lundi 4 juin 2018

Le tunnel aux pigeons

Le tunnel aux pigeons
Histoires de ma vie
John Le Carré
Seuil, 2016
Traduit par Isabelle Perrin

En fait je ne me souviens plus trop quels romans de John Le Carré j'ai lus, mais je sais que j'en ai lu un paquet et que j'aimais bien. Alors, ces Histoires de ma vie, pourquoi pas?

"Le présent ouvrage rassemble des anecdotes vraies racontées de mémoire. Mais que sont la vérité et la mémoire pour un romancier qu atteint ce que nous appellerons pudiquement le soir de sa vie? me demanderez-vous à juste titre. Pour l'avocat, la vérité, ce sont les faits bruts - quant à savoir si les faits peuvent jamais se trouver à l'état brut, c'est une autre histoire. Pour le romancier, les faits sont une matière première, un instrument plutôt qu'une contrainte, et son métier est de faire chanter cet instrument. La vérité vraie, pour autant qu'elle existe, se situe non pas dans les faits mais dans la nuance.
La mémoire peut-elle être objective? J'en doute. Même quand nous arrivons à nous convaincre que nous sommes impartiaux, que nous nous en tenons aux faits bruts sans fioriture ni omission intéressées, l'objectivité de la mémoire nous reste aussi insaisissable qu'une savonnette humide -en tout cas pour moi, après une vie passée à entremêler expérience et imagination."

Soit. Il explique n'avoir jamais "sciemment falsifié un fait ou une anecdote. Retouche si nécessaire, oui; falsifié, jamais."

Et c'est parti pour des souvenirs pas forcément chronologiques, où l'on rencontre palestiniens et israéliens, des ex du KGB, où l'on se rend au Cambodge et au Rwanda, avec l'auteur cherchant à écrire des romans aussi exacts que possible, et des personnages crédibles. Quelques pages plus poignantes, et une évocation de son père, une épine dans le pied ou une blessure, allez savoir.

Cela fourmille de détails intéressants, même si parfois j'étais un peu perdue, ce n'était pas grave, je passais rapidement. J'ai bien aimé voir comment ses romans pouvaient s'écrire, comment ses personnages pouvaient se créer à partir du réel.

"L'espionnage et la littérature marchent de pair.Tous deux exigent un œil prompt à repérer le potentiel transgressif des hommes et les multiples routes menant à la trahison."

Côté écriture, bien entendu c'est fort agréable, l'auteur prétendant que sa formation a l'écriture fut celle de ses "officiers supérieurs pétris de culture classique". Exigeants et pertinents.

C'est le mois anglais, chez Lou et Cryssilda

34 commentaires:

  1. J'ai l'intention de le lire. Comme toi j'ai lu plusieurs de ses romans il y a déjà longtemps. C'est un monsieur qui a pas mal de choses à raconter (et à taire encore ..) et qui le fait bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, il écrit très bien (et s'en explique avec amusement (voir mon dernier paragraphe)
      Figure toi que je suis en train de lire son dernier roman, L'héritage des espions, et c'est très bien...

      Supprimer
  2. Tout pareil, fut un temps j'ai passé de bons moments de lecture avec cet auteur que j'ai délaissé pour William Boyd dans un genre un peu différent. Mais pourquoi pas y revenir de temps en temps, il est assez prolixe pour ne pas s'en priver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il demeure très bon, et sait écrire. Très british aussi. Boyd j'aime beaucoup aussi, bien sûr.

      Supprimer
  3. Je ne l'ai jamais lu mais tu me donnes envie de le découvrir avec ce titre.
    J'entame ma liste de LAL de ce jour polars-anglais, avec toi...
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit plutôt d'une autobiographie, mais je ne pense pas qu'il spoile trop ses romans là-dedans, mêem s'il parle quand même de ses sources d'inspiration et recherches pour ses romans.

      Supprimer
  4. Il me semble que j'en ai un de l'auteur dans la Pal : il faudrait que je vérifie ! A lire donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh il a pas mal écrit... Tout en sachant bien prendre dans ses écrits le virage de la fin de la guerre froide .

      Supprimer
  5. je n'ai jamais rien lu de Le Carré mais je lirai volontiers ce livre car j'aime ce que tu en dis, en particulier sur les faits réels et la création littéraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, et je ne crois pas qu'il spoile trop ses romans là-dedans.

      Supprimer
  6. et bin une facon de connaitre mieux cet auteur...cela semble bien...

    RépondreSupprimer
  7. Il a été interviewé sur l'écriture de ce livre et sur son propre passé et les liens entre l'espionnage et la littérature - voilà donc le livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Livre dont je n'avais jamais entendu parler avant de le voir à la bibli! (et hop, emballé)

      Supprimer
  8. C'est un auteur que j'ai lu il y a un certain temps... je pourrais aimer ses mémoires, même si actuellement ce sont celles d'Armistead Maupin qui me tentent (dans un autre genre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je te comprends, on peut avoir envie de lire les deux (c'est mon cas)

      Supprimer
  9. Jamais lu John Le Carré... n'empêche, vu le monsieur, ces mémoires devaient être bien intéressantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hein, jamais? Il ne faut pas avoir d'idée préconçue, c'est très bien.

      Supprimer
  10. J'ai lu un John Le Carré dans ma vie (et je me souviens précisément quand et où) et je n'ai pas été séduite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en a pourtant écrit des très bien, mais c'est sûr qu'il demande de la concentration (je sors d'en lire un autre)et que cela reste un monde particulier. ^_^

      Supprimer
  11. Je passe mon tour, sur ce coup-là.

    RépondreSupprimer
  12. Figure-toi que je n'ai jamais lu de John Le Carré mais bon, les romans d'espionnage, ce n'est pas trop mon truc. Je préfère voir les films directement.^^ Mais les histoires de sa vie, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, je sors d'en lire un, il y a de l'humour british qui fait bien passer les choses.

      Supprimer
  13. Moi qui ne suis pas fan de roman d'espionnage, je suis maintenant intriguée par cet auteur qui se dévoile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, Le Carré ne fait pas dans le James Bond, c'est plus subtil à mon avis...

      Supprimer
  14. Pas du tout mon truc les récits d'espionnages, qu'ils soient autobiographiques ou pas d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage, tu rates un bon auteur, et de la subtilité british.

      Supprimer
  15. j'ai commencé autrefois "La Maison Russie" mais je n'ai pas accroché... je préfère le polar à l'espionnage mais peut-être que celui-ci me plairait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande s'il ne faudrait pas démarrer par L'espion qui venait du froid, l'un des premiers?
      Il semble que La maison Russie n'est pas un des meilleurs (avis sur internet)

      Supprimer
  16. un auteur que je ne connais pas encore... à noter donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est plus tout jeune, mais encore en forme!

      Supprimer
  17. Je n'ai encore jamais lu cet auteur... mais ça ne saurait tarder... J'ai pris un livre audio de Le carré à ma bib, livre qui figure donc dans ma longue PAL audio... Mais ma curiosité et le format audio me poussent à aller de plus en plus vers des auteurs inconnus (de moi hein !)
    Sinon, pour la vérité... je me souviens de quelques petites choses de mes années de philo.... Il y a autant de vérité qu'il y a d'individu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En livre audio, il va falloir être très attentif, car les détails sont subtils parfois. Sinon, ça vaut bien des livres parus récemment.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!