vendredi 20 janvier 2017

Une île, une forteresse

Une île, une forteresse
Hélène Gaudy
inculte/dernière marge, 2016


Terezin...
Tout le monde ou presque connaît ou croit connaître. Oui, ce 'ghetto modèle', oui, ce film intitulé "Hitler offre une ville aux juifs". Hélène Gaudy s'y est rendue à deux reprises.

"Il va falloir remonter le fil qui mène à ces images, à leur germe, à la naissance de leur aberration. Voir les rues où l'on a forcé les internés à jouer leur propre rôle, à se rendre au théâtre et au concert, à se coucher sur les flancs des remparts. Photographier cette ville où s'est noué un rapport si particulier à l'image, interroger ceux qui l'ont connue et ceux qui la connaissent, sans savoir encore si ce qui me conduit ici est la question du mensonge, celle des traces ou celle de leur imbrication intime, puisque même les traces peuvent devenir mensongères selon qui les exhume et qui les met en scène."

Au départ, c'est une petite ville tchèque de quelques milliers d'habitants, construite sur le modèle des forteresses de Vauban:
http://www.avantgarde-prague.fr/decouverte-de-prague/excursions-privees-hors-de-prague/la-forteresse-de-terezin/
En 1942 les habitants sont priés de partir (certains reviendront plus tard) et des dizaines de milliers de juifs de tous âges y seront enfermés, mourant sur place ou expédiés à Auschwitz. Ville surpeuplée, donc. Des compositeurs, des musiciens y passèrent, des dessins sont restés, dont des dessins d'enfants, parfois retrouvés de façon fortuite.
Bedřich Fritta, Vue de Theresienstadt
merci wikipedia
Bien avant le film tourné en 1944, une délégation de la Croix Rouge avait visité la ville, et le chapitre de Une île, un forteresse justement intitulé Cité Potemkine raconte cet incroyable aveuglement de la délégation (j'ai appris aussi qu'il y avait eu une visite à Auschwitz, bien évidemment 'bidouillée' avant).

Mais Hélène Gaudy ne se contentera pas de se rendre à Terezin, elle ira en Pologne, là où disparut son grand père (le livre lui est dédié). Passé et présent se mêlent, Terezin l'actuelle devenue touristique (voir sur internet, c'est organisé) l’entraînent en banlieue parisienne, où l'on peut retrouver (un peu et à moindre échelle bien sûr)) un phénomène similaire

"La difficulté de vivre dans une ville qui n'est ni vraiment un lieu de vie, ni un lieu de mémoire, le sentiment d'indifférence, de lassitude et de délaissement de ses habitants, l'impression d'une superposition bancale de strates dont chacune viserait à recouvrir la précédente : j'ai trouvé tout cela dans un autre lieu, Drancy, où la cité de la Muette, qui a été le plus grand camp d'internement des Juifs de France, est aujourd'hui une cité HLM.
Une délégation de la Croix Rouge est également venue la visiter en 1944, quelques jours avant la visite de Roussel à Theresienstadt. Là aussi, on a tenté de rendre les lieux présentables. Là aussi, on a du mal, aujourd'hui, à savoir quoi faire de ces murs, comment les insérer, encore, dans le paysage."

Des photos de l'époque existent, trompeuses, mais
"Les ficelles sont plus vicieuses, moins apparentes que je l'avais cru et la mise en scène, suffisamment fondue dans les souvenirs qu’elle imite pour que les témoins eux-mêmes ne l'aient pas remarquée."

Y est passée, parmi bien d'autres, Marceline Loridan-Ivens, y est mort Robert Desnos.
"Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne
Comme un soir en dormant tu nous en fis récit
Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie 
Là-bas où le destin de notre siècle saigne"

Et puis
"Dans la petite forteresse, il y a aussi la cellule de Gavrilo Princip qui, en assassinant l'archiduc François-Ferdinand et sa femme, la duchesse de Hohenberg, roturière pour une fois épousée par amour, a déclenché la première guerre mondiale." Son médecin de l'époque fut interné à Terezin (puis déporté en Pologne).
"Les strates de l'Histoire surgissent nues, absurdes sous la lumière d’une seule vie."

Conclusion : A lire absolument, ce document, cette recherche fort complète (je n'ai pas tout évoqué) magistralement composée, réfléchie et écrite.


En parlent : charybde

42 commentaires:

  1. Je le note pour plus tard, là, je n'ai pas trop envie de me repencher sur le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment dommage qu'on n'ait pas plus vu ce livre (magnifique) que j'ai finalement dévoré!

      Supprimer
  2. Acheté à sa sortie, pas encore lu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais ce qu'il te reste à faire, j'attends ton avis!

      Supprimer
  3. Je lirai certainement ce livre car en dehors de son intérêt sur ce lieu précis , il répond à une de mes interrogations sur les lieux où s'exerce la mémoire collective. Drancy en est un bon exemple. Les lieux habités se prêtent mal au recueillement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien des points évoqués ici m'ont passionnée. Plus la mémoire, etc.

      Supprimer
  4. Les lieux de mémoire collective (Luocine) valent bien un livre et qui semble bien fait de surcroît. Beaucoup de pages ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excessivement bien fait, car (à mon avis) bien écrit avec le juste recul et la sensibilité qu'il faut. J'ai 'découvert' avec ce livre Drancy d'aujourd'hui, c'est extrêmement intéressant (mais ce livre est tellement riche!)
      Dans les 300 pages (qui se dévorent!)

      Supprimer
  5. Je note aussi, car le sujet m'intéresse… Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre est tombé au bon moment, en plus j'ai aimé comment l'auteur présente ses recherches et interviews.

      Supprimer
  6. oh là ce n'est pas seulement de l'intérêt c'est un coup de coeur sans avoir encore lu le livre mais pour le sujet
    dans ma jeunesse j'ai voyagé plusieurs fois en Tchécoslovaquie et j'ai des amis là bas
    Dans les années 70 je suis allée à Terezin, à l'époque rien n'était fait pour la visite, le système communiste n'étant pas à priori pressé de pointer l'extermination des juifs
    La même année je suis allée à Lidice qui fut comme Oradour, un village martyr après l'assassinat de Heydrich
    J'ai eu l'occasion de voir une exposition des dessins des enfants de Terezin et je peux assurer que jamais plus on ne les oublie, la douleur, la cruauté mis à nu par le regard des enfants inoubliable
    je passe commande de ce livre immédiatement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chic, je le savais, que ce livre t'attirerait. J'étais un peu triste de ne pas en avoir entendu parler (c'était sur le présentoir de la bibli, et à le feuilleter j'ai dit Bingo et l'ai emprunté)et à part l'incontournable charybde que je retrouve souvent dans les lectures importantes mais moins courues, je n'ai rien vu!
      Ce livre évoque aussi Heydrich, forcément. Bon, tu penses bien que je n'ai pas tout dit, il t'en reste à découvrir, et du bon, avec ce livre!

      Supprimer
  7. Je le note mais j'ai récemment lu Les Elus de Sem-Sandberg sur une thématique voisine, j'y retournerai plus tard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, sur ces (douloureux) sujets, je préfère les documents plutôt que les romans, mais on ne sait jamais... A voir.

      Supprimer
  8. Tu nous laisses donc découvrir ce que tu n'as pas dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cité suffisamment de passages pour donner idée de l'ambiance et du style excellent, après, à soi de vagabonder à la suite de l'auteur. ^_^

      Supprimer
  9. Une lecture qui interpelle, forcément, et qui me rappelle Lever de rideau sur Terezin lu en 2015.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était la première fois que je lisais un livre sur le sujet! Et ce n'est pas un roman.

      Supprimer
  10. Je ne le commande pas comme Dominique, tout de suite, là dans l'instant, mais je le note car ça ressemble presque à un polar...j'ai bien dit presque évidemment vu le sujet. Mais effectivement on ne sait pas grand-chose de Terezin ("Desnos qui partit de Compiègne" et quelques autres), le nom est imprimé dans notre mémoire comme ceux des autres nombreux camps, sans que nous sachions tout et la façon de procéder de l'auteure me tente...ton billet aussi bien sûr ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait il reste des gens qui y ont été enfermés, et actuellement la ville est habitée, en particulier certains y étaient 'avant'. Une sorte d'enquête, si tu veux.

      Supprimer
  11. Je lirai encore sur Terezin, je note donc soigneusement ce titre (d'autant qu'un roman d'Hélène Gaudy traîne dans ma PAL...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi découverte totale du sujet, et de l'auteur!

      Supprimer
  12. Pas trop le genre de livre que j'ai envie d'explorer en ce moment mais je ne doute pas que ce soit un incontournable. Noté donc, mais pour plus tard.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, plus tard. Mais c'est un excellent livre, tu sais.

      Supprimer
  13. Merci pour ce partage, je lirai bien certainement ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le trouveras sans problème.

      Supprimer
  14. C'est noté ! Avec le tampon rouge Coup de coeur, on a du mal à y échapper, hein !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une totale surprise pour moi, car là le fond et la forme sont à noter.

      Supprimer
  15. Bonjour Keisha, un livre qui se "dévore", je le note car j'ai entendu parler de Terezin mais sans plus. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi, mais là l'auteur a 'élargi' le sujet, ça m'a beaucoup plu.

      Supprimer
  16. Je note le titre, j'ai entendu parler de Terezin, et j'ai visité Birkenau (un moment qui m'a glacé, c'est peu de le dire), mais depuis mes lectures sur la Shoah s'en ressentent. Je suis devenue un peu "intransigeante" et fuis tout pathos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A moi aussi il faut du sérieux et sobre (je n'arrive que rarement à lire des romans, je préfère les documents, sur ces sujets là). Je te conseille fortement cette lecture, qui devrait te plaise.
      (what? Birkenau, j'aurais du mal; déjà Yad Vashem à Jérusalem, ça fait longtemps, jamais oublié)

      Supprimer
  17. Effectivement, ce document doit être à lire absolument. De tous les écrits que j'ai lus sur les camps, ceux de Jorge Semprun me touchent énormément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai lu, des documents témoignages, il en existe de très bons. Celui-ci en fait partie, l'auteur a fait un excellent travail de mémoire et de réflexion, on en a besoin aussi.
      Jorge Semprun, hum, j'ai un de ses livres dans ma PAL depuis... des décennies!

      Supprimer
  18. Un livre qui n'a pas eu le succès qu'il aurait du avoir et c'est bien dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans la bibli et le présentoir, jamais je n'en aurais entendu parler... J'espère que parmi mes visiteuses il y en aura qui le liront et en parleront!

      Supprimer
  19. Je ne sais pas grand chose sur Terezin. C'est Antoine Choplin qui en parle ainsi que de Bedrich Fritta dans "Une forêt d'arbres creux", je crois ? Je ne l'ai pas lu non plus, les deux se compléteraient bien, j'imagine... Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que j'en connaissais tenait sur un timbre poste. Ah bon, Choplin? Oh mais c'est formidable, ce livre est paru dans La fosse aux ours, l'éditeur du mois de février chez Sandrine Tête de lecture!

      Supprimer
  20. Tu lis beaucoup de livres et d'auteurs que je ne connais pas du tout !
    Bon vendredi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas du tout non plus! (merci la bibli)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!