noté les yeux fermés (enfin, presque....)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement ton créneau pour le côté un peu polar, mais un excellent roman aussi : le top, quoi!

      Supprimer
  16. Les romans de Métailié ne cessent de m'apporter du plaisir. C'est clairement une maison d'édition qui est dans mon top 3.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne lis pas systématiquement ses parutions, mais il n'y a rien à jeter de ce que j'en ai lu. Dans mon top 5 je dirais, car je chouchoute quelques 'petites' maisons récemment découvertes...et ne peux classer!
      Je signalerai aussi la qualité des traductions et, pour ce que j'en sais, zéro coquilles.

      Supprimer
  17. Pourquoi j'ai fait allemand, moi ? Les bibliothèques ne l'ont qu'en espagnol ici. (D'ailleurs, je ne sais même pas s'il est traduit en anglais.) Dommage. Le foot, ça m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait allemand et suis incapable de lire en cette langue (mis à part le basique).
      Traduit en anglais? Je ne sais pas, mais en fouillant sur internet j'ai réalisé que l'auteur est très agréable à regarder (en plus il a du talent, quelle injustice! ^_^)
      Tu veux du foot? ^_^

      Supprimer
    2. Sur Amazon, il n'y a qu'un titre en anglais. Je suppose donc que...
      A une époque, je lisais en allemand (je ne comprenais pas tout). Mais ça fait longtemps. Je dois m'y remettre (la dernière fois, c'était il y a 23 ans je crois. J'ai encore de l'espoir !)

      Oui, j'aime beaucoup le foot.

      Supprimer
    3. J'ai vérifié, ce n'est pas ce dernier.
      Pour les langues, j'ai essayé de garder l'anglais 'en forme', même si l'oral n'est plus très bon (il ne l'a jamais vraiment été), j'arrive à lire en VO sans trop peiner(mais pas n'importe quoi non plus)
      Pour le foot, tu as la coupe en France cette année.^_^

      Supprimer
    4. Oui, peut-être aurons-nous droit à une diffusion en libre et pas en pay per view. J'ai pris le PPV une fois et il fallait à chaque fois appeler le service clients (et subir leurs c...) pour récupérer les images. La chaîne qui diffusait les matches en libre n'est plus dans mon bouquet (ou bien elle a disparu, ce qui arrive souvent aussi).

      Supprimer
    5. C'est sûr que les US ne sont pas LE grand pays du football (le vrai, pas celui qu'ils jouent, blindés comme des extra terrestres). Remarque, en France le foot est parfois sur des chaînes cryptées ou confidentielles?

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!