lundi 31 juillet 2017

La porte

La porte
Az Ajto, 1987
Magda Szabo
Livre de poche, 2017
Traduit par Chantal Philippe



J'ignore jusqu'à quel point cette narration colle à la réalité, quoiqu'il en soit, la narratrice et son mari sont eux aussi écrivains, et elle, primée. Ayant besoin d'une aide pour tenir sa maison, Emerence lui est envoyée. Celle-ci est en fait concierge d'un immeuble voisin, et choisit ses employeurs."Je ne lave pas le linge de n'importe qui." Elle décide des horaires, ne plie pas quand elle a décidé de quelque chose, se révèle la vraie maîtresse du chien du couple, mais sa fidélité et sa bravoure la rendent indispensable. Son franc parler heurte la narratrice, qui finit toujours par rechercher Emerence.

Durant les vingt années de service d'Emerence se créent entre patronne et domestique des rapports fluctuants difficiles à éclaircir, est-ce de l'amitié? , en tout cas la narratrice ne comprend pas toujours, se ronge de culpabilité, en particulier pour la mort d'Emerence (on le sait dès le début).
Emerence est un personnage fascinant, entier, charitable, une figure du quartier. Au fil du livre le lecteur en apprend beaucoup sur sa vie (extrêmement dure, cette vie).
Qu'y a-t-il derrière la porte toujours fermée de l'appartement d'Emerence? Pourquoi est-elle fermée, d'ailleurs? Ouvrir cette porte ne sera pas sans conséquences pour Emerence et la narratrice.

Autant j'ai été épatée par ma précédente lecture magyare (La mélancolie de la résistance ) qui se révèle au fur et à mesure, autant là j'ai été un peu lassée, après un beau départ en fanfare. Et j'en suis désolée, car je sais qu'il s'agit d'un livre fort. Mais en dépit des révélations sur le passé d'Emerence, on retombe sur les mêmes schémas, la narratrice ne comprend pas Emerence, lui tient tête, enfin, essaie,  et finit par céder, sinon en tête à tête, du moins en mâchonnant ses regrets et remords. Dommage, car à bien y réfléchir l'histoire d'Emerence est poignante et belle.

Les avis de Ingannmic, aleslire, le bouquineur,

Lecture commune avec Fanja
Dans Lire le monde chez Tête de lecture.

42 commentaires:

  1. C'est un roman que je veux lire depuis longtemps. Ton avis me refroidit un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde est enthousiaste, alors ne t'occupe pas de mes goûts parfois difficiles, je donne mon ressenti, c'est tout. Fais toi ton opinion.

      Supprimer
  2. J'avais adoré cette histoire !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis stupéfait ! J’ai bien aimé ce roman et franchement je le pensais « bon » pour tout le monde car simple sans être simplet, facile à lire, avec un personnage central très intrigant et attachant… C’est le premier billet sur votre blog qui m’étonne autant… Mais vous conservez ma clientèle assidue !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Croyez que je suis la première à être navrée! Je ne regrette pas cette lecture, je reconnais que c'est un roman puissant, intéressant et bien construit, mais je n'ai pas adhéré à tout.

      Supprimer
  4. mais moi je me fie à tes goûts car souvent je suis plus difficile que toi, et je manque tellement de temps.. pour lire tout ce que je veux alors .... je vais laisser passer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, ne t'occupe pas de mes ressentis, ce roman est salué par tous!

      Supprimer
  5. Merci pour le lien... j'ai eu un peu des réticences inverses aux tiennes à la lecture du Faon, de la même auteure, où le récit m'a semblé long, laborieux, avant de se débloquer à environ un tiers de la fin. Peut-être que Le faon te plairait, en fait, qui se "révèle lui aussi au fur et à mesure"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A voir, éventuellement, si je veux continuer (il est à la bibli, donc zéro risque)

      Supprimer
  6. J'ai bien aimé cette lecture, mais je comprends ce que tu écris, il y a une sorte de frustration à ne pas vraiment comprendre cet étrange duo, et l'efficacité pratique d'Emerence ne justifie pas que la narratrice lui soit autant attachée. Il y a là quelque chose qui peut paraître bancal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La narratrice demeure un peu étrange, plus qu'Emerence, on dirait! ^_^

      Supprimer
  7. Les lectures se suivent et ne se ressemblent pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr. On ne pas pas avoir un coup de coeur à tous les coups (mais ça arrive quand même!)

      Supprimer
  8. C'est grâce à une amie que j'ai lu ce roman il y a quelques années, avant que sa publication en poche ne lui donne l'attention qu'il mérite. J'ai gardé d'Emerence un très agréable souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En poche, c'est bien, en effet, ça permet les découvertes.
      Je ne pense pas oublier Emerence, rien que le prénom d'ailleurs!

      Supprimer
  9. Haha, j'ai bien senti, via Goodreads, que tu n'avais pas été emballée plus que ça. D'ailleurs ta note m'avait inquiétée car je ne l'avais pas encore lu de mon côté.
    Bon, moi comme tu l'as vu, j'ai fini par vite adhérer malgré un début qui présageait mal. Je note que, plus que le style narratif, ou l'histoire en elle-même, ce sont vraiment les personnages qui t'ont quelque peu agacée, ce qui a pesé lourd dans ton plaisir de lecture. Pendant lecture, j'en discutais avec une collègue qui l'avait lu il y a plusieurs années, et c'est assez amusant parce qu'elle avait été aussi un peu chiffonnée par les personnages, du coup elle n'arrivait pas à affirmer qu'elle avait aimé le roman, mais en même temps, elle avait trouvé que c'était un bon roman quand même. J'ai l'impression que vous vous rejoignez un peu là-dessus pour le coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, tu as bien résumé mon ressenti, semblable à celui de ta collègue. Ce qui ne m'empêchera pas de lire... Le faon, par exemple? ^_^

      Supprimer
  10. Je note quand-même, ne serait-ce que parce que je n'ai jamais lu de littérature magyare !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Raison pour laquelle je pourrais lui donner encore une chance, je n'ai rien contre son style!

      Supprimer
  11. Je l'ai déjà vu chroniqué ( jsutement sur Aleslire) mais pas particulièrement attirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi de voir, mais on lit peu d'auteurs hongrois, c'est l'occasion.

      Supprimer
  12. Je le note, je suis tentée par ce personnage d'Emerence.

    RépondreSupprimer
  13. Le nom me parle mais l'histoire ne m'intéresse pas - toujours intéressant de voir quand on adhère pas comme tout le monde à un roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me comprendre, après tout cela arrive de ne pas être aussi enthousiaste que les autres (tout en reconnaissant les qualités du roman)

      Supprimer
  14. Un roman abandonné en cours de route ! je n'avais pas été sensible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agissait d'une lecture commune, sinon j'aurais peut-être été aussi peu sensible que toi. ^_^

      Supprimer
  15. Réponses
    1. L'idée c'était de découvrir un auteur, et d'un pays dont on connaît moins la littérature. A toi d'y aller!

      Supprimer
  16. Ah dommage ! Rien n'est perdu j'ai noté la mélancolie de la résistance ... ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mélancolie de la résistance, c'est spécial, mais plus dans mon terrain de jeu habituel. ^_^

      Supprimer
  17. Je l'ai lu récemment, pas chroniqué, mais beaucoup aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben alors! Dommage de ne pas en avoir parlé. Merci de ton avis ici.

      Supprimer
  18. ah... un avis mitigé... De mon côté, je verrai. Une amie l'a acheté, donc je sais où me le procurer si besoin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, aucun risque. Tout le monde aime, y compris Fanja.

      Supprimer
  19. Mince mince, une amie me l'a offert pour mon anniversaire, et je m'attendais à un chef-d'oeuvre, tu n'es pas la première à ne pas être enthousiaste, et ça m'ennuie.Heureusement en lisant les comm, je vois que certains le sont plus que toi. Honnêtement tout est tentant dans l'histoire (même la sublime jaquette isn't it?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lis-le, sans doute seras-tu conquise, après tout c'est bien construit, bien écrit, intense, tout ça. J'ai juste fatigué des tergiversations de la narratrice. ^_^

      Supprimer
  20. Cela m'avait incroyablement gavé à l'époque de ma lecture (et Mina, grande lectrice de Hongrois, m'a dit peu ou prou la même chose récemment). Bref, on peut monter un club si tu veux ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin, on me comprend! ^_^ Pourtant après le génial La mélancolie de la résistance, j'étais rodée en littérature magyare...

      Supprimer
  21. Bon, là, tu es moins emballée que A girl...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moins que la majorité, mais je viens de trouver des gens de mon avis, ouf! ^_^

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!