jeudi 18 février 2021

Incendie nocturne


  Lu en VO, et paru en octobre 2020 sous le titre Incendie nocturne (il me reste à lire Une vérité à deux visages, retenu à la bibli par d'autres lecteurs)(et j'ai craqué, j'ai acheté le poche, na)


Incendie nocturne
The night fire
Michael Connelly

Orion, 2019

Traduit par Robert Pépin

Que doit demander de plus le fan de Connelly? Rien!
Dans cet opus il a Harry Bosch, récemment opéré du genou et en traitement pour une sale maladie, mais au top côté neurones et ténacité. Plus ou moins à la retraite, il récupère chez un collègue récemment décédé un vieux dossier. Cold case, c'est parti! Avec un gang de Los Angeles.


Puis on retrouve Renée Ballard, qui n'est plus enquêtrice au LAPD (avec son supérieur, ce fut une histoire de 'Il dit/elle dit' et c'est le supérieur qui a gagné) mais affectée au travail de nuit. Elle en profite pour quand même mettre les pieds dans les enquêtes, cette fois après un incendie ayant coûté la vie à un SDF.


Et ne manque pas Haller, l'avocat de la défense, demi-frère de Bosch, et donc voici une plongée dans un procès bien minuté, interrogatoires, contre interrogatoires, sur le fil du rasoir. Il s'agit de prouver une non culpabilité, oui, mais si l'accusé est innocent, qui a commis le crime?

Trois enquêtes qui s'entrecroisent, avancent petit à petit, sans temps morts. Bosch et Ballard n'ont guère d'heures de sommeil, on dirait.

 Avis babelio

Et relecture...


Le dernier coyote
The last coyote (1995)
Michael Connelly

poche 2019
traduit par jean Esch


Hop j'ai replongé, histoire de vérifier que les polars de Connelly fonctionnent toujours! Ma mémoire oublieuse permet de relire. Dans sa préface de 2017, l'auteur explique pourquoi Le dernier coyote est son préféré, avec son inspecteur Harry Bosch, toujours loup (coyote?) solitaire et torturé. Très humain. Cette fois suite à une altercation musclée avec son chef, il se retrouve à devoir suivre des séances avec une psy de la police, et il en profite pour enfin vouloir tirer au clair le meurtre de sa propre mère, 35 ans plus tôt. Toujours borderline dans ses méthodes, il sillonne une Los Angeles peu après un tremblement de terre (sa maison est promise à la démolition, d'ailleurs, mais il y réside toujours, illégalement bien sûr) et finira par aboutir à la vérité, après des fausses pistes, des disparitions, des rencontres, bref, ce qui fait le sel de ces romans bien fichus.

Coïncidence : Bosch emprunte le Skyway Bridge, dont parlait Echenoz dans Caprice de la reine, lu quelques jours avant.


Avis babelio

34 commentaires:

  1. Je n'en ai lu que quelques-uns mais ça se lit très bien, il faudra d'ailleurs que je continue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé je les ai tous lus je pense, sauf un (celui que je viens d'acheter)

      Supprimer
  2. Je n'en ai jamais lu un seul, de Conelly, mais je dois dire que le fait que vous ayez craqué et acheté un de ses livres en poche m'impressionne... Ca doit donc valoir le coup. Je réserve. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh j'aime retrouver ces romans policiers, plus axés sur l'enquête et la procédure que sur l'action agitée. Pas de détails trop difficiles, non plus.

      Supprimer
  3. Je ne fais pas encore partie du club Connelly et je me demande si je dois commencer ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine bien, c'est comme moi avec Mankell ou Indridason, le retard est grand! ^_^

      Supprimer
  4. bravo pour la VO!
    J'aime bien Ballard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on aime... Et puis ça fait du bien à son anglais, et puis finalement ce n'est pas infaisable.

      Supprimer
  5. J'ai du retard et je ne les lis plus vraiment dans l'ordre, ce n'est pas très grave...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument pas, sauf peut-être pour la nouvelle héroïne Renée, mais on ne s'y perd pas.

      Supprimer
  6. je les ai achetés de manière compulsive mais il m'en manquait toujours deux ou trois et du coup je ne les ai jamais lus
    et ils sont partis à la ressourcerie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Compulsive j'ai connu ça mais je les lisais avant de m'en débarrasser. Ceci étant, tu as fait des heureux!

      Supprimer
  7. voilà un copain que j'ai laissé choir il y a déjà quelques temps !! je suis sans coeur vraiment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute d'autres lectures? ^_^ Mais là c'est l'idée de bien se caler dans un bouquin, qui me tente avec Connelly.

      Supprimer
  8. Je crois avoir lu un roman de cet auteur il y a très très longtemps ! Je le vois souvent pour le moment...
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  9. J'en suis restée à mon mauvais souvenir du Poète. Je ne pense vraiment pas revenir à lui car trop d'autres auteurs à découvrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le Poète, pas d'Harry Bosch, mais je doute que cela soit un argument. Trop à découvrir, exact.

      Supprimer
  10. Toujours pas lu Michael Connelly... je sens que je creuse une grosse lacune ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jour où tu voudras une lecture prenante, bien fichue, tu y penseras. Idéal en voyage... ^_^

      Supprimer
  11. J'avais lu et bien apprécié un Conelly l'année dernière, après des années et des années sans le lire. Il me reste deux de ces romans dans ma PAL audio, il faut que je les en sorte ! Ce sont d'agréables lectures en perspective, on sait où on met les pieds !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, tu as compris. Des enquêtes bien menées, des détails mais pas de violence inutile, cela me va.

      Supprimer
  12. J'ai lu en effet "le dernier Coyote" dans les années 90 (?) et sans doute ces premiers titres mais il faudrait que je relise toute son oeuvre à présent, j'ai tout oublié et cela fait des années que je n'en ai pas lu un seul, d'ailleurs je crois bien n'en avoir jamais présenté sur mon blog, c'est dire...Il faudra que je remédie à ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tentée de relire aussi (merci à ma mémoire sélective), et je continue à me jeter sur les nouveaux. L'impression de retrouver un univers qui me plait.

      Supprimer
  13. J'en ai lu qu'un avec Renée Ballard? Hâte de la retrouver, sans parler d'Harry Bosh : on ne se lasse pas de Connely...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Totalement d'accord! C'est parfois prévisible, mais tellement bien fichu!

      Supprimer
  14. Un des rares auteur de polars qui sait me captiver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil! Il n'essaie pas de me faire peur inutilement, pas de détails trop gore, et une enquête qui se tient.

      Supprimer
  15. Bon je ne suis pas du tout polar en ce moment alors tu me pardonneras si je ne me sens pas du tout tentée. Mais je n'exclus pas d'un jour découvrir l'auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un auteur bien carré, sans détails gore, on suit les enquêteurs, ça réfléchit aussi.

      Supprimer
  16. Rebonjour Keisha, tu me donnes envie de me remettre à Michael Connelly abandonné depuis trop longtemps. Surtout que je n'ai jamais été déçue. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout aussi qu'il se lit bien, et qu'on n'en a pas trop souvent! ^_^

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!