lundi 18 janvier 2021

Pas de fusils dans la nature


 Pas de fusils dans la nature

Mes réponses aux chasseurs

Pierre Rigaux

Préface de Nicolas Hulot

humenSciences, 2019


Voici un livre qui annonce bien la couleur dès le titre! Emprunté dans une médiathèque sise au cœur de la Sologne (ses propriétés situées à une distance idéale de Paris, souvent engrillagées, ses jolis villages reliés par des routes où la prudence demande de tenir compte des panneaux indiquant le passage potentiel de gibiers, ses sangliers considérant qu'ils sont prioritaires dans la traversée, et visibles en tout cas quand ils 'refont' le bord des routes ou les pelouses ... Et comme ils adorent le maïs, culture destinée principalement non aux humains mais aux animaux, autant dire qu'ils ont des ennemis.)

Autour de chez moi on peut assez aisément apercevoir des chevreuils broutant tranquillement (sauf un, vigilant), traversant le canal, ou se réfugiant sur la rive, affolé, en période de chasse. Et dans la mémoire, un cousin tué accidentellement par le fusil de son grand père à la chasse. Et une jolie promenade bucolique troublée par des tirs et un volatile abattu tombant dans les fourrés juste à côté. 

Bref, avec les chasseurs, on se croise, on se salue, sans plus.

Au fil de cette lecture (nécessaire) j'ai dû souvent ouvrir grand les yeux et ressenti de plus en plus de l’écœurement. Animaux élevés dans des conditions déplorables pour être relâchés et tirés, ou attirer leurs congénères, plombs dans la nature, animaux protégés mais chassés, les soi-disant nuisibles, la souffrance des animaux touchés et agonisant, chiffres flous, la fameuse 'régulation', le lobby des chasseurs, n'en jetez plus!

Alors je suis allée fouiner  :

Sur le site de l'ONCFS (office national de la chasse et de la faune sauvage)(depuis le 1er janvier regroupé avec l'agence française pour la biodiversité au sein de l'OFB, office français de la biodiversité)(donc si j'ai bien compris, l'OFB s'occupe de la chasse)

"Puis-je faire usage d’appeaux et d’appelants pour la chasse à l’alouette des champs ?

L’emploi des appeaux et des appelants artificiels est autorisé dans certaines conditions, sur le territoire métropolitain, pour la chasse des oiseaux de passage et du gibier d’eau.
Toutefois, pour la chasse à tir de l’alouette des champs, « seul » (AM du 4 novembre 2003 modifié) est autorisé l’emploi du « miroir à alouette » dépourvu de facettes réfléchissantes. Les autres moyens sont donc interdits. Enfin, l’emploi d’appelants vivants non aveuglés et non mutilés*, de l’espèce alouette des champs uniquement est autorisé sur le territoire des départements de la Gironde, des Landes, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques."

*c'est moi qui souligne : ça voudrait dire qu'à une époque (révolue bien sûr) certains appelants étaient aveuglés mutilés, ou c'est moi qui fait du mauvais esprit?

 Un article sur le loup! Franchement une vraie mine.

Ceci étant, je comprends parfaitement les réactions des éleveurs et des agriculteurs face à l'animal sauvage. Des solutions où chacun, humain et animal, s'en tirera?

36 commentaires:

  1. Il m'attend dans ma Pal !Ici, les chasseurs confisquent les champs et il vaut mieux se balader avec un gilet fluo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vouloir se balader le week end, franchement, quelle idée! ^_^ Oui, mieux vaut faire attention, parfois.

      Supprimer
  2. Chez nous, il y a la chasse à la glu, qui est tout autant barbare. Je me souviens de la traversée de la Sologne en voiture avec ses longues alignées de grillage pour délimiter les propriétés dédiées à la chasse, c'était sinistre !
    Bon, je préfère ne pas lire ce livre qui me déprimerait trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la chasse à la glu. Quand à la Sologne et ses grillages, même certains chasseurs sont contre, c'est dire!
      Mais les sangliers font de la résistance! ^_^
      Exact, un livre qui ne met pas dans une ambiance heureuse!

      Supprimer
  3. Le genre de livre qui me met en colère tout au long de la lecture. Surtout qu'il y a de plus en plus de coins de forêt où l'on ne peut plus se promener à cause des chasseurs. Et les faveurs dont ils jouissent depuis l'arrivée de Jupiter sont écoeurantes. Bon, tu as compris ce que j'en pense !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Colère, écœurement, désolation... cette lecture n'est pas de tout repos, j'écarquillais les yeux... je pense que tu réagirais pareil...

      Supprimer
  4. je suis anti chasse depuis très très longtemps depuis qu'enfant j'ai eu des tirs de fusil passer juste à côté de mon oreille; depuis que j'ai vu en Corse des hommes fusils en bandoulière paradé dans les villages alors que la chasse n'était pas ouverte le genre de livre utile certes mais hélas lu par des convaincus comme nous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, si on emprunte ce livre, on a des déjà des convictions! Mais j'ai beaucoup appris quand même, c'est pire que ce que je pensais!
      Mais comme je suis honnête, enfin, j'essaie, je suis allée sur le site de l'office de la chasse, j'avoue que c'est très bien fait, mais il faut savoir lire entre les lignes. ^_^

      Supprimer
  5. Les chasseurs... mouais... comme Aifelle, c'est le genre de lecture qui va m'occasionner un ulcère. Je connais pourtant des chasseurs (très peu, toutefois) mais à chaque fois qu'on tente de discuter je me dis que dès le départ le débat est biaisé, notamment quand ils avancent l'argument de surpopulation de certaines espèces, alors que moi je prends le problème dans l'autre sens, en me disant que c'est l'homme qui, en s'accaparant les territoires, réduit leurs surfaces d'habitat à peau de chagrin..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, personnellement je bouillais parfois... je n'ai pas lu ça d'un trait!
      Surpopulation, ouais, mais déjà faudrait arrêter d'élever le gibier ou de le nourrir! Faisans, sangliers...
      Tu penses peut-être au loup, des gens cherchent à faire en sorte qu'ils 'cohabitent' avec l'homme (et le mouton ^_^) mais il y a du boulot. Tu as raison, s'ils ont de la place, ils se tiennent plus tranquilles dans leurs territoires.
      Quant aux oiseaux migrateurs et faisans juste relâchés, à part faire un tableau de chasse, je ne vois pas l'intérêt.

      Supprimer
  6. les commentaires rejoignent mes pensées. Pas besoin de lire ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait est que sur le sujet chacun campe sur ses positions, un pro chasse ne le lira pas, un anti chasse connaît déjà. Mais j'ai quand même appris des choses (et parfois certains détails n'ont pas arrangé mon humeur, donc je comprends que tu t'abstiennes)

      Supprimer
  7. Les forêts aussi sont des zones de non droit en France ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normalement il doit y avoir des panneaux chasse en cours, mais à l'époque je n'ai rien vu. Et puis si les chasseurs doivent en poser sur tous les chemins...
      Bref, on s'habille en fluo violent, ou on reste à la maison? (et même à la maison parfois ça canarde, balle perdue, etc.)

      Supprimer
  8. Ecoeurée, nous avions loué dans les Landes une maison forestière. les chasseurs à courre ramenaient leurs prises à 5m de la maison et tronçonnaient cerfs ou biches, une horreur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beurk, et bien sûr il n'y avait rien à dire, je suppose...

      Supprimer
  9. Je rejoins les autres commentaires, mon seul bémol à la vie à la campagne, ce sont les chasseurs (et que dire des chiens enfermés au chenil à longueur de journée et qui ne sortent que le dimanche pour la chasse). Je suis sûre que je serais en rogne aussi. J'ai déjà commenté sur un site ministériel où on peut donner son avis sur tel ou tel type de chasse (je ne me souviens pas du site, j'y étais venue par la LPO) et les avis des pro-chasse me faisaient bondir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre parle aussi des pauvres chiens de chasse, souvent mal lotis hors moments où ils chassent. Si c'est pour qu'ils prennent l'air, ça peut se faire sans chasser!
      Tu n'as pas vu l'autre jour l'histoire du cerf chassé et réfugié en gare? Le type de la chasse ramait un peu, mais pas tellement, pour se défendre... Un dialogue de sourds, hélas.

      Supprimer
  10. ah un sujet consensuel : je n'aime pas non plus les chasseurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes visiteurs ont l'air de ne pas aimer la chasse (ouf).

      Supprimer
  11. Comme je suis tout à fait contre la chasse, ce livre pourrait sans doute m'intéresser.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  12. Ah c'est sûr, c'est un sujet qui fâche. Bon, par contre, je n'ai toujours pas vu ni sanglier ni chevreuil.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, ils ne s'inscrivent pas pour qu'on les voie... Raison pour laquelle, je suppose, on clôture, comme ça on sait qu'ils sont là. ^_^
      Mais un jour tu en verras, si si!

      Supprimer
  13. Ah ben c'est un sujet qui me parle carrément... maintenant, est-ce que j'ai envie de rajouter de l'écoeurement à celui qui est déjà le mien ? Bonne question. En même temps, cela me donnerait des arguments lors de conversations houleuses. Dans les pièces rapportées de la famille, deux sont de familles de chasseurs.... Beurk...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux le lire, pour trouver des arguments. Je crois me souvenir qu'il ne faut pas manger trop de gibier, il y a des risques avec les plombs, pour la santé. Etc.
      Je suppose que ces familles n'ont ni moutons ni champs de maïs, donc doivent manquer d'arguments aussi.

      Supprimer
  14. Un sujet qui m’intéresse, je note ce livre sans hésiter. Moi non plus, je n'aime pas la chasse...
    Daphné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait (voir le livre) il n'y a pas tant de chasseurs par rapport à la population globale, mas ils prennent leur place!

      Supprimer
  15. Incapable de lire un tel livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu aimes ces bestioles, je te comprends. J'avoue avoir eu du mal et dû faire des pauses.

      Supprimer
  16. Je ne sais pas si je le lirai...quand je vois les chasseurs traquer les chevreuils comme je l'ai vu pendant les dernières vacances en Haute-Loire je suis écœurée, mais d'un autre coté en Provence les sangliers font de gros ravages dans les vignobles, les jardins et détruisent tout...ce n'est pas si simple car nous sommes aussi responsables de cette situation et du déséquilibre de la nature. A voir donc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, la cohabitation entre humains et animaux, ou entre humains chasseurs ou non... A voir si au départ ce n'est pas l'humain qui crée une certaine surpopulation des animaux?

      Supprimer
  17. Je serais bien incapable de chasser, mais l’équilibre de la nature et même avant l’arrivée de l’homme, ça n’a jamais existé, mais oui depuis l’espèce humaine le déséquilibre s’accélère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'entre les animaux il y a chassé et chasseur, mais c'est une question basique de survie. Pour la plupart des chasseurs, j'ai quelques doutes...

      Supprimer
  18. Je ne sais pas trop quoi en dire, je connais les deux types de chasseurs : les amoureux de la nature, qui promènent leur chien, aussi bien certains parfois obsédés par ce loisir et qui n'ont aucun recul. C'est un livre que je pourrais lire à condition d'en lire un autre favorable à la chasse pour me faire un avis plus tranché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceux qui promènent leur chien, passent du bon temps dehors avec les potes, et rentrent quasi bredouilles, sans avoir mis en danger la vie d'autrui, pourquoi pas?
      Mais les énervés du tableau de chasse, sur des espèces parfois protégées, ça va moins bien.
      Des bouquins favorables à la chasse, genre on contribue à protéger l'environnement, tu vas bien en trouver; d'ailleurs tu vois, je suis allée sur le site de la chasse (et reconnais qu'il est bien fait).

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!