mercredi 28 novembre 2018

La seule histoire

La seule histoire
The only story
Julian Barnes
Mercure de France, 2018
Traduit par Jean-Pierre Aoustin



"Mais n'oublie jamais, jeune master Paul : chacun a son histoire d'amour; chacun et chacune. Elle a pu être un fiasco, elle a pu tourner court, elle a même pu ne jamais commencer, elle a pu être entièrement dans la tête, ça ne la rend pas moins réelle. Parfois, ça la rend plus réelle. Parfois on voit un couple, et chacun semble assommer profondément l'autre, et on ne peut imaginer qu'ils aient quelque chose en commun, ou pourquoi ils vivent encore ensemble. Mais ce n'est pas seulement l'habitude, ou la complaisance envers soi-même, ou les conventions, no rien de tel. C'est parce qu'ils ont eu, à un moment, leur propre histoire d'amour. Comme tout un chacun. C'est la seule histoire."

Dans les années après la seconde guerre mondiale, Paul, 19 ans, rencontre au club de tennis de sa ville Susan, 48 ans, avec qui les parties en double vont continuer sur une histoire qui durera des années. Quand Susan connaîtra un grave problème, il essaiera de l'aider. En vain.

Voilà un roman que je ne qualifierais pas d'attachant par ses personnages, dont se dégage, après un démarrage plutôt drôle, beaucoup de mélancolie. On n'en sort pas avec du peps, autant le dire. Barnes est un auteur excessivement brillant, pour raconter et rendre crédible une telle histoire. Oh pas de détails graveleux, Paul est amoureux, cette passion est racontée par lui. Le mari et les filles de Susan restent à deux ou trois passages près, plutôt des ombres.

Mais l'écriture de Barnes demeure étincelante, d'une folle élégance, passant du je de Paul, au vous quand il se tient de côté, et même au il parfois. En rapport avec le bonheur ressenti? Son implication? Son désir de se protéger? Sa faiblesse?

Les avis de motspourmots, jostein, lilly,

36 commentaires:

  1. J'en ai un autre de Barnes dans ma PAL, donc pas question d'en ajouter un pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr. J'ai d'ailleurs découvert qu'il en a écrit plein que je n'ai pas lus.

      Supprimer
  2. Il sera l'une de mes prochaines lectures et j'ai hâte car c'est vraiment un auteur de qualité et le sujet paraît sensible et sûrement très intelligemment écrit;

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup son écriture, j'ai été emballée par les derniers lus (Le fracas du temps et Une fille qui danse) aussi lirai-je sûrement celui-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fracas du temps? Ha bon, c'est à la bibli, y penser...

      Supprimer
    2. Depuis je n'écoute plus Chostakovich de la même façon... ;-)

      Supprimer
    3. Allons bon, voilà un argument.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Complètement. Il réussit à aborder des thèmes franchement pas gagnés d'avance.

      Supprimer
  5. Je n'ai jamais lu Barnes, tu aurais un titre à conseiller pour le découvrir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups là... Il y a un bout de temps que je le lis. Disons : Une fille, qui danse. Je pense très facile à trouver en bibliothèque.

      Supprimer
  6. Et encore un que je note ! merci pour la découverte :)
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve que l'extrait oublie le mot tendresse. Mais Barnes m'intéresse sur ce thème, et vos mots sur l'écriture, noté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant cette histoire n'en manque pas du tout, de tendresse. ^_^ Barnes est toujours intéressant.

      Supprimer
  8. ah mais il est court ton billet :-( j'ai très envie de le lire ce Barnes-là, que je n'ai pas beaucoup croisé sur les blogs, il me semble...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas trop vu, dommage. La RL a dû balayer cela, le thème (ou son traitement) paraissant peu attractif. Il faut aimer la mélancolie et les nuances...

      Supprimer
  9. C'est mon coup de coeur absolu cette année ! Parce que Barnes (une histoire de 30 ans) et parce que un écho très personnel pour moi. Mais il est hors catégorie je crois :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, il y a bien 30 ans... Je suis contente qu'il te soit un coup de coeur spécial. ^_^

      Supprimer
  10. De cet auteur, je n'ai lu qu'Une fille qui danse dont je n'ai gardé quasiment aucun souvenir, si ce n'est que c'était une lecture surprenante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai plus de souvenirs, mais je pourrais le relire avec plaisir...

      Supprimer
  11. il est dans ma PAL aussi, j'aime beaucoup son écriture, j'ai aimé "Une fille qui danse" et "Le fracas du temps" donc celui-ci me plaira sûrement...

    RépondreSupprimer
  12. Je suis comme toi, quand je sors d'un roman de cet auteur, j'ai plein d'interrogations.

    RépondreSupprimer
  13. Barnes n'est pas de ces écrivains qui réécrivent le même livre comme certains. A lire ton billet, j'imagine une intrigue très différente de titres plus anciens de Barnes ("Le perroquet de Flaubert", "Arthur et George").

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce Perroquet de Flaubert, perché depuis longtemps sur mes étagères. Très francophile, ce Barnes.

      Supprimer
  14. Bon, voilà encore un auteur que je devrais découvrir...
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  15. J'ai très très envie de le lire celui-ci.

    RépondreSupprimer
  16. C'est le premier roman de Barnes que j'ai aimé - sans pour autant tomber à la renverse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Barnes ne fait pas dans le sensationnel, c'est sûr. Je crois avoir préféré Une fille qui danse.

      Supprimer
  17. Ah encore un auteur que je dois lire depuis belle lurette. J'avais prévu La fille qui danse, on va faire les choses dans l'ordre.^^

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!