vendredi 27 avril 2018

Courrier de Tartarie

Courrier de Tartarie
Peter Fleming
Phebus Libretto, 2001
Traduit par S et P Bourgeois


Vous vous souvenez d'Oasis Interdites d'Ella Maillart? Oui? Alors merci, dans mes bras! Non? Hé bien je vais pouvoir me répéter (un peu seulement) sans scrupules.

Durant sept mois, l'anglais Peter Fleming et la suissesse Ella Maillart (dite Kini) ont parcouru  près de six mille kilomètres, de Pékin à la vallée du Cachemire, via Kashgar et l'Himalaya, ceci en 1935, et au moment où le Sinkiang (province nord ouest de la Chine) était réputé infranchissable, les étrangers risquant d'être refoulés ou emprisonnés. Le tout sans vrais visas sur leurs passeports, sans savoir comment réagiraient les fonctionnaires chinois, russes ou que sais-je.

Quand j'ai parlé d'Oasis interdites, quelques lectrices m'ont assuré qu'il fallait lire Courrier de Tartarie, la version du voyage par Peter Fleming, 'à se demander s'ils ont fait le même voyage, lui et Ella Maillart'. Bien évidemment je n'ai pas voulu jouer au jeu des ressemblances ou des sept erreurs, mais je confirme que les deux récits sont à lire!

Les deux ne se connaissaient pas vraiment, n'avaient pas prévu de voyager ensemble, mais comme ils se sont trouvés vouloir réaliser le même voyage au même moment, autant 'rester groupés'. Peter d'ailleurs est le seul racontant comment ils se sont rencontrés au fin fond de la Manchourie... Il évoque plus de détails en règle générale, les appareils photos, les armes, ou disons, les carabines, avec lesquels il s'éloignera souvent des campements pour chasser, Ella étant meilleure cuisinière. Ils formèrent une bonne équipe, chacun avec ses talents, à Kini les soins médicaux et vétérinaires, à Peter les négociations, par exemple.

Contrairement à certains européens de l'époque, ils voyagent léger, ce qui se révéla une bonne option. Ce n'étaient pas des voyageurs débutants, ni l'un ni l'autre, mais ils sont vraiment partis sans trop savoir ce qui les attendait (et ça a marché). Ils connaissaient peu des langues locales, et ne se livrent pas à un compte rendu exhaustif géographique et historique. Pourtant les récits fourmillent de mille détails.

"Pour une expédition comme celle que nous avions entreprise, nous n'avions le choix qu'entre deux méthodes : ou bien prendre toutes les précautions, ou alors n'en prendre aucune." (j'ai - toutes proportions gardées- le même penchant naturel : je préfère ne pas trop évoquer tout ce que j'ai bu et mangé au fin fond de l'Afrique)

Cerise sur le gâteau, à la fin se trouve une conversation entre Ella Maillart toujours en pleine forme et Catherine Domain en 1989. Comment les deux voyageurs se sont-ils entendus? Lui le chasseur pressé, elle la voyageuse voulant prendre plus de temps à voyager? Quoiqu'il en soit, ils reconnaissent les qualités de l'autre, Ella pointant particulièrement l'humour de Peter (et ça je confirme!)

Avis chez babelio,

28 commentaires:

  1. J'ai lu plusieurs livres d'Ella Maillart il y a longtemps, j'avoue qu'aujourd'hui je ne sais plus exactement lesquels. En fait, aujourd'hui, tu nous en proposes deux, à lire presque en même temps pour en savourer toutes les nuances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La première lecture remonte un peu; je compte continuer avec Ella Maillart en tout cas, tranquillement.

      Supprimer
  2. Un bon bouquin que j'avais beaucoup aimé....et qui élargissait mes connaissances sur Ella Maillart !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était chic que je puisse la main dessus! Je ne m'étonne pas que vous soyez intéressé!

      Supprimer
  3. ce livre est un bonheur d'humour et fait un pendant magnifique à celui d'Ella Maillart quelle époque ! et quels personnages !!!

    RépondreSupprimer
  4. Mince, je ne connais pas du tout Ella Maillart !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suisse, voyageuse, et du cran! Genre : récits de voyages. Ma came, quoi. ^_^

      Supprimer
  5. Ah je suis heureuse que, comme moi, tu aies apprécié les deux récits ;-)
    Dommage qu'ils soient tous deux restés discrets sur leurs relations.... mais visiblement la fiancée anglaise de Fleming était très jalouse d'Ella Maillart (elle avait sans doute raison...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois que je suis les conseils!!! Heureusement ce livre était disponible dans une autre bibli.
      Pleming parle de son mariage après le voyage, dans Courrier de Tartarie. A lire Ella Maillart en postface (50 ans après, il y a prescription), elle ne dit rien clairement mais laisse planer un gros gros doute (c'est une coquine!)

      Supprimer
  6. Un récit de voyage qui ne pouvait que te plaire.

    RépondreSupprimer
  7. Ella maillart, Alexandra David-Nell, quelles femmes extraordinaires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il reste à découvrir des récits encore...

      Supprimer
  8. je ne connais pas non lus Ella Maillard mais lire deux livres sur la même expérience me tente beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au départ, quelle aventure que ce voyage! Alors avec deux visions des choses, ce n'était pas mal du tout.

      Supprimer
  9. Des lectures tout à fait pour moi tout ça, en plus j'aime particulièrement les voyages hors 21è siècle, mais bon, pour l'instant, focus G&P !^^

    RépondreSupprimer
  10. Comme Luocine, deux lectures de la même expérience me tente aussi beaucoup !

    RépondreSupprimer
  11. Ta photo est magnifique! Est-ce spécialement pour la Tartarie ou vas-tu la garder un moment?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! J'avais envie d'un peu d'exotisme et de couleur. Photo prise en Iran, dans un bâtiment magnifique tout en miroirs. Je pense la garder un moment. ^_^

      Supprimer
  12. J'ai un gros faible pour ces récits de voyage ! J'ai déjà lu Ella Maillart, mais comme Aifelle je ne me souviens plus des titres... Deux regards sur le même parcours. Certainement bien intéressant !

    RépondreSupprimer
  13. Jamais entendu parler, ni de l'un, ni de l'autre ! Contrairement à certaines, les récits de voyage ne m'intéressent pas particulièrement, mais il est vrai que je suis admirative de ces gens qui ont entrepris de telles expéditions à une époque où rien n'était facile (communications, circulation des personnes, connaissance des territoires...). Surtout pour une femme, seule à l'origine.
    Je n'ai pas encore lu ton billet sur le livre d'Ella Maillart, mais est-il aussi vivant que celui de son compagnon de route ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ces voyages dan des contrées inconnues (ou alors connues de nos jours, dans d'autres conditions). Dans le lot de voyageurs, il y a pas mal de voyageuses, et souvent 'seules'. Toute une époque?

      Supprimer
  14. Pas lu, mais je suivrai certainement ton avis, aussi parce que tu cites Ella Maillart ! As-tu vu son film Voyage au Kafiristan ? C'est une merveille. (Oui alors je remonte petit à petit tes posts, telle une psychopathe, parce que j'ai enfin 2 petites heures devant moi et c'est réjouissant) (sauf que Philip Roth est mort donc c'est moins réjouissant quand même)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je constate que tu t'es jetée sur mon blog... ^_^ Cela me fait plaisir, quel enthousiasme.
      Connais pas ce film, dis donc. Un saut sur google. Ha oui, ça me plairait, en attendant je pourrais lire d'autres livres d'Ella Maillart, quoi.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!