jeudi 4 février 2021

Aller aux fraises


 Aller aux fraises

Eric Plamondon

Quidam, 2021

 

A mon ressenti ces trois nouvelles sont plutôt autobiographiques. Aller au fraises, entre un jeune de 17 ans, partageant son temps hors études avec sa blonde et sa bande de copains, et son père, chez qui il passe la semaine (les fins de semaine étant passées avec sa mère). Une bande de jeunes sympathique , pas toujours prudente et à jeun, on va dire. Une fin touchante aussi.

Cendres est une histoire relatée par le père, où on joue pas mal au billard (pas tout compris, mais l'auteur s'y connaît). Une belle histoire d'amitié, découvrir ce que sont ces cendres!

Avec Thetford mines, où l'on retrouve le jeune de Aller aux fraises, cette fois étudiant, on aborde aussi un thème plus large et plus sérieux, car ce sont des mines d'amiante, l'or blanc, exploitées sans trop tenir compte des ouvriers et de la ville. "On laisse entendre que c'est dans les mines d'amiante qu'est né le syndicalisme québecois." Grande grève aussi en 1949.

Le jeune, lui, a 18 ans,  l'avenir devant lui, et il rentre aussi chez lui en plein milieu d'une tempête de neige (mais ça n'arrête pas un québécois!) et le voilà qui rencontre un gigantesque buck (orignal) albinos, émotion garantie.

Voilà trois textes simples en apparence, sans événements extraordinaires, mais marquants, racontés, surtout pour le premier, dans la langue québecoise, sans que cela ne soit difficile à comprendre, en tout cas j'ai apprécié la poésie qui s'en dégage.

28 commentaires:

  1. J’aime les textes poétiques :-) (Goran : http://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi c'est à petite dose, mais là ça va très bien.

      Supprimer
  2. Jolie couverture, mais je n'avais pas été aussi éblouie que d'autres par Taqawan, je ne suis donc pas sûre de relire cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci est un peu différent, et ça m'a touchée, ces histoires comme celles de tout le monde (ou presque).

      Supprimer
  3. j'ai hélas arrêté mes lectures pour mes vieilles dames donc je lis moins de nouvelles mais celles-là leur auraient plu, elles adoraient partir dans des pays lointains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage pour les dames, je t'imagine bien lire avec l'accent québécois! ^_^

      Supprimer
  4. Voilà bien longtemps que je n'ai pas lu des nouvelles, pas sûre d'être très tentée par celui-ci.

    RépondreSupprimer
  5. J'étais sûre d'avoir laissé un commentaire. Où est-il donc ? Je disais que c'était un titre à retenir pour le mois québécois de Laurence et Karine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu non, rien vu, j'espère que blogspot ne joue pas (encore) des tours.
      Le mois québecois, oui, parfaitement, donc note!

      Supprimer
  6. J'ai lu Oyana et n'ai pas été convaincue, alors, je n'ai guère envie de réitérer avec l'auteur pour l'instant surtout pour des nouvelles autobiographiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai préféré à Oyana, j'aime bien ces textes où on peut se retrouver.

      Supprimer
  7. Des nouvelles à découvrir un jour alors, vu ce que tu en dis. J'en lis peu mais de temps en temps pourquoi pas ! Merci de nous parler de cet auteur que je ne connais pas du tout, un de plus à ajouter à ma longue liste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, si tu veux lire québecois, c'est très bien.

      Supprimer
  8. Je ne doute pas de la qualité de ce recueil, mais sans plus pour moi, pas d'urgence. J'ai toujours la tour de Pise chez moi !!!

    RépondreSupprimer
  9. Cela me dit bien, j'ai visité autrefois les mines de Thedford mines

    RépondreSupprimer
  10. J'en ai beaucoup à lire encore avan de découvrir celui-ci (dont j'aime beaucoup le titre et la couverture)

    RépondreSupprimer
  11. Hmmm... nouvelles, autobiographiques, poésie, ça sent le truc pas pour moi. Mais je peux me tromper.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie s'en dégage, j'ai dit, mais ce n'est pas poétique en tant que tel (sinon, je fuis!)
      Tu aimerais bien l'ambiance 'routes enneigées' et la langue.

      Supprimer
    2. Oui, pour la poésie, on se comprend. D'ailleurs j'ai fini il y a peu un roman où on était en plein dedans sans que ça en soit, et c'est un coup de coeur.^^

      Supprimer
    3. Aah j'attends de savoir ce que c'est! ^_^

      Supprimer
  12. j'avais prévu de lire cet auteur l'été dernier... en allant au Québec. Merci Covid, ça ne s'est pas fait, donc je n'ai pas lu Plamondon. J'espère remettre le tout un jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux te rattraper en attendant grâce aux biblis?

      Supprimer
  13. J'avais déjà noté cet auteur. Ce livre est noté aussi, vu que tu sembles avoir apprécié le style...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien aimé faire un tour au Québec, simple et dense.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!