samedi 12 décembre 2020

Au puits / Trois roubles

 


Au puits

Scènes de la vie serbe

Laza Lazarevic

Ginkgo, 2020

Traduit du serbe par Alain Cappon


L'auteur (1851-1891) était médecin et auteur de neuf nouvelles. Il a servi pendant la guerre serbo-turque de 1876-1877 et la guerre serbo-bulgare (1885-1886). Il est mort de la tuberculose. Le recueil Au puits présente 5 de ses nouvelles.

Même si comme moi on ne connaît rien de la vie dans les villages serbes de l'époque, souvent marqués par de mauvais souvenirs avec les turcs, pas de problème, quelques notes éclaircissent si besoin est, et je garantis que le charme opère totalement.

Une société apparaissant dominée par les hommes, les anciens, et les religieux, mais ils n'oublient pas d'écouter leur intelligence et leur coeur, quant aux femmes, elles finissent par s'en tirer.

Une jeune fille trop gâtée par son père se marie et ne se plie pas aux règles de sa nouvelle famille (très élargie!). Une famille tirée vers le bas par l'amour des cartes du père. La jeune fille d'un pope déjà vieux qui fait des études et revient au village. Une drôle de nuit assez agitée. Un père qui attend son fils parti à la guerre, et un mari sa femme et son bébé.

Ces nouvelles sont vraiment réussies, bon rythme, un peu d'humour, un peu d'émotion, et on se surprend à se sentir comme chez soi dans cet univers si éloigné temporellement et géographiquement.

Les avis de Passage à l'est

Passons à


Trois roubles

Ivan Bounine

Ginkgo, 2020

Traduit par Anne Flipo Masurel

Préface d'André Makine


Ivan Bounine ( 1870, Voronej, 1953, Paris, oui, l'exil) a reçu le prix Nobel de littérature en 1933, ce qui n'a pas dû plaire en Russie, quittée après la Révolution.

Ces quelques nouvelles, dont certaines écrites dans le sud de la France où il résidait, sont assez intimistes et intemporelles, souvent lyriques et empreintes de nostalgie. Les histoires d'amour ne se terminent pas bien ou sont ratées. 

Nuit en mer est un dialogue entre deux hommes se retrouvant après des années, mais l'on apprend que l'un, fort malade, est parti avec la femme de l'autre. Coup de soleil raconte une rencontre d'une nuit. Trois roubles est étonnant. A découvrir.

Séquence pub: lecteur, tu as un challenge 'romans de pays peu connus ou auteurs peu traduits'? Cet éditeur est là pour toi. Il propose des pépites anciennes. Les deux là coûtent 9 et 8 euros, tu peux donc te lancer.

La Suède : 

Ivar Lo-Johansson : L'autre Paris
Moa Martinson : Femmes et pommiers
Wilhelm Moberg : La femme d'un seul homme

La Russie : 

Boulgakov : Coeur de chien
Leskov: Le gaucher 

Tourgueniev : Moumou

36 commentaires:

  1. J'ai peu de chances je crois de les trouver à la bibli. Je vais quand même me renseigner.

    RépondreSupprimer
  2. Je connais Ivan Bounine, mais le classique serbe c'est une surprise, je note, merci pour la découverte ! Et bon weekend !

    RépondreSupprimer
  3. je note le serbe, mon Danube va passer en Serbie. Un peu de cohérence pour moi.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour le lien! Je ne m'aventure pas souvent vers la Russie, mais ces Trois roubles me paraissent aussi très attrayants. Ginkgo = pépites: c'est vrai!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces nouvelles serbes sont de vraies merveilles de délicatesse.

      Supprimer
  5. Encore des inconnus ! Je suis en train de lire un recueil de nouvelles aussi : "Phobia", pas mal d'auteurs inconnus, mais de très bons textes !
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, je ne les connaissais pas il y a quelques mois. Découvrir c'est bien.

      Supprimer
  6. Aaah Ginkgo, what else ?^^ Je note même si je ne suis pas très nouvelles. Les serbes n'ont plus ne sont pas très représentés sur mes étagères et là le recueil semble valoir le détour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le salon du livre des rendez-vous de l'histoire a bien eu lieu, c'était quand même la foule (masquée). J'en ai profité pour craquer (et hop, 4 livres: 2 ginkgo, 2 transboreal)(les deux petits ici c'était cadeau, mais je reste libre!)
      Toi qui aime bien les livres venant de pays moins fréquents sur les blogs, profite des idées!

      Supprimer
  7. Ah oui, une lectrice m'avait conseillé Au puits à l'occasion d'un commentaire laissé sur je ne sais plus quel billet, une lecture de l'Est je suppose... tu fais bine de m'y refaire penser, avec le mois de l'Est qui s'approche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mois de l'est, tiens oui. Si cela peut aider à trouver des idées. Mais je pense que certains blogueurs en ont plein sur ce sujet!

      Supprimer
  8. Bonne idée, un challenge de romans de pays peu connus. Tu te lances ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu j'ai fait plein de challenges au fil du temps... Mais je connais des blogueurs/blogueuses que ça pourrait intéresser, ces idées.

      Supprimer
  9. bravo pour ces lectures intemporelles , si un jour .... je retourne lire dans le foyer logement je lirai certainement les nouvelles serbes

    RépondreSupprimer
  10. Bounine est un auteur magnifique je te conseille la vie d'Arseniev

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un titre donné dans la préface de Makine, justement.

      Supprimer
  11. La propagande de Passage à l'Est fonctionne à plein régime, je vois ça.
    Je vois que Bounine est un peu connu (au moins de Dominique !), mais jamais entendu parler pour ma part.

    RépondreSupprimer
  12. Ginkgo c’est une maison d’édition qui me semble intéressante, mais je n’ai jamais lu un de leurs livres... Mais bientôt... (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils tournent sur des auteurs de pas mal de pays moins fréquents. ressortent des trucs introuvables. bref, j'aime bien.

      Supprimer
  13. J'avais vu récemment le premier titre dans une chronique de Passage à l'Est, c'est une bonne idée de mettre en avant ce genre de récit. Heureux de voir que Ivar-Lo Johansson et Wilhelm Moberg figurent dans leur catalogue. Patrice - Et si on bouquinait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert ce billet après avoir rédigé le mien (et le sien est plus étoffé). Ces nouvelles serbes sont épatantes.
      Grâce à l'éditeur je découvre des auteurs talentueux mais inconnus de mes services (Moberg, si, mais sa saga, pas encore essayé)

      Supprimer
  14. un bien joli billet ! Les nouvelles serbes me tentent bien. Ai-je déjà lu de la littérature serbe? Certainement non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien c'est l'occasion de commencer, et sans risque! Je suis tombée sous leur charme.

      Supprimer
  15. Je suis davantage tentée par les nouvelles serbes. Je regarderai si je les trouve à la médiathèque de la ville...Merci de nous présenter ces auteurs que je n'ai jamais lu. Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ton service! Pour moi aussi ces nouvelles serbes ont été une jolie surprise.

      Supprimer
  16. merci pour ces découvertes! je ne connais rien de la Serbie, sauf le principal en histoire, et encore, c'est vieux! encore un pays proche géographiquement, mais très différent de nous, et trop méconnu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue ne plus trop avoir suivi les derniers événements au 20ème siècle. Mais ces nouvelles du 19ème siècle sont vraiment chouettes!

      Supprimer
  17. Pas trop envie de nouvelles et la situation géographique et historique ne me tente pas plus que ça, car vraiment loin de mes préoccupations que je suis obligées de restreindre ! Je passe donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas la curiosité pour un pays peu fréquent sur les blogs? ^_^ Et court. ^_^

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!