lundi 29 avril 2019

Une femme que j'aimais

Une femme que j'aimais
Armel Job
Robert Laffont, 2018


Grâce au mois belge (rendez-vous que je vous encourage à rejoindre) j'ai encore découvert un bon auteur, dont le nom revient assez fréquemment sur les blogs. Pas le choix, seul ce titre est présent, et pourtant je fréquente deux bibliothèques.

Claude est un jeune homme sans rien de remarquable. Il est aide pharmacien, se contente de rencontres sans lendemains, en fait il est fasciné par sa tante Adrienne, veuve habitant une belle villa pas loin de ses chez parents. Sans s'occuper des remarques, il lui rend visite tous les samedis. Elle s'intéresse à ce neveu si gentil, et lui apprend qu’elle désire lui confier un secret. Hélas, Claude file et quelque temps après, c'est trop tard pour l’écouter, car il la retrouve morte chez elle, suite à un accident semble-t-il. Notre narrateur a l'imagination fertile et imagine qu'il pourrait s'agir d'un meurtre. Délaissant cette piste improbable (pour l'instant), il décide de fouiller dans le passé d'Adrienne, mettant peu à peu à jour la vérité, non sans avoir élaboré pas mal de fausses pistes (il a de l'imagination!)

Au final, ressort l'histoire d'une femme pas si neutre que cela. Beaucoup sont tombés sous son charme, elle a connu bien des chagrins. Impossible de lâcher ce roman, remarquable par la façon fluide dont les révélations arrivent, souvent au grand dam de Claude.

"Emporter un sachet de frites bien chaudes au creux d'une main, les manger dans la rue avec les doigts de l'autre main en faisant des mouillettes dans la motte de mayonnaise accrochée au coin supérieur du papier, c'est un des plaisirs les plus intenses que l'on puisse s’offrir, un acte de foi dans l’existence. Les déprimés, les élégants, les prétentieux -toutes personnes qui grignotent la vie du bout des dents- ne mangeront jamais de frites sur le trottoir.Il n'y a que les optimistes pour se livrer en public à cette manducation jubilatoire."

Les avis de Le livre d'après, Sandrine,

Toujours le mois belge

40 commentaires:

  1. J'ai lu "les fausses innocences" pour un mois belge précédent et j'avais aimé. J'aimerais bien relire l'auteur, mais ma bibliothèque n'est pas riche non plus côté belge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes deux biblis sont pauvres aussi en Armel Job. C'était le seul!

      Supprimer
  2. C'est vrai que si on compte sur les biblis... (ils ont quelque chose contre les Belges ?) Pourtant, cet auteur écrit fort bien et a l'art de faire monter la tension...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas (une de mes biblis a plein de Lydia Flem, j'ai Simenon aussi...)
      Je lirais volontiers encore cet auteur.

      Supprimer
  3. Cet auteur est assez bien médiatisé et bien coté ici en Belgique francophone. J'ai essayé une fois un des romans mais l'ai trouvé assez convenu, lisse et je l'ai abandonné, je ne sais plus ce que c'était. Mais c'était peut-être simplement moi qui «n'y collait pas».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma quatrième lecture pour ce mois belge, après en particulier Harpman et Hanotte, et j'avoue que ces deux ci sont supérieurs. Mais Armel Job se lit avec plaisir.

      Supprimer
  4. Jamais repéré cet auteur, et j'avoue que sa couverture aurait tendance à me détourner de ce titre, mais ça, c'était avant... de lite ton billet (et celui de Kathel également paru aujourd'hui, sur un autre titre de l'auteur).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bon auteur de qualité, qui se laisse bien lire (bon, c'est pas du Nobel non plus)

      Supprimer
  5. lui je l'ai vu de nombreuses fois sur les blogs mais je n'ai jamais franchi le pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux tenter, il sait bien y faire, et ça en vaut pas mal d'autres!

      Supprimer
  6. Je n'ai pas entendu parler de cet auteur belge. Un auteur de plus que tu nous présentes fort joliment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grâce au mois belge, je découvre plein d'auteurs.

      Supprimer
  7. Le roman ne me fait pas tellement envie mais je note le mois belge. Pas cette année, mais j'y penserais si ça se présente à nouveau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prends rendez-vous : avril 2020! Personnellement je note dans mes listes bien avant, pour ne pas être surprise dans les emprunts bibli, et je fais aussi baisser la PAL.

      Supprimer
  8. Pas d'Armel Job au compteur de ce mois belge, mais je note le titre pour l'an prochain.

    RépondreSupprimer
  9. Et son écriture est très belle ! J'en ai lu plusieurs que j'ai beaucoup aimé (pas tous). Celui-ci est le dernier, je pense. Je ne l'ai pas encore, mais comme je vais assister demain à une de ses conférences...je me laisserai sûrement tenter.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Première rencontre pour moi, et j'y reviendrais bien, c'est de qualité.

      Supprimer
  10. Effectivement, l'extrait est fort, j'adore ! Jamais lu cet auteur non plus mais bien repéré aussi depuis quelques années. Au prochain mois belge peut-être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout n'est pas aussi ironique, mais fort agréable à lire et l'histoire est prenante.

      Supprimer
  11. Ah je suis contente que tu aies aimé. Armel Job a des éléments récurrents dans ses romans ais il renouvelle sans cesse ses sujets et les traite subtilement, je trouve. J'espère que tu convaincras tes iliothèques d'en acheter d'autres ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Subtil, ou, tu as raison. Il me reste un an pour mettre la main sur un autre...

      Supprimer
  12. J'ai lu 4 ou 5 romans d'Armel Job et celui-là est celui que j'ai le moins aimé. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc je suis contente de continuer, si les autres sont encore meilleurs!(mais je n'oublie pas Harpman et Hanotte)

      Supprimer
  13. rajouté à ma PAL illico, les critiques que j'ai lues vont dans le même sens que la tienne...
    J'ai déjà tenté de laisser un commentaire hier mais cela n'a as marché...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (merci d'avoir persisté ^_^)
      Pareil, je découvre l'auteur, j'y reviendrai.

      Supprimer
  14. Après avoir lu ton article (et le texte décrivant le charme des frites-mayonnaise), je le lirais volontiers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait exprès de donner un extrait belgissime. ^_^

      Supprimer
  15. Armel Job raconte bien mais je le trouve un peu convenu.
    Je l'ai un jour rencontré dans mon école où il venait discuter avec des élèves et je l'ai trouvé très. ..hautain ! Du coup, je n'ai plus envie de lire ses livres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, c'est du bon roman, agréable, mais pas du niveau de certains autres auteurs.Cependant j'ai aimé ma lecture.
      Quant aux rencontres... Hé oui! A l'inverse on peut trouver un auteur sympathique et ne pas arriver à lire ses livres!

      Supprimer
  16. Le titre est cucul mais le reste à l'air très bien vu ce que tu en dis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais le titre... mais c'est un roman pas mal du tout!

      Supprimer
  17. Tu ne sembles pas trop enthousiaste ou un peu sur le réserve, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire n'est pas si originale finalement, mais c'est l'écriture et le découpage genre enquête qui en font l'intérêt. Bien fichu.

      Supprimer
  18. A voir la couverture, je n'y aurais pas prêté attention si tu n'en avais pas parlé... mais apparemment l'auteur mérite qu'on s'y arrête. Je vais voir...

    RépondreSupprimer
  19. Ahah j'aime beaucoup l'extrait ! Tu me donnes envie de découvrir cet auteur, je lis trop peu de littérature belge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue l’avoir choisi exprès. ^_^ Oui, découvre cet auteur.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.