jeudi 30 janvier 2020

Quartet in Autumn / An academic question / Une demoiselle comme il faut

Voilà la dernière livraison de Barbara Pym sur ce blog! Il m'aura fallu de la ténacité pour mettre la main dessus, mais c'était un challenge personnel. Je laisse les marques des mes recherches au fil du temps.

Quartet in Autumn
Barbara Pym
Picador,
Paru en 1977


Comme je veux lire tous les romans de Barbara Pym, si possible en VO, je ne m'occupe pas trop de connaître le sujet à l'avance, mais là j'étais prévenue : c'est son plus sombre!

Dans les années 70, Edwin, Norman, Letty et Marcia travaillent dans le même bureau londonien, sans que de vrais liens existent entre eux. Les quatre sont sexagénaires et assez solitaires. Après un peu de temps j'ai quand même capté les différences entre eux, tout n'est pas si gris! Edwin est veuf, son fils est marié et ils passent des vacances ensemble; il est très occupé par la fréquentation de différents églises (Church of england). Norman, assez sarcastique et près de ses sous, se contente de sa vie tranquille. Letty aussi, mais elle a des centres d'intérêt, une amie en province, etc. La plus pathétique est Marcia, récemment opérée et faisant une fixation sur son chirurgien, tout en refusant toute aide et main tendue des voisins, services sociaux et même ex collègues, une fois elle et Letty à la retraite.
Une vision pas très joyeuse de la solitude et du vieillissement, mais transcendée par le regard de l'auteur, qui je crois savait de quoi elle parlait...

Cependant ironie et petites notations sont toujours présentes, même quand c'est bien plus tragique. (Pauvre Marcia!)
"But she kept to her rules -one did not drink sherry before the evening, just as one did not read a novel in the morning, this last being a left-overddictum of a headmistress of forty years ago."

(Traduction à l'arrache : elle se tenait à sa règle, on ne boit pas de sherry avant le soir, juste comme on ne lit pas un roman le matin, comme le lui avait dit une directrice quarante ans auparavant)

Ensuite, le 'dernier' (il me manque An unsuitable attachment, mais la librairie -une vraie- n'a rien pu faire et le challenge est de ne pas commander chez qui vous devinez)

An academic question
Barbara Pym
Virago Modern Classics

Il existait deux versions de ce roman, amalgamées par Hazel Holt d'après les manuscrits originaux et les notes de l'auteur, pour une parution posthume en 1986.

Dans le précédent, les petites histoires d'églises étaient quasiment minimes, et là, rien, pas de clergé, sauf bien sûr pour deux enterrements. La narratrice est une jeune femme mariée à un universitaire et mère d’une petite fille. Sa vie n'est guère palpitante, elle soupçonne son époux de s'intéresser de trop près à une collègue. Cherchant à s'occuper, elle va lire dans une maison de retraite, et son mari se débrouille pour dérober les documents du vieil anthropologiste résident.

Peut-être pas le meilleur Pym, dixit l'introduction, mais cela se lit plaisamment, comme d'habitude, pas un gramme de trop, et le couple mère fils des Jeffreys est parfaitement réussi.

Caro se demande si elle doit tenter de rencontrer Cressida :
"I think I'd rather it was like one of those novels where people don't meet - you know, the novelist carefully not bringing them together.
That might be  because the novelist can't think how to make them behave and so takes the easy way out."

Idée de signification du passage :
(au sujet de romans dont les personnages ne se rencontrent pas, par le soin du romancier. peut-être parce qu'il ne sait pas comment les faire se comporter et choisit la facilité?)

Finalement, j'ai trouvé le petit dernier en médiathèque (au magasin quand même!)

Une demoiselle comme il faut
An unsuitable attchment, écrit en 1963, publié en 1982
Barbara Pym
C Bourgois, 1989

Ianthe la bibliothécaire, ses deux collègues, son nouveau voisin Rupert, un couple pastoral Mark et Sophia (je me perds toujours dans les subtilités des catégories ecclésiastiques anglaises), Penelope la soeur de Sophia, un frère et une soeur tenant une pension pour animaux, et Faustina la chatte hyper pourrie gâtée de Sophia. On mixe, un peu de sherry ou gin, beaucoup de thé, des recherches d'âmes soeurs (ou frères) , et voilà ! On est chez Barbara Pym, pas le longueurs, ça coule tout seul, ça fait mouche.

Un passage, juste avant un délicieux séjour en Italie.

"Nous aurions pu vous présenter au professeur Vanchetti à Rome, intervint Gervase Fairfax, mais malheureusement il est tombé raide mort l'autre jour.
(...)
Oui, près de Saint-Pierre, juste à côté de l'obélisque je crois. Dans la cité du Vatican. Un endroit tout indiqué.
-Il avait emprunté un livre à Gervase, dit Robina. Maintenant, j'imagine que nous ne le reverrons jamais.
- C'était un livre très cher en plus, heureusement je ne l'avais pas payé. On me l'avait envoyé pour faire un compte rendu. Naturellement je n'ai pas écrit mon article; je ne sais pas si j'aurai le temps, mon propre travail m'occupe tellement.
(discussions d'anthropologues, figures familières chez l'auteur)

Voilà voilà, il me reste à relire...

38 commentaires:

  1. J'ai en anglais le journal de Barbara Pym. Je pourrais vous le prêter, si vous voulez. J'aime beaucoup cet écrivain et je suis donc certainement peu objective. Cette facilité, cette façon qu'a le récit de couler tout naturellement exige une simplification qui n'a pas du être facile à trouver.
    Un jour, peut-être, je la relirai. Mais quand... Voyons le programme de lectures... Ouh la la ! dans plusieurs années peut-être ?
    Très bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore fouiné dans les profondeurs de ses écrits, je me demande s'il n'existe pas des nouvelles à la bibli, alors un journal? L'occasion d'envoyer ma librairie en enquête? En attendant d'accepter votre proposition alléchante, je vais tenter d'autres pistes (j'ai hélas eu des envois de livres jamais arrivés...)
      Mon manque d'objectivité est tout à fait certain aussi. ^_^

      Supprimer
  2. je ne connais pas encore l'auteure, tu conseillerais lequel pour commencer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups! Celui sur lequel tu mettras la main en bibli. Des femmes remarquables est ressorti récemment chez Belfond vintage.

      Supprimer
  3. A part "une demoiselle comme il faut" en VF je n'ai jamais rien lu d'elle et ça fait tellement longtemps qu'il faudrait que je la relise.Merci de l'avoir fait pour nous

    RépondreSupprimer
  4. Encore une auteure que je ne connais pas ou si peu...
    Bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. On s'amuse bien! Merci à ma librairie, d'ailleurs.

      Supprimer
  6. Elle fait pas dans le pavé Mrs Pym ?^^ Ce serait l'occasion de la caser enfin cette année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment! En 250 300 pages, c'est bouclé (avec quel talent!). Case là sur ta liseuse, entre deux pavés?

      Supprimer
  7. Au moins avec Barbara Pym, on sait ce que l'on va trouver ... Je les ai lus, sauf "An academic question", il ne me dit rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En français Une question purement académique. Tu sais, elle se relit bien. ^_^ Tu as raison, elle est confortable, mais pas sans surprises.

      Supprimer
  8. Ça alors... j'étais persuadée de vous avoir laissé un commentaire hier matin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, j'y ai répondu, je suis désolée, mais j'étais loin de l'ordi!

      Supprimer
  9. cela fait longtemps que je sais à quel point je jalouse tous ceux qui peuvent lire en au moins deux langues, passer d'une culture à une autre sans le filtre de la traduction, est pour moi un vrai privilège. J'aime cette auteure même traduite mais elle est si 'british" que le plaisir de la lire en anglais doit vraiment être un plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, je n'ai fait de l'anglais qu'au lycée, ensuite j'ai entretenu en prenant des cours par exemple avec des comités de jumelage. Plus des vacances en coins anglophones. Mon accent est terriblement frenchy. J'ai aussi entretenu le truc en lisant en anglais, par exemple des Agatha Christie.
      Je confirme qu'elle est agréable à lire en anglais (pour certains auteurs ça n'apporte pas grand chose, tu sais)

      Supprimer
  10. Je ne sais pourquoi cette auteure ne m'attire pas. Peut-être un a-priori qu'il faudrait que je balaie d'un revers de main.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Balaie, balaie!!! Allez, on commence à la (re)trouver en bibli (et en français) donc zéro risque. De plus, ça ne dépasse pas 250- 300 pages.

      Supprimer
  11. je suis condamnée aux traductions mais récemment elles se sont un peu réveillées alors j'en ai largement profité
    c'est toujours un bonheur et trente ans après ma première lecture j'y prends le même plaisir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lue dans les années 80 et je la retrouve en VO, avec un plaisir toujours immense. C'est ça le talent!

      Supprimer
  12. Je ne l'avais guère appréciée lorsque j'ai tenté de lire un de ses livres il y a des années, mais je pense être plus à même aujourd'hui de goûter ses oeuvres. Je pique ta réponse à un commentaire pour avoir une idée du titre avec lequel la découvrir, même si le premier de ton billet me tente bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lis ce que tu vas trouver, parfois c'est assez difficile de mettre la main dessus. La VO est subtile comme les bristish savent le faire... Peut-être, en effet, faut-il être plus 'âgé' pour apprécier pleinement ce monde-là?

      Supprimer
  13. il y a combien de romans du coup (et en anglais j'ignore s'ils ont touts été traduits) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur mon blog, 13, d'après wikipedia, pareil. Mais il doit bien exister quelques trucs en plus? On m'a signalé un journal...

      Supprimer
  14. Heu ? Elle est connue cette auteure ? Car je n'en n'ai jamais entendu parler. Vive-je sur une autre planète ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non! C'est juste que dans les années 80, quand tu étais encore une choupinette, on la trouvait facilement en bibli. Maintenant, c'est plus coton.

      Supprimer
  15. chapeau pour le challenge! Je n'ai lu qu'Adam et Cassandra de l'autrice mais tu as raison, j'avais beaucoup aimé et il faut que je continue de la lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un challenge totalement perso. ^_^
      Oui, on devient vite accro, si on commence et apprécie...

      Supprimer
  16. Je n'ai pas encore osé lire Barbara Pym en VO.
    La beauté des couvertures des romans en VO risque de me faire basculer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha voilà un argument! ^_^ En fait elle n'est pas si difficile à lire.

      Supprimer
  17. Décidément, c'est une romancière que tu aimes ! Et moi qui me dis chaque fois, je vais la lire, cette Barabara Pym ! Et bien ce n'est pas encore fait! Il faut que j'y pense !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu n'oublie pas, tu aimeras. Et, hélas, c'est vraisemblablement le dernier billet sur cette auteure ici, puisque je dois avoir lu tous ses romans...

      Supprimer
  18. Tiens il y en a encore à découvrir, il y a queLques années j'étais fn et je croyais que j'avais tout lu, il en reste donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur ce blog j'en suis à 13, et pense avoir fait le tour!

      Supprimer
  19. Je l'ai découvert il y a peu, suite à l'envoi d'un bloggueur, j'ai beaucoup aimé, pour l'instant je n'en ai pas lu d'autre car je ne suis pas tombée dessus mais je la relirai avec plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois c'est compliqué de les trouver, voir les biblis (en général en magasin) ou les seconde main, etc. J'ai opté pour les librairies aussi (pour le VO)(et en poche!)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!