vendredi 19 janvier 2018

Moby Dick

Moby Dick
Moby Dick or the Whale, 1851
Herman Melville




En apercevant dans les nouveautés (?) de la bibli le roman Achab (séquelles) de Pierre Senges (avis de Charybde), le roman de Melville est revenu dans mes pensées, et me voilà avec la version originale (et une version française) dans les mains. Restons prudents.

Tout le monde ou presque connaît déjà l'histoire, en tout cas je croyais la connaître. Mais si, Moby Dick, la grosse baleine qui a boulotté la jambe du capitaine Achab, lequel n'a plus qu'une seule idée fixe, se venger!
Sauf que sur 600 pages, Achab n'apparaît que largement après la page 100, et la baleine vers la fin!
Mais alors de quoi parle Melville, qu'on a connu moins disert avec Bartleby le scribe ?

Après de l'étymologie et des extraits de textes anciens ou non parlant de baleines, le voilà qui démarre : "Call me Ishmael" "Je m"appelle Ishmaël." le narrateur, dont on ne saura pas grand chose mis à part qu'il a déjà navigué sur des navires marchands, se met en tête de travailler sur une baleinière, et il sera embauché sur le Pequod, ainsi que Queequeg, pour ce que j'en sais un harponneur (tatoué) de grand talent, originaire d'une île polynésienne où l'on ne dédaigne pas le cannibalisme. La rencontre et l'amitié improbable de ces deux là couvre un bon début du roman, et c'est du bonheur de découvrir comment Ishmael accepte leurs différences et fait preuve de grande tolérance.

Puis c'est parti pour la chasse à la baleine, environ trois ou quatre ans sans mettre le pied à terre. Melville s'accorde bien sûr la description de l'équipage, et du capitaine Achab, mais surtout il présente toutes les informations sur les différentes sortes de baleines, la chasse au moyen des canots, comment se déroulent les repas, la vigie tout là-haut, et tout ce qui se passe une fois que la baleine est capturée, récupération de la graisse, l'huile, etc. Un vrai documentaire, extrêmement bien découpé, alterné avec les aventures du Pequod, intéressant grâce au style de Melville, entrecoupé de rencontres avec d'autres baleiniers (et la question récurrente d'Achab 'avez-vous vu la Baleine blanche?').

Que cela n'effraie pas le lecteur potentiel, un poil d'humour, du style épique parfois, des références historiques, mythologiques et religieuses, permettent d'engloutir le roman sans trop fatiguer, en dépit de la taille de la bête. La folie d'Achab et surtout la fin du livre sont hallucinantes. Mais gare, il y aura beaucoup beaucoup de baleine là-dedans, et même si à l'époque la pêche, avec bateaux à voile, canots à rames et harpons lancés à la main, devait prélever moins de baleines, quand même le lecteur pense parfois qu'on aurait pu les laisser tranquilles (d'ailleurs Melville fait bien sentir son admiration pour ces gros animaux)

En conclusion : Moby Dick demeure un roman grandiose, à découvrir. Sans doute bien des études ont été écrites dessus, je dirai seulement que j'ai apprécié quand Melville commente souvent les événements en élevant le débat, en l'universalisant si j'ose dire.

Lecture en VO : au moins on reste au plus près du texte, ce qui pour un classique demeure un plus. Cependant j'avais la version française pas loin, histoire de vérifier si j'avais bien compris. Parce que tout de même, en VO, "donnez de la voile" et "hissez le cacatois", par exemple, j'ai fini par laisser couler mes yeux dessus. Parfois même des mots anglais très très techniques sur les baleines n'étaient pas traduits.
Notons aussi l'emploi fréquent du tutoiement (les thou, thyself) et les formes telles 'Look ye!', et 'art thou' dans les dialogues ou monologues.

Des avis chez babelio, un sur lecture/écriture, ingannmic, mark et marcel,

64 commentaires:

  1. Un livre qui m'a un peu assommée. Il nécessitera une relecture pour mieux savoir quoi en penser. J'avoue que le début avec les étymologies m'a perturbée : je m'attendais au fameux "call me..." et vlan. de l'étymologie pendant des pages et des pages... J'ai cru m'être trompée d'édition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les passages au début peuvent se survoler un peu (quitte à y revenir...). 'Call me' arrive juste après. Mais c'est sûr que ce roman n'est absolument pas comme on l'imagine. Cependant il mérite lecture, et une lecture au complet.

      Supprimer
  2. Je l'ai découvert assez récemment, et c'est sans doute, je suis d'accord avec Nathalie, un roman qu'il convient de relire, tant il est dense et propose plusiuers niveaux de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il serait dommage qu'on ne le considère que comme un 'classique jeunesse', c'est complètement fou comme projet de la part de Melville.

      Supprimer
  3. C'est un livre qui ne m'a jamais tentée, l'histoire ne me parle pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je croyais qu'on aurait la chasse poursuite pendant tout le roman (alors bof bof pour moi), mais non, c'est autrement plus intéressant! Et puis quel souffle, quelle écriture!

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Je sais y trouver les bons livres... ^_^

      Supprimer
  5. je lui dois une lecture car c'est vraiment un livre mythique une référence absolue pour beaucoup d'écrivains

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mythique, carrément, je suis d'accord (rien vu sur ton blog?)

      Supprimer
  6. Un roman magnifique, même pour moi qui ne les aime pas longs…. C’est dire sa qualité ! Je l’avais lu enfant (peut-être une version courte ?) puis relu dans l’édition Phébus de 2005 et la traduction d’Armel Guerne qui serait la meilleure. Pour information, Melville « aimait à dire qu’il n’écrivait pas en anglais mais en outlandish… la langue du grand Ailleurs. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui les versions jeunesse... D'accord, à condition de lire le tout après. Et puis, qui choisit les coupes? Après tout, plein de passages sur les baleines sans rapport avec Achab pourraient passionner les gamins?
      Je confirme que la langue de Melville, c'est quelque chose!!!

      Supprimer
  7. J'avais étudié une partie du texte à la fac et je savais qu'on retenait qu'une petite partie de l'histoire et qu'il y a de nombreuses versions "allégées"
    un jour peut-être, mais j'ai ses nouvelles sous le coude qui m'attirent plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu le pavé, il doit exister de l'allégé (mais je suis pour les versions complètes, ça donne l'idée de la bête)
      Des nouvelles? Je ne connais d'autre que Bartleby.

      Supprimer
  8. J'ai lu deux adaptations BD coup sur coup ce mois-ci (celle de Jean Rouaud et celle de Chabouté). Il fait partie des classiques que je veux lire cette année. Ton billet me permet de mieux voir à quoi m'attendre et surtout de voir les différences avec les BD. C'est très intéressant. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah des BD, ça pourrait m'intéresser, pour continuer... Après tout, on connaît déjà l'histoire, mais ça n'empêche pas.

      Supprimer
  9. Je crois ne l'avoir jamais lu en entier... À l'occasion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était ma première fois! Je ne regrette pas.

      Supprimer
  10. Un tel pavé, je ne risque pas de le lire en VO ! J'ai vaguement le projet de le lire un jour... pas tout de suite, même si tu es rassurante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La version française que j'avais sous la main en cas de naufrage avait l'air de bien rendre l'affaire. Un jour tu pourras t'y lancer et tu sauras tout sur les baleines!^_^

      Supprimer
  11. Moi non plus je n'ai jamais été tentée par le sujet, sans doute la crainte d'un peu trop de carnages et de descriptions sanglantes, je suis sensible au sort de ces grosses bestioles plutôt pacifiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela reste soit mythologique si j'ose dire soit scientifique. Même Melville je l'ai constaté ressent du respect pour ces animaux et s'offre de bonnes réflexions.

      Supprimer
  12. La Recherche, Moby Dick... beaucoup de grands livres par ici ! Bien que fan de Bartleby, je ne me suis pas encore lancée dans celui-ci. Je garde ça pour des vacances...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lubie 'classiques' qui durera ... ce que ça durera! Actuellement je termine Les Essais de Montaigne, ensuite, j'ai des idées. Cela se lit très bien, par petits morceaux on y arrive.

      Supprimer
  13. Je connais la version jeunesse, elle doit trainer quelque part chez moi, mais je ne pense pas l'avoir lue.
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas? Car la bête est lourde, au départ. Mais à mon âge, je fonce dans les versions complètes. ^_^

      Supprimer
  14. Je n'ai lu que la version BD (superbe) de Chabouté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et hop, noté, ma bibli possède les deux volumes!

      Supprimer
  15. Un jour peut-être Moby Dick. Ça reste un classique donc à lire pour comprendre son succès et sa force, mais je n'ai jamais été très motivée. Les histoires sur la mer, je ne sais pas pourquoi, ça me bloque. Mais je lirai tout de même Le vieil homme et la mer, ça y est, il est dans ma PAL (et en VO).^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'étais pas très attirée au départ, comme toi, mais j'aime les défis, et puis, classique, tout ça...
      Ah tu te rattrapes bien avec Hemingway, tu ne lâches pas. Je veux bien te suivre, mais j'attends un peu.

      Supprimer
  16. Je l'ai, mais il me fait peur et je ne suis pas sûre de le lire un jour. Ton billet me rassure un peu. C'est surprenant les livres dont on pense connaître l'histoire quand le résumé qu'on a est en fait très partiel. C'est en partie pour cette raison que j'ai mis si longtemps à me lancer dans "Anna Karénine", qui occupe une place assez peu importante (bien qu'essentielle) dans le roman en fin de compte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait on résume l'histoire, sans mensonge, mais le roman contient en majorité bien d'autres choses...
      Pour Anna K. , pareil, elle n'apparaît que tardivement, enfin, pas tout de suite, et il y a un autre héros très intéressant, avec Levine.

      Supprimer
  17. il fait partie des romans que j'ai commencé au moins dix fois et jamais lu en fait
    je me promet de le faire, il faut que je le mette un peu en tête de liste
    tu m'as convaincu mais en français of course

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu apprécieras, c'est quelque chose ce roman/documentaire...

      Supprimer
  18. En version originale, je ne me serais pas lancée ... Mais ce titre en un de mes poids lourds. Il est fascinant. La pêche à la baleine, c'est le genre de thème qui me fait bailler, mais en réalité, comme tu le dis, il ne s'agit pas de baleine, mais d'une épopée, de la folie d'un homme en prise avec le mythe, le mal ... Grandiose et totalement fascinant. Je n'ai rien appris sur les baleines, mais j'ai pris une claque de littérature !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas qu'Achab, ses seconds sont aussi à connaître. Et quelle écriture! J'ai aussi apprécié la documentation sur les baleines, Melville a dû y consacrer du temps. De plus, à chaque fois il y a des réflexions, des applications à la nature humaine.

      Supprimer
  19. Je crois bien que je n'en ai lu que des extraits et même peut-être une version édulcorée pour la jeunesse, lorsque j'étais jeune...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine bien les passages qui ont dû sauter... La pauvre baleine devait être réduite à peu!

      Supprimer
  20. Je me suis rendu compte récemment que je ne l'avais jamais lu. Les élèves m'ont parlé d'une version album-illustré qui vient de sortir. Une autre façon de commencer les classiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'a signalé des BD, dont celle de Chabouté.

      Supprimer
  21. Si jamais je me décide à m'attaquer un jour à ce "monstre", c'est clair que je ne choisirait pas la V.O. Vu le contexte, il y aura des passages entiers de vocabulaire plus technique que je ne maîtrise pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même en français, je ne maîtrise pas le vocabulaire des voiliers, mais ça n'a pas d'importance.^_^

      Supprimer
  22. c'est pour moi un excellent souvenir de lecture, vraiment une belle découverte ! Et tu en parles très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien retrouvé le billet sur les BD.
      Pour parler des classiques, j'y vais sans trop de complexes, disant mon ressenti, pas question d'en faire une étude.^_^

      Supprimer
  23. Persuadée que ce roman gagne à être lu ou relu... j'en garde un souvenir lointain, il y a des livres qu'on apprécie pas assez quand on est trop jeune.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est mieux de le lire (ou relire en entier) une fois adulte; je suis d'ailleurs sûre d’avoir raté pas mal d'aspects.

      Supprimer
  24. Il va falloir que je le relise, ou plutôt que je le lise en anglais : depuis que j'ai la kindle avec ses dictionnaires intégrés la lecture en vo est facilitée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que la VF à côté m'a parfois été utile, puis j'ai fini par ne plus trop chercher à tout comprendre quand c'était trop technique. Bon courage, mais ça vaut le coup.

      Supprimer
  25. Lire Mobby Dick vous a pris beaucoup de temps ? Pour moi, ce n'est toujours pas "une lecture au complet".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai terminé le 24 décembre (noté sur Goodreads) on va dire vraisemblablement deux semaines. En petites portions à chaque fois.

      Supprimer
    2. Je n'y arriverais pqs en deux semaines, je crois que ma façon de lire - tendance à éplucher, interroger, même les romans - m'éloigne des gros livres.

      Supprimer
    3. Ou alors, comme je fais avec Proust, posséder le livre, le lire peut-être vite la première fois, puis relire tranquillement, sans la pression de devoir rendre le livre à la bibliothèque.

      Supprimer
  26. Quand je l'ai lu,j'étais trop jeune pour l'apprécier et je n'ai pas compris la portée philosophique du récit et le sens profond de la quête d'Achab. Depuis j'ai lu des analyses et il va me falloir le relire... Mais il faut avoir le temps et je veux d'abord vider un peu ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu toutes les analyses et suis sans doute passée à côté, mais là je voulais une lecture 'embarquée', simplement.
      N'oublie pas, alors!

      Supprimer
  27. Je m'interrogeais sur le temps qu'il vous fallait pour lire un tel roman , il semble que mon commentaire ne soit pas passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les commentaires sont modérés, ce qui évite les barrages semble-t-il; malheureusement ils ne sont visibles que lorsque je reviens, et hier, je n'ai plus rouvert internet.

      Supprimer
  28. Je ne sais pas si j'oserais m'attaquer à un tel morceau. Ça me fait un peu le même effet que vis à vis de Ulysse de Joyce. Mais autrefois je ressentais la même chose envers Proust et maintenant je le lis avec plaisir donc il ne faut jamais dire jamais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, j'en suis au tiers de Ulysse, et rien à faire, je cale. J'ai d'ailleurs oublié qui fait quoi et je peine à trouver de l'intérêt. Ulysse représente LE bloc contre lequel je bute dans ma vie de lectrice, mon Moby Dick à moi. Je ne suis pas ras les pâquerettes au point de ne pas savoir ce que veut Joyce et ne pas apprécier ses petits jeux de style et d'inventivité langagière, mais.... c'est long long long!
      Bref, Melville à côté c'est fastoche...

      Supprimer
  29. Mazette, après Proust " Moby Dick, tous mes grands projets lectures, il faudrait vraiment que je prenne le temps. Je ne doute pas que Moby Dick est un roman grandiose, et j'ai même la chance de l'avoir en belle collection illustrée. Honte à moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le problème avec ces incontournables, c'est qu'il vaut mieux les relire ansuite car on passe un poil à côté c'est sûr. Soupirs...

      Supprimer
  30. Cela fait des années que je tente d'apprivoiser ce roman, à intervalles très irréguliers, j'en conviens, mais non, rien à faire, il me tombe des mains assez vite. Je dois dire que, à part Bartleby le scribe, je peine un peu à trouver des lectures enthousiasmantes chez Melville qui a tendance à me laisser de marbre... ceci explique donc peut-être cela !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Achab ne m'a pas particulièrement plu, mais tous ces chapitres sur les baleines, et la façon dont c'est raconté, et ce que Melville en tire comme 'leçon', ça m'a fascinée. Un bouquin grandiose, allez, courage.

      Supprimer
  31. C'était mon «défi de lecture» de l'an passé, et j'ai été heureusement surprise! Comme tu dis, la fin est formidable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah on sent les embruns!!! Un incontournable qu'il faut quand même aborder avec un stock de volonté, mais ça se passe bien.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!