mercredi 15 avril 2020

Une machine comme moi

Une machine comme moi
Machines like me and people like you
Ian McEwan
Gallimard, 2019
Traduit par France Camus-Pichon



Au lieu de placer son roman dans un futur plus ou moins proche, McEwan a choisi d'ancrer le récit dans l'Angleterre des années 80 (1980!), mais un passé où existent de légères différences avec le notre. Uchronie, mais pas basée sur un événement particulier, ou alors le non suicide d'Alan Turing? Encore bien vivant, donc, et ayant participé à des recherches conduisant à l'élaboration d'androïdes quasi parfaits.

Dans ce monde, les anglais ont perdu la guerre des Malouines, Kennedy n'est pas mort à Dallas, les Beatles jouent ensemble (à quatre!), Marchais est président en France (!), et Thatcher est premier ministre (oui, pareil, mais moins longtemps). On pense (déjà! ) à quitter l'union européenne. Amusant de retrouver ces détails, mais parfois, n'étant pas férue de politique anglaise, j'ai un peu perdu le fil.

A Londres, Charlie est amoureux de Miranda et se demande si la réciproque est vraie. Par ailleurs il a jeté tout son argent dans l'acquisition d'Adam, le nouveau modèle d'androïde, doté de capacités innombrables. Faire la vaisselle, discuter, argumenter, philosopher même, composer de la poésie, et tomber amoureux de Miranda. Machine ou être humain? La frontière est tellement ténue... Mais l’homme, dans ses imperfections, peut-il être compris d’une machine, aussi bien fichue soit-elle?

Dès le début, Adam a prévenu Adam de ne pas trop faire confiance à Miranda, mais pourquoi? Se greffent alors plusieurs histoires, y compris une adoption potentielle, et le lecteur ne sait pas trop où cela va mener.

"Nous avons découvert en changeant d'angle quelle chose merveilleuse est le cerveau humain. Un ordinateur à trois dimensions, d’une contenance d'un litre et climatisé. Une incroyable capacité à traiter les données et à les compresser, une incroyable efficacité énergétique, aucune surchauffe. Le tout pour vingt-cinq watts -comem une ampoule de faible luminosité.
Il me regarda attentivement en s'arrêtant sur cette dernière phrase.Elle s'adressait à moi: en gros, je n'étais pas une lumière."

Des avis, dasola, kathel, nicole, aleslire, le bouquineur, cuneipage,

64 commentaires:

  1. Tu ne dis pas si tu as aimé .. ou pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est brillant, pas de souci, bien composé, bien écrit, mais il m'a manqué un supplément d'âme, ce qui est normal vu le sujet. ^_^

      Supprimer
  2. Je te rejoins sur le supplément d'âme, les deux personnages humains le sont presque moins qu'Adam. C'est finalement logique, mais je n'ai pas eu "le coup de coeur" non plus pour ce titre, le petit truc en plus ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord alors, mais McEwann demeure un auteur à lire systématiquement, non mais!

      Supprimer
  3. Bonjour Keisha, j'ai l'impression en effet que tu n'as pas trop aimé… Mais j'ai trouvé que l'androïde avait plus d'âme que Charlie. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas si j'aimerai mais je te remercie pour al découverte !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman de cet auteur est toujours intéressant.

      Supprimer
  5. J'avais très envie de le lire, n'ayant jamais lu l'auteur, et intéressée par le thème. Peut-être n'est-ce pas le titre idéal pour commencer.
    ( j'ai terminé la lecture de Anatomie de la stupeur, j'espère ne pas te faire de peine, c'est une déception pour moi, bouh )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas mon titre préféré de l'auteur...
      Pour Anatomie de la stupeur, c'est ton droit de lectrice! Peut-être avais-je tant aimé Orange amère que j'avais envie de continuer. Depuis j'en ai lu un autre, on peut au moins dire qu’elle se renouvelle.

      Supprimer
  6. Tellement longtemps que je n'ai pas lu McEwan !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben alors? Heureusement ses romans ne sont pas très longs.

      Supprimer
  7. Aifelle t'a posé la question avant moi : on attend de savoir si tu as aimé (sinon on lit juste la présentation de l'éditeur) moi en tout cas ça ne me tente absolument pas .. ouf ! (et puis ma PAL est suffisamment grande pour tenir encore six mois)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, je n'ai rien dit clairement (mais certains détails donnent à penser que ce n'est pas l'enthousiasme ). Bon, ça reste trop froid pour moi (mais intelligent)

      Supprimer
  8. Rien à voir avec ton article, même si je l'ai lu avec beaucoup d'intérêt, mais je te signale juste que j'ai bien reçu ton commentaire par lequel tu confirmes ta participation à la LC du 20, seulement c'est très bizarre : il est bine dans mon tableau de bord, je l'ai publié, mais comme il n'est rattaché à aucun article, il n'apparaît pas sur le blog !! Bon, en tous, j'en prends bonne note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha voilà! Je l'ai laissé en zone 'lecture commune', ce qui paraissait logique.

      Supprimer
  9. Tu n'es pas très enthousiaste... Note qu'avec un roman d'anticipation, je serais un peu méfiante aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une anticipation qui reste soft quand même. On retrouve des problèmes bien actuels.

      Supprimer
  10. Je l'ai vraiment trouvé intéressant, même si je n'ai pas réussi à en parler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà : intéressant, brillant, intelligent, mais... je n'ai pas vraiment vibré!

      Supprimer
  11. Je pense que l'auteur est assez malin pour avoir créé des personnages un peu ternes pour qu'on trouve Adam plus intéressant. Je me suis délectée de ce roman ! (et vivement le prochain ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, on s'attache plus à Adam... De toute façon, un McEwan est toujours intéressant.

      Supprimer
  12. J'aurais pu être tentée par cette intrigue avec cette histoire d'androïde mais même si je ne me base que sur un livre (L'intérêt de l'enfant), je ne pense pas me tromper en disant que McEwan n'est pas trop mon genre d'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille Solaire, lecture que je qualifiais de jubilatoire et qui a tout pour te plaire.
      http://enlisantenvoyageant.blogspot.com/2011/06/solaire.html

      Supprimer
  13. Je le lirai hein... parce que c'Est McEwan, même si tu sembles juste moyen convaincue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, ça se lit bien, et puis c'est quand même de la qualité.

      Supprimer
  14. Je ne sais pas si je le lirai mais je l'ai noté après avoir lu la critique de Dasola...On verra ma liste s'allonge démesurément et je lis moins en ce moment, je profite de l'extérieur, une façon de se sentir moins confinée...Merci pour ta présentation, je te trouve moins enthousiaste que d'habitude, je me trompe ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, moins enthousiaste, ça se sent. L'impression d'avoir lu un 'bon' roman, mais sans être emballée.

      Supprimer
  15. Tu n'es pas très emballée donc... J'ai adoré les premiers romans de l'auteur, mais ses derniers m'ont plutôt déçue ou manquaient au moins d'originalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas question de ne pas le lire, pas question de lâcher! Mais ce n'est pas mon préféré.

      Supprimer
  16. Un auteur que j'apprécie, mais le sujet ne me tente absolument pas.

    RépondreSupprimer
  17. En te lisant, je n'arrive pas à déterminer si tu as finalement aimé ou pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai même pas la réponse... ^_^ Je sais que ce roman est bon, il n'a jamais été question de le lâcher, mais j'en reste sur mouais, quoi.

      Supprimer
  18. Je ne sais pas jusqu'où va Mc Ewan dans cette uchronie, mais les robots posent de sérieuses questions éthiques et philosophiques. Déjà aujourd'hui, du Google car aux drones en passant par l'IA dans la santé.
    Comment fait-on en cas d'accident avec une voiture autonome ? Qui est responsable ? J'ai un "Philo Mag" qui imagine toutes sortes de réponses.
    J'ai retenu que nous avons un tas de règles explicites que nous pouvons programmer dans les machines, mais il y a tant de principes implicites, évidents et tenus pour acquis, que c'est une tâche plus qu'énorme de vouloir les communiquer aux androïdes. Le jugement éthique humain reste indispensable. Dans l'état actuel des technologies en tous cas..
    Je retiens ce livre, j'ai lu de cet auteur "L'intérêt de l'enfant".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un passage fait allusion à ce problème de voiture autonome. Choix entre des enfants, des personnes plus âgées, etc. Ici par exemple.
      https://www.am-today.com/article/vehicules-autonomes-quelle-victime-choisir-en-cas-daccident-video
      Adam l'androïde n'a pas tous les codes humains, dans le roman.
      N'hésitez pas à lire ce livre, en effet.
      Ce qui m'a aussi frappée, c'est que, contrairement aux robots chers à Asimov, Adam a été capable de blesser un humain.

      Supprimer
  19. je le note... Je n'ai lu que "dans un coque de noix" car le sujet m'attirait et je suis restée sur ma faim :-)

    RépondreSupprimer
  20. Tiens, je suis étonnée de ton peu d'enthousiasme... Je me suis régalée (bien plus qu'avec ses derniers romans), j'ai retrouvé le grand plaisir d'Expiation et de Samedi ou Solaire. Enfin, comme tu le dis, McEwan, on le lit et puis c'est tout ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne nie pas mon plaisir (sauf pour certains passages trouvés longuets) et je l'ai lu sans problème, c'est juste que... c'est resté un peu froid pour moi.

      Supprimer
  21. je l'ai pas mal vu passer, mais pour le moment il ne me fais pas plus envie que cela!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en a écrit plein d'autres! Mais tu peux essayer, il y a des réflexions ou pistes intéressantes.

      Supprimer
  22. je suis fâchée avec l'auteur depuis sa coque de noix!! Vais-je le relire un jour?

    RépondreSupprimer
  23. Je suis en train de le lire et comme toi je peine. C'est peut-être notre côté matheux qui nous fait goûter de cette histoire. J'ai lu Expiation (génial de chez génial) récemment et pour moi il y a dans Une machine comme moi un vrai manque bibliographique, un vrai manque qui donne une intrigue bavarde et pas assez nourrie. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr aussi que les paragraphes sur les mouvements en Angleterre m'ont laissée sur le côté.
      Et puis tant qu'à avoir un androïde, autant se tourner vers Montero ou Dick ou Asimov, qui, eux, sont passionnants.

      Supprimer
  24. Il y a là-dedans un petit côté Westworld qui me plait bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, OK, je suis allée taper westworld sur le moteur de recherche...

      Supprimer
  25. Ah non Keisha pas toi ! Je l'avais hier entre les mains et je l'ai reposé ! Damned !!

    RépondreSupprimer
  26. Peut-être un peu trop uchronique pour moi.
    Je passais voir si tu allais bien... bises
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est vraiment soft, tu sais! Oui, je vais bien, dans ma campagne... Merci!

      Supprimer
  27. ça a l'air original. Je n'ai pas trop l'habitude de ce genre de livres mais ça m'intrigue.
    Daphné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur est à connaitre, en tout cas, et il y a le choix! Il renouvelle ses thèmes.

      Supprimer
  28. Je n'ai pas encore lu cet auteur mais tous ses livres me tentent, notamment celui-là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as le choix, surtout qu'il aborde des thèmes différents.

      Supprimer
  29. Ah, là tu m'intrigues avec ce roman... Donc bonne tentation !

    RépondreSupprimer
  30. Je suis ravie car je sens que tu as eu le même ressenti que moi : mitigé, incapable de savoir si on a aimé ou non... j'étais tellement perplexe... que je n'ai pas fait de billet (ce qui est rare !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais pu aussi ne pas faire de billet (hélas ça arrive souvent actuellement) mais comme j'aime bien l'auteur et qu'après tout j'ai lu ce livre sans trop peiner...

      Supprimer
  31. ta d loi du cine1 juin 2020 à 16:39

    Bonjour
    Je crois que j'ai en tout cas préféré "Une machine comme moi" à "Le cafard" que je viens d'avaler très rapidement.
    Tout de même, Adam est trop parfait pour être honnête. Et "bien mal acquis ne profite jamais" reste dur pour les faibles humains que nous pouvons être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien possible, Le cafard m'a l'air de faire la part trop belle à des informations trop anglaises pour m'intéresser. Comme dans cette Machine, où j'ai décroché à certains passages.
      Ceci étant, McEwan demeure un auteur à lire.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!