mercredi 27 septembre 2017

Vers la nuit

Vers la nuit
Touching the rock, 1990
Un journal de
John Hull
Seuil, Editions du sous-sol, 2017
(Robert Laffont, 1995)
Traduit par Donatella Saulnier et Paule Vincent



John Hull (né en 1935 en Australie et décédé en 2015 à Birmingham, Royaume Uni) était professeur de théologie et chercheur. Vers la nuit, après un bref rappel de ses origines familiales, ses études et ses problèmes précoces de vision, propose un journal tenu entre 1983 et 1986, où il évoque sa cécité, considérée comme effective en 1980, après la naissance d'un de son fils Thomas. C'est absolument passionnant, mon exemplaire est bourré de post it, et je vais tenter de parler le mieux possible de ce livre vraiment riche. A vous de le lire, pour compléter ce que je pourrai en dire.

L'auteur ne classe pas vraiment ses notes, quelques idées générales reviennent, mais le tout est extrêmement vivant, répond à beaucoup de questions que ce posent les 'voyants', et n'omet pas quelques réflexions de bon aloi et attendues d'un professeur d'université, qui a su observer les changements dans sa vie, les réactions, les sensations, et proposer des considérations originales.

J'y vais en vrac, un peu comme le livre:

Quelques rêves sont relatés, oui, l'on continue à rêver en images. Juste la remarque que les visages deviennent moins précis.
Plus généralement Hull parle des visages connus, de leur évolution dans sa mémoire. Mais aussi:
"Pendant mes deux premières années de cécité, les gens pour moi se divisaient en deux groupes: ceux qui avaient un visage et ceux qui n'en avaient pas.C'était un peu comme une visite à la National Gallery. Il y a des rangées de portraits et, soudain, un vide."

"Quand on est aveugle, on se rend compte du nombre de formules faisant référence à la vue dans le langage." "Toute la structure de notre discours quotidien et ordinaire présuppose un univers voyant."

Bien sûr il utilise une canne blanche, mais possède une certaine perception des obstacles. (curieusement je comprends cela, pour lui c'est exacerbé bien sûr, mais quand je me déplace dans ma maison dans l'obscurité totale -oui, je suis bizarre- il m'arrive de m'arrêter juste avant de heurter un objet - et là j'avance les mains pour 'voir')(avec de l'habitude je pose les mains exactement où se situent les meubles).

La pluie lui permet des expériences extraordinaires." La pluie a une façon particulière de faire ressortir les contours; elle jette un voile de couleur sur des choses auparavant invisibles; une pluie régulière substitue à un monde intermittent et donc fragmenté une continuité d'expérience acoustique." La pluie fait ressortir le paysage!

Ouïe et vue
L'organe par lequel on entend (l'oreille) et ceux par lequel on se fait entendre ( le larynx et la bouche) ne sont pas les mêmes Alors que l'organe par lequel on voit et celui par lequel on est vu sont les mêmes. La vue est réciproque, tandis que l'ouïe est séquentielle."

Hull pense que l'auteur du psaume 139 était aveugle. En tout cas, il en fait une étude brillante et fascinante (pages 80 et autour)

Il a constaté que sa perception du temps a changé. "je ne peux pas me presser." "Peut-être toutes les infirmités graves provoquent-elles un rétrécissement de l'espace et un étirement du temps."

Filons, vers "Qu'est-ce qui correspond, sur le plan visuel, à la différence entre le bruit et le silence?" Après réflexions, il conclut qu'il semble que non. Puis, plus loin :  "Il est considéré comme impie de regarder Dieu mais il est permis de l'entendre. Le bruit est transcendant."

Le livre cite abondamment des expériences et rencontres avec les autres, particulièrement ses enfants, avec lesquels il peut jouer, les accompagner à l'école, etc. Parfois il lui est plus facile d'être seul pour appréhender un itinéraire.
Il se considère "comme quelqu'un qui voit de tout son corps."

J'espère vous avoir fait toucher/voir/percevoir (!) la richesse de ce livre et je suis sûre qu'à votre tour vous y trouverez des points intéressants.

Un bref avis sur babelio, parfait résumé,

34 commentaires:

  1. Ce livre doit être passionnant. Je le note. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis persuadée que vous aimerez cette lecture! Et ce n'est pas du tout triste ou ennuyeux.

      Supprimer
    2. Je vais le commander car je vous fais confiance.

      Supprimer
    3. Grosse responsabilité! ^_^ Mais à relire mon billet et à repenser à ce livre, je pense que vous allez aimer.

      Supprimer
  2. Très intéressants tous ces extraits ; je note bien sûr, j'ai aimé ta précision de "pas plombant" sur FB ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que ce récit a priori peu attirant est à lire absolument!

      Supprimer
  3. un sujet tout à fait fascinant je trouve... je note :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pu m'empêcher de l'emprunter...

      Supprimer
  4. alors ça évidement je le note, les problèmes de perception m'intéressent, que ce soit la vue ou l'ouïe lorsqu'on en ait privé il semble qu'on développe des sens en compensation
    je pense que je mettrai très vite la main sur ce livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, après la surdité, la cécité.^_^ Exact, d'autres sens se développent, ça on le sait. Ce livre te plaira, j'en suis sûre.

      Supprimer
  5. Le sujet est passionnant mais la religion ? tu la cites plusieurs fois, et je n'ai pas envie qu'elle soit trop prégnante dans le récit, je suis plus intéressée par sa cécité (en tant qu'ancien voyant)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur est tout de même professeur de théologie, mais il ne cherche pas à convaincre ! Ses remarques demeurent plutôt du domaine de l'intellect, et quelques anecdotes montrent qu'il est un peu à l'écart de certaines croyances.
      Pareil, il y a pour mon goût un peu trop de récits de rêves dans le livre, mais il explique en rapport avec sa maladie, donc ça peut passer.
      N'hésite donc pas (et si tu veux saute quelques rares passages)

      Supprimer
  6. La formule "voir de tout son corps" semble si vraie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre est bourré de remarques qui font tilt et amènent à réfléchir, vraiment je te le recommande.

      Supprimer
  7. Ca a l'air effectivement passionnant. Je le note ! Pour moi mais aussi pour un ami...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il peut intéresser un large public; de plus le format journal rend le tout très vivant.

      Supprimer
  8. Très intéressant, nécessaire même pour comprendre. J'ai vécu il y a quelques années une expérience dans le noir complet comme si j'étais aveugle, c'est très déstabilisant et stressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hou là, c'était volontaire cette expérience? Tout ce qui permet de mieux comprendre l'autre est utile.

      Supprimer
  9. Il n'y a pas d'apostrophe? Zut alors ! LOL
    Je ne connais pas du tout, mais c'est souvent le cas chez toi. Tu m'en fais découvrir, des livres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais attends un peu, j'en ai encore un!
      Je lis pas mal de non romans, en fait. J'ignorais totalement l'existence du livre et de l'auteur avant de voir ce récit à la bibli.

      Supprimer
  10. Belle trouvaille ! Ah c'est un sujet qui me fait peur ça, la cécité (quand on est grand lecteur en plus, mais surtout, au quotidien, quelle galère quand même...), mais le sujet m'intéresse. Je crois d'ailleurs n'avoir rien lu là-dessus vraiment (je suis plus sur la surdité). L'auteur n'a pas l'air de faire dans le déprimant en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, pas déprimant. J'avoue que le sujet m'intéressait pas mal, à cause de ma mère (elle ne peut plus lire, ça lui manque vraiment) et finalement c'est un chouette livre. Oui, avec Malentendus j'étais avec la surdité, je passe à la cécité maintenant. Fouine à ta bibli.

      Supprimer
  11. Oui, ce doit être intéressant toutes ces réflexions. Comment on perçoit le monde quand on ne le voit plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le passage sur la pluie est très très intéressant.

      Supprimer
  12. Je ne sais pas, mais les citations, elles, m'ont touché… (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à le lire, j'ai opéré une sélection drastique, mais j'avais noté d'autres passages.

      Supprimer
  13. L'auteur a su parler de son expérience, ce qui ne doit pas être simple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, ses réflexions sont très intéressantes.

      Supprimer
  14. Fascinant. On a tous joué à être "aveugle" car cette éventualité fait peur. .. c'est bien d'avpir le ressenti de quelqu'un qui le vit réellement. J'avais un ami aveugle à la fac qui se moquait bien des "clichés" que les voyants avaient à propos de la cécité. Oh et il y a l'extraordinaire "l'aveuglement" de Saramago sur ce thème. Ici j'apprécie la dimension de témoignage et la touche prof de théologie ! À noter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à noter. On a tous des ressentis, expériences, rencontres, idées sur la question. Tu devrais vraiment aimer cette lecture!

      Supprimer
  15. Oui tu nous a fait touché l'intérêt du livre; merci; je veux le lire et je retiens le titre.
    David Lodge dans son roman "La vie en sourdine" nous fait découvrir la surdité par l'intérieur puisqu'il était en train de perdre l'ouïe. C'est un livre qui lui aussi est passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses bien que j'ai lu La vie en sourdine (tiens tiens, le relire?) , Lodge est un de mes chouchous anglais contemporains.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!